July 2006



Rosing Club de Strasbourg

30/07/2006 08:41
540 lectures
Où il est question de ressemblances entre l'amour, la femme et le Racing...

« L'amour est aveugle et sa canne est rose »

« La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité »

« Femme : Rose qui prend parfois deux "s" » (hi hi... han)

Le Racing, c'est pareil finalement, et moi cette écharpe, je l'aime...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/29.07.2006-003...

"Some say love, it is a river
that drowns the tender reed.
Some say love, it is a razor
that leaves your soul to bleed.
Some say love, it is a hunger,
an endless aching need.

I say love, it is a flower,
and you it's only seed.
It's the heart afraid of breaking
that never learns to dance.
It's the dream afraid of waking
that never takes the chance.
It's the one who won't be taken,
who cannot seem to give,
and the sould afraid of dyin'
that never learns to live.

When the night has been too lonely
and the road has been to long,
and you think that love is only
for the lucky and the strong,
just remember in the winter
far beneath the bitter snows
lies the seed that with the sun's love
in the spring becomes the rose" (source)

Bette Midler, The rose


Du Racing et des ailes

28/07/2006 00:01
364 lectures
A chaque fois c'est pareil : loin de toute rationalité, on est là, excités et impatients, à espérer, comme des gamins. Que la magie jaillisse du ballon, que les stars en short viennent hurler leur joie au bas de la tribune et que tous se congratulent pour un dérisoire franchissement de ligne... Joie aussi primaire qu'élémentaire... Bouffée d'oxygène quand on vous a privé d'air...
Allez Racing, fighting spirit !

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/30.06.2006-056...

On a le droit de ne pas réussir, mais pas celui de ne pas essayer...

Démission des missions

26/07/2006 00:33
228 lectures
Robert a dit :

« Démission : 1. Acte par lequel on se démet d'une fonction, d'une charge, d'une dignité ; rupture par le salarié de son contrat de travail. 2. Acte par lequel on renonce à qqch ; attitude de fuite devant les difficultés.

A moi le 1, à toi le 2...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/11.06.2006-017...

"Qu'est-ce qui nous tente ?
Qu'est-ce qui nous donne ces envies?
Qu'est-ce qui nous enchante,
qu'est-ce qui nous réveille la nuit?
Souvent souvent c'est les certitudes,
de temps en temps c'est la solitude
Très peu pour moi les habitudes
sinon J'vais passer pour un con
Qu'est-ce qu'on en pense?
Qu'est-ce qu'on se marre tous les deux
Qu'est-ce qu'on supporte?
Qu'est-ce qui pourrait bien nous rendre heureux?
Un souffle autour du cou,
un repas-ciné pour deux
Franchir le rubicond voire mieux
Sinon j'vais passer pour un...
Dans un sens partir vaut mieux
que de souffrir de négligence
On pourrait s'ouvrir dans tous les sens
Ça n'aurait plus d'importance
Qu'est-ce qui nous tente ?
Qu'est-ce qui nous donne ces envies ?
Qu'est-ce qui m'arrive ?
Qu'est-ce que je fais encore ici ?
J'ai bien plus d'habitudes
qu'on avait de certitudes
Et plus encore de solitude
que l'on avait pris d'altitude
Dans un sens partir vaut mieux
que de souffrir de négligence
On pourrait... dans tous les sens
Ça n'aurait plus d'importance
Faut pas se laisser gagner
par l'euphorie de croire
que l'on est un homme important." (source)

Louise Attaque, Qu'est-ce qui nous tente

Chaud effroi

25/07/2006 00:04
449 lectures
« La nuit, l'ennui nuit »

Finalement, vu la chaleur, la meilleure des choses c'est encore de sortir la nuit... si on ne la craint pas... et qu'on peut éviter les mauvaises rencontres...
A la chasse... Je capture, j'emprisonne...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/21.07.2006-052...

Le jour naît supporter

24/07/2006 07:26
408 lectures
Les trois nouveaux hommes forts du Racing

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-069...
http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-095...
http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-200...

Le sourire de la jeunesse

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-178...

Des retardataires aux bretelles remontées

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-104...
http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-121...

Le mec à pas embêter

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-122...

Le total look de Devaux et Cassard

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-125...
http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-147...

Le fameux « auto-coup-du-chapeau-mine-de-rien »

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-054...

Même dans le Calcio ils sont plus discrets...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.07.2006-119...



Feu d'artifesses, 2

18/07/2006 00:10
284 lectures
"La langue est l'organe essentiel du goût. Mais en outre, elle joue un rôle important dans le léchage de cul de ses supérieurs"
Eh ben, c'es pas gagné...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/14.07.2006-103...

"Ti-Cul est pas allé
À ses cours du matin
Parce qu'en quecq'part y sait
Que ça lui sert à rien

Y'a préféré scèner
Au salon étudiant
Plutôt que de s'faire c.hier
D'vant un prof emmerdant

Y fait sans ambition
Un DEC en sciences humaines
Un peu à reculons
Sans trop s'donner la peine

Y voulait être comédien
Mais ses parents lui ont dit
Que c'était pas un bon ch'min
Pour être heureux dans la vie...

Facque y'é là pis y niaise
Fout rien dans ses études
Pour lui c'est d'la foutaise
D'la criss de platitude

La seule chose qui l'allume
C'est son équipe d'impro
Ou les pétards qu'y s'fume
Quand y fait d'la radio

Mais sa moman espère
Qu'y devienne avocat
Qu'il fasse un bon salaire
Un peu comme son popa

Mais Ti-Cul est pas un c.on
'Sait ben que pour être heureux
Faut vivre pour ses convictions
Et non pour celles de ses vieux

Pourquoi chercher un sens
À toutes leurs conneries ?
Ti-Cul va tenter ta chance
Et fais ton ch'min dans la vie
Parce qu'au fond le vrai plaisir
C'est p't'être juste de pas savoir
Comment qu'a va finir
Ta p'tite histoire

Et y'a son grand frère
Un genre d'insignifiant
Vendeur de cellulaires
Qui pense rien qu'à l'argent

Qui lui dit : " C'est d'valeur
T'auras jamais d'ouvrage
Parce que dev'nir acteur
C'est pelleter des nuages "

Sa vie est toute tracée
Y s'pose jamais de questions
Et à l'entendre parler
C'toujours lui qui a raison

Sauf que Ti-Cul s'en balance
Il sait que les gens bornés
Veulent masquer leur impuissance
En essayant d't'écraser

Pourquoi chercher un sens
À toutes leurs conneries ?
Ti-Cul va tenter ta chance
Et fais ton ch'min dans la vie
Parce qu'au fond le vrai plaisir
C'est p't'être juste de pas savoir
Comment qu'a va finir
Ta p'tite histoire

Une chance y'a sa copine
Une fille qui est super fine
Qui au moins le comprend
Et sait qu'y a du talent

Elle lui dit d's'accrocher
Et d'continuer à croire
Qu'y s'ra p't'être accepté
Dans un conservatoire

Et qu'ya toujours l'option
Même si c't'en attendant
D'faire d'la figuration
Dans des téléromans

Parc'que pour vivre sa passion
Et pas regretter plus tard
Y faut ben comme de raison
Que tu commences en quecqu'part

C'est pour ça que demain
Y va tout abandonner
Et au diable les crétins
Qui veulent pas l'encourager
Parce qu'y sait qu'le vrai plaisir
Au fond c'est de pas savoir
Comment qu'a va finir
Sa p'tite histoire

Garder son esprit libre
Trouver un peu d'équilibre
Pour le reste y s'en fout ben
Ti-Cul a hâte d'êt' demain..." (source)

Les Cowboys Fringants, Ti-cul



Comptes de faits

15/07/2006 00:28
333 lectures
On se cherche des contes de fée au quotidien... Chassez le naturel, il revient au galop...

"- Les épines, à quoi servent-elles ?
Le petit prince ne renonçait jamais à une question, une fois qu'il l'avait posée. J'étais irrité par mon boulon et je répondis n'importe quoi:
- Les épines, ça ne sert à rien, c'est de la pure méchanceté de la part des fleurs !
- Oh !
Mais après un silence il me lança, avec une sorte de rancune:
- Je ne te crois pas ! Les fleurs sont faibles. Elles sont naïves. Elles se rassurent comme elles peuvent. Elles se croient terribles avec leurs épines..." (source)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/30.06.2006-003...

"Cendrillon pour ses vingt ans
Est la plus jolie des enfants
Son bel amant, le prince charmant
La prend sur son cheval blanc
Elle oublie le temps
Dans son palais d'argent
Pour ne pas voir qu'un nouveau jour se lève
Elle ferme les yeux et dans ses rêves
Elle part, jolie petite histoire (2x)

Cendrillon pour ses trente ans
Est la plus triste des mamans
Son bel amant a foutu l'camp
Avec la belle au bois dormant
Elle a vu cent chevaux blanc
Loin d'elle emmener ses enfants
Elle commence à boire
A traîner dans les bars
Emmitouflée dans son cafard
Maintenant elle fait le trottoir
Elle part, jolie petite histoire (2x)

Dix ans de cette vie ont suffi
A la changer en junkie
Et dans un sommeil infini
Cendrillon voit finir sa vie
Les lumières dansent
Dans son ambulance
Mais elle tue sa dernière chance
Tout ça n'a plus d'importance
Elle part
Fin de l'histoire

Notre père qui êtes si vieux
As-tu vraiment fais de ton mieux
Car sur la terre et dans les cieux
Tes anges n'aiment pas devenir vieux" (source)

Téléphone, Cendrillon


Défilé mignon

Robert a dit :
1. Défiler : 1. Défaire, détacher [...] 3. Disposer (des troupes, un ouvage) de manière à soustraire à la vue, au feu ennemi. Se défiler : s'esquiver ou se récuser au moment critique.
2. Défiler : 1. Marcher en file. Passer en colonne devant un chef militaire. Passer solennellement l'un derrière l'autre, lors d'une démonstration, d'une manifestation. 2. Se succéder sans interruption.

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/13.07.2006-007...

"La prise de la Bastille

En ces premiers mois de la Révolution française, une grande agitation règne à Paris. Au printemps 1789, les Etats Généraux ont refusé de se dissoudre et se sont transformés en Assemblée nationale constituante. En juillet, le roi Louis XVI fait venir de nouvelles troupes et renvoie Necker, ministre populaire. Le matin du 14 juillet, le peuple de Paris prend des armes aux Invalides puis se dirige vers une vieille forteresse royale, la Bastille. Après une fusillade sanglante, il s'empare et délivre les quelques prisonniers qui y étaient enfermés.

La prise de la Bastille est une première victoire du peuple de Paris contre un symbole de l'Ancien Régime. L'édifice est d'ailleurs intégralement démoli dans les mois qui suivent.

La "fête de la Fédération", Le 14 juillet 1790, célèbre en grande pompe le premier anniversaire de l'insurrection. A Paris au Champ de Mars, une messe est dite par Talleyrand sur l'autel de la patrie.

La fête nationale

Par la suite, la commémoration du 14 juillet 1789 est abandonnée, jusqu'à ce que la IIIème République, notamment Gambetta, cherche à célébrer les fondements du régime. Sur proposition du député de la Seine, Benjamin Raspail, la loi du 6 juillet 1880 fait du 14 juillet la fête nationale de la République.

L'accent est mis, dès le début, sur le caractère patriotique et militaire de la manifestation, afin de témoigner du redressement de la France après la défaite de 1870. Toutes les communes sont concernées. La fête débute par une retraite aux flambeaux le 13 au soir. Le lendemain, les cloches des églises ou les salves annoncent le défilé, suivi d'un déjeuner, de spectacles et de jeux. Les bals et feux d'artifice terminent la journée.

Après l'austérité de la guerre de 1914-1918, Le 14 juillet 1919 est une grande célébration de la victoire. Dans le même esprit, Le 14 juillet 1945 est précédé par trois jours de réjouissances civiques.

Le 14 juillet aujourd'hui

Le 14 juillet connaît toujours un grand succès. A Paris, le traditionnel défilé militaire sur les Champs-Elysées fait l'objet d'une préparation minutieuse. Partout se déroulent bals, illuminations ou feux d'artifice.

Les présidents de la Vème République ont apporté quelques modifications au déroulement de la journée. Pour renouer avec la tradition du Paris révolutionnaire, le Président Giscard d'Estaing a fait défiler les troupes entre la place de la Bastille et la place de la République.

Sous la présidence de François Mitterrand, Le 14 juillet 1989 a été un moment fort de la célébration du bicentenaire de la Révolution française. De nombreux chefs d'Etat étrangers ont pu assister notamment à "la Marseillaise", spectacle de Jean-Paul Goude.

En 1994, des soldats allemands de l'Eurocorps participent au défilé sur les Champs-Elysées en signe de réconciliation.

Depuis l'élection du Président Chirac, de nombreux jeunes venus de la France entière, et des militaires sont invités à la réception qui est donnée dans le parc du Palais de l'Elysée après le défilé. " (source)

12 juillet 1998 bis ?

12/07/2006 07:24
487 lectures
A quelques heures et quelques coups de tête près...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/09.07.2006-048...

Faute de gloire, reste l'histoire...

"1930 :

Alors qu'elle ouvre les hostilités face au Mexique, la France inscrit par l'intermédiaire de Lucien Laurent le premier but de l'histoire de la Coupe du monde de Football. Nous sommes alors à la 19ème minute et trois autres buts suivront. Finissant sur un score de 4 à 1, la France, qui est un des seuls pays européens à ne pas avoir dédaigné cette coupe, peut croire en ses chances. Mais ce sera en fait sa seule victoire du tournoi. Finalement le seul français qui inscrit son nom dans l'histoire pour longtemps est Jules Rimet, instigateur de cet événement devenu un des plus populaire au monde.

[....]

Lors de la finale de la première Coupe du monde de football à Montevideo, l'Uruguay bat l'Argentine par 4 buts à 2. La France terminera à la troisième place. L'équipe de l'Uruguay, qui joue à domicile, remporte tous ses matchs. L'Italie en 1938 puis le Brésil en 1970 et 2002 remporteront aussi la Coupe du monde sans perdre un seul match" (source)


Allons enfants de la partie...

Ironie du sort, c'est toujours quand on (re)commence à vous promettre quelque chose qu'on vous l'enlève aussitôt...
Fin du rêve, on se réveille... Pas de quoi s'envoyer en l'air ou découcher, finalement...
Tant pis, gardons la tête haute, merci pour les bons moments et la leçon, et retour au train-train du quotidien...

Robert a dit :
"Finale : dernière épreuve qui, après les éliminatoires et parfois le repêchage, désigne le vainqueur".
Game over, donc...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/09.07.2006-052...

"Depuis que je suis loin de toi
Je suis comme loin de moi
Et je pense à toi tout bas
Tu es à six heures de moi
Je suis à des années de toi
C'est ça être là-bas.

La différence
C'est ce silence
Parfois au fond de moi.
Tu vis toujours au bord de l'eau
Quelquefois dans les journaux
Je te vois sur des photos.
Et moi loin de toi
Je vis dans une boite à musique
Electrique et fantastique
Je vis en "chimérique".

La différence,
C'est ce silence
Parfois au fond de moi.
Tu n'es pas toujours la plus belle
Et je te reste infidèle
Mais qui peut dire l'avenir
De nos souvenirs
Oui, j'ai le mal de toi parfois
Même si je ne le dis pas
L'amour c'est fait de ça.

Il était une fois
Toi et moi
N'oublie jamais ça
Toi et moi !

Depuis que je suis loin de toi
Je suis comme loin de moi
Et je pense à toi là-bas.
Oui j'ai le mal de toi parfois
Même si je ne le dis pas
Je pense à toi tout bas..." (source)

Michel Polnareff, Lettre à France

Aux larmes citoyens !

Reste à voir quel goût elles auront, celles-là...

"Aux premiers jours de la Révolution française, les trois couleurs sont d'abord réunies sous la forme d'une cocarde. En juillet 1789, peu avant la prise de la Bastille, une grande agitation règne à Paris. Une milice se constitue ; elle porte un signe distinctif, une cocarde bicolore composée des antiques couleurs de Paris, le bleu et le rouge. Le 17 juillet, Louis XVI se rend à Paris pour reconnaître la nouvelle Garde Nationale. Il arbore la cocarde bleue et rouge à laquelle il semble que Lafayette, commandant de la Garde, ait ajouté le blanc royal.

La loi du 27 pluviôse an II (15 février 1794) fait du drapeau tricolore le pavillon national, en précisant, sur les recommandations du peintre David, que le bleu devait être attaché à la hampe.

Le XIXème siècle voit s'affronter le blanc des royalistes légitimistes et les trois couleurs héritées de la Révolution. Le drapeau blanc est remis à l'honneur sous la Restauration mais Louis-Philippe reprend le drapeau tricolore et le fait surmonter du coq gaulois.

Lors de la Révolution de 1848, si le drapeau tricolore est adopté par le gouvernement provisoire, c'est le drapeau rouge qui est brandi par le peuple sur les barricades en signe de révolte.

Sous la IIIème République, un consensus s'établit progressivement autour des trois couleurs. A partir de 1880, la remise des drapeaux aux armées lors de la fête du 14 juillet est un grand moment d'exaltation du sentiment patriotique.

Si le comte de Chambord, prétendant au trône de France, n'a jamais accepté le drapeau tricolore, les royalistes ont fini par s'y rallier pendant la Première Guerre Mondiale." (source)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/05.07.2006-017...

"Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L'étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes!

Aux armes citoyens
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons

Que veut cette horde d'esclaves
De traîtres, de rois conjurés?
Pour qui ces ignobles entraves
Ces fers dès longtemps préparés?
Français, pour nous, ah! quel outrage
Quels transports il doit exciter?
C'est nous qu'on ose méditer
De rendre à l'antique esclavage!

Quoi ces cohortes étrangères!
Feraient la loi dans nos foyers!
Quoi! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers!
Grand Dieu! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres des destinées.

Tremblez, tyrans et vous perfides
L'opprobre de tous les partis
Tremblez! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix!
Tout est soldat pour vous combattre
S'ils tombent, nos jeunes héros
La France en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre.

Français, en guerriers magnanimes
Portez ou retenez vos coups!
Épargnez ces tristes victimes
À regret s'armant contre nous
Mais ces despotes sanguinaires
Mais ces complices de Bouillé
Tous ces tigres qui, sans pitié
Déchirent le sein de leur mère!

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre!

Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs!
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire!" (source)

La Marseillaise

Tour Effet

08/07/2006 13:38
1.262 lectures
Tour Eiffel, tour est fait ?
Encore une illusion...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/30.06.2006-075...

"Je suis l'dauphin d'la place Dauphine
Et la place Blanche a mauvaise mine
Les camions sont pleins de lait
Les balayeurs sont pleins d'balais

Il est cinq heures
Paris s'éveille
Paris s'éveille

Les travestis vont se raser
Les stripteaseuses sont rhabillées
Les traversins sont écrasés
Les amoureux sont fatigués

Il est cinq heures
Paris s'éveille
Paris s'éveille

Le café est dans les tasses
Les cafés nettoient leurs glaces
Et sur le boulevard Montparnasse
La gare n'est plus qu'une carcasse

Il est cinq heures
Paris s'éveille
Paris s'éveille

La tour Eiffel a froid aux pieds
L'Arc de Triomphe est ranimé
Et l'Obélisque est bien dressé
Entre la nuit et la journée

Il est cinq heures
Paris s'éveille
Paris s'éveille

Les banlieusards sont dans les gares
A la Villette on tranche le lard
Paris by night, regagne les cars
Les boulangers font des bâtards

Il est cinq heures
Paris s'éveille
Paris s'éveille

Les journaux sont imprimés
Les ouvriers sont déprimés
Les gens se lèvent, ils sont brimés
C'est l'heure où je vais me coucher

Il est cinq heures
Paris se lève
Il est cinq heures
Je n'ai pas sommeil" (source)

Jacques Dutronc, Il est 5 heures, Paris s'éveille

Entre deux Tours

05/07/2006 07:00
275 lectures
"La victoire est brillante, mais l'échec est mat" (Coluche)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/30.06.2006-117...

"chess is such a difficult game
there are so many pieces
so many squares where you can go
so few promises
never you mind all the others
anticipating your next move
i know it's hard cause you got a lot to do
street signs and traffic lights ever confusing me it's you
stop left, go right, no U-turn, where's the goddamn exit
never you mind all the others
influencing your next move
i know it's hard cause you got a lot to prove
lalalalalalala
sex and drugs and rock n' roll
pieces by rocking for you
this puzzle can't be done wrong
so cover 'em while you can
never you mind all the others
aniticipating your next move
never you mind all the others
never you mind what they do
don't let them get you down cause it's there too
you'll be trapped forever under their shoe
here is the paper so go
i know it's hard cause you got a lot to do
fa la la la la la la la la la la la la la la la la la" (source)

Weezer, Chess

Pétale douce

Oder pédale tousse ? Yo, là en tout cas on dirait que c'est pied à terre et fin de l'étape, sans vainqueur... Et la boucle n'aura pas été bouclée...

Robert a dit :
Boucler : 1. attacher, serrer au moyen d'une boucle. Ex : boucler sa ceinture 2. Fermer. Ex : il est l'heure de boucler le magasin – La boucler : se taire 3. Mettre une boucle à (une jument) 4. Donner la forme d'une boucle à. Ex : boucler ses cheveux 5. Cerner par des troupes. Ex : boucler un quartier.

"La chance c'est comme le Tour de France: on l'attend longtemps et puis ça passe vite. Alors quand le moment vient, il faut sauter la barrière..." (Amélie Poulain)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/01.07.2006-039...

"Depuis longtemps, les journalistes ont suggéré à Henri DESGRANGE de faire porter par le leader du Tour de France un maillot distinctif. Finalement, Henri DESGRANGE accepte. Il choisit tout naturellement le jaune, comme la couleur du papier sur lequel est imprimé "L'Auto". Et ce jour-là, à Grenoble, Eugène CHRISTOPHE enfile cette "Toison d'Or". Plus tard, le Belge Philippe THYS, triple vainqueur du Tour de France, racontera qu'en 1913 Henri DESGRANGE lui avait déjà proposé de revêtir un maillot jaune. Mais, faute de preuves et de témoins, cette anecdote restera une légende." (source)

A qui le Tour ?

"Mobilité et stabilité ne sont pas antinomiques : un cycliste n'est stable sur sa bicyclette qu'en avançant" (Jacques Chirac)

Ah le Tour de France. Des mois qu'on l'attendait à Strasbourg, avec le décompte journalier place Kléber pour nous le rappeler au cas où...
Le Tour de France, c'est une ville métamorphosée, des véhicules publicitaires à gogo, des lancers de Cochonou, Haribo et autres produits marketing, des cyclistes bigarrés dans tous les sens, et pourtant pas une âme pour réparer mon vélo. Salauds ! Bref, on sent une certaine effervescence, même si le jour j le lieu de départ du prologue est finalement beaucoup plus accessible que prévu. L'ambiance est plutôt bon enfant, style fête foraine, à peine dérangée par le speaker qui hurle d'improbables noms de coureurs et leur classement. Bon après le reste c'est des mecs sur des vélos qui passent un à un en trombe devant nous, il faut sans doute aimer ça : alors que le précédent vient à peine de passer, on pense déjà au suivant. Au suivant...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/01.07.2006-026...

"Aussi surnommé la « Grande Boucle », le Tour de France fut créé en 1903 par Henri Desgrange, fondateur de L'Auto (ancêtre du quotidien sportif L'Équipe), sur une idée du journaliste Géo Lefèvre (1877-1961). L'objectif était de concurrencer les courses Paris-Brest-Paris (sponsorisée par Le Petit Journal) et Bordeaux-Paris (parrainée par Le Vélo). La rivalité entre les deux titres sportifs L'Auto et Le Vélo atteint en cette année 1903 son paroxysme. Le quotidien de Desgrange, L'Auto-Vélo est même contraint de changer son titre (qui devient L'Auto) le 16 janvier 1903, par décision de justice. Une lutte à mort s'engage dès lors entre ces deux titres. Dès le 19 janvier 1903, L'Auto annonce à la une la création d'une nouvelle épreuve : Le Tour de France. Desgrange annonce fièrement qu'il s'agit de « la plus grande course cycliste du monde entier ». Avec la fondation du Tour, L'Auto prend un ascendant décisif sur son concurrent créé en 1892. Le Vélo devient Le Journal de l'Automobile fin 1904, puis disparaît.

Le concept de Tour de France n'est pas nouveau, même en 1903. On mentionne ainsi l'expression Tour de France à propos des voyages en provinces de Catherine de Médicis en 1564. Citons également le voyage de trois années à travers le pays mettant fin à l'apprentissage des artisans : les compagnons (Tour de France du compagnonnage) et le Tour de France de deux enfants, dans lequel des générations de Français ont appris à lire. Côté sportif, le Tour de France cycliste n'est pas le premier créé. Il existe en effet depuis 1899 un Tour de France automobile. L'idée d'un Tour de France cycliste date de 1893 quand le quotidien parisien Le Journal émet l'idée de parrainer une telle épreuve, qui n'eut finalement jamais lieu.

Soixante coureurs participent au premier Tour de France. Il débute le 5 juillet 1903 à 15 heures et 16 minutes devant le café Le Réveil Matin à Montgeron, dans la banlieue sud de Paris. Ce premier Tour comprend seulement six étapes reliant Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes. Maurice Garin, grand favori avant le départ, remporte logiquement cette première édition.

Les 54 premières arrivées finales eurent lieu au Parc des Princes, stade contrôlé par L'Auto puis par L'Équipe. Henri Desgrange en fut le directeur dès 1897. À l'occasion des Tours 1903 et 1904 l'arrivée fut jugée à Ville-d'Avray car le préfet de la Seine avait interdit les arrivées de courses sur route au Parc. En revanche, la remise des prix s'effectua bien au Parc après un tour d'honneur des coureurs du Tour sur la piste du stade de la Porte d'Auteuil." (source)

Air Rance... Errance ?

02/07/2006 10:35
943 lectures
Arrivé avant 6h à l'aéroport, je découvre tout seul une fois dans le sas de sécurité que mon avion est annulé... depuis la veille. Comme quoi, contrôle et sécurité portent vraiment leurs fruits... Gêné, on m'envoie à un guichet, qui me renvoie à un autre, puis à un troisième. Forcément, ce qui devait arriver arriva et avec tout ce temps perdu je suis loin, loin sur la liste d'attente et rate le prochain avion. Je passe donc près de trois heures à l'aéroport, à maudire Air France, la réunion et Saint-Exupéry et le Petit Prince dont la statue métallique me nargue pendant tout le petit déjeuner... La suite n'est plus qu'anecdotique : arrivé à ma place, je la vois occupée, nous sommes deux sur la 15F. Le steward reste interloqué, me promet de trouver une solution et je suis ballotté de siège en siège tandis que l'avion se remplit. Il s'agit d'une erreur, me dit-il en revenant, ce que je n'avais pas imaginé, naturellement. Je souris en grinçant des dents. On m'installe à un siège, avant de me faire redéloger. Donc on m'attribue une autre place, elle aussi finalement occupée, et après avoir fait le flipper pendant 15 mn et essayé 23 sièges, je me pose enfin entre une grosse bourgeoise qui déchirera les pages du Magazine Air France pour les cacher avec un air gêné dans son sac Channel, et un homme qui passera le trajet les doigts dans le nez à envoyer ses boulettes de mon côté. Je hais déjà cette journée à Paris... Et l'heure passée dans la navette Air France immobilisée dans les bouchons n'améliore pas la situation...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/30.06.2006-147...

Heureusement, après une présence symbolique pour la fin de la réunion, je retrouve ma liberté et le contrôle du reste de ma journée. Elle débute à la Tour Eiffel, puis à l'encore tout frais Musée du Quai Branly, où un vigile vient quand même me dire avec un sourire sadique que les photos sont interdites, pendant que les flashs crépitent autour de nous. Il est dit qu'ils veulent tous me pourrir le jour... S'ensuite ensuite une quête frénétique dans la capitale, qui me verra arpenter le pavé sans relâche : Invalides, Pont Alexandre III, Petit et Grand Palais, Champs Elysées, Palais de la Découverte, Place et Pont de l'Alma, Musée d'art moderne, Pont de Iéna, Palais de Chaillot, Trocadéro, Quai et Fontaine Saint-Michel, Notre-Dame, Palais de Justice, Châtelet, Saint-Eustache, Hôtel de Ville, Louvre, etc. Pris dans mon obsession de marcher, je descends les quais dans l'autre sens, jusqu'à la Tour Eiffel et son effervescence continue bien qu'il soit minuit passé. Phare dans la nuit parisienne, elle guide mes pas perdus jusqu'à mon hôtel au milieu du Xve. Après quelques heures d'un court sommeil, malgré la douleur physique et le refus de mes jambes, je remonte jusqu'aux Invalides, erre vers Matignon, petit-déjeune dans le VIe et entre dans Saint-Sulpice, remonte vers le Quai d'Orsay et son musée, cherche Audrey Tautou entre deux pyramides au Louvre, traverse le Jardin des Tuileries jusqu'à la Concorde, puis Marie Madeleine, l'Opéra, Place Vendôme, le Louvre encore, puis je redescends jusqu'à Montparnasse. A bout, j'arrive à l'aéroport, pour apprendre que mon avion est annulé suite à des incidents techniques...

De la discorde à la Concorde...

01/07/2006 11:21
429 lectures
Escale parisienne, pour se donner un peu d'air...

"Il ne faut pas parler de concorde dans la maison d'un imbécile pendu" (Francis Blanche)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/30.06.2006-174...

"La place de la Concorde a été érigée entre 1755 et 1775. Ange-Jacques Gabriel (1698-1782) remportera le concours d'architecture en présentant un projet basé sur un octogone délimité par un fossé entouré de balustrades.

D'une superficie de 84.000 mètres carrés, cette place portera à l'origine le nom de Louis XV. Elle deviendra la place de la Révolution en 1792, après le renversement de la statue équestre du roi sculptée par Bouchardon. Ce lieu sera le théâtre des exécutions durant la Terreur. Pas moins de 1119 personnes, parmi lesquelles le Roi Louis XVI, sa femme Marie-Antoinette, la plupart de leurs proches, puis les chefs de la Révolution, subiront ici le châtiment de la guillotine.

Huit statues, représentant huit villes françaises différentes, seront commandées pour orner les piédestals érigés autour de la place. Cortot sculptera Brest et Rouen, Pradier Lille et Strasbourg, Petitot Lyon et Marseille, Caillouette Bordeaux et Nantes. Deux fontaines, inspirées de celles de Saint-Pierre de Rome, seront construites entre 1835 et 1840 au centre de la place. Celle du nord représentera la Navigation fluviale et celle du sud la Navigation maritime.

La place est délimitée au nord par deux bâtiments jumeaux construits par Ange-Jacques Gabriel de part et d'autre de la rue Royale. L'hôtel de la Marine accueille le siège de l'Etat Major de la Marine Française, et l'hôtel de Crillon est l'un des grands hôtels parisiens. Ce dernier sera le lieu de signature, le 6 février 1778, du Traité d'Amitiés et d'Echanges entre le Roi, Louis XVI et les treize Etats Indépendants d'Amérique. Benjamin Franklin comptera parmi les signataires représentant les Etats Unis. Une plaque adossée rue Royale commémore, en anglais et français, ce Traité par lequel la France reconnaissait l'Indépendance des Etats-Unis.

Les colonnades, inspirées de celles du Louvre, témoignent du style du début de la période Louis XVI. Les originaux des Chevaux de Marly, placés de part et d'autre des Champs-Elysées, se trouvent actuellement au Musée du Louvre. Ils ont été commandés à Guillaume Coustou pour le château de Marly.

L'obélisque en granit rose érigé au milieu de la place, vieux de 3300 ans, sera offert à la France en 1831 par Muhammad Ali, Vice-roi et Pacha d'Egypte. Le monument, d'un poids de 230 tonnes et mesurant 23 mètres de hauteur, se trouvait à l'origine dans le Temple de Thèbes (Louxor). Il parviendra à Paris sous le règne de Louis-Philippe, à l'issu d'un voyage de quatre années. L'obélisque est recouvert d'hiéroglyphes. Le socle décrit les moyens techniques ayant permis son transport et son érection sur la place." (source)
  • 1 (current)