October 2005


Pascal Johansen

30/10/2005 15:00
686 lectures
Le dégout de supporters !

Moi, une amie et ma mère sommes écourés par l'attitude de Pagalou, qui d'habitude est un joueur que j'apprécie!

Monsieur Pascal Johansen !

Ce soir, j'ai besoin d'écrire ce que je ressens à mon retour de la rencontre perdue contre St Etienne.

Je suis déçue, très déçue même ! Pas seulement par la nouvelle défaite du club dont je suis une fidèle abonnée depuis de nombreuses années mais aussi, et surtout, par votre attitude lors de votre remplacement !

Les spectateurs vous ont sifflé ? La belle histoire ! Vous n'êtes ni le premier, ni le dernier ! Ils ont manifesté simplement par des sifflets (mais je n'ai entendu aucune injure), ce qu'ils pensaient de votre prestation...

Vous, vous êtes payé pour jouer et, si possible, bien jouer... Même si (du moins j'ose l'espérer...) vous avez fait tout ce que vous pouviez, ils savent bien que vous êtes capable de mieux !

Eux, ils ont payé pour voir un match et, si possible, un BON match ! Ils ont le droit de vous faire savoir qu'ils n'ont pas apprécié ce que vous leur avez proposé ! Même si vous n'êtes pas seul en cause, loin s'en faut, et si vous avez le droit d'être dans un jour « sans », vous n'avez pas le droit de les insulter ! Même si peu de gens vous ont entendu, nous avons pu clairement lire sur vos lèvres que vous traitiez les spectateurs de : « Fils de pute ». Je vous signale que nous étions quand même 23 212 fils et filles de putes à être là pour encourager leur équipe malgré les mauvais résultats depuis le début de la saison.

Vous pensez que vous n'avez pas mérité ces sifflets ? que vous valez mieux que ça ? Alors prouvez le sur le terrain ! Et ils ne se feront pas prier pour vous applaudir... Conduisez-vous comme un homme responsable et pas comme un gosse vexé parce qu'on a osé lui dire ce qu'on pense ! Acceptez les critiques (quand elles sont justifiées) aussi facilement que vous acceptez les compliments ! Laissez les injures au vestiaire car si ce soir il y a quelqu'un qui ne les a pas méritées, c'est bien le public : le 13ème homme était là et n'avait qu'une envie : faire la fête ! Elle a été gâchée par une défaite et ce n'est certainement pas de sa faute...

Je suis peut être une « fille de pute » à vos yeux, mais je suis aussi une mère de famille et je n'aimerais pas que mon fils ait la même attitude que vous... demandez donc à votre maman ce qu'elle en pense !

En espérant pouvoir bientôt à nouveau vous applaudir, vous et votre équipe, pour un bon match et, si possible une victoire, je vous salue comme il se doit, avec tout le respect possible.
  • 1 (current)