La Cirrhose du foie

08/04/2006 13:52
3.712 lectures
DEFINITION

Affection chronique et diffuse du foie caractérisée par une fibrose qui modifie l'architecture lobulaire normale et entraîne la formation de nodules de régénération.
http://img103.imageshack.us/img103/7972/i90francecirrhose1et.jpg

La cirrhose constitue le stade ultime et irréversible des hépatite alcoolique non cirrhotique répétées, en particulier les hépatites alcooliques aigues symptomatiques ou non. Les complications fréquentes et graves qui émaillent cette maladie appellent une prise en charge spécifique.

L'alcoolisme représente la cause la plus fréquente de cirrhose en France: 90% chez l'homme et 75% chez la femme mais son diagnostic ne doit pas être un diagnostic de facilité mais un diagnostic d'élimination.

PHYSIOPATHOLOGIE

La cirrhose éthylique est une affection grave responsable de 15 000 décès/an en France, pays qui reste le plus grand consommateur d'alcool. Les facteurs favorisants l'apparition d'une cirrhose sont la durée d'intoxication en moyenne de 20 à 25 ans, et une consommation quotidienne de 80 g d'alcool/j chez l'homme, moins chez la femme. Insistons encore sur la susceptibilité individuelle face à ce risque.

DIAGNOSTIC POSITIF


http://img103.imageshack.us/img103/4281/17198058ie.jpg

http://img86.imageshack.us/img86/7290/16961052cz.jpg


Le diagnostic de cirrhose éthylique est fortement suspecté par l'examen clinique et la notion d'un alcoolisme chronique, bien qu'il soit souvent difficile d'estimer la consommation quotidienne. L'absence de signes cliniques oblige à la biopsie hépatique.

http://img208.imageshack.us/img208/9662/verrerose3jp.gif

L'EVOLUTION est dépendante de la poursuite de l'intoxication

1) L'évolution avec sevrage


La cirrhose reste latente si le sevrage a été obtenu rapidement et le sujet peut mener une vie normale. Une prise en charge au long cours est cependant nécessaire car:

- c'est le meilleur moyen de prévention de la récidive alcoolique
- le dépistage du carcinome hepatocellulaire est nécessaire par échographie hépatique et dosage d'a-FP tous les 6 mois.

2) L'évolution sans sevrage

Les complications sont alors inéluctables à la faveur entre autres de nouvelles poussées d'hépatite alcoolique aigue.

CONCLUSION

Le diagnostic de cirrhose alcoolique est le plus souvent clinico-biologique, étayé par les arguments histologiques en cas de besoin.

Le diagnostic différentiel avec les autres causes de cirrhose est une affaire d'examens complémentaires. La cirrhose ne justifie pas d'un traitement en dehors du sevrage alcoolique impératif.

Ce sont les nombreuses complications fréquentes et graves de la cirrhose qui justifient d'une prise en charge spécialisée.

http://img208.imageshack.us/img208/9662/verrerose3jp.gif

Commentaires (6)

Flux RSS 6 messages · 203 lectures · Premier message par bouquenom · Dernier message par yodja emmanuelle

Commenter