Alsace


Faire aïe

10/09/2006 10:35
1.694 lectures
"J'ai une volonté de fer. Mais c'est toujours la même histoire, le fer... ça rouille"

Finalement, Mulhouse n'est pas si horrible que ça. Bien sûr, on est loin de la carte postale strasbourgeoise ou colmarienne, mais on sent que la ville mue, qu'elle s'aère, le petit centre piéton fait beaucoup de bien, ainsi que le tram coloré et les espaces verts l'accompagnant. Et en plus, les serveuses y sont sympathiques, bien qu'étrangement chaussées, hein mosto ;) Je fais donc un mea culpa officiel, même si ma visite fut rapide et ensoleillée et que cela mériterait d'être confirmé...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/01.09.2006-097...

D'après Wikipedia, plusieurs "entreprises réputées mondialement ont leurs origines à Mulhouse ou dans les environs :

BNP : Les origines de la BNP remontent à 1848, date de la création du Comptoir National d'Escompte de Paris et du Comptoir National d'Escompte de Mulhouse, et celles de Paribas à 1872 avec la création de la Banque de Paris et des Pays-Bas par la fusion de la Banque de Paris, fondée en 1869, avec la Banque de Crédit et de Dépôt des Pays-Bas, fondée en 1863 à Amsterdam. (site BNP)

DMC : Il y a de cela plus de 250 ans, en 1746, l'art et le commerce s'unissent à l'initiative de Jean-Henri Dollfus, qui fonde une co-entreprise avec deux autres jeunes entrepreneurs Jean-Jacques Schmalzer et Samuel Koechlin. Profitant de l'engouement de l'époque pour les tissus peints et du talent artistique de Jean-Henri, ils deviennent les pionniers en Europe de la fabrication industrielle des imprimés indiens peints à la main. (site DMC)

ALSTOM : André Koechlin ouvre un atelier de construction de locomotives à Mulhouse en 1839. Les affaires se développeront vite et Koechlin fusionne avec les Ateliers de Graffenstaden pour créer la Société Alsacienne de Construction Mécanique (SACM). L'annexion de l'Alsace-Lorraine par l'Allemagne, en 1871, entraîne le repli de la SACM à Belfort dans les années 1878-79. En 1893, la traction électrique ferroviaire commence à prendre un certain essor, l'Américain General Electric s'associe à la Compagnie française Thomson-Houston. Passée la première guerre mondiale, les électrifications prennent de l'ampleur. En 1928, Thomson-Houston fusionne avec une partie de la SACM pour former une nouvelle entreprise. Ce sera Als-Thom contraction d'ALSace-THOMson. ALSTHOM deviendra ALSTOM lors de l'introduction de son titre à la bourse de New York en 2001, le "th" étant plus difficile à prononcer pour les anglophones.

SCHLUMBERGER: Nicolas Schlumberger s'établit à Mulhouse en 1545, où il devient tanneur. C'est la naissance de l'une des plus grandes dynasties indutrielles françaises active dans le textile, la mécanique, l'électronique, le pétrole, la banque et la viticulture. (la famille Schlumberger ; le domaine Schlumberger ; François Conrad Schlumberger ; les puits de la fortune)

LOUIS DREYFUS : Les sociétés du Groupe Louis Dreyfus sont présentes dans plus de 53 pays. Leurs principales implantations se trouvent à Buenos Aires, Londres, Paris, São Paulo, Wilton (Connecticut) et Memphis (Tennessee). Depuis quelques années, le chiffre d'affaires annuel brut du Groupe est proche de 20 milliards de dollars. Créé il y a plus de 150 ans à Sierentz près de Mulhouse par Leopold Louis Dreyfus, le contrôle du Groupe est toujours resté entièrement entre les mains de la famille Louis Dreyfus. Neuf telecom est une filiale du groupe Dreyfus. (site Louis Dreyfus)

[...]

Le Crédit Mutuel : S'inspirant de l'expérience des caisses de crédit développées par F. G. Raiffeisen, le curé H. Cetty créa la première Caisse de Crédit Mutuel (Saint Joseph) en 1896 à Mulhouse. Il réussit à mettre en place un système de prévoyance, assurances contre la maladie, pensions pour les veuves. Mais surtout, la Caisse de Saint Joseph, sans subventions de l'État, permit la construction ou la rénovation de mille logements entre 1897 et 1909.

[...]

Mobilier Européen : Le Groupe Rapp, est issu de la menuiserie ébenisterie familiale fondée en 1925 dans le Sungau. Aujourd'hui, le Groupe Mobilier Européen est le premier franchiseur de l'ameublement et le troisième distributeur de meubles français avec les marques FLY, ATLAS et CROZATIER. (site Mobilier Européen)

Boeing : Un industriel allemand du nom de Wilhelm Boïng était le propriétaire de la filature de Dornach. Il émigra aux USA et "américanisa" son nom en Boeing, il devint le père de William Boeing créateur de la firme aéronautique Boeing." (source)

Le petit Nicolas au Bioscope

17/06/2006 07:09
1.313 lectures
Hier avec les copains, on a fait une sortie de classe. C'est drôlement amusant quand on sort tous ensemble, comme ça. C'est dommage qu'on le fasse pas plus souvent, mais la maîtresse, elle dit qu'il faut aussi travailler un peu dans la vie. On a pas très bien compris, parce que nous, ce qu'on préfère, c'est s'amuser avec les copains, mais on a rien dit. Pour aller au Bioscope, on a pris le bus et tout, c'était chouette. On a commencé par se promener un peu, mais les filles, elles avaient chaud. Les filles, elles ont toujours froid ou chaud, je sais pas comment elles font. Alors on est allé regarder un peu la télé, mais Eudes il a dit que la télé, elle était plus grande chez lui, et qu'en plus il avait plus de chaînes, alors on est partis. Là on a fait de la balançoire et du trampoline, c'était terrible ! Avec les copains, on s'est dit que ça serait chouette d'avoir un trampoline, mais Camille elle a dit que c'était dangereux. Camille, elle est rigolote, mais elle veut jamais rien faire. Alors on est allé au spectacle. Bon on n'a pas très bien compris pourquoi la fille elle se roulait par terre en bas au lieu de regarder les images comme nous, mais le surveillant, il a dit que c'était son métier, à la fille, de danser. Avec Eudes on s'est dit qu'on aimait bien ce qu'elle faisait, la fille, même si on comprenait pas trop. Eudes, il a dit qu'en plus elle était jolie, et ça a fait rire les copains, mais pas les copines. Les filles, c'est compliqué et c'est jamais content de toute façon.

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/16.06.2006-077...

Ensuite on s'est dit que ça serait chouette d'aller voir l'expo crado. Sophie, elle a dit qu'ils expliquaient le caca et les pets, alors avec les copains on a trouvé ça terrible et on n'a pas regretté. Y avaient plein de machines bizarres et on pouvait faire plein de jeux sur le nez qui coule, le vomi, etc. On pouvait même sentir les fesses ou les pieds, mais là c'était beaucoup moins chouette, et Sophie elle a dit que c'était dégoûtant et qu'elle voulait rentrer. Nous on s'est quand même beaucoup amusé, et avec les copains on a dit que c'était plus intéressant que le reste. Ensuite on est allé à un autre spectacle, et là y avait plus personne. Camille elle a dit que les autres préféraient boire des cocas ou rentrer parce qu'ils s'ennuyaient, mais de toute façon le bus était pas encore là. Nous on a bien fait d'aller voir, parce qu'il y avait du feu partout et de l'eau qui coulait sur la terre, c'était chouette. Enfin moi je m'en souviens pas très bien, je jouais avec mon appareil de photo. Je crois qu'on n'a pas tout compris, mais Sophie, elle a dit que c'était de l'art, et que l'art, c'était une question d'interprétation. Avec Eudes, on a rigolé et on s'est dit qu'elle disait ça parce qu'elle avait rien compris, alors elle est devenue toute rouge, c'était rigolo, mais on est vite allé faire autre chose.

En sortant, on a reçu des invitations pour revenir, mais Eudes il a dit que comme c'était nul et que personne ne venait, ils voulaient qu'on revienne. Avec les copains, on a vachement rigolé, mais la maîtresse est devenue tout rouge et de la façon dont elle a dit de monter dans le bus, on a compris que c'était pas le moment de rigoler. On a vite obéi. Ensuite la maîtresse elle a demandé si on avait aimé, et là toute la classe a rigolé, et la maîtresse elle est devenue encore plus rouge. Alors on a compris que c'était pas le moment de rigoler et on a expliqué qu'il y avait des trucs chouette quand même. Là un monsieur a dit que c'était quand même cher et loin pour ce que c'était, mais nous on a trouvé que c'était chouette, de partir tous ensemble comme ça... La maîtresse elle a dit que de toute façon on était un peu vieux et que c'était pour les plus petits, alors nous on était vachement fiers...

Le Bioscope

01/06/2006 07:12
575 lectures
(Petite touche informative pour une fois...)

1er juin ! Le printemps, les beaux jours, l'amour, tout ça ? Non, non, l'ouverture du fameux projet "Bioscope" en Alsace...

https://racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/28.05.2006-010-392eb.jpg

"Le Bioscope, premier parc de loisirs et de découvertes entièrement consacré à l'Homme et son Environnement ouvrira le 1er juin 2006 en Alsace.

A travers un parcours inédit, surprenant et riche de rencontres, il offre au visiteur une approche originale de toutes les facettes de la vie sur terre.

Installé dans un magnifique parc paysager à l'architecture innovante, il est organisé autour de l'impact d'une météorite.
Les animations proposées sont articulées autour de l'Homme (les soins & les remèdes, son sommeil & ses rêves, ses équilibres & ses déséquilibres) et son Environnement (les climats extrêmes, les écosystèmes, l'environnement & les pollutions) :

[...]

Des activités ludiques mettant en scène les différents univers : l'environnement et les pollutions, les écosystèmes, les climats extrêmes, le sommeil et les rêves...

Deux spectacles vivants époustouflants également mis en scène :
- Théâtre des Eléments : une chorégraphie qui mêle l'homme aux quatre éléments avec des effets pyrotechniques saisissants.
- Théâtre de l'Homme : des jeux de scène et des effets visuels audacieux entre l'homme et les images.

Un jeu : le « bioprofileur ». Il permet de déterminer la sensibilité de chacun des visiteurs aux grands défis de demain.

En mettant en lumière les différents équilibres naturels, l'objectif du Bioscope est d'informer le grand public et de le sensibiliser de manière ludique aux multiples richesses de la vie sur terre. Il a pour vocation de donner envie d'agir pour l'avenir de la planète.

[...]

Le Bioscope est un projet initié par les collectivités locales alsaciennes, Région alsace et Département du Haut-Rhin, regroupées dans le Symbio (Syndicat Mixte du Bioscope) présidé par le sénateur Hubert Haenel, vice-président du Conseil Régional d'Alsace.

Le Symbio a conclu un partenariat public-privé avec Grévin & Cie, opérateur privé qui apporte sa compétence professionnelle, reconnue au plan européen, en matière de divertissement familial. Une convention de délégation de service public a été signée entre le Symbio et Grévin & Cie en 2001. Elle prévoit que Grévin & Cie conçoit, réalise et exploite le site, en portant le risque d'exploitation, pour 30 ans.


Le montant de l'investissement public dans le Bioscope

Le coût total des deux phases du Bioscope est de 61 M€, répartis en 51 % à la charge de Grévin & Cie et 49 % à celle des collectivités. Au sein de ces 49 % :
- 50 % sont à la charge de la Région Alsace (15 M€ pour l'ensemble du projet) ;
- 50 % sont à la charge du Département du Haut-Rhin (15 M€ pour l'ensemble du projet).
En complément, le Département du Haut-Rhin a piloté et financé la desserte routière de l'Ecomusée et du Bioscope et la Région Alsace financera leur future desserte ferroviaire.

La convention de délégation de service public prévoit un investissement en deux phases, de 30,5 M€ en phase 1 (réalisé à l'ouverture) et de 30,5 M€ en phase 2 (mise en oeuvre progressive à partir de 2008)." (source)

En savoir plus :

http://www.lebioscope.com/FR/home.asp

http://www.projet-bioscope.net/index_01.htm


Musicalement, renvoi à la chanson "Plus rien", des Cowboys Fringants (ici)
  • 1 (current)