euh...


Courant d'art...

13/05/2007 10:47
2.132 lectures
Le Pop art...

Le pop art est un mouvement qui trouve son origine en Angleterre au milieu des années 50, sous l'impulsion de Richard Hamilton et Edouardo Paolozzi. Un peu plus tard, dans les années 1960, c'est au tour du Pop art américain d'émerger avec Andy Warhol, Roy Lichtenstein, Robert Rauschenberg ou encore Jasper Johns. C'est surtout la branche américaine qui va populariser ce courant artistique devenu majeur, en dénonçant la consommation de masse à tout prix et présenter l'art comme un simple produit à consommer : éphémère, jetable, bon marché...


Le mot pop art (abrégé de « popular art ») a été prononcé pour la première fois en 1955 par Lawrence Alloway, un critique d'art anglais qui faisait partie de l'independent Group, groupe d'intellectuels travaillant sur le rôle de la technologie dans la société.

Mais ce qui caractérise profondément ce mouvement, c'est le rôle de la société de consommation et des déformations qu'elle engendre dans notre comportement au quotidien. C'est à partir de ce principe que les artistes américains vont mettre en évidence l'influence que peut avoir la publicité, les magazines, les bandes dessinées et la télévision sur nos décisions de consommateurs. Par la suite, ce mouvement va s'étendre et toucher d'autres domaines comme la mode, l'architecture, le design, etc.

L'accueil est très bon dès les débuts du mouvement, car le pop art est à priori simple et accessible. Les procédés utilisés par les artistes étaient souvent des nouveaux produits qui sortaient tout juste de cette société de consommation : acrylique, sérigraphie, etc. Les couleurs sont souvent vives et décalées par rapport à la réalité. Andy Warhol (1928-1987) est considéré comme l'un des apôtres du pop art.

Au-delà de la peinture, le pop art a usé de techniques picturales qui n'étaient auparavant pas considérées comme proprement artistiques, mais industrielles. Ce mouvement a perturbé le monde artistique d'autres manières, par exemple à travers la remise en cause du principe d'unicité d'une oeuvre d'art. Andy Warhol reproduisait les siennes par centaines, parfois même par milliers, ce qui heurtait les idées classiques attribuant à une oeuvre sa valeur car elle est unique.

Le pop art utilise des symboles populaires, qui marquent l'inconscient dès l'enfance. De Mickey Mouse à Marylin Monroe, en passant par Mick Jagger, l'admiration quasi généralisée de certaines idoles y est exultée de manière neutre ou non, selon l'artiste. La culture publicitaire de la société de consommation est une autre source d'inspiration.

Andy Warhol, Sérigraphie du Che
http://www.salondeartedigital.com/images/Che%20Guevara%20(Andy%20...

Roy Lichtenstein (elle est pour toi celle-là hyrka :D)
http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/arts_plastiques/capes04/lichten...


Le pop art en Grande-Bretagne

L'Independent Group se réunissait à l'Institute of Contemporary Arts depuis 1952. Ce groupe réunit les grandes figures de la création du Pop art, parmi lesquelles Richard Hamilton et Eduardo Paolozzi. Dès 1947, Paolozzi crée des collages utilisant des images de magazines américains mais il déclara plus tard que cela fut plus influencé par le mouvement surréaliste que par la culture populaire. Hamilton commença à étudier les travaux de
Marcel Duchamp
et développa une série de projets mélangeant art et publicité. La conférence de Reyner Banham à l'Independent Group posa les bases du Pop art en y incluant les objets de la vie quotidienne aux États-Unis et les magazines populaires. Alloway parla de sa théorie sur un continuum entre le « hight art » admis par les établissements culturels traditionnels et le « low art » du pop art.

En 1956, les membres de l'Independent Group participèrent à l'exposition This is Tomorrow au Whitechapel Gallery pour laquelle Hamilton créa le collage Just What Is It that Makes Today's Homes So Different, So Appealing?: http://www.georgetown.edu/faculty/irvinem/CCTP738/hamilton-home-a....

Son travail est considéré comme le manifeste du pop art en Grande-Bretagne. C'est également la première apparition du mot pop dans ce contexte.

Après This is tomorrow, Hamilton continua à développer les caractéristiques du pop art en exposant peintures et collages ayant pour sujets les voitures américaines, les biens de consommations et des pin-ups en tant qu'éléments d'une étude anthropologique ayant introduit le fétichisme qui deviendra un élément majeur du pop art. Hamilton est devenu un conférencier du Royal College of Art où il rencontra David Hockney ainsi que d'autres jeunes artistes qui développèrent le pop art en Grande-Bretagne. En 1961, Hockney, avec Peter Blake et R. B. Kitaj annoncèrent dans une exposition commune l'arrivée du pop art britannique.

Richard Hamilton, "She"
http://artemoderna.supereva.it/Hamilton.jpg

David Hockney, "Peter getting out of Nick's pool"
http://www.liverpoolmuseums.org.uk/picture-of-month/graphics/larg...

Peter Blake
http://www.andylangager.net/sgtpepper.jpg

Edouardo Paolozzi
http://www.chapeleiromaluco.blogger.com.br/Sir%20Eduardo%20Paoloz...



Le pop art en Espagne

En Espagne, le pop art est associé au « new figurative ». Eduardo Arroyo peut être admis comme artiste du pop art par son intérêt pour l'environnement ainsi que sa capacité à retranscrire l'éventualité interconceptuelle de la notion absolue de la vie quotidienne.

http://farm1.static.flickr.com/50/148370751_14cd676fde.jpg

Le pop art au Japon

Au Japon, le pop art est identifiable par ses sujets et son style réguliers. Beaucoup d'artistes japonais se sont inspiré des mangas et parfois de Ukiyo-e ou d'art traditionnel. L'artiste du pop art japonais le plus reconnu est actuellement Takashi Murakami du groupe d'artistes Kaikai Kiki (:)) ), renommés pour leur production massive, le Superflat, un style surréaliste, post-moderne dont l'inspiration principale vient des mangas et de la culture urbaine japonaise. Ce style vise principalement la jeunesse et a un grand impact culturel. Plusieurs artistes, comme Yoshitomo Nara, sont reconnus pour leurs graffitis, d'autres, comme Takashi Murakami sont connus pour leurs figurines en plastiques. Un grand nombre d'artistes du pop art japonais utilise des images surréalistes ou obscènes (sacré lasso...) voire choquantes (mouais...) dans leurs oeuvres. Ces éléments attirent les adolescents et les adultes (bien que censé être moralement choquant, ou provoquant, ceci n'est pas considéré comme offensant au Japon.) Une métaphore habituelle dans le pop art japonais est l'innocence et la vulnérabilité des enfants et de la jeunesse. Des artistes comme Aya Takano ou Yoshitomo Nara utilisent les enfants comme sujets dans la quasi-intégralité de leurs oeuvres. Alors que Yoshitomo Nara montre des scènes de colère ou de rébellions par des enfants, Aya Takano montre l'innocence des enfants en peignant des filles nues.

Takashi Murakamihttp://www.artbr.com.br/takashimurakami/images/Murakami3-thumb.jpg

Yashimoto Nara
http://mikkibass.com.ne.kr/images/gallery%201.jpg

Aya Takano
http://static.flickr.com/53/183982221_c7fabaf564_o.jpg


Merci Sacha, disent-elles...

02/05/2007 20:26
770 lectures
C'est une histoire de déménagement. D'amitié. De générosité.

De skate-board sur chariot à roulettes. De : "Putain y fait chier ton frigo, tu peux pas t'acheter une glacière comme tout le monde ? ". De fous-rires avec ceux qui arrivent encore ivres à 10h du mat'. De celui qu'est content de conduire un gros camion. De celle qu'est stressée : " Arrêtez putain, c'est fragile merde !!!". D'une autre qui va dans une salle de sport depuis peu et qu'a décidé de ne porter que des trucs lourds (pouffe n°2).

D'un nouvel appart au rez-de-chaussée, cool on passe tout par la f'nêtre ! "'Tain, pas si vite, y'a pus d'place là merde !" (oui oui, le déménageur est vulgaire, et en plus il empeste :D)

"Quoi ???? t'as pas de bières ??? "
"T'as mon frigo dans les mains ducon, tu veux que j'les mette où les bières ?" (non pas dans mon cul, qui ne fait pas décapsuleur non plus bande de dégueulasses !!!)

Merci à tous donc, et surtout à toi mulhousien... (et puis le Pomerol 98 il est dans le camion, tant pis pour ta gueule ! Mais tu ne perds rien pour attendre espèce de vieux schnock asocial... ;) )

http://www.webexpat.com/images/dsdemen.gif

Cadavre exquis

21/04/2007 19:08
1.394 lectures
Oyez oyez, ça y est, il est là, enfin !

Que de péripéties pour ce billet qui aura nécessité un nombre incalculable de MP, provoqué de nombreux fous-rires, engendré l'agacement de certains saturés au niveau de leur (trou de) BAL (oui je sais elle est facile et je vous merde !), ralenti le stub, excité la fonction pop-up de certains ordinateurs et de certains subistes par la même occasion.

Mais trêve de blablas, je sais que vous êtes tous impatients de lire le résultat de ce jeu organisé avec le concours de 23 stubistes, avec en guest star mister almendralejo...


"L'un de mes ouvrages favoris était l'Ile au Trésor, lecture que je n'ai jamais plus je ne ferai un jeu aussi relou où faut laisser le truc pas trop achevé mais un peu quand même car sinon je m'imole par le feu, cria le colonel Smith lors de la charge des troupes de Geronimo. Les Indiens n'envisageaient pas un instant de faire bouger cette vache. Pourtant, ce bovidé sympathique, il n'en était pas moins un ongulé, un savant mélange de "anglais" et de "pimbêche", la fille qui a eu l'idée d'importuner d'honnêtes travailleurs avec un jeu aussi casse-croûte, pendant ce temps Edgar Loue Gnoleba tente de placer un missile a élu domicile à l'hôtel de l'oiseau-lyre qui s'en va lointain et fermé ! A mon arrivée la magasin était fermé ! Quelle déception, moi qui voulait tant faire l'acquisition à la boutique du FC Schalkendorf lors du dernier match de préparation de l'avant-saison du Racing. Saison qui s'est finie par se coucher là devant moi, ses yeux grands ouverts, son regard coquin, le souffle court, avec une seule envie : sentir ma gorge se nouer et mon ventre se crisper en pensant à ce gros sein dont anaconda voudrait me voir obsédé, je ne saurais le voir : préférant la qualité à la quantité, c'est la fermeté qui m'obsède, telle une orgie pantagruélique de questions erratiques. Pendant ce temps, un casoar passe, dandinant savamment son croupion coré sur une mélodie des Zouk Machine. Il devrait donc faire beau demain, la France entière se réveillera avec la gueule de bois. Aragon avait raison : nous on kiffe les rousses qui alimentaient les fantasmes des plus obsédés d'entre nous, dont la portée de leur inspiration n'avait d'égale que leur érotomanie primaire qui permit à cette lituanienne de se faire terriblement tirer par des trios aux intentions très claires et qui ne souffrent aucune ambiguité. La remontée en L1, et ce le plus vite possible que si j'avais su-ccintement, Alphonse fouilla dans sa poche revolver a le goût de conclure..."

Maintenant on va faire un autre jeu : qui a écrit quoi ? :D

http://www.la-litterature.com/images/20s_eluardcadavre.jpg
Paul Eluard, Cadavre exquis

Rated X...

07/04/2007 18:16
741 lectures
"Tes lèvres ont le tanin
Que les papillons laissent
Dans le creu d'une main
Lorsque la mort les bercent
Tes lèvres ...

Tes lèvres ont le parfum
Roublard des maisons closes
Que des oiseau taulards
Ont barbelées de roses

Ton sourire salé
Est une vague tirée
Un bas que l'on enfile
Quand la nuit se défile
Qui glisse lentement
Lorsqu'une larme éclate
Comme un bourgeon de sang

Sur tes lèvres se hâtent
Les matins capricieu
La rosée maquerelle
Les premiers adieu
Des étoiles pucelles
Le hurlement gracieu
D'une feuille d'automne
Qui crevant sous les cieu
Voudrait qu'on lui pardonne
Les soleils brûlés
Ceu -là des saisons noires
Qui prennent au filet
Tes lèvres pour bougeoir
Les cigarettes mauves
Fumant de souvenirs

Ce gamin qui se sauve
Dont tu connais le rire
L'écume des silences
Où tu es si légère
Quand sur tes lèvres dansent
Les silences de la mer
Cette fleur adolescente
Comme un bouquet jeté
Cette fleur qui sent la menthe
Et le goudron mouillé..."

BABX, "Tes lèvres"

Vous aurez sans doute pu constater qu'il manque une lettre dans ses
te(x)tes...

http://ivansainzpardo.blogia.com/upload/20060622011733-escondite-...

Kasser la voix...

04/04/2007 10:42
1.373 lectures
J'ai la voix komme elle ce moment, rauke à souhait, c'est seksy à mort !

M'faudrait une guitare là, j'ai envie de hurler... (kand on a envie de chialer c'est une pédale whoin-whoin k'il faut :p)

Sachez ke j'entre en transe à la 2ème minute et la 47ème seconde de cette chanson, à l'entame du solo de guitare. Et kelle fin rock'n'roll, putain j'adore ce geste...

Mademoiselle K, ça me vexe

Impossible d'afficher la vidéo Youtube y1ld1f5kqn8 via l'API


Art-chitecture...

31/03/2007 13:09
2.804 lectures
J'ai envie de commencer une petite série sur l'Art. Sous toutes ses formes. En commençant par l'Architecture.

Quelqu'un me demandait récemment quels étaient les architectes contemporains que je connaissais. Bien évidemment, et comme beaucoup d'entre nous je présume, les noms de Philippe Starck (qui est davantage designer je vous l'accorde), Jean Nouvel, Le Corbusier me sont venus à l'esprit. Après de longues recherches, j'ai compris pourquoi je ne connaissais pas les autres : ils ont des noms à coucher dehors !!!

De Stijl (qui semble avoir inspiré The White Stripes), Miers van der Rohe, Gerrit Rietveld (dont on retient la zig-zag chair), Ieoh Ming Pei (à qui l'on doit la Pyramide du Louvre), Renzo Piano (le Centre Pompidou à Paris), Rem Koolhaas (adepte du déconstructivisme), Christian de Portzamparc (Ecole de Danse de l'Opéra de Nanterre) et j'en passe !

La plus sûre manière de retenir le nom d'un architecte, est de lui associer sa plus belle création... Ci-dessous, mes coups de foudre...

http://arts-plastiques.ac-rouen.fr/formation/agregation/franck_ll...
Franck Lloyd Wright

http://www.hiandlomodern.com/IMAGES/BOOKS/painting/guggenheim.jpg
Franck Lloyd Wright, Musée Guggenheim de New-York


http://www.oldhouses.com/images/lst/000/137/L_exterior4.jpg
Mies Van Der Rohe et ses fameux pavillons

http://terresdefemmes.blogs.com/photos/uncategorized/mies_van_der...
Mies Van Der Rohe (le fauteuil c'est également lui qui en est le designer)

http://www.plataformaarquitectura.cl/cpgarq/albums/userpics/10018...
Richard Rogers, Palais de Justice d'Anvers une fois

Rogers qui a collaboré à l'érection du Pomp-idou (hihi) et à "oui oui, c'est Strasbourg !"

(Désolée j'arrive pas à rester sérieuse jusqu'au bout :D)

(Vos suggestions et connaissances sont les bienvenues afin d'alimenter ma rubrique ;) )


Elle est où ?

J'ai eu beau chercher. Depuis des jours elle me fait faux-bond. Et Dieu sait que la période est propice (1) !
Le printemps et son cortège de conséquences, les rencontres, les retrouvailles, les mises au point, les portes qui claquent, les placards qui se vident, les souvenirs qui refont surface, les sentiments qui s'exacerbent (2).
Mais non. Rien. Elle est pourtant là, latente (3), impatiente, aux aguets, comme un mot qu'on aurait au bout de la langue. Elle aurait probablement nombre de choses à dire mais elle se terre (4). Parfois elle montre le bout de son nez, et fait mouche (5) ! Puis soudain, un éclair, elle s'enflamme ! En garde !! Je touche... (6)

Oui mais alors, elle est passée où ? (7)
Envolée. Pas lyrique. Besoin de l'Autre pour exister...
J'ai mal à mon inspiration...



(1) Rappelez moi de faire un prochain billet sur ce que la Langue Française compte de noms fleuris tels que : propice, concupiscent, presbyte, confesse, pistil et autres joyeusetés de verbiage
(2) T'as vu ulirch, là non plus y'a pas de "c" après le "x" :D
(3) latente : letipi
(4) et non pas "se taire" comme l'auraient écrit Ronsard et Mathéophile Gautier
(5) bzzzz !
(6) Appelez-moi Laura Flessel
(7) Non pas là ! Aïe...

http://www.artmag.com/galeries/c_frs/vincy/ben2002/images/2-Doute!.JPG

Mister K's choice...

13/03/2007 00:03
515 lectures
Outside it's raining, still you shine
How I've missed your trembling hands inside of mine
I've been away for ages, still you care
Do you count the Sundays when I'm there

Teach me how to watch this game
The way you see it through your magical frame
Time is ticking, try to see
That I am you and you are me

Don't deny that you're afraid to go
Don't deny that you want to cry
Look around and watch your children grow
I feel love in every sigh
If you're not scared, then why am I

Tell me stories, tell me more
Make me feel guilty for being bored
Tell me how to pick up things I've dropped
Please keep talking, never stop

Don't deny that you're afraid to go
Don't deny that you want to cry
Look around and watch your children grow
I feel love in every sigh
Pray for eternity to fly
Don't understand but how I try
If you're not scared, then why am I I feel love in every sigh
Pray for eternity to fly
Don't understand but how I try
If you're not scared, then why am I...

K's Choice, "If you're not scared"

(A pas trouvé le clip, :(()

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 6ehpdhMgHyE via l'API


[lien]

07/03/2007 21:15
437 lectures
A tous ces chanteurs et musiciens de l'ombre qui se prénomment
Jean-Michel, (hyrka si tu me lis :D ), je dédie ces grands standards de la Chanson Française...

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 4R8X1ZRG3K0 via l'API



Impossible d'afficher la vidéo Youtube W7vLUJVDGFY via l'API


Ec-rire...

05/03/2007 16:19
2.568 lectures
"Toutes ces mésaventures firent que je m'enfermais de plus en plus dans ma chambre et que je me mis à écrire pour de bon. Attaqué par le réel sur tous les fronts, refoulé de toutes parts, me heurtant partout à mes limites, je pris l'habitude de me réfugier dans un monde imaginaire et à y vivre, à travers les personnages que j'inventais, une vie pleine de sens, de justice et de compassion. Instinctivement, sans influence littéraire apparente, je découvris l'humour, cette façon habile et entièrement satisfaisante de désamorcer le réel au moment même où il va vous tomber dessus.

L'humour a été pour moi, tout le long du chemin, un fraternel compagnonnage ; je lui dois mes seuls instants véritables de triomphe sur l'adversité. Personne n'est jamais parvenu à m'arracher cette arme, et je la retourne d'autant plus volontiers contre moi-même, qu'à travers le "je" et le "moi", c'est à notre condition profonde que j'en ai.
L'humour est une déclaration de dignité, une affirmation de la supériorité de l'homme sur ce qui lui arrive. Certains de mes "amis", qui en sont totalement dépourvus, s'attristent de me voir, dans mes écrits, dans mes propos, tourner contre moi-même cette arme essentielle ; ils parlent, ces renseignés, de masochisme, de haine de soi-même, ou même, lorsque je mêle à ces jeux libérateurs ceux qui me sont proches, d'exhibitionnisme et de muflerie. Je les plains.

La réalité est que "je" n'existe pas, que le "moi" n'est jamais visé, mais seulement franchi, lorsque je tourne contre lui mon arme préférée; c'est à la situation humaine que je m'en prends, à travers toutes ses incarnations éphémères, c'est à une condition qui nous fut imposée de l'extérieur, à une loi qui nous fut dictée par des forces obscures.

Dans les rapports humains, ce malentendu fut pour moi une source constante de solitude, car, rien ne vous isole plus que de tendre la main fraternelle de l'humour à ceux qui, à cet égard, sont plus manchots qu'un pingouin..."

Romain Gary, "La promesse de l'aube"

http://clabedan.typepad.com/salon_du_livr/images/ecriture.jpg

Mardi grave...

En hommage à toutes ces accoutumances dont on ne peut se défaire...

Déshabituez-moi
Oui mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez me désintoxiquer, me désenchanter, me libérer
Mais ne soyez pas comme tous les hommes, trop pressés
Et d'abord le regard
Tout le temps du prélude
Ne doit pas être rude
Lâchez-moi des yeux
Mais avec retenue
Pour que je me déshabitue, peu à peu

Déshabituez-moi
Oui mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez me désensorceler, me décourager, me désaccoutumer
Déshabituez-moi
Avec délicatesse, en souplesse et doigté
Choisissez bien les mots
Dirigez bien vos gestes
Ni trop lents, ni trop lestes, sur mon dos
Voilà ça y est, je suis
Obéissante et découverte
De votre main experte, allez-y...

Déshabituez-moi
Maintenant tout de suite, allez vite
Sachez me déposséder, m'exorciser, me décérébrer
Déshabituez-moi
Conduisez-vous en homme
Soyez l'homme, agissez !
Déshabituez-moi
Et vous... débinez-vous !

(Détournement du "Déshabillez-moi" de Juliette Greco par Maudzinor)

http://www.drug-addiction-centers.org/images/drug_rehab_assistance.jpg

Gala de gaffes à gogo...

Depuis 2 jours j'accumule gaffes, bévues et boulettes.

Florilège anachronique, y'a pas d'ordre dans lagaffitude...

Au boulot :

" - Bon Matthieu, t'arrêtes tes conneries maintenant ! Ca fait des semaines que j'entends parler de ton comportement exécrable ! Il va falloir que ça cesse, et vite ! En plus t'étais convoqué chez le principal et t'y es même pas allé !
- Mais Maud, c'est pas moi, j'ai rien fait, en plus je m'appelle Julien !"
Merde...

Assise au bureau. Un truc qui m'arrive jamais en plus. (Si, c'est vrai ! eho !). Ca toque à la porte. Moi, en pleine verve, je gueule un "YO !!" tonitruant. Et là c'est le Principal-Adjoint qui entre.
Ah zut...

Le téléphone sonne. Je crois que c'est la secrétaire qui me rappelle, je décroche : "Ouaihhh, qu'est-ce tu veux encore ? ". Mais au bout du fil, c'est la prof de Physique, la seule que je tutoie pas tellement elle impressionne !
Et remerde...

Lundi matin, 7h38. Play pas réveillée dans sa Twingo. Mon portable sonne : "Euh Maud c'est Larry (mon collègue que je drive tous les matins), t'es passée devant moi et t'as oublié de me ramasser !"
Oups...

Bâtiment de la Vie Scolaire, après la pause de midi. Je pense que Larry est aux chiottes (ou toilettes hein, âmes sensibles s'abstenir, comme si les âmes étaient sensibles d'ailleurs), je commence à lui dire des conneries au travers de la cloison: "Vas-y ouvre, jme brosse vite les dents, promis je regarde pas !". Pas de réponse, j'insiste : "Allez quoi, c'est bon, ouvre, j'ai déjà vu le loup !". Mais Larry apparaît soudainement derrière moi et me dit : "Tu parles aux portes maintenant ? "
hihi...

Après le taf, dans la Twingo. Je m'installe au volant, j'ouvre mon sac, et je fouille. Pendant au moins 2 minutes. Larry (oui toujours lui, c'est mon binôme professionnel en quelque sorte), me demande : "Mais tu cherches quoi là ?". Et moi de répondre : "Euh, ben, euh, en fait j'sais pas !"
Hahahahahaha !

Bureau de l'infirmière. Se pointe Pierre. Pierre, c'est, comment dire, l'hyponcondriaque basique (surtout allergique aux Maths d'après nos RG). Il passe au moins 4 fois par jour à l'infirmerie.On dirait qu'il va mourir toutes les 2 heures. Fatiguée de son manège, je craque (si j'avais le droit je lui en mettrais une à cette chiffe molle), et je l'incendie comme j'en ai le secret (certaines culottes d'écoliers se souviennent probablement encore de mes éclats ! même takl a peur, c'est dire !). Mais ce pauvre Pierre, au bord des larmes, parvient entre 2 sanglots à balbutier : "Mais Maud, là j'y peux rien, c'est l'infirmière qui voulait me voir..."
Rhooo pffff...

Briefing avec mon équipe. Je leur notifie qu'à compter de ce jour, la documentaliste fera un billet d'absence toutes les heures, et qu'il ne faut SURTOUT PAS l'oublier !!! 5 minutes plus tard, le CPE m'appelle et me dit : Maud, t'as oublié le billet du CDI !"
Maiheu...

En privé :

J'écris un MP à un stubiste et je l'envoie à un autre...
Oulala... (smiley qui se ronge les ongles et qui transpire véhémentement. )

Prochain billet : "Les aventures de Larry (Luc en vrai), Ben (Benjamin) et Courant d'air (ça c'est moi) qui terrorisent les mômes"...

http://www.wallpapers-zone.com/wallpapers/bd/gaston_lagaffe/gasto...

Et comment c'est la définition sivouplait ?

19/02/2007 18:51
329 lectures

Impossible d'afficher la vidéo Youtube Mh7HWgLCMGg via l'API



Impossible d'afficher la vidéo Youtube 6j3vykuJRiY via l'API



Impossible d'afficher la vidéo Youtube TRuE6nNjnlY via l'API



Impossible d'afficher la vidéo Youtube QINuTGyKhBM via l'API



Impossible d'afficher la vidéo Youtube EWoehFVZ7UQ via l'API




Poème naïf...

Alors c'est mon amoureux à moi que j'ai (celui qu'a 13 ans et qui veut m'épouser), qui m'a écrit ce poème cet après-midi...

Maude
J'aime tes yeux démerode
Et quand tu te mé sur la défense
Alors moi je rentre en transe

Maude
Tu es belle comme une mirabelle
Désolé
Mais je t'ai trompé avec Christelle...

Yoann

(Salaud, il m'avait largué la semaine dernière pour cette pimbêche...)

http://www.cartonionline.com/TV/RAIDUE/titeuf/titeuf_01.jpg

Planète PUB #1

24/01/2007 13:37
340 lectures
La saga BUDWEISER...

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 447ZTXlDKAU via l'API





Impossible d'afficher la vidéo Youtube IqcnFpxDbV0 via l'API





Impossible d'afficher la vidéo Youtube M-v88A6aGTg via l'API




5 ans dézà...

18/01/2007 19:03
543 lectures
Auzourd'hui Zoé a 5 ans... Zut alors, time flies !!

"Maman ze t'aime zusqu'à la maizon du Père Noël !"

Moi aussi ze t'aime mon petit coeur... Et puizque t'as été zentille, et comme ze sais que ça va te faire plaizir (et parce que t'es une vraie fille aussi, au grand dam de ta pauvre mère), ze t'ai asseté une zupe...

http://www.casafree.com/modules/xcgal/albums/userpics/10024/norma...

"Maman, avant, quand z'existais pas, z'étais où ?"

Le billet qui sert à rien...

14/01/2007 22:37
249 lectures
Bon alors c'est qui celle-là avec ses bretzels sur la tête ? Let me introduce you : "Yohko, the devil hunter".

Oui oui, chasse tes démons...

(évidemment je maîtrise le roulé-boulé sur une main avec jeté de pieds en perpendiculaire comme elle, cela va sans dire... d'où ma victoire sans appel en combat de catch avec flirt)



(euh, pour la musique j'y suis pour rien, escuz...)

5 choses que vous ne savez pas sur moi...stovoi !!!

11/01/2007 18:21
1.418 lectures
Etant donné que ce petit con de mostovoi refuse de se plier au jeu, c'est moi qui vais balancer un peu sur sa gueule !
D'une, parce que j'aime pas faire comme les autres
De deux, parce que c'est mon blog je fais c'que j'veux !
De trois, pour les détails croustillants, je livre uniquement en MP ! (pardon à nikolko et arbo qui m'ont sollicitée, promis vous serez les premiers..)

1/ Son vrai prénom est Michel

2/ Son appendice viril surdimensionné l'empêche de mener une vie normale. Il ne peut pas sortir de chez lui sans avoir recours à un système de poulies conçu spécialement pour déplacer "la bête" !

3/ Quand il était petit, il a eu une rixe très violente avec son voisin qui n'est autre que l'héritier de l'empire Kronenbourg. Ce dernier lui ayant piqué son doudou, il a juré vengeance. Il a donc décidé de dormir toutes les nuits avec une canette Heineken (et une autre tous les soirs en plus, salaud !)

4/ Il est toujours en retard, alors qu'il n'a que ça à foutre que d'être à l'heure ! Malpoli !

5/ C'est lui qui est à l'origine de l'expression "avoir un QI d'huître"

Je sais qu'il va me détester d'avoir fait ça, mais tant pis... :D

A présent j'aimerais en savoir davantage sur matteo (pas de pirouette, fais gaffe !), miam (des trucs bien trashs stp), zottel l'énigmatique expatrié, et nos 2 compères anaconda et paplo (z'avez le droit de balancer l'un sur l'autre aussi...)

En vous remerciant...

Lis tes ratures...

08/12/2006 21:31
2.311 lectures
Z'allez m'faire chier longtemps avec Céline ? Ce grand écrivain parmi les grands ? Tocard oui, académiste (oui denp, je maintiens !). De la démonstration syntaxique, de la nullité émotionnelle. Du descriptif écoeurant, du détail insignifiant. Et pourquoi pas Robert Merle aussi, lui qui maîtrise bien mieux l' Egypte que moi (n'est-ce pas messieurs flirt et takl?)

Il sait écrire ça, l'autre tarlouze anti-sémite au nom de fille ?

" Encore un fruit de la passion ? Qui va se farcir le quadrichromique opéra de la vie ? L'optimisme amoureux a une fois de plus plaisanté avec le néant ? Ca va tomber du rien dans le pire ? Un fruit tout nu précipité dans les mâchoires du monde ? Au nom de l'amour ! la belle amour ? Et le reste du temps, ça va chercher à comprendre ? Ca va se construire ? Une charpente d'illusions sur les fondations du doute, les murs de la métaphysique, le mobilier périssable des convictions, le tapis volant des sentiments ? Ca va s'enraciner dans son île déserte en envoyant des signaux pathétiques aux bateaux qui passent ? Oui... Et ça va passer soi-même au large des autres îles. Ca va manger, ça va boire, ça va fumer, ça va aimer, et puis ça va décider de manger mieux, de boire moins, de ne plus fumer, d'éviter les idées, de reléguer le sentiment. Ca va devenir réaliste..." (Daniel Pennac, "La petite marchande de prose")

Tiens rachma, ce soir je chie sur le réalisme !

Manquerait plus que j'achète un appart et que je prenne des Sicav...

http://www.agathegaillard.com/im.guibert/Guib2.jpg

Et au milieu coule une rivière...

03/12/2006 10:36
516 lectures
Les chansons de Prévert me reviennent
De tous les souffleurs de vers...laine
Du vieux Ferré les cris la tempête
Boris Vian s'écrit à la trompette
Rive Gauche à Paris
Adieu mon pays
De musique et de poésie
Les marchands de malappris
Qui d'ailleurs ont déjà tout pris
Viennent vendre leurs habits en librairie
En librairie en librairie
Si tendre soit la nuit
Elle passe
Oh ma Zelda c'est fini Montparnasse
Miles Davis qui sonne sa Greco
Tous les monts y sonnent leur Nico
Rive Gauche à Paris
Oh mon île Oh mon pays
De musique et de poésie
D'art et de liberté éprise
Elle s'est fait prendre, elle est prise
Elle va mourir quoi qu'on en dise
Et ma chanson la mélancolise
La vie c'est du théâtre et des souvenirs
Et nous sommes opiniâtres à ne pas mourir
A traîner sur les berges venez voir
On dirait Jane et Serge sur le pont des Arts
Rive Gauche à Paris
Adieu mon pays
Adieu le jazz adieu la nuit
Un état dans l'état d'esprit
Traité par le mépris
Comme le Québec par les Etats-Unis
Comme nous aussi
Ah ! le mépris ah ! le mépris

Alain Souchon, "Rive gauche"

http://thumbs.photo.net/photo/4259183-sm.jpg

Il faut bien que génèse se passe...

"Je me souviens... non, je me souviens pas bien...
attends... non, j'étais trop petit...
non... j'étais même pas là du tout... pas encore...
Ouille c'est loin tout ça !...
Ca a mal commencé, ça c'est sûr...
ça a commencé avec LUI... comment il s'appelait déjà ?
Bon, en tout cas, un jour qu'il s'ennouillait,
là-haut tout seul dans son logiciel
- peut-être il a voulu se payer une récréation -
il a mis le doigt sur un drôle de bouton rouge
et ça a fait SPLOTCH... BANG !
et pas un petit bang de rien du tout, non, un gigantexe, un très énorme
BIG BANG !!
On a jamais pu savoir s'il avait fait essprès,
mais ce qu'on sait, c'est que ce jour-là,
il a mis le monde au monde...
Y'en a qui disent que juste avant il aurait crié :
"Que le monde soit !"
Ca doit être vrai, passque à partir de là, le monde fut.
Le monde fut, et il est encore...
seulement faut voir dans quel état il est !!!...

Faut dire qu'il a tout fait tout seul.
tout seul, et à toute vitesse...
c'est bien simple, il a tout fait en UNE SEMAINE !
Pas étonnant que ça ait donné n'importe quoi...

D'abord, il a jeté un regard sur notre boule
très complètement obsessionné :
Prêt, pas prêt, je fonce ! On verra bien...
Faut rendre au hasard ce qui appartient au hasard !
Au début du commencement, fallait la nommer,
notre boule... Alors là, on peut pas dire qu'il s'est fatigué la machination.
Pour les autres, il avait trouvé des noms jolis, pour faire plaisir aux poètes :
la Lune... Vénus... ça fait rêver...
Avec nous, penses-tu, il était tellement pressé
qu'il a pris un petit morceau de notre boule,
il l'a tiré en l'air à pile ou face,
et quand c'est retombé en miettes, il a dit :
Mais c'est de la terre !
Et le nom est resté. C'est bête...
on peut pas imaginationner un nom pluss terre à terre !

Et puis ensuite il a eu une idée sotte et grenue...
il a mis de l'eau partout !
Alors là, il a vraiment mis le paquet avec la mer.
Bon, c'est joli l'eau, et c'est commode...
Seulement là, on se demande pourquoi l'avoir appelée la Terre
si c'était pour la couvrir d'eau !

Et les montagnes ! alors là, ça a été pire
il a fait ça n'importe comment... une montagne, puis une autre...
puis encore une... à toute vitesse...
les montagnes il les a faites à la chaîne !
Et en plus, en plus,
il s'est même pas donné la peine d'éteindre les volcans...
ça fume encore...
et on a trouvé personne pour les arrêter
ça fume, ça fume...
Tu parles d'un exemple pour les jeunes !
Mais lui il s'en fichait, penses-tu, il était pressé :
Hop ! Plus vite ! Faut passer à autre chose...
Ah tiens, une idée : si je faisais des forêts..."

Marc FAVREAU, "Le dispendieu" (in "Faut d'la fuite dans les idées")

http://ludocreationsautourdesergelama.hautetfort.com/images/mediu...

Au commencement donc...
Le mot départ est intéressant. 3 définitions (contradictoires ? logiques ? complémentaires ?)

1/ action de partir
2/ origine, commencement
3/ faire le départ de : séparer

Oui mais dans quel ordre ?

(et dire qu'il est possible de refaire le monde en 15 jours....)

Mise à nue...

26/11/2006 00:00
568 lectures
Femme aimante, pâle
dénudée du tricot des persévérants soleils,
ton regard gomme mes torrides tornades
Incitatrice de la mouvance des sables,
par le miroir de mes mains,
ton corps, sous la lune, improvise sa chanson.

Je prête mon nom à tous tes jeux,
quand tu balaies la nuit de ta robe d'oracle
pour que nos gestes se reconnaissent.

Sous les draps du matin, à l'orée du flou,
tu retrouves ta cadence.
La lumière de tes mots, ses grains mouillés,
me font douceur glissante

Femme papyrus
fragile intercalaire
entre aujourd'hui et tout lendemain,
je me double dans tes jardins-mémoires.
Porteuse de rêve, au carrefour des rues sans nom
les années de décloisonnements
là où les joncs se courbent
pour saluer la prudence de tes pas.

Je te regarde de mes mains,
te touche, de tous les yeux de ma tendresse
Fais-moi un paillis de ton corps,
en contrepoint de la sécheresse de tant d'hiers.

Femme de libre index,
maintenant que tu me lis à livre ouvert,
l'écorce de mes pages te sera le sésame
des secrets que je dessine,
sous le rythme de ta méridienne.

Losque ma nuit oubliera de se coucher,
m'accordant paix et poussière,
je continuerai à décoder le dialogue de tes gestes,
quand tu faisais la sieste, tel un poème en gestation.

Sur ta plage,
Un fémur que je veux de temps très anciens,
tient tête encore à l'ensablement des vagues
car il était une fois,
une lente phrase de violoncelle....

Anthony Phelps, "Femme papyrus"

http://www.triremis.com.au/petros/graphics/nude-pencil.jpg

"l'écorce de mes pages te sera le sésame des secrets que je dessine..."

Rire et foot...

22/11/2006 19:48
378 lectures
Parce que j'ai décidé de placer cette journée sous le signe du rire (c'est le 13ème du zodiaque si on vous demande), voici quelques moments de décoinçages zygomaticiens... En espérant que cela vous fasse sourire (ou sous-rire selon le degré d'humour de chacun...)

Impossible d'afficher la vidéo Youtube g7FTELX019w via l'API



Impossible d'afficher la vidéo Youtube aRY6VY8CeCM via l'API



Allez un peu de foot aussi, ça me fait plaisir...

Impossible d'afficher la vidéo Youtube qTIQJM4EJ_A via l'API



Impossible d'afficher la vidéo Youtube TM9h5CtsaPU via l'API



Impossible d'afficher la vidéo Youtube 7hSehaQa7hE via l'API


Pante de pachipoussouks !

18/11/2006 17:19
1.354 lectures
Tout le monde (enfin mes amis, enfin mon ami, enfin certains de mes lecteurs) ou personne, on s'en fout après tout, connaît (ou pas) mon penchant pour les tirades, insultes, injures, invectives et autres outrages proférés par le non moins célèbre Capitaine Haddock.

Eh ben figurez-vous que cet anacoluthe sait également vociférer en alsacien... Hopla...

http://www.verdammi.org/tintin.jpg

(euh, pour la traduction, j'aurais besoin de votre aimable participation. Tintinophiles amateurs s'abstenir...)

Friday yearning...

09/11/2006 23:59
1.076 lectures
Friday moaning...



If I could put you in a frame I'd draw you smiling
With a cigarette in your mouth and your hands reaching out for something
And if I had your speaking voice I'd never whisper...

Elle est confidential...

07/11/2006 16:58
521 lectures
C'est dans un de ces bouges mal famés de la banlieue de Los Angeles que tout a débuté... Putain de claque...

Assise sur les marches du Lincoln Memorial, Mathilde contemplait cette ville qu'elle affectionnait tant. Elle avait été catapultée dans la capitale américaine pour y faire un stage au Washington Post. Toute jeune diplômée de l'Ecole de journalisme, cette opportunité de faire ses premières armes dans ce grand quotidien pullitzerisé lui paraissait presque irréel. Consciente qu'elle n'allait y être qu'une pigiste sous-traitée, elle n'en demeurait pas moins fascinée par ce qui se dégageait de cet endroit. Savoir qu'elle foulait le même sol que Woodward et Bernstein, ces 2 fouille-merde qui avait foutu le feu à l'Amérique en 1972 en révélant l'affaire du Watergate, avait suffi à provoquer en elle une excitation sans borne.

Le soir tombait sur la capitale. Mathilde n'avait aucun projet précis, juste une envie d'errer entre les monuments de marbre qui peuplaient la ville. Elle descendit les marches, frissonna sous la bise qui venait de se lever. Elle fit quelques pas dans l'herbe, lorsqu'elle entendit une voix l'appeler dans la nuit. Elle se retourna, et reconnut James, son boss, dissimulé derrière un arbre. Surprise, elle s'avança vers lui, intriguée par sa présence. Il lui attrapa brusquement le bras, et l'attira avec lui derrière l'arbre. Il ne lui fallut qu'une minute pour lui expliquer cet étrange manège. James était sur un gros coup, une histoire à faire péter les ventes. Et il avait besoin d'elle. Il se savait épié par la CIA, et ne pouvait poursuivre ses investigations à découvert. Mathilde devait se rendre dès le lendemain à Los angeles, y rencontrer un contact. Ce dernier lui remettrait une enveloppe, qu'elle rapporterait à James au plus vite. Il ne lui cacha pas que l'entreprise était dangereuse, et qu'elle risquait d'y laisser des plumes. Trop excitée pour mesurer ce qui se passait, Mathilde lui sourit, et le rassura. Elle n'avait pas peur...

Son avion décolla très tôt dans la matinée. Elle avait peu dormi, encore sous le choc de ce qu'elle s'apprêtait à affronter. Elle avait peu de détails sur ce qui l'attendait à L.A. Une voiture viendrait la prendre à l'aéroport, et la conduirait à l'endroit convenu avec le contact. La transaction ne durerait qu'un instant, aucune parole ne serait échangée.
A l'arrivée à l'aéroport, elle sentit l'adrénaline parcourir ses veines. La voiture était là, une grosse Lincoln noire, conduite par un asiatique. Aucun mot ne fut prononcé pendant le trajet, ce qui laissa tout le loisir à Mathilde de contempler la laideur californienne. Le béton avait envahi chaque parcelle de terrain, le soleil ne suffisait pas à embellir ce qui défilait devant ses yeux.
La voiture bifurqua dans Mulholland Highway, et s'enfonça dans les collines, offrant à Mathilde une vue imprenable sur la cité des anges et la vallée de San Fernando. Le véhicule stoppa soudainement, et les choses s'enchaînèrent à une vitesse infernale. Avant qu'elle eut le temps de réaliser ce qui se passait, un homme avait ouvert la portière, et balancé une enveloppe sur la banquette arrière. La voiture démarra en trombe, si violemment qu'elle se retrouva propulsée contre son siège, ahurie...

Elle mit quelques instants avant de reprendre ses esprits, se retourna, s'empara de l'enveloppe avant de la glisser dans son sac...

Elle décida de passer outre les recommandations de son boss, et somma le chauffeur de la déposer dans le premier rade qui se trouverait sur leur route. Toute ces émotions lui avaient donné soif. Il faisait nuit à présent, et son vol de retour n'était que le lendemain. Elle sortit de la Lincoln, renvoya l'asiatique. Elle se débrouillerait seule désormais.

Elle entra dans ce qui ressemblait à un club de jazz. Il y avait très peu de tables, la pénombre peinait à dissimuler la crasse qui régnait en maître dans ce claque. Elle s'assit au bar, sortit son étui à cigarettes et commanda un verre de Chardonnay. Un orchestre jouait du Coltrane. Elle se retourna sur son tabouret, pour regarder les musiciens, de vieux blacks grisonnants et bedonnants. Le pianiste était beaucoup plus jeune, plus doué aussi, et Mathilde le trouva immédiatement beau. Très beau même. De ces beautés dont on dit qu'elles vous fascinent. Elle ne parvenait pas à détacher son regard de son visage, une étrange chaleur commençait d'envahir son corps. Au moment d'entamer "All or nothing at all", il leva les yeux vers elle. Ce qui se produisit alors n'existe que dans les rêves : la combustion instantanée de deux âmes... Elle faillit en tomber de sa chaise, le trouble qui l'habitait soudain paralysant chacun de ses gestes. Prise de tremblements, elle attrapa ses cigarettes, et tenta de calmer sa fièvre dans le brouillard des volutes. Un sentiment de panique s'était emparé d'elle, un vertige sans nom. Lorsque l'orchestre cessa de jouer, elle eut l'impression que le sol se dérobait sous son tabouret. Elle savait. Elle savait, à cet instant même, que dans une seconde il serait à ses côtés, dans ce taudis puant, qu'au moment où leurs yeux se rencontreraient à nouveau, elle serait fichue...

Dans l'avion, Mathilde fixait les nuages. Cette immensité cotonneuse lui rappelait la douceur qu'elle venait de connaître. Ils avaient fait l'amour jusqu'au matin, et elle avait pensé que jamais tant de tendresse n'avait à ce point rempli son coeur...

De retour à Washington, elle appela James, pour lui remettre la fameuse enveloppe. Elle ne voulait pas connaître son contenu, toute cette histoire ne l'intéressait plus. Il n'y avait que lui. Le souvenir de cette peau contre la sienne, et dont ses mains s'étaient enivrées. Ce regard, dans lequel elle avait plongé, où elle s'était perdue... Ses yeux...Ceux d'un chat...

http://www.geocities.com/Hollywood/Picture/2648/18.jpg

île était une fois...

05/11/2006 18:07
385 lectures
Une île
Une île au large de l'espoir
Où les hommes n'auraient pas peur
Et douce et calme comme ton miroir
Une île
Claire comme un matin de Pâques
Offrant l'océane langueur
D'une sirène à chaque vague
Viens
Viens mon amour
Là-bas ne seraient point ces fous
Qui nous disent d'être sages
Ou que vingt ans est le bel âge
Voici venu le temps de vivre
Voici venu le temps d'aimer

Une île
Une île au large de l'amour
Posée sur l'autel de la mer
Satin couché sur le velours
Une île
Chaude comme la tendresse
Espérante comme un désert
Qu'un nuage de pluie caresse
Viens
Viens mon amour
Là-bas ne seraient point ces fous
Qui nous cachent les longues plages
Viens mon amour
Fuyons l'orage
Voici venu le temps de vivre
Voici venu le temps d'aimer

Une île
Une île qu'il nous reste à bâtir
Mais qui donc pourrait retenir
Les rêves que l'on rêve à deux
Une île
Voici qu'une île est en partance
Et qui sommeillait en nos yeux
Depuis les portes de l'enfance
Viens
Viens mon amour
Car c'est là-bas que tout commence
Je crois à la dernière chance
Et tu es celle que je veux
Voici venu le temps de vivre
Voici venu le temps d'aimer

Jacques Brel, " Une île"
http://www.rachelleb.com/images/2004_05_hawaii/waimea_footprints_...

Rrrrrrrrrrr...

03/11/2006 19:45
725 lectures
Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux ;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d'agate.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s'enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête,
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Et, des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum,
Nagent autour de son corps brun.


Charles Baudelaire, "Le chat"

http://www.weathervanes.co.uk/images/Weathervanepics/Cats/2catsbK.jpg


Miaou...

26/10/2006 18:01
515 lectures
Hier, j'ai parlé avec une sorcière
On a discuté football et poésie, hier
Puis je lui ai dit que j'aimerai qu'elle m'apprenne
A kidnapper son mini-mini-mini-mini derrière
Alors elle m'a transformé en chat comme ça
Petit roux tigré les dents cassés, genre chat de gouttière
Depuis je me promène sur les toits
Je crie:
"C'est moi, c'est moi"
Vous ne me reconnaissez pas, non!
Même mes amis me crient:
"Ta gueule le chat, ta gueule le chat, ta gueule le chat"
Avec ses petits arbres en fleur,
J'ai eu envie de lui grimper dans les bras, voilà
-Tu aurais dû commencer par ça,
Tu aurais dû te méfier de moi,
Tu aurais dû arrêter de scruter la noisette
Celle qui me sert de bouche
Te voilà avec une gueule de chat,
A funambuler sur les toits
Avec la lune comme lampe de chevet,
Et personne pour te laisser rentrer chez toi...

Dyonisos, "La métamorphose de Mister Chat"

http://megan.pichon.free.fr/images_chat/chatons.jpg

Perle à rebours...

24/10/2006 22:10
270 lectures
Perm, 15h10...

Alors que je rêvassais aux lointains nuages et aux sensations rémanentes de ce week-end trépidant, mon regard se posa sur la copie d'un élève assis devant moi. Intriguée par la photo de Beckham qui trônait en 1ère page, je parcourus son devoir. Il s'agissait de décrire des personnages célèbres. Grand fainéant qu'il est, ce sapajou a collé 4 photos gigantesques , pour n'y ajouter que 4 minuscules légendes !! Et ce cornichon de conclure ainsi sa composition : "Sorry, I did not have any more ink..." (+)

Ahhh ch'te chure, ces cheunes...

http://blogsimages.skynet.be/images/002/868/044_ed6b963f05d3d638d...

Désolée pour demain soir...

20/10/2006 19:07
369 lectures
Réveil matin 15 heures, j'me réveille comme une fleur, marguerite,
dans le Macadam a besoin d'un doliprane
Réveil matin 15 heures, j'me réveille comme une fleur, ça va les gars bien dormi ?
pas de réponse tant pis

Putain les gars abusé qui c'est qui a fini le café ? oh ça va, ça va tu vas Pas nous gonfler
Qu'est ce qui a guiz' t'as quelque chose à me dire? ben hier t'étais pas Bourré, ouais, t'étais pire ! oh!
Prise de conscience 16 heures j'fais mine d'aller me coucher je mets les mains Dans les poches
Défile le cours de ma soirée les tickets de carte bleue quelques tickets de Caisse me font remonter le temps oh putain merde, ma caisse !
Ta Ferrari n'est pas là ? tu n'la pas prise avec toi ? t'as du la laisser au Milieu du parking du macumba
J'ai la mémoire qui flanche et les yeux rouges et en plus, surprise ! dans ton Lit ça bouge
Sur ce coup la man t'as été un homme t'as ramené le croisé de Jackie Sardou et D'un pokémon
T'as du style, t'as du style, t'as du style héé mon frère, quand tu vois double Tu ramènes de la bombe nucléaire.

Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
Les gars désolé pour hier
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière

Bon ben salut, on s'appelle
Fille remerciée 17heures je provoque une assemblée
J'ai des relents de gin de vodka de sky et de saké
T'as l'oeil qui part en vrille, y a des coins dans vos sourires
On me cache quelque chose qu'ai-je pu bien faire de pire
Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
Arrête l'alcool tu deviens grave
Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
Arrête l'alcool tu deviens grave

Mais je sais pas, rappelez moi, j'me souviens pas les gars
Ben, t'étais grave hein ? t'as pété ton câble, souviens toi
Hé ho, hé ho ! t'es monté sur l'chapiteau accroché au cordage
T'as failli t'aplatir comme un blaireau
Hé ho, hé ho ! tu voulais pas redescendre
Quitte à vivre en hauteur c'est mieux que de se pendre

Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
Les gars désolé pour hier
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière
Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
Arrête l'alcool tu deviens grave
Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
Arrête l'alcool tu deviens grave

Me voila donc fin prêt pour de nouvelles résolutions
Un esprit de sainteté dans un super corps de champion
Me voila donc prêt j'me colle devant la télé soupe aux légumes bol de thé
Et qu'on me foute la paix
Si faut qu'on puisse à ce point être mal le lendemain
Dans son canap', dans son canap' on est bien
A quoi bon sortir se foutre la guerre
Plus jamais j'vous jure, plus jamais comme hier
"hé mali !"
Hé ho, hé ho! qu'est c'que tu fais avec ton verre d'eau ?
C'est l'anniv' à titi aller on va se taper l'apéro
Hé ho, hé ho ! aller mali-mali bouge tes fesses
T'as promis à titi il faut tenir ses promesses

Et désolé pour ce soir si je finis à l'envers
Mali, on s'retrouve au comptoir, titi fête son anniversaire
Et désolé pour ce soir si je finis à l'envers
Après celle la j'arrête de boire, laissez moi juste la dernière
Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
Arrête l'alcool tu deviens grave
Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
Arrête l'alcool tu deviens grave

Tryo, "Désolé pour hier soir"

http://www.explodingdog.com/dumbpict51/leadhell.gif

Mémoires d'outre-tombe, Tome III

17/10/2006 19:52
348 lectures
22 janvier 2006

Dimanche matin...
17h, samedi. Départ pour une fiesta prometteuse. Nous voilà toutes les 3, gamines trentenaires en route pour l'aventure. 3 pouffes en goguette. On a le plan. Sortie 17, prendre la D23... On écoute Manu Chao. Jusqu'ici, tout va bien... Et puis la nuit tombe, la neige aussi, merde, on est paumées ? Ah non, ouf, c'est là. Les amis sont déjà là. Waouh, c'te baraque !! On visite. Au premier, en haut de l'escalier, un portrait. Un p'tit malin nous raconte que c'est celui de la petite fille qui s'est pendue y'a 5 ans dans notre chambre. Y'a encore le clou, il grince parfois la nuit... N'imp' ! On se perd dans les méandres de ce manoir. On boit, on fume, on rit, on mange, on danse, on dit des conneries, on sms, on renverse des verres, on crame un fauteuil, on écrase des punaises. Cet endroit mystérieux est infesté de petites invitées surprises, les filles hurlent, les hommes essayent d'être courageux. Enfin non, UN homme seulement... Et puis à 6h, un cri. Strident. C'est un des ordinateurs qui n'en peut plus. C'en est trop. On voulait écouter Radiohead, mais il était pas OK le computer... C'est ça les modern partys : 2 PC, une table de mixage et le tour est joué. Fini le temps des vinyls, à la remise les mange-disques ! (Des vynils on en a encore chez soi, ça fait genre. On se vante d'avoir des maxis collectors d'Anne Clark ou de Kraftwerk, mais on omet de citer les autres, ceux qui nous font honte. Rick Astley ou Kylie Minogue...). Allez ouste, tout le monde au lit ! Ma compagne de chambrée (pouffe n°3), est claustro, alors on laisse la porte ouverte. Elle a peur aussi. Alors on laisse une petite lumière. Elle, c'est le genre "grande gueule". A danser sur la table en hurlant sa joie, et la minute d'après elle dort sur le tas de vestes (bon d'accord, moi aussi ça m'arrive...). Elle a ramené ses chaussons (qu'elle est con celle-là !! mdr), elle met 3 plombes à enlever ses lentilles. A 4 grammes je compatis... Nuit courte. 4h de sommeil. Pouffe n°3 se lève, c'est l'heure du premier pipi ! Elle revient, morte de rire. "Y'a Sandy qui dort par-terre dans la salle de bains !", me balance -t-elle entre deux gloussements. Sandy j'la connaissais pas. Dans les soirées, y'a un truc insupportable : faut faire la bise à tout le monde et donner son prénom aux inconnus (moi des fois je change, de toute façon tout le monde s'en fout. Alors parfois je m'appelle Josiane, ou Marie-Cécile...). Elle est arrivée vers moi, joue tendue : "Salut, moi c'est Sandy !", et moi j'ai eu envie de répondre: "Salut, moi c'est Pamela!" (sur le même ton, évidemment...). Nan, Maud, ta gueule... Sandy, elle chante dans un groupe de rock, elle a des araignées. Le genre de fille qui fascine certains mâles... 10h47. Y'en a un qui a décidé de réveiller toute la maisonnée à coups d'AC/DC. Sont cons ces parisiens... 11h57. Les 3 pouffes reprennent la route. Putain , c'que c'est moche les Vosges ! Et puis on a faim. Petite pause au Mac DO. Mais j'ai pas d'appétit. Je veux rentrer... J'ai besoin de retrouver mon île... Mon "il"... J'arrive... Enfin...

"Il est minuit
jolie banquise
il est minuit
petit glaçon
il est minuit
mon impromise
il est minuit
à vos salons
Il est minuit
jolie marquise
vous êtes si belle
sans votre chemise
il est minuit
petits petons

Il est minuit
mon incomprise
il est minuit
à vos balcons
De vos deux lunes
jolie banquise
vous êtes si froide
vous si lointaine
moi je me traine
comme une âme en peine
et moi je me traine
comme une âme en peine...

Ma tonkiki ma tonkinoise
à vos glaciaires je me crapule
jolie marquise vos longs hivers
vous si exquise vous si hautaine
je me demène dans l'incendie
vous êtes si chaude vos seins me glaçent
vous êtes si belle dans le lointain

là-bas au loin ainsi soit-il

Eteins l'abat-jour
mon amour ad lib..."

Madame Banquise, Manu Chao

Mémoires d'outre-tombe, Tome II

16/10/2006 18:12
281 lectures
21 janvier 2006

Déracinée... des ailes...

Il ne voyait qu'elle. Elle dépassait à peine du manteau neigeux, sa corolle frémissait sous la bise d'altitude. Ce petit point rouge attirait l'oeil comme un phare dans la nuit. il s'approcha, osant à peine croire au spectacle qui s'offrait à ses yeux. Il tendit la main, mais ne pût l'atteindre. Il se saisit alors de son piolet, et parvînt à dégager la neige qui la recouvrait. Il ne s'était pas trompé, c'était bien une althea. Que pouvait bien faire une tremière en ces lieux ? On eût dit qu'elle avait été déposée là. Mais pourquoi ? Le froid commençait à tétaniser son corps tandis qu'il fouillait fiévreusement dans son sac. "Où est ce fichu appareil ?", dit-il à voix haute. Il le trouva enfin. Ses mains tremblaient, le vent glacial l'engourdissait et soufflait de plus belle. Il lui fallait figer cet instant d'étrangeté nivéale. Mais au moment d'appuyer sur le déclencheur, une violente bourrasque le fît vaciller, puis rouler dans la neige. Alors qu'il tentait de s'agripper à un rocher, il leva la tête, et la dernière chose qu'il vît furent les pétales carmins virevoltant autour de lui...

La sonnerie du réveil le fit sursauter. D'accoutumée, il ne gardait aucun souvenir de ses rêves, mais cette fois, les moindres détails lui revenaient, il aurait pu décrire le parfum de sa chimère. Pour une fois... Il sut dès lors qu'il n'était pas près d'oublier cet instant de grâce... Il se dirigea vers la fenêtre de sa chambre, ses pensées encore toutes embuées par cette étrange nuit... Tiens, il avait neigé...

Mémoires d'outre-tombe, Tome I

16/10/2006 15:50
336 lectures
Billet datant du 17 janvier 2006...

Dix-sept. Tentons un haiku*

D'un samouraï fais-toi l'amie,
Muse ou égérie ?
Mata-Hari...

* Haïku : petit poème japonais de 17 syllabes

16 janvier 2006...

Descabezado

Hips... panique ! Je perds la tête ! Elle roule sur le coté, s'incline, ma nuque se découvre. Etendue vierge, impatiente de sentir le souffle de l'inconnu... La chaleur m'enveloppe, je me blottis... L'inflammation est totale, physique et psychique. Ibérique chimérique... Rêve ou réalité ?

L'arche de Zoé

15/10/2006 09:48
290 lectures
Seriez-vous prêts à monter dans l'arche de Zoé ?
Il vous suffit d'emmener un crayon et du papier
Seriez-vous prêts à monter dans l'arche de Zoé ?
En coupant des mots essayez donc d'en fabriquer

Le Torpotame comment croyez-vous qu'il soit venu ?
Comme un hippopotame ou comme une tortue ?
L'escarnouille est venu jusqu'à nous c'est pas trop tôt
Sautant comme ma grenouille, rampant comme l'escargot

Seriez-vous prêts à monter dans l'arche de Zoé ?
Un petit, un gros et c'est encore plus rigolo
Seriez-vous prêts à monter dans l'arche de Zoé ?
Coupez les syllabes de nos amis les animaux

La Cachanelle est peut-être bien une demoiselle
Ou tout simplement cachalot et puis coccinelle
Le Cragnée n'est pas un animal à fréquenter
Une tête de crapaud sur pattes d'araignée

Seriez-vous prêts à monter dans l'arche de Zoé ?
Comme des aventuriers prêts pour l'expédition
Seriez-vous prêts à monter dans l'arche de Zoé ?
En gardant le cap on arrive au pays des sons

Il ne manque pas de piquant c'est l'ami Ecusson
Un pti bout d'écureuil, un autre bout d'hérisson
Jamais propre et bon dernier voici le pti Torchon
C'est cette fameuse tortue qui mange comme un cochon


Seriez-vous prêts à monter dans l'arche de Zoé ?
D'une famille d'hippos nous faisons la présentation
Seriez-vous prêts à monter dans l'arche de Zoé ?
Garder l'avant ou l'arrière, telle est la question

Il y a l'Hipponard, l'Hippochon, l'Hippocéros
Et l'Hippocodile qui est sans doute le plus féroce
Il y a l'Hipporeuil, l'Hippotaure et l'Hippopin
Et l'Hippopanzée qui est sans doute le plus malin

Seriez-vous prêts à monter dans l'arche de Zoé ?
Il vous suffit d'emmener un crayon et du papier
Seriez-vous prêts à monter dans l'arche de Zoé ?
Larguez les amarres et surtout laissez-vous bercer...

http://www.rachelareilly.com/Noah's%20Ark.jpg

Strasbourg joies...

14/10/2006 05:56
496 lectures
J'avais commencé un billet spirituel, mais COHADE VIENT DE MARQUER au moment où j'allume mon poste !!!
Il paraît que l'enjeu prime sur le jeu ce soir (CQFD).

Et puis ce Yanev, avec ses coups de pieds arrêtés, s'prend pour Beckham ou quoi ? 26ème minute. Z'ont du mal à construire les strasbourgeois.

Bah oui j'ai craqué, j'avais le choix entre la Star Ac' ou Stras' wars. Mais tant qu'à partager virtuellement des enflammements...
Je cherche l'écharpe rose de conan... Ah ben c'est ton torse nu de barbare que je viens d'apercevoir ! (conan torse poil sur Eurosport, ça le fait ! )
37ème minute. Le Racing voit rouge, c'est un match viril, y'a du contact (miam...)
1er carton jaune grenoblois pour Juan, pendant qu'Ekobo s'échauffe.
Comment ça chui pas crédible ? Bon c'est vrai, je m'y connais plus en grain noble qu'en Grenoble, et en Stras' bourre qu'en Strasbourg...
Joli coup franc à la 43ème minute de... merde j'ai pas vu !

Mi-temps, mini interview de Cohade : " Bé le cautche il a dit que ch'était moi aujourd'hui qui tiré !" (non, jme moque pas, je ne fais que retranscrire.)

Bon, pas sûr que je tienne pendant la seconde mi-temps, mais rien à foot, ce sera mon compte-rendu officiel...

Deuxième salve de pubs, avec 2 coccinelles qui copulent dans une 207 (une idée à toi anaconda ?). Remarque le contraire serait difficile, je vois mal 2 Peugeot forniquer dans une Coccinelle... Non non, ne croyez pas que je m'égare...

Allez c'est reparti pour 45 minutes. Petite occasion pour Matheus (hihi). Oh putain, transversale de Mouloungui ! Et hop, 3ème carton chaune pour Chtrossbourri ! (bon ça y est, je m'emmerde...)
Petit tango de Tum et Stinat près du corner... Erreur de Cassard (non pas avec la tête andouille !)

Et c'est bien beau les chants de supporters, mais on comprend rien ! Faudra penser à articuler les gars hein !

Sarr vient de se marcher sur les pieds, c'est déjà ça de gagné ! Je veux pas dire, mais Cassard chie dans la colle ce soir. Eh oui, jme permets un avis si je veux ! (21h56, je baille). Entrée de Gameiro, le chouchou du chtoub. (réveillez-moi quand y'a un but, là j'en peux plus). 77ème minute, jolie roulette de Mouloungui (waouw, je viens d'apprendre une nouvelle figure de style, promis je la placerais dans ma prochaine rédac' !). 79ème minute, coup franc de Strass'air...
J'avais cassé Cassard un peu plus haut, je retire... Bel arrêt à la 80'. Dommage Matheus, t'as failli marquer ( :)) ). Oh f***, Gameiro au 2ème poteau à la 85' !!! Coup franc dangereux du Juninho grenoblois, superbement stoppé par notre Cassard local. 4 minutes d'arrêts de jeu, le suspense reste entier... et hop, 1-0 !

Vu d'ici, match sympathique... Pour la 3ème mi-temps je déclare forfait...

Et t'avais raison conan, on a rien à foutre en Ligue 2...

http://www.uefa-archiv.de/Stadien/strasbourg.jpg

Moches rooms...

10/10/2006 19:54
524 lectures
Je ne me lasserai jamais de ces petites escapades... botaniques... Promenade mycologique bien instructive...

Ce qui surprend d'abord, ce sont les noms. Ainsi peut-on croiser un coprin chevelu (non conan, ce n'est pas le chanteur d'Europe qui erre dans les sous-bois ! )
Vient ensuite l'amanite phalloïde. Si l'on décompose (et si on fabule un peu aussi), on peut arriver à ça : la manite phalloïde ("man" pour main, et "ite" pour inflammation en terme médical), inflammation de la main, donc, due à un truc phall...oïdal... Hum hum, vous visualisez là ?
Il y a aussi le bolet. Le beau laid. Non comestible par conséquent...
Le polypore. Z'avez déjà vu un cochon bien élevé vous ?
La fistuline : variété proche du pébroque de kibitz...
Le pénicillium : je vous avais prévenus, tous des obsédés ces botanistes (bah oui, bota...nique...)

Et que dire des formes de ces espèces d'espèces !

http://www.chemins-rencontres.com/Activit%E9s/Mycologie/fiches/ph...

http://mycorance.free.fr/valchamp/valimage/vesperl3.jpg

http://www.champignonssauvages.com/photos/Amanvir.jpg

http://www.tachenon.com/Autre/guepinie1.jpg

Pour les séquences hallucinogènes, fiez-vous à la météo. Les champignons aiment l'O, le pain et le travail. Enfin, l'humidité, les résineux et les bouleaux (ben oui, je finis sur un truc naze si ça me chante...relle ! )

Avec le temps...

07/10/2006 12:54
452 lectures
J'ai relu toutes tes lettres... Elles ne me font plus pleurer... Il ne reste de nous deux que cette petite vie... C'est étrange de penser que l'amour peut se matérialiser... Cet amour qui a grandi au fond de mon ventre, et que je tue à petit feu à coup de pieux enfoncés dans ma chair... Peut-on encore briser un coeur déjà mort ? Il y a 2 ans aujourd'hui que tu m'as arraché le coeur...

http://www.adpr.lv/lab-of-design/images/zenit%20fotografii/_big/5...

Mélomaniaque...

04/10/2006 19:00
342 lectures
Sur les conseils avisés de mon matéorologue personnel, collégien stratosphérique et leader du Gang Bang of Four (collectif pétillant mêlant riffs endiablés et mélopées dubitatives), je publie un impromptu musical....

Il était une fois, dans un pays lointain, une tribu appelée les Américains. Ceux-ci, forts de leur Histoire (nan je déconne !), apprirent un jour l'existence d'une curieuse pratique : le jeu de mots. Aussitôt dit, aussitôt fait, les voilà à se gausser les uns des autres. Mais comme toute bonne chose a une fin, le moment de se dire au revoir survint. L'un d'eux, qui n'avait pu se repaître de cette joyeuseté, décida d'avoir le dernier (jeu de) mot. Et notre ventripotent personnage de lancer à tue-tête : "See you later alligator !"... Cet idiome idiot sera traduit en français par Le général Gaëtan, de retour des Indés, par : "A plus tard crocodile..."

Signé Louise, militante d'ATAC... (Association Terriblement Anti-Conformiste)

Kenavo et bonne écoute...



http://www.u-blog.net/poonseuh/img/louiseattaque.jpg

Un p'thi bou de pouaisie...

26/09/2006 22:30
1.444 lectures
Ce sont les mères des hiboux
Qui désiraient chercher les poux
De leurs enfants, leurs petits choux,
En les tenant sur les genoux

Leurs yeux d'or valent des bijoux
Leur bec est dur comme cailloux,
Ils sont doux comme des joujoux,
Mais aux hiboux point de genoux !

Votre histoire se passait où ?
Chez les Zoulous ? Les Andalous ?
Ou dans la cabane bambou ?
A Moscou ? Ou à Tombouctou ?
En Anjou ou dans le Poitou ?
Au Pérou ou chez les Mandchous ?

Hou ! Hou !
Pas du tout, c'était chez les fous...

Robert Desnos, Les Hiboux

http://www.val-saint-lambert.com/v2/images/hibou.png

Pic épique et télégramme...

23/09/2006 15:42
279 lectures
On a atteint le sommet-STOP-ça suffit-STOP-m'énerve-STOP-fait chier-STOP-oui je suis vulgaire et alors ?-STOP-comprennent rien-STOP-suivants-STOP-avec un "s", parfaitement-STOP-nouvel épisode caniculaire en perspective-STOP-tout brûler sur mon passage-STOP-ce qu'il restait de dignité-STOP-le réel n'existe plus-STOP-fin-STOP...

http://wilfrid_hoffacker.blog.lemonde.fr/photos/uncategorized/exit.jpg

Raconte-moi une histoart...

17/09/2006 09:03
2.634 lectures
Sur une assiette bien ronde en porcelaine réelle
une pomme pose
Face à face avec elle
un peintre de la réalité
essaie vainement de peindre
la pomme telle qu'elle est
mais
elle ne se laisse pas faire
la pomme
elle a son mot à dire
et plusieurs tours dans son sac de pomme
la pomme
et la voilà qui tourne
dans une assiette réelle
sournoisement sur elle-même
doucement sans bouger
et comme un duc de Guise qui se déguise en bec de gaz
parce qu'on veut malgré lui lui tirer le portrait
la pomme se déguise en beau bruit déguisé
et c'est alors
que le peintre de la réalité
commence à réaliser
que toutes les apparences de la pomme sont contre lui
et
comme le malheureux indigent
comme le pauvre nécessiteux qui se trouve soudain à la merci de n'importe quelle association bienfaisante et charitable et redoutable de bienfaisance de charité et de redoutabilité
le malheureux peintre de la réalité
se trouve soudain alors être la triste proie
d'une innombrable foule d'associations d'idées
Et la pomme en tournant évoque le pommier
le Paradis terrestre et Ève et puis Adam
l'arrosoir l'espalier Parmentier l'escalier
le Canada les Hespérides la Normandie la Reinette et l'Api
le serpent du Jeu de Paume le serment du Jus de Pomme
et le péché originel
et les origines de l'art
et la Suisse avec Guillaume Tell
et même Isaac Newton
plusieurs fois primé à l'Exposition de la Gravitation Universelle
et le peintre étourdi perd de vue son modèle
et s'endort
C'est alors que Picasso
qui passait par là comme il passe partout
chaque jour comme chez lui
voit la pomme et l'assiette et le peintre endormi
Quelle idée de peindre une pomme
dit Picasso
et Picasso mange la pomme
et la pomme lui dit Merci
et Picasso casse l'assiette
et s'en va en souriant
et le peintre arraché à ses songes
comme une dent
se retrouve tout seul devant sa toile inachevée
avec au beau milieu de sa vaisselle brisée
les terrifiants pépins de la réalité.

Promenade de Picasso, Jacques Prévert

http://jonathanscorner.com/writing/icons/picasso_the_guitar_player.gif

classe... pas classe...

31/08/2006 18:23
488 lectures
En cette veille de rentrée des classes, quelques perles d'élèves...et autres...


Le marché capitaliste est regulé par la loi du plus fort et de la demande.
Staline fit déporter la classe des paysans enrichis: les goulags.
Jean Moulin fut, lui aussi, victime de la barbie nazie.
Le calendrier révolutionnaire commence en primaire.
Vendemiaire correspond à la saison des vidanges.
La génétique arrivera un jour à clowner les gens.
L'oxydant chrétien.
Louis XVI avait trahi la France. La preuve : il etait protégé par des Suisses.
La médecine préventive soigne la maladie en amont; la médecine curative en avalant.
Le cachet de la poste faisant mal au foie.
Les liquides sont incompréhensibles.
Les sacrifices humains était courants chez les paztèques.
L'éther est un produit tres volubile.
Le soleil a cessé de tourner autour de la terre le jour où on a menacé de le brûler.
Toute bactérie a deux doigts : un pour marcher, l'autre pour manger.
La concurrence était tellement âpre qu'il n'y en avait que cinq dans les dix premiers.
Un pilote qui passe le mur du son ne s'en rend pas compte : il n'entend plus rien.
Déjà avant guerre, Mercedès fabriquait des Volkswagen.
Trente personnes travaillent à l'usine, plus les ouvriers.
Moïse appela Dieu qui sortit d'un nuage et lui dit : Qu'est-ce que tu veux ?
Tous les spermatozoïdes ont un fouet, mais seul le plus fort parvient à ses fins.
Les ouvriers Japonais commencent leur journée de travail en hurlant des slogans comme : japonais un jour, japonais toujours !
Les examens sont utiles pour le depistage de l'ignorance.
Le CM2 fait partie de l'ere primaire .
être a l'heure, c'est important surtout quand on est en retard .
Le mercredi est un jour de conge en souvenir des enfants morts pour l'ecole .
L'age de pierre a commence avec l'invention du bronze.
Quand 2 atomes se rencontrent, on dit qu'ils sont crochus.
Par commodite le sud a ete place en dessus du nord.
Les cours d'eau ont le choix de se diriger vers la mer ou la montagne.
Le caviar pousse dans des poissons tres chers.
Le Herisson est un rongeur de la famille des piquants.
Hannibal a reussi a aller de l'autre cote des Alpes en escaladant des elephants.
La lutte greco-romaine opposa longtemps les armees de ces deux pays.
Ceux qui n'ont pas reussi le bac s'appellent des delinquants .
Les arbres laissent souvent tomber leurs feuilles en hiver parce qu'ils sont fatigues de les porter.
Le tabac est une plante carnivore qui mange les poumons.
Avant les tracteurs s'appelaient des boeufs.
La baleine est un mammifere marin que l'on peche dans nos rivieres.
La drogue est interdite a l'ecole sauf pour les professeurs.
On n'a pas le droit d'aller a l'infirmerie pour les trop petites maladies, il vaut mieux attendre d'etre mourant .
Si on chahute trop un prof il paraît qu'on risque de detruire sa psychologie interieure nerveuse.
Les esclaves des Romains etaient fabriques en Afrique mais n'etaient pas de tres bonne qualite.
Quand on a moins de 18 ans, on est mineur, et c'est pour la vie.
Les cahiers de texte c'est fait pour rappeler aux profs qu'ils n'ont pas de memoire.
La garderie c'est fait pour les orphelins dont les parents travaillent tard le soir.
L'archeologie permet de retrouver des vieux abandonnes dans la terre par leurs enfants .
Le mercure est le seul liquide imbuvable parce qu'il est solide.
Une tonne pese au moins 100 kilos surtout si elle est lourde.
Jules Ferry a invente l'intelligence pour tous les enfants.
Quand ils voyaient la mort arriver, les egyptiens se deguisaient en momies pour ne pas se faire reperer.
Une ligne droite devient rectiligne quand elle tourne.
L'acier est un metal plus resistant que le bois.
L'alphabet contient 26 lettres qui vont de A a B.
Le porc s'appelle le cochon parce qu'il est degueulasse.
L'exemple du Titanic sert a montrer l'agressivite des icebergs.
En France l'ecole est obligatoire pour tous les riches.
La cour de recreation est le lieu le plus enchanteur de toute l'ecole.
Depuis la reforme de l'ecole les tableaux noirs sont verts.
Les acqueducs ont ete construits par les Romains pour transporter du petrole en France.
Les chinois comptent avec leurs boules.
Pour faire une division, il faut multiplier en soustraction.
L'eau est d'une couleur inodore.
Il faut faire ses devoirs a la maison pour pouvoir dormir tranquille a l'ecole.
Un professeur n'a pas le droit de frapper ses eleves sauf si ca lui fait du bien.
Pendant la guerre les papys s'amusaient a faire de la resistance.
Un telescope est un tube qui permet de regarder la television de tres loin.
Le singe est un animal proche de l'homme mais quand meme pas trop.
L'amour est un organe qui permet au coeur de battre

Une belle promo de champion du monde ... ;-D


Castor a pris le pouvoir grace à une guerilla urbaine dans les campagnes.
Comme souvent, le peuple s'en est pris à un bouc et mystère.
D'apres le calendrier hébraïque, on est en 5757 après Jésus-Christ.
Depuis Archimède les bateaux flottent....
En 1934, Citroën révolutionne la construction automobile en sortant la traction à vent.
En 2020, il n'y aura plus assez d'argent pour les retraites à cause des vieux qui refusent de mourir.
II fut condamné après un procès en bonnet de forme.
L'hippopotamus est le siège du système neurovégétatif.
L'homosexualite n'est pas une maladie, mais personne n'aimerait l'attraper.
L'indice de fécondite doit être egal à deux pour assurer le renouvellement des générations parce qu'il faut être deux pour faire un enfant. On peut s'y mettre à trois ou quatre mais deux suffisent.
La datation au carbone 14 permet de savoir si quelqu'un est mort à la guerre.
La force de Coriolis provoque des cyclones dans les lavabos.
La terre rote sur elle-même.
Le cerveau à des capacités tellement étonnantes qu'aujourd'hui pratiquement tout le monde en à un.
Le cerveau à deux hémisphères, l'un pour surveiller l'autre.
Le chauffage au gaz revient moins cher mais disjoncte tout le temps.
Le chêvre est un fromage fait avec du lait de brebis.
Le gouvernement de Vichy siègeait à Bordeaux.
Le mètre est la dix-millionième partie du quart du méridien terrestre pour que ça tombe juste on a arrondi la terre.
Le Tsar a perdu le pouvoir malgré les occases.;)
Le Vietnam est la capitale du Liban.
Les Allemands nous ont attaqués en traversant les Pyrénées à Grenoble.
Les continents dérivent, peinards.
Les escargots sont homosexuels.
Les Français sont de plus en plus intéressés par leur arbre gynécologique.
Les passagers de première classe ont moins d'accident que les passagers de deuxième classe.
Les riches bouffent le gateau ; les pauvres se contentent des miettes. Plus le gateau est gros plus les miettes sont grosses.
Les végétaux fixent l'oxygène grace aux globules verts.
Napoléon III était le neveu de son grand-père.
Privé de frites, Parmentier inventa la pomme de terre.
Quand il voit, l'oeil ne sait pas ce qu'il voit. II envoie une photo au cerveau qui lui explique.
Un collectionneur de timbres est un pédophile.
Un litre d'eau à 20°, plus un litre d'eau à 20°, égalent deux litres d'eau à 40°.
Un prévenu est quelqu'un qu'on a mis au courant.
Un ver solitaire est un ver qui vit tout seul à la campagne

Sur les bulletins scolaires :

"Des progrès mais toujours nul. "
"Sèche parfois le café pour venir en cours. "
"Un vrai touriste aurait au moins pris des photos. "
"En forme pour les vacances. "
"Tout comme son accolyte William, plonge inexorablement dans les profondeurs de la nullité. "
"Fait preuve d'un absenteisme zélé. "
"Fait des efforts désepérés...pour se rapprocher de la fenêtre. "
"Hiberne probablement. "
"Printemps arrivé, toujours pas réveillé. "
"Elle mâche... Elle parle... Elle mâche... Elle parle... "
"En nette progression vers le zero absolu ! "
"A les prétentions d'un cheval de course et les résultats d'un âne. "
"Participe beaucoup... à la bonne ambiance de la classe.
Se retourne parfois... pour regarder le tableau. "
"Ensemble bien terne, élève peu lumineux "
Juste en dessous, par un autre prof :
"Elève brillant... par son absence "
"Dors en cours, sur le clavier ou le tapis de souris, selon l'urgence."
Un peu plus loin :
"Ne se réveille que pour boire son café à l'intercours ".
"L'apathie a un visage. "

http://img367.imageshack.us/img367/3973/cancre10dn.jpg


Mon "Tsar" à moi...

16/08/2006 23:19
481 lectures
Il est des amitiés dont on ne saurait se passer... Des présences rassurantes, réconfortantes, tendres... Des mains tendues, indispensables, parfois même sans s'être jamais touchées... Et dont on sait qu'elles seront toujours là demain... Deux mains... Merci Mostovoi...

http://pour2mains.free.fr/images/Mains.jpg
Flux RSS Le stublog de playlikebeckham : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
playlikebeckham1399669215.jpg

playlikebeckham

Voir son profil complet

Archives

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006