Nuits...

23/02/2006 05:51
476 lectures
5h31....un sursaut...mes yeux s'ouvrent péniblement....France Info...le jingle du journal me réveille au milieu de ma nuit qui ne devient subitement plus qu'une fin. L'heure de se lever pour aller au taf. Aujourd'hui, direction Pra-Loup suite à une avalanche ayant fait des victimes hier. Et oui, la télé est ainsi faite, avide de faits divers (d'hiver aussi) terrible, et moi je travaille pour elle...
https://racingstub.com/blogs/n/nino/photos/blog-438fa_thumb.jpg
...la radio débite son lot de mauvaises nouvelles habituelles, des hommes s'entre déchirent encore en Irak pour des histoires de religion (que de sang versé finalement pour ce concept, mais bon, je respecte..), l'enquête sur la mort d'Ilan progresse, un tremblement de terre secoue le Mozambique, mais rien n'est perdu puisque Paris Hilton a un nouvel amoureux.

Qu'importe que ma nuit se finisse, depuis un temps qui me semble une éternité, elles ne sont plus bonnes. Elles ne le seront que lorsque nous dormirons à deux.
Péniblement je le lève....je jette un regard au dehors...tout semble figé, tout est sourd....j'aime la nuit, je déteste mes nuits...Paradoxe dont seul l'être humain à le secret. Comme hier, une chanson me vient....une rythmique calme et rassurante, une plainte de guitare qui répond à des voix chaudes et paisibles. Souvenirs d'un concert, les musiciens et les lumières...et puis Carole Fredericks, tout simplement tétanisante..."Nuit", opus on ne peut plus génial. Si peu de chansons à mon sens auront su si bien coller à une ambiance....

Allez, il est l'heure de partir au taf...."La nuit t'habille dans mes bras...."

Bon jeudi....

La nuit t'habille dans mes bras
Pâles rumeurs et bruits de soie
Conquérante immobile
Reine du sang des villes
Je la supposais, la voilà

Tout n'est plus qu'ombre, rien ne ment
Le temps demeure et meurt pourtant
Tombent les apparences
Nos longs, si longs silences
Les amants se perdent en s'aimant

Solitaire à un souffle de toi
Si près tu m'échappes déjà
Mon intime étrangère
Se trouver c'est se défaire
A qui dit-on ces choses-là ?

As down lights up another day
Visions I once had fade away
All of those words unspoken
My wildest dreams off broken
It wasn't supposed to be that way

Should I leave why should I stay
Solitaire à un souffle de toi
Leavin'behind me yesterday
Si près tu m'echappes déjà
Am I free or forsaken
Mon intime étrangère
Cheated or awakened
Se trouver, se défaire
Does it matter anyway ?

Commentaires (6)

Flux RSS 6 messages · 97 lectures · Premier message par mulhousien · Dernier message par nino

Commenter

Flux RSS Vos gueules les mouettes, la mer est basse...vague ou bleus à l'âme, mer belle à agitée ou à agiter...au choix...bienvenue chez moi....
Capture.JPG

nino

Voir son profil complet

Archives

2007

2006

2004