May 2008


Parole d'évangile.

22/05/2008 22:00
397 lectures
Prière alsacienne

Chope 33

Verset 1664


Notre bière qui est en fût

Que ta mousse soit sanctifiée

Que ton verre vienne

Que ta distribution soit faite

Sur la table comme au bar

Donne nous aujourd'hui

Notre houblon quotidien

Pardonnes-nous toutes nos gueules de bois

Comme nous pardonnons aussi

A ceux qui boivent du coca

Soumets-nous à la tentation

Et délivre-nous de la soif

Car c'est a toi qu'appartiennent

Les bulles, l'arôme et la fraîcheur

Pour les siècles des siècles

AMER


Dropsy, gardien du siècle.

06/05/2008 21:17
384 lectures
En 1973, Valenciennes rejoint la L2 mais Dominique Dropsy choisit de poursuivre sa carrière en élite et rejoint Strasbourg à 21 en compagnie de Jacky Duguépéroux et Joseph Maya Yegba, un attaquant camerounais. Le Racing est promu en première division et vient de s'attacher les services du plus grand gardien de l'histoire du club alsacien. Installé dans le quartier de la Meinau, puis à Illkirch-Graffenstaden, le quinqagénaire, aujourd'hui entraîneur des gardiens à Bordeaux, garde des souvenirs impérissables de ces onze années en Alsace. Parties de pêche à Plobsheim, naissance de ses enfants mais aussi un titre national en 1979. Ils sont aujourd'hui retraités du football et garde les souvenirs d'un passage à Strasbourg.
"J'étais international Espoirs et militaire à l'époque. Je ne me voyais pas poursuivre en deuxième division, Robert Domergue, mon entraîneur à Valenciennes, venait de décider d'aller à Strasbourg, alors je l'ai suivi. Les six premiers mois étaient difficiles. Le changement de vie, l'accueil difficile, une équipe renouvelée, tout ça n'a pas été simple à gérer. Cette saison-là, Gilbert Gress revenait à Strasbourg en tant que joueur. Les gens attendaient monts et merveilles mais les résultats n'ont pas été au rendez-vous puisque nous finirons douzièmes. Il se passe deux saisons jusqu'à la relégation en 1976. Pas mal de clubs me demandent mais je décide de rester avec l'équipe dirigeante. Alain Leoplold en tête. Nous remontrons dans la foulée non sans difficultés puisqu'il faudra l'arrivée d'Alexander Schwartz (N.D.L.R: entraîneur roumain de novembre 1976 à juin 1977 à Strasbourg) à la tête de l'équipe pour qu'elle monte en flèche et remporte le titre national en D2.

"Gress, un meneur d'hommes hors pair"

En D1, nous continuons sur notre lancée avec des jeunes joueurs prometteurs. Gilbert Gress devient l'entraîneur et rapidement un meneur d'hommes hors pair: il marque le club de son empreinte. Tout le monde le suivait les yeux fermés. Le club revit, l'ambiance est excellente. On termine troisième de D1 avant de remporter le titre la saison suivante, en 1979, deux ans après la remontée. Le retour en train de Lyon, ou nous décrochons le titre, est fantastique. A partir de Mulhouse jusqu'à Strasbourg, toutes les gares étaient pleines. Des moments comme ceux-là, je n'en ai jamais revécu, même à Bordeaux!

Les tribunes s'enflamment

La suite est moins glorieuse. La situation va tomber bien bas quinze mois après. André Bord (qui a remplacé Alain Leopold en juin 1979, ndlr) vire Gilbert Gress au début de la saison 80-81. Le club s'est mis en difficultés pour des conneries, des problèmes de personnes, alors que tout allait bien. A nous joueurs, on nous demande de prendre position. Les tribunes s'enflamment à la Meinau contre Nantes, le dernier match de Gilbert Gress. C'était des moments très durs. Malgré tout je reste mais le divorce avec le club survient trois saisons plus tard. En 1984, à 31 ans, je termine ma onzième saison. Jürgen Sundermann prend les commandes de l'équipe. L'entraîneur allemand ne voulait me proposer qu'une saison supplémentaire parce que, selon lui, ça fonctionnait comme cela en Bundesliga.

Le divorce incompréhensible.

Après autant d'années passées en Alsace c'était hors de question je voulais trois ans. Les dirigeants persistaient à refuser croyant que je ne partirais pas mais ils se trompaient. Lorsque je leur ai appris que Bordeaux me voulait ils étaient prêts à me satisfaire. C'était trop tard. Ils ont voulu jouer avec le feu. Dommage. Strasbourg a été une grande partie de ma vie. Mes enfants sont nés là-bas, mon meilleur ami, parrain de mon fils (N.D.L.R: Albert Marson), vit à Strasbourg. A chaque fois que je retourne à la Meinau je suis applaudi".
  • 1 (current)
Flux RSS Le stublog de katzo68 : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
Bayern.jpg

katzo68

Voir son profil complet

Archives

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006