Humeur



(P)rose ?

12/08/2008 22:54
303 lectures
Vivez si m'en croyez, n'attendez à demain.
Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.


http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/strasbourgg-76...

"Te faire mourir de rire
Aspirer tes soupirs
M'enfermer tout le jour
Ecrire des mots d'amour
Boire mon café noir
Me lever en retard
Pleurer sur un trottoir
Me serrer sur ton coeur
Pardonner tes erreurs
Jouer de la guitare
Danser sur un comptoir..."

Pas sage interdit ?

08/08/2008 14:09
238 lectures
Qui vit sans folie n'est pas si sage qu'on croit ?

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/19.08.2007-009...

"Le mal est entré
Meilleur ennemi
Il sait m'abandonner
Me ramener près de lui
Je n'veux pas rester sage
J'aime le souffre et l'envie
Abuser de mon âge
Je n'veux pas rester sage
Le mal est ma lueur
Son ombre est ma couleur
Le mal est ma lueur
Mon parfum son odeur
Prends ton mal en douceur"

Lune et l'autre

07/08/2008 00:01
279 lectures
Il ne sert de rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/vacances-itali...
http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/vacances-itali...

« Mon père et son peuple disent que le jour où le soleil est né, en même temps que la lune, leur mère mourut. Alors le soleil offrit le corps de sa mère à la terre pour que puisse jaillir la vie. De sa poitrine il fit surgir les étoiles. Et il les lança très haut dans le ciel pour consoler la lune. »
(Le Dernier des Mohicans)



Citizen K ?

04/08/2008 00:01
403 lectures
"L'avènement de la démocratie a marqué le passage d'un régime
monarchique régnant sur des sujets inégalement dotés de privilèges à
une société composée de citoyennes et de citoyens qui tous jouissent
des mêmes droits et qui, selon la belle expression d'Alexis de
Tocqueville, « regardent la loi comme leur ouvrage ». Les temps
présents exigent un nouvel affranchissement pour les gens rabaissés au
rang de consommateurs et de contribuables passifs recouvrent leur
statut de citoyens.

Le citoyen est celui qui participe à la définition de ses droits dans
la cité, se donne les moyens de les défendre et prend part, suivant
ses talents et ses moyens, à l'effort commun de promouvoir, l'un par
l'autre, l'épanouissement de l'individu et l'avenir de la communauté.
Il se sent coresponsable du bien commun et de la société dans laquelle
il vit et contribue à lui donner un sens. Le citoyen n'abandonne
jamais sa souveraineté aux autorités en place ni aux experts."


Mouaif...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/10.05.2008-013...

"Seuls l'amour et l'amitié comblent la solitude de nos jours. Le bonheur n'est pas le droit de chacun, c'est un combat de tous les jours. Je crois qu'il faut savoir le vivre lorsqu'il se présente à nous." (Orson Welles ?)


Libeeeeerch'tiiiiiii

13/05/2008 00:01
256 lectures
Info ou intox ? Mel Gibson se serait inspiré d'une bataille entre miniers lensois (consanguins ?) et hooligans parisiens à la plaine Saint-Denis pour tourner Braveheart.

"Every man dies. Not every man really lives..."

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/10.05.2008-012...

"L'homme qui réclame la liberté, c'est au bonheur qu'il pense."
(ce n'est pas du William Wallace ni du Dany Boon)




Shooting dogs

14/04/2008 23:15
377 lectures
Pas de blague, pas de photo...
Juste quelques extraits, par paresse, même s'ils n'expriment pas forcément la force de l'horreur...

"Shooting Dogs fait référence au seul moment de révolte du père Christopher, quand après avoir découvert les cadavres de soeurs violées et assassinées, celui-ci demande au capitaine Delon si les chiens qui dévorent les cadavres à la sortie de l'école et sur lesquels il s'apprête à faire tirer "pour des raisons sanitaires", lui ont préalablement tiré dessus, puisque le mandat de l'O.N.U. ne leur permet de faire usage de leurs armes qu'en cas de légitime défense.
[...]
Une journaliste de la B.B.C. que Joe est allé chercher, persuadé que "là où est la télévision, rien ne peut arriver", lui avoue qu'en Bosnie, quand elle voyait le cadavre d'une femme, elle pleurait parce qu'elle se disait que cette femme pourrait être sa mère, alors que là, ce ne sont que des Africains, et qu'elle a honte de ne pas pleurer. Quant au bouclier de la télé, il ne durera pas, puisque l'équipe partira dans les fourgons de la Légion..." (source 1)

http://www.opendemocracy.net/content/articles/3432/images/TWO_565.jpg

"C'est aussi pour cela que le film atteint sa cible: il distille un malaise palpable, qui ne tient pas seulement à l'horreur de la situation mais nous renvoie à notre propre lâcheté. L'on a beau savoir que l'on n'est aucunement responsable des évènements ayant conduits au génocide rwandais, ou même de l'absence d'intervention des grandes puissances, rien n'y fait: le film laisse un goût amer dans la bouche. Un sentiment parfaitement stigmatisé durant un épilogue européen dont la sophistication répond de manière glaçante à la poussière, au sang et à la fureur des évènements qui ont précédé. Un voyage dont, à l'instar des protagonistes, on ne ressort pas indemne. Et n'en doutez pas, le choc risque d'être brutal lorsque vous ressortirez du cinéma à l'issue de la projection, et retrouverez les rues propres et bien éclairées d'une France dont la richesse et la garantie de sécurité vous paraîtront, par contraste, presque déplacées." (source 2)

FARC en ciel

11/04/2008 00:01
301 lectures
Malgré la pluie persistante, l'horizon s'éclaircit, le feu s'éteint autour de la flamme. Et c'est même pas à cause d'un Chinois cette fois !

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/18.03.2008-224...

On se passe le flambeau, et là il est loin... Nos médias ont donc pu recentrer l'actualité autour de sujets enfin vitaux pour la démocratie et la survie de notre conscience occidentale, comme la carte SNCF famille nombreuse, la grogne lycéenne, les comptes du Medef, le remariage déjà consommé de Cécilia, la Champions League et autres broutilles environnementales...

Un peu plus et on allait faire des banderoles et des pétitions, eh...

Bordel, le Tibet a attendu 50 ans, il allait pas passer devant tout le monde comme ça hein, même les moines doivent faire la queue ! Et Ingrid aussi pour le coup, non mais...

Flam's olympique

09/04/2008 00:02
443 lectures
Bienvenue en l'Alsace !
Les amateurs de Flammekueche n'ont peut-être pas droit au passage ardent de la bougie magique olympo-tibétaine (c'est pas fait pour les Douillet, ça s'éteint et se rallume tout le temps ce truc, pire qu'une mauvaise guirlande de Noël), mais en retour ils ont droit à un article incendiaire d'un journaliste qui s'enflamme. Le pyromane verbal tire à boulets rouges sur un public déjà bien carbonisé avec un article fait de briquet et de broc. Un brûlot de plus pour une presse qui consume doucement mais sûrement ses valeurs. Dommage...
Feu la presse... comme y disent en Chine en rechargeant...

Tiens, certains médias font pareil ici...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/25.11.2006-035...
(Prototype inextinguible à l'essai dans les bus pékinois - Pourrait également servir à éclairer certaines plumes en manque d'inspiration)

"Beaucoup de mots, très peu d'humour, moitié pinson, moitié vautour
Ça dépend de l'heure et du jour, de l'édition et du tirage
Ils ont autant d'élan moral qu'ils ont de pages à leur journal
Ça fait du bien, ça fait du mal, ça dépend de leurs avantages
Ils vous habillent à leur façon, vous prêtent des déclarations
Vous coupent en deux ou trois tronçons, ils vous tuent puis ils vous éventrent
Ils racontent ce qu'ils ont su, d'un autre qui est bien connu
Un autre qui est très bien vu quand ils n'ont rien su ils inventent

Quand ils ont lu Tintin, Prévert, quand ils ont écrit quatre vers
On les consacre reporters dans la mode ou la politique
Quand ils n'ont plus assez d'idées on les met aux chiens égarés
Quand y'en a plus ils sont mutés, on les met aux rangs des critiques..."






Blues au tel

02/12/2007 22:11
347 lectures
Manque, n.m : fait de manquer, absence ou grave insuffisance d'une chose rare

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/01.12.2007-011...

"Blue Hotel, on a lonely highway,
Blue Hotel, life don't work out my way.

Blue Hotel, on a lonely highway,
Blue Hotel, life don't work out my way.
I wait alone in a lonely night,
Blue Hotel. Blue Hotel.

Blue Hotel, every room is lonely,
Blue Hotel, I was waitin' only.
The man in the light had a lonely dream,
Blue Hotel. Blue Hotel.

Blue Hotel, on a lonely highway,
Blue Hotel, life don't work out my way.

Blue Hotel, on a lonely highway,
Blue Hotel, life don't work out my way.
I wait alone in a lonely night,
Blue Hotel. Blue Hotel." (source)

Chris Isaac, Blue Hotel

Brrrr... rhume du matin

16/10/2007 00:01
748 lectures
Un des plaisirs du matin en allant au boulot, c'est de percer la brume ambiante pour débouler la mine pas très fraîche (contrairement aux températures) au milieu des canards et de devoir s'arrêter pour les laisser passer joyeusement...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/10.10.2007-010...

Coin coin...

Red aérien

11/10/2007 00:01
972 lectures
"Quand le soleil s'éclipse, on en voit la grandeur"

C'est comme un choc. Le genre de spectacle qui fait s'arrêter, regarder, capturer...

Un peu plus et il n'y aurait rien d'autre... Qu'astres, comme ils disent au rugby...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/10.10.2007-013...

"I've never seen you looking so gorgeous as you did tonight
I've never seen you shine so bright you were amazing
I've never seen so many people want to be there by your side
And when you turned to me and smiled, It took my breath away
I have never had such a feeling
Such a feeling of complete and utter love, as I do tonight

The way you look tonight
I never will forget, the way you look tonight
The lady in red
The lady in red..."

Sot interdit

30/09/2007 00:01
247 lectures
Des berges aux barges...
Rentré depuis 24h et une avalanche de tarés, ça promet...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/26.09.2007-040...

"Il est temps à nouveau, oh temps à nouveau
De prendre le souffle nouveau
Il est temps à nouveau, oh temps à nouveau
De nous jeter à l'eau..."

Héros, hic

28/09/2007 17:27
278 lectures
"Rien n'est plus délicieux que l'attente de ce qui paraît inéluctable"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/26.09.2007-038...

"Enhardi par l'alcool, je plonge longuement mes yeux dans les siens. Quelque part, je savais que ça se passerait comme ça et elle aussi, sans doute. C'est comme ça cette nuit, ça ne se reproduira pas, chacun repartira de son côté, mais c'est inéluctable.
Au milieu des cris, des rires et de la musique, je m'approche donc et lui tends calmement la main en guise d'invitation. Elle l'attrape et se lève, les autres n'existent plus. Je serre ses petits doigts entre les miens et perce la foule en l'entraînant. Malgré la tempête de bruit et de corps qui ondulent, je ne la lâche pas et bientôt nous nous noyons délibérément dans la masse..."

Oh schreck !

29/08/2007 00:01
548 lectures
E mànn ohne frau, esch e baum ohne bluesch...

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 0ctGr5aKD_s via l'API



Qu'est-ce qu'on se marais hein...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/24.08.2007-005...

"Mangez-moi ! Mangez-moi ! Mangez-moi !
Mangez-moi ! Mangez-moi ! Mangez-moi !
C'est le chant du psylo qui supplie
Qui joue avec les âmes
Et ouvre les volets de la perception

Est-ce que c'est un bon ?
Mais non c'est pas un bon
Car y'a pas de téton
Et puis il est trop plat
Il n'a pas la bonne couleur
Ne nous décourageons pas
Ouvrons les oreilles et écoutons..."


Fleur du mâle

20/08/2007 00:01
357 lectures
Cliché volé au jardin botanique...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/18.08.2007-006...

"Le long du vieux faubourg, où pendent aux masures
Les persiennes, abri des secrètes luxures,
Quand le soleil cruel frappe à traits redoublés
Sur la ville et les champs, sur les toits et les blés,
Je vais m'exercer seul à ma fantasque escrime,
Flairant dans tous les coins les hasards de la rime,
Trébuchant sur les mots comme sur les pavés,
Heurtant parfois des vers depuis longtemps rêvés. "

Les fleurs du mal - Le soleil

Jarte d'un des deux (rives)

17/08/2007 00:01
415 lectures
Il paraît que tout est éphémère... même les jardins tiens !
De toute façon, quand l'éphémère ride, ce n'est pas sain, on a trop traîné...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/15.08.2007-007...

Donc le Jardin des deux rives, c'est plutôt sympa en ce moment
Allez, pour la peine, y a même le site du Garten

"Plus qu'un simple lien fonctionnel entre deux rives, le jardin offre à la passerelle la capacité de s'inscrire en harmonie avec le paysage. Elle propose un lien organique avec le Rhin, lequel se voit célébré comme un pôle naturel d'un espace de rencontre, de promenade et d'agrément. Déjà dans son imprévisibilité saisonnière, le fleuve constitue à lui seul un extraordinaire spectacle permanent. La passerelle Mimram n'est pas une passerelle parmi d'autres. Elle est unique parce qu'imaginée spécifiquement pour ce lieu."

Jet le d'eau fin

16/08/2007 23:35
279 lectures
Flic, flac... plouf

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/15.08.2007-033...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/15.08.2007-038...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/15.08.2007-043...

"Puisque les dauphins sont des rois
Tout seul le silence s'impose
Puisqu'il revient à qui de droit
De tenter les métamorphoses
Puisque les révolutions
Se font maintenant à la maison
Et que lorsque le monde implose
Ce n'est qu'une nouvelle émission, émission..."

L'art mateur

28/05/2007 00:24
1.038 lectures
Ou comment passer d'une manifestation culturelle avec des oeuvres d'art exposées sur les berges d'un canal au naufrage du Titanic...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/27.05.2007-050...

"J'aurais voulu être un artiste
Pour pouvoir faire mon numéro
Quand l'avion se pose sur la piste
A Rotterdam ou à Rio
J'aurais voulu être un chanteur
Pour pouvoir crier qui je suis
J'aurais voulu être un auteur
Pour pouvoir inventer ma vie
Pour pouvoir inventer ma vie

J'aurais voulu être un acteur
Pour tous les jours changer de peau
Et pour pouvoir me trouver beau
Sur un grand écran en couleur
Sur un grand écran en couleur

J'aurais voulu être un artiste
Pour avoir le monde à refaire
Pour pouvoir être un anarchiste
Et vivre comme un millionnaire
Et vivre comme un millionnaire

J'aurais voulu être un artiste....
Pour pouvoir dire pourquoi j'existe"

Sous rire, le retour

15/04/2007 11:26
530 lectures
Il y a un an, une photo illustrait un billet, suite à la découverte d'un message à la craie sur un mur : "il y a ton sourire"

Un an après, des messages identiques refleurissent, preuve que rien n'a changé...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/04.03.2007-013...

D'autres l'ont d'ailleurs remarqué, puisqu'un dialogue s'installe, avec notamment un "mais quel sourire ?!" limite excédé, entraînant la réponse de notre amoureux, ou d'un troisième intervenant, compréhensif :

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/04.03.2007-012...

"Ce matin au réveil
Quand j'me suis retournée
Quelle fut pas ma surprise !
C'est sur toi que je suis tombée
Moi qui voulais pas sortir
Y a des jours comme ça
Moi qui voulais juste dormir
Et maintenant, t'es là !

Chut ! Ne dis rien
Reste encore mystérieux
Chut ! Ne bouge pas
Je suis si bien dans tes yeux

Quelle heure et quel jour on est ?
J'oublie toujours
Est-ce l'hiver ? Est-ce l'été ?
Je m'en rappelle jamais
Comment on s'est r'trouvés là ?
Laisse-moi deviner
Pour une fois qu'j't'attendais pas
Et maintenant, ça y est !

Chut ! Ne dis rien
Dans tes yeux, je vois l'jour
Chut ! Ne bouge pas
Reste encore mon amour

Je suis une femme dangereuse
Vraiment infréquentable
Je suis une femme amoureuse
Vraiment incontrôlable

Chut ! Ne dis rien
Reste encore dans mon lit
Chut ! Ne bouge pas
Tu t'appelles chéri et
Dans tes bras je suis bien

Oui ! Ne dis rien
Laisse-moi me réveiller
Chut ! Ne bouge pas
Laisse-moi encore rêver
Chut !" (source)

Adrienne Pauly, Chut

Jour sein

09/04/2007 09:28
539 lectures
"Cachez ce saint que je ne saurais voir..."

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/06.04.2007-003...

"Les deux jours de Pâques (le dimanche et le lundi) sont reconnus comme jours fériés par la plupart des pays de tradition chrétienne, excepté aux États-Unis où Pâques est célébrée seulement le dimanche de Pâques et non pas aussi le lundi de Pâques. En France par exemple, le lundi de Pâques est férié depuis la loi du 8 mars 1886. Dans les département de l'Alsace et en Moselle le vendredi saint, qui précède le dimanche de Pâques est également férié." (source)


Vers sot

18/03/2007 10:28
723 lectures
Le Temps nous égare
Le Temps nous étreint
Le Temps nous est gare
Le Temps nous est train (Prévert)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/photos-085-ad5...

"Le Verseau, onzième signe du Zodiaque, est gouverné par Uranus et Saturne. Symboliquement, le signe du Verseau est représenté par un archange replié qui tient deux urnes, l'une en or et l'autre en argent, d'où s'échappe l'eau, source de vie spirituelle. Ce symbolisme fait de lui un guide pour l'humanité, un éclaireur pour les conquérants et les chercheurs de la Lumière et de la Vérité afin d'assurer le bonheur aux générations futures.

Tempérament
De type sanguin, correspondant à l'élément air (chaud et humide), le natif du Verseau est avant tout un être doté d'une intelligence exceptionnelle, d'un magnétisme inégalé, d'une intuition extraordinaire et d'un idéalisme positif qu'il sait communiquer à tout son entourage. Il se fait remarquer par son allure rapide et ses idées originales sinon avant-gardistes teintées d'une note d'excentricité.

Description physique
Généralement, le natif du Verseau se distingue par sa taille assez grande, son corps solide et résistant. Sa complexion sanguine dépeint admirablement un visage long, accentué par un front large et bien développé indiquant fortement la nature cérébrale de ce signe. Les yeux bleu azur décorent joyeusement cette jolie figure couronnée de cheveux blonds ondulés.

Comportement général
Le Verseau endosse un caractère fort et une personnalité très puissante qui n'accepte pas les demi-mesures; ses opinions sont franches et directes, manquent quelquefois de souplesse mais demeurent très originales. De plus, ce natif regorge de qualités remarquables qui indubitablement magnétisent consciemment ou inconsciemment les personnes qui le côtoient; on peut alors remarquer chez lui son altruisme, sa grande curiosité, son impressionnantes intuition et ses remarquables conceptions originales. En outre, c'est un être parfois difficile à découvrir et à classifier justement à cause de son modernisme avancé. Cependant, grâce à son esprit de fraternité et son humanisme, il se classe dans une catégorie de gens dont le but ultime devient l'amour universel.

En amour
Le natif du Verseau affiche une nature ni très émotive ni très sensuelle, puisqu'il est d'abord et avant tout un intellectuel et un cérébral. Cependant, il est capable d'aimer profondément, sincèrement et surtout avec une grande fidélité ceux qu'il estime. Si toutefois, il développe un esprit d'indépendance outré, alors sa fidélité devient quelque peu précaire faisant de lui un personnage redouté pour ses extravagances et ses frivolités. Mais, il n'en demeure pas moins qu'il apprécie particulièrement les petites fantaisies amoureuses de son partenaire et affectionne une vie aventureuse, quelquefois même bohème, où règne le changement dans ses habitudes quotidiennes. En résumé, c'est un être rempli de charme et de magnétisme qui se fait un devoir de se faire aimer et apprécier de tous.

[...]

L'homme Verseau
L'homme Verseau désire une femme qui soit digne de combler tous ses besoins et exigences, c'est-à-dire qu'elle soit femme, mère, amie et amante, car celui-ci s'avère un amoureux très attachant. Cependant, il fait surtout en sorte que sa compagne évite de chagriner sa nature idéaliste et quelque peu orgueilleuse en aiguisant sa jalousie, car ses amitiés et ses amours sont très importantes pour lui; qui ne connaît pas de demi-mesures ? Ce majestueux personnage fait généralement un bon époux qui offre à sa famille les commodités les plus modernes que plusieurs femmes envient. En retour, il exige de son épouse beaucoup d'originalité dans son mode de pensée et lui demande d'être très innovatrice sur le plan sentimental.

En affaires
Le natif du Verseau a une remarquable facilité d'assimilation, une extraordinaire intelligence assoiffée de connaissances qui l'entraîne vers toutes les manifestations scientifiques, artistiques et philosophiques. Dans tous les domaines, il s'exécute avec brio grâce à ses idées typiquement originales et ultra-modernes; c'est donc le plus illustre pionnier du modernisme. Il se passionne pour tout ce qui peut éblouir et épanouir son potentiel de créativité; il s'alimente de formules contemporaines susceptibles d'assouvir ses illustres aspirations. Ce pittoresque personnage sans idée préconçue se débrouille adroitement dans n'importe quel métier où il peut mettre en évidence toute sa créativité et son originalité au service d'autrui. Sur le plan financier, son étonnante intuition lui permet d'opérer d'importantes transactions financières susceptibles d'augmenter considérablement son revenu et de lui faire atteindre les plus hauts sommets de la célébrité et de la richesse. Cependant, sa conception de la vie fait briller en lui une flamme ardente d'amour humanitaire, lui fait disperser une partie de ses biens pour venir en aide aux moins fortunés." (source)

Mouarf...
A qui faut faire le chèque ?

Alea jaccio est

10/03/2007 21:08
1.101 lectures
Oui, bon, c'était histoire de faire mon jeu de mot débile...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/24.04.06-009-f...

"Alea jacta est est une locution latine signifiant « le sort en est jeté ». Selon Suétone[1], ces paroles furent prononcées par César, le 10 janvier -49 lors du passage du Rubicon. Cette rivière marquait la limite qu'aucune armée ne devait franchir. Un tel acte étant contraire à la loi et considéré comme un acte d'agression. Sommé de remettre ses légions au sénat et de rentrer en Italie en tant que civil ordinaire, César décida de braver la puissance du Sénat romain et surtout celle de Pompée, consul unique.

Tout d'abord hésitant face à l'énormité de son entreprise, il prit sa décision suite à un signe miraculeux [2] qui lui donna le courage de « franchir le Rubicon » (ici au sens propre, mais c'est une expression signifiant avoir franchi le point de non-retour). César, franchissant à son tour le pont sur le Rubicon avec ses légions, prononça alors la célèbre phrase : « Alea jacta est ». Ce faisant il déclenchait la guerre civile" (source)

Dense avec moi ?

09/03/2007 00:01
1.441 lectures
"Vivre intensément ne signifie pas vivre chaque jour comme si c'était le dernier mais comme si c'était le premier"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/04.03.2007-001...

"The mind has so many pictures
Why can't I sleep with my eyes open
The mind has so many memories
Can you remember what it looks like when I cry

I'm Trying, trying to tell you
All that I can in a sweet and velvet tongue
But no words ever could sell you
Sell you on me after all that I have done

I'm only the one you love
Am I only the one you love ?
The Lady Gloom and her hornets circling round
Is now before us, the screaming's done without moving
One little move and for sure you will be stung

I'm singing "Oh, Jerusalem oh, Jerusalem
See what he's picked up in the park"
Let's f**k this awful art party
Want you to make love to me and only to me in the dark

I'm only the one you love
Am I only the one you love ?

We've traded in our snap shots
We're going through the motions
Into the view, I'm leaving you
Down Conduit Avenue into the early morning
Into the early morning
The one I love
Are you only the one I love ?" (source)

Po(hér)ésie du matin

04/03/2007 10:54
1.108 lectures
Retur des promenades matinales et déjà printanières...

"On se demande parfois si la vie a un sens... et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie"

https://racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/04.03.2007-003-17cd0.jpg

"C'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des jours
Voire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujours
Une route pleine de virages, des trajectoires qui dévient
Un ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vie
Evidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie d'faire connaissance
Y'avait un tas d'personnes et personne marchait dans l'même sens
Alors j'continuais tout droit mais un doute s'est installé
Je savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais aller
Mais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontres
Des trucs impressionants, faut absolument qu'j'vous raconte
Ces personnages que j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humains
Tu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la main
Tout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocence
Un être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérience
On a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cru
J'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparue
Un moment sur mon ch'min, j'ai rencontré le sport
Un mec physique, un peu grande gueule mais auprès d'qui tu d'viens fort
Pour des raisons techniques on a du s'quitter c'était dur
Mais finalement c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbatures
J'ai rencontré la poésie, elle avait un air bien prétentieux
Elle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieux
J'lui ai dit j't'ai d'jà croisée et franchement tu vaux pas l'coup
On m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relou
Mais la poésie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formes
J'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normes
J'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble ? J'crois qu'j'suis accroc
Elle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent trop
Puis j'ai rencontré la détresse et franchement elle m'a saoulé
On a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'foulée
Elle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tension
Mais vous savez quoi ? La détresse, elle a pas d'conversations
Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour
J'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours
Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul
Tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule
L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff
Alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes
Moi j'veux bien être gentille mais faut qu'chacun y mette du sien
Les humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicien
On s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compte
Que l'amour était sympa mais que quand même il s'la raconte
Puis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaine
Que ce soir il d'vait diner chez sa d'mi-soeur : la haine
Avant d'partir j'ai pas bien compris, il m'a conseillé d'y croire toujours
Puis s'est éloigné sans s'retourner, c'était mes derniers mots d'amour
J'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réalisé
Et je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiser
Un peu plu stard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresse
Ce qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresse
Un peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgie
La fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougie
Assez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitié
Et jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtés
Avec elle j'ma tape des barres et on connait pas la routine
Maintenant c'est sûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copine
J'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieux
Il avait la voix déformée et un masque sur les yeux
Pas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune piste
Je sais pas à quoi il r'semble mais au moins j'sais qu'il existe
J'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joie
C'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choix
J'suis pas au bout d'mes surprises, là d'sus y'a aucun doute
Et tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma route

C'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des jours
Voire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujours
Une route pleine de virage, des trajectoires qui dévient
Un ch'min un peu bizarre, un peu tordu, un peu comme la vie." (source)

Grand Corps Malade, Rencontres

Clip... clap

23/02/2007 00:01
392 lectures
Clope ?

"Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres."

Clopin-clopant... Surtout le clip d'ailleurs...



"Si je m'arrête un instant
Pour te parler de ma vie
Juste comme ça tranquillement
Dans un bar rue St-Denis
J'te raconterai les souv'nirs
Bien gravés dans ma mémoire
De cette époque où vieillir
Était encore bien illusoire
Quand j'agaçais des p'tites filles
Pas loin des balançoires
Et que mon sac de billes
Devenait un vrai trésor
Ces hivers enneigés
A construire des igloos
Et rentrer les pieds g'lés
Juste à temps pour Passe-Partout
Mais au bout du ch'min dis-moi c'qui va rester
De la p'tit'école et d'la cour de récré ?
Quand les avions en papier ne partent plus au vent
On se dit que l'bon temps passe final'ment
Comme une étoile filante

Si je m'arrête un instant
Pour te parler de la vie
Je constate que bien souvent
On choisit pas mais on subit
Et que les rêves des ti-culs
S'évanouissent ou se refoulent
Dans cette réalité crue
Qui nous embarque dans le moule
La trentaine, la bedaine
Les morveux, l'hypothèque
Les bonheurs et les peines
Les bons coups et les échecs
Travailler, faire d'son mieux
N'arracher, s'en sortir ("n'arracher" c'est une contraction de "en arracher", avoir de la difficulté)
Et espérer être heureux
Un peu avant de mourir
Mais au bout du ch'min dis-moi c'qui va rester
De not' p'tit passage dans ce monde effréné
Après avoir existé pour gagner du temps
On s'dira que l'on était final'ment
Des étoiles filantes

Si je m'arrête un instant
Pour te parler de la vie
Juste comme ça, tranquillement
Pas loin du Carré Saint Louis
C'est qu'avec toi je suis bien
Et qu'j'ai pu l'goût d'm'en faire
Parce que tsé voir trop loin
C'pas mieux qu'd'regarder en arrière
Malgré les vieilles amertumes
Et les amours qui passent
Les chums qu'on perd dans brume
Et les idéaux qui se cassent
La vie s'accroche et renaît
Comme les printemps reviennent
Dans une bouffée d'air frais
Qui apaise les coeurs en peine
Ça fait que si à soir t'as envie de rester
Avec moi la nuit est douce on peut marcher
Et même si on sait ben que tout dure rien qu'un temps
J'aimerais çà que tu sois pour un moment
Mon étoile filante

Mais au bout du ch'min dis-moi c'qui va rester

Mais au bout du ch'min dis-moi c'qui va rester

Que des étoiles filantes" (source)

Les Cowboys Fringants, Les étoiles filantes

Dream her

17/02/2007 00:01
476 lectures
Nan mais franchement, une enseigne comme ça avec un nom et un slogan comme ça à deux pas de chez moi, ils auraient voulu le faire exprès qu'ils n'auraient pas réussi, si ?

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.04.06--2--c...

"On vous souhaite tout le bonheur du monde
Et que quelqu'un vous tende la main
Que votre chemin évite les bombes
Qu'il mène vers de calmes jardins.

On vous souhaite tout le bonheur du monde
Pour aujourd'hui comme pour demain
Que votre soleil éclaircisse l'ombre
Qu'il brille d'amour au quotidien.

Puisque l'avenir vous appartient
Puisqu'on n'contrôle pas votre destin
Que votre envol est pour demain
Comme tout c'qu'on a à vous offrir
Ne saurait toujours vous suffir
Dans cette liberté à venir
Puisque on sera pas toujours là
Comme on le fut aux premiers pas.

{Refrain}

Toute une vie s'offre devant vous
Tant de rêves a vivre jusqu'au bout
Surement plein de joie au rendez-vous
Libre de faire vos propres choix
De choisir qu'elle sera votre voie
Et où celle-ci vous emmenera
J'espère juste que vous prendrez le temps
De profiter de chaque instant.

{Refrain}

Ché pas quel monde on vous laissera
On fait d'notre mieux, seulement parfois,
J'ose espérer que c'la suffira
Pas à sauver votre insoucience
Mais à apaiser notre conscience
Aurais-je le droit de vous faire confiance...

{Refrain}" (source)

Petit clin d'oeil pour chris, entres autres...


Ah muse... toi...

14/02/2007 00:01
921 lectures
Muse, m'user ?
Muse, muser
Muse, hic ?
Sa muse, s'amuse...

Robert dit :
"Muse : chacun des neuf déesses qui, dans la mythologie antique, présidaient aux arts libéraux. Inspiratrice d'un poète, d'un écrivrain"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/strasbourgg-59...

"Bluet aux regards d'améthyste,
Bluet aux yeux de ciel, dis-nous
Ce qui te fait être si triste ?
- J'ai vu ses yeux, j'en suis jaloux.

Et toi, simple églantine rose,
Payse aux lèvres de carmin,
Pourquoi sembles-tu si morose ?
- Je suis jalouse de son teint.

Toi, beau lys, qu'en dis-tu ? - Que n'ai-je
Le fin velouté, la blancheur,
La fraîcheur d'aurore et de neige
De sa diaphane blondeur !

Je comprends votre jalousie,
Ô fleurs, c'est qu'hier, en ces lieux,
Dans sa robe de fantaisie
La Muse a passé sous vos yeux" (source)

Tourangeau... ne

10/02/2007 10:06
496 lectures
En l'espèce ils doivent être plutôt verts, limite rouge cramoisi......
Le Tours de la souf-france strasbourgeoise...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/01.07.2006-003...

"Une des figures marquantes de l'histoire de la ville fut saint Martin, deuxième évêque (Gatien est un évêque mythique) qui partagea son manteau avec un démuni à Amiens. Cette histoire et l'importance de Martin dans l'Occident chrétien médiéval firent de Tours une ville de pèlerinage majeur au Moyen Âge, et notamment une étape vers Saint-Jacques de Compostelle."

Voilà, à trop partager, on se prend une veste...

Tu rêves Herbert !

09/02/2007 00:01
310 lectures
"Soyons raisonnable, demandons l'impossible"

Oui bah prendre une jolie photo c'est possible...
Regarder les flocons danser sur la lumière dans la nuit aussi...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/p1040876-35b73.jpg

"Sans en attendre rien
Mais pour le plaisir
Regarder une fille dans la rue et se dire
Qu'elle est belle
Sans même aller plus loin
Mais pour le plaisir
En passant simplement lui sourire

Pour le plaisir
Il faut savoir prendre le temps
De refaire d'un homme un enfant
Et s'éblouir

Pour le plaisir
S'offrir ce qui n'a pas de prix
Un peu de rêve à notre vie
Et faire plaisir
Pour le plaisir

Ne plus courber le dos
Même pour réussir
Préférer être bien dans sa peau que sourire
Sur commande
Avoir pendant des mois
Trimé comme un fou
Et un soir tout claquer d'un seul coup ...

Pour le plaisir ne plus courir, ne plus compter
Prendre la vie du bon cote
Pour le plaisir

Pour le plaisir
On peut aussi tout foutre en l'air
Faire souffrir comme on a souffert
Et revenir

Pour le plaisir
Oublier qu'on a dit un jour
Ça sert à rien les mots d'amour
Et te les dire
Pour le plaisir" (source)

Herbert Léonard, Pour le plaisir

Smile, eh !

08/02/2007 00:01
337 lectures
"Un sourire ne coûte rien, mais il rapporte beaucoup ; il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/p1040854-2809b.jpg

"When you're smilin'....keep on smilin'
The whole world smiles with you
And when you're laughin'....keep on laughin'
The sun comes shinin' through

But when you're cryin'.... you bring on the rain
So stop your frownin'....be happy again
Cause when you're smilin'....keep on smilin'
The whole world smiles with you

(instrumental break)
Oh when you're smilin'....keep on smilin'
The whole world smiles with you
Ah when you're laughin'....keep on laughin'
The sun comes shinin' through

Now when you're cryin'.... you bring on the rain
So stop that sighin'....be happy again
Cause when you're smilin'....just keep on smilin'
And the whole world gonna smile with

The great big world will smile with

The whole wide world will smile with you" (source)

Louis Armstrong, When your smiling

Toit, toit, mon toit

26/01/2007 00:01
413 lectures
« Un compromis fait un bon parapluie, mais un mauvais toit »

[NDLA : ceci n'est pas une publicité pour les tentes Quechua, pourtant très à la mode dans nos villes]

Chaque marche éloigne des gens, chaque bourrasque de vent aère la tête et bientôt ne reste plus qu'un tapis de toits blancs, avec en toile de fond les immeubles de l'Esplanade, les grues du nouvel hôpital ou encore plus loin les Vosges enneigées...

« I'm the king of the world », qu'il disait...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/p1040904-11895.jpg

"La cathédrale Notre-Dame de Strasbourg (allemand: "Liebfrauenmünster zu Straßburg") est une cathédrale catholique romaine construite à Strasbourg, en France. Elle est représentative de l'architecture gothique. Avec ses 142 mètres, après avoir été l'édifice le plus haut du monde pendant plusieurs siècles, elle est actuellement la deuxième plus haute de France après celle de Rouen (151 m). 330 marches séparent le sol de la cathédrale de sa terrasse. Elle est reconnaissable par sa seule tour et son clocher surmonté de sa flèche.

« Prodige du gigantesque et du délicat » selon Victor Hugo, la splendeur de la cathédrale est visible de très loin dans la plaine alsacienne et peut être aperçue d'aussi loin que les Vosges ou que de la Forêt Noire." (source)

Bon âne né

01/01/2007 00:01
213 lectures
Hi han...
Rideau sur une année qui ne restera pas dans les mémoires et les coeurs... Pour autant, du jour au lendemain, rien de changé...

Puisqu'il est d'usage de faire le point, disons poliment que 2006 a été professionnellement intéressant. Pour le reste, je tire la chasse...

Je me souhaite donc amour, gloire et santé, le salaire et les amitiés en plus...
En bref, si je suis un peu mieux payé, que mon corps me laisse un peu de répit, que je me prends moins la tête et qu'on m'emmerde moins, ça sera déjà pas mal...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/31.10.2006-011...

Allez, bonne année à certains quand même...
Bisou pour les filles, bière pour les mecs !


PS : une pensée quand même pour les stars en short qui courent après un ballon. S'ils pouvaient ne pas nous décevoir en 2007, ça serait toujours ça de pris par rapport au reste...

J'en voeux pas

31/12/2006 16:17
666 lectures
"Janvier est le mois où l'on offre ses meilleurs voeux à ses amis. Les autres mois sont ceux où ils ne se réaliseront pas"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/25.11.2006-028...

"Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du metro,
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
Impossible d'avancer sans ton gilet pare-balle.
Tu voudrais donner des yeux a la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.

Antisocial, tu perds ton sang froid.
Repense a toutes ces annees de service.
Antisocial, bientot les annees de sevices,
Enfin le temps perdu qu'on ne rattrape plus.

Ecraser les gens est devenu ton passe-temps.
En les eclaboussant, tu deviens genant.
Dans ton desespoir, il reste un peu d'espoir
Celui de voir les gens sans fard et moins batards.
Mais cesse de faire le point, serre plutot les poings,
Bouge de ta retraite, ta conduite est trop parfaite
Releve la gueule, je suis la, t'es pas seul
Ceux qui t'enviaient, aujourd'hui te jugeraient.

Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du metro,
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
Impossible d'avancer sans ton gilet pare-balle.
Tu voudrais donner des yeux a la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.
Antisocial, antisocial, antisocial, antisocial" (source)

Trust, Antisocial

Rrrr'âge

19/12/2006 06:18
372 lectures
"Ces douleurs ne sont pas calmées par le repos mais au contraire sont plus importantes la nuit et le matin au réveil." Merci Doctissimo...

"Ce sera ça la vieillesse. Des douleurs partout dans le corps et une maison vide autour."

Putain de corps, putain de coeur. Putain de prisons...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/31.08.2006-016...

"Lève toi c'est décidé
Laisse-moi te remplacer
Je vais prendre ta douleur

Doucement sans faire de bruit
Comme on réveille la pluie
Je vais prendre ta douleur

Elle lutte elle se débat
Mais ne résistera pas
Je vais bloquer l'ascenseur...
Saboter l'interrupteur

Mais c'est qui cette incrustée
Cet orage avant l'été
Sale chipie de petite soeur ?

Je vais tout lui confisquer
Ses fléchettes et son sifflet
Je vais lui donner la fessée...
La virer de la récrée

Mais c'est qui cette héritière
Qui se baigne qui se terre
Dans l'eau tiède de tes reins ?

Je vais la priver de dessert
Lui faire mordre la poussière
De tous ceux qui n'ont plus rien...
De tous ceux qui n'ont plus faim

Dites moi que fout la science
A quand ce pont entre nos panses ?
Si tu as mal là où t'as peur
Tu n'as pas mal là où je pense !

Qu'est-ce qu´elle veut cette conasse
Le beurre ou l'argent du beurre
Que tu vives ou que tu meurs ?

Faut qu'elle crève de bonheur
Ou qu'elle change de godasses
Faut qu'elle croule sous les fleurs
Change de couleur...
Je vais jouer au docteur

Dites moi que fout la science
A quand ce pont entre nos panses ?
Si tu as mal là où t'as peur
Tu n'as pas mal là où je chante !" (source)

Camille, Ta douleur

Pam, pas steak...

14/12/2006 00:01
703 lectures
Trois hamburgers se promènent dans les bois... Tout à coup, l'un d'eux se retrouve seul... Il cherche ses amis, encore et encore, et ils réapparaissent tout à coup :
- où vous étiez ??
- bah on steak haché...

Entre paf le chien et le steak, il y a donc...

Impossible d'afficher la vidéo Youtube zYDAfZWbrP0 via l'API



Pam pastèque !
Bon vu que tout cela est plutôt haché et complètement n'importe quoi, limite confusant comme dirait l'autre, passons de la tapette géante à la gastro savoyarde, parodie banlieusarde à la mode chez les cheunes anonymes...

Impossible d'afficher la vidéo Youtube RIUu_OONhXs via l'API



"Ouais gros !
C'est Fatal Bazooka,
Quand c'est l'hiver,
Quand ça fait froid,
Qu'une chose à faire, gars,
Ecoute ça !

Représente le hardcore des montagnes
En direct de la savoie
(savoie ou bien ?)
Non ça va pas
Mec c'est l'pole nord
On s'gèle les grelots
Bordel y fait plus froid qu'dans ton frigo
Un pied dehors direct, c'est la pharingyte
La morve au nez, les microbes qui s'agitent
Alors écoute avant qu'y s'ra trop tard
Avant que tu s'ras tout dur comme un surgelé picard
On est pas v'nu pour jouer les papas poules,
Mais un conseil, mon gars,
Fous ta cagoule !

Fous ta cagoule
Fous ta cagoule
Ou t'auras froid, t'auras les glandes, t'auras les boules !
Fous ta cagoule, ouais !
Fous ta cagoule
La chair de poule, le nez qui coule, fous ta cagoule !
Fous ta cagoule
Fous ta cagoule
Du nord au sud, de l'est à l'ouest, même à Vesoul
Fous ta cagoule, ouais !
Fous ta cagoule
Sauf à Kaboul, sauf à Kaboul !

Ouais dis leur toi aussi, profanation fonky
En direct des quartiers de marseille

Dans ma ville, on craint dégun
Fracasse les estrasses sur instru yo le rat frère en même temps toujours froid aux mains
Contrebande, façon 90 dans la légende
Mange du cagnard !
Ici on joue au foot et pas au hand
Franchement,
J'serre les dents
Comme yves montand
Qui r'pousse le pousse-mousse du mistral dans le vent
Planète mars, représente la cagoule, sans un franc,
cinq francs trente et deux qui nous font cent...

(Break) : hé mais ho t'es au courant qu'on comprend rien à ce que tu dis ?
quoi, keskya tu m'engraines ?
non mais c'est pas ça, mais on a message précis, tu vois, c'est...

Fous ta cagoule
Fous ta cagoule
Ou t'auras froid, t'auras les glandes, t'auras les boules !
Fous ta cagoule, ouais !
Fous ta cagoule
La chair de poule, le nez qui coule, fous ta cagoule !
Fous ta cagoule
Fous ta cagoule
Du nord au sud, de l'est à l'ouest, même à Vesoul
Fous ta cagoule, ouais !
Fous ta cagoule
Sauf à Kaboul, sauf à Kaboul !

(break slam) J'voudrais jeter un slam pour cette maladie qui, l'hiver, l'anus m'irrite
Un virus venu du froid, qu'on appelle gastro entérite
La prochaine fois je mettrais ma cagoule

J'mettrai ma cagoule sur l'BIP
Pour pas me géler les BIIIIP
Espece de fils de BIP
Mais qu'est-ce qui faut que j'foute
Ç a fait quinze fois qu'j'te l'dis, pauv' BIP
Fous ta cagoule !
Mais qu'est-ce que tu BIIP,
T'es en train de BIP dans ma cagoule !
Elle me gratte commme un frotis dans la BIP à ta mère
Elle me donne de l'érythème, j'ai les BIP qui saignent
J'aurais pu dire “fous ton bonnet, fous ton bonnet” mais c'est moins cool
Que c'putain d'slogan, fous ta cagoule !

Fous ta cagoule
Fous ta cagoule
Ou t'auras froid, t'auras les glandes, t'auras les boules !
Fous ta cagoule, ouais !
Fous ta cagoule
La chair de poule, le nez qui coule, fous ta cagoule !
Fous ta cagoule
Fous ta cagoule
Du nord au sud, de l'est à l'ouest, même à Vesoul
Fous ta cagoule, ouais !
Fous ta cagoule
Sauf à Kaboul, sauf à Kaboul !

Ouais gars, c'est l'bazooka, B.A.Z...heu
En tout cas respect à Porte Blindée, Menstruations douloureuses
Pandi Panda ainsi que Pitbull de flipper
Coups de couteau dans la glotte et bien sur Canon à Neige, Bang Bang !

Fous ta cagoule
Fous ta cagoule
Ou t'auras froid, t'auras les glandes, t'auras les boules !
Fous ta cagoule, ouais !
Fous ta cagoule
La chair de poule, le nez qui coule, fous ta cagoule !
Fous ta cagoule
Fous ta cagoule
Du nord au sud, de l'est à l'ouest, même à Vesoul
Fous ta cagoule, ouais !
Fous ta cagoule
Sauf à Kaboul, sauf à Kaboul !" (source)


Sarah Connor ?
Savoie pas...