euh...


Photos de moi nue...

03/03/2008 22:03
5.922 lectures
Je fais comme takl, du teasing :D

Je fais appel cette fois aux étoiles pensantes du stub, parce qu'après moultes lectures, je ne comprends toujours pas cette phrase :

"Jeune homme, quand vous aurez fait l'expérience du monde, vous reconnaîtrez le malheur des gens en place ; vous saurez combien il est facile de les prévenir, combien aisément ils donnent au vice intrigant ce qui appartient au mérite qui se cache."

Combien aisément ils donnent au vice intrigant ce qui appartient au mérite qui se cache ? hein ? kewouah ? keskeutuveudirebernardindesaintpierre ?

Autant je peux être férue de littérature, autant là...

(merci à zottel de m'avoir dirigé vers cette lecture de Paul et Virginie de machin chouette de St Pierre, sale petit con je t'aurai !!!)

nullhttp://ba5k.free.fr/PMC/litt3.JPG

'culé !

16/12/2008 22:23
2.834 lectures
Je persiste et signe finalement.

Sarko est notre futur (actuel) dictacteur. Que ceux que mes arguments ont pu choquer me démontrent que le totalitarisme n'est pas en marche.

Je ne vais pas me taire davantage. Un ban de plus ? Peu importe. Il n'est pas question de laisser la vindicte populaire se cacher derrière des intérêts financiers et/ou personnels.

D'aucuns disent que le stub n'est pas le lieu pour disserter d'un sujet aussi épineux. Soit.
J'ai été agréablement surprise par le soutien (inespéré ?) de membres a-politiques quant à la tournure peu consensuelle de mes propos.

Je n'ai pas la prétention de détenir la vérité.
Il n'empêche qu'il n'est pas interdit de réfléchir à la manière dont notre actuel dirigeant nous entube "avec l'accord" de la plupart de ses électeurs.

Certains s'accordent à dire qu'il est plus judicieux d'avancer des contre-propositions plutôt que de critiquer.
Allons-y...

http://www.my-os.net/blog/images/2006fevrier/anarchy.jpg

Art-chitecture...

31/03/2007 13:09
2.758 lectures
J'ai envie de commencer une petite série sur l'Art. Sous toutes ses formes. En commençant par l'Architecture.

Quelqu'un me demandait récemment quels étaient les architectes contemporains que je connaissais. Bien évidemment, et comme beaucoup d'entre nous je présume, les noms de Philippe Starck (qui est davantage designer je vous l'accorde), Jean Nouvel, Le Corbusier me sont venus à l'esprit. Après de longues recherches, j'ai compris pourquoi je ne connaissais pas les autres : ils ont des noms à coucher dehors !!!

De Stijl (qui semble avoir inspiré The White Stripes), Miers van der Rohe, Gerrit Rietveld (dont on retient la zig-zag chair), Ieoh Ming Pei (à qui l'on doit la Pyramide du Louvre), Renzo Piano (le Centre Pompidou à Paris), Rem Koolhaas (adepte du déconstructivisme), Christian de Portzamparc (Ecole de Danse de l'Opéra de Nanterre) et j'en passe !

La plus sûre manière de retenir le nom d'un architecte, est de lui associer sa plus belle création... Ci-dessous, mes coups de foudre...

http://arts-plastiques.ac-rouen.fr/formation/agregation/franck_ll...
Franck Lloyd Wright

http://www.hiandlomodern.com/IMAGES/BOOKS/painting/guggenheim.jpg
Franck Lloyd Wright, Musée Guggenheim de New-York


http://www.oldhouses.com/images/lst/000/137/L_exterior4.jpg
Mies Van Der Rohe et ses fameux pavillons

http://terresdefemmes.blogs.com/photos/uncategorized/mies_van_der...
Mies Van Der Rohe (le fauteuil c'est également lui qui en est le designer)

http://www.plataformaarquitectura.cl/cpgarq/albums/userpics/10018...
Richard Rogers, Palais de Justice d'Anvers une fois

Rogers qui a collaboré à l'érection du Pomp-idou (hihi) et à "oui oui, c'est Strasbourg !"

(Désolée j'arrive pas à rester sérieuse jusqu'au bout :D)

(Vos suggestions et connaissances sont les bienvenues afin d'alimenter ma rubrique ;) )

Raconte-moi une histoart...

17/09/2006 09:03
2.624 lectures
Sur une assiette bien ronde en porcelaine réelle
une pomme pose
Face à face avec elle
un peintre de la réalité
essaie vainement de peindre
la pomme telle qu'elle est
mais
elle ne se laisse pas faire
la pomme
elle a son mot à dire
et plusieurs tours dans son sac de pomme
la pomme
et la voilà qui tourne
dans une assiette réelle
sournoisement sur elle-même
doucement sans bouger
et comme un duc de Guise qui se déguise en bec de gaz
parce qu'on veut malgré lui lui tirer le portrait
la pomme se déguise en beau bruit déguisé
et c'est alors
que le peintre de la réalité
commence à réaliser
que toutes les apparences de la pomme sont contre lui
et
comme le malheureux indigent
comme le pauvre nécessiteux qui se trouve soudain à la merci de n'importe quelle association bienfaisante et charitable et redoutable de bienfaisance de charité et de redoutabilité
le malheureux peintre de la réalité
se trouve soudain alors être la triste proie
d'une innombrable foule d'associations d'idées
Et la pomme en tournant évoque le pommier
le Paradis terrestre et Ève et puis Adam
l'arrosoir l'espalier Parmentier l'escalier
le Canada les Hespérides la Normandie la Reinette et l'Api
le serpent du Jeu de Paume le serment du Jus de Pomme
et le péché originel
et les origines de l'art
et la Suisse avec Guillaume Tell
et même Isaac Newton
plusieurs fois primé à l'Exposition de la Gravitation Universelle
et le peintre étourdi perd de vue son modèle
et s'endort
C'est alors que Picasso
qui passait par là comme il passe partout
chaque jour comme chez lui
voit la pomme et l'assiette et le peintre endormi
Quelle idée de peindre une pomme
dit Picasso
et Picasso mange la pomme
et la pomme lui dit Merci
et Picasso casse l'assiette
et s'en va en souriant
et le peintre arraché à ses songes
comme une dent
se retrouve tout seul devant sa toile inachevée
avec au beau milieu de sa vaisselle brisée
les terrifiants pépins de la réalité.

Promenade de Picasso, Jacques Prévert

http://jonathanscorner.com/writing/icons/picasso_the_guitar_player.gif

Ec-rire...

05/03/2007 16:19
2.544 lectures
"Toutes ces mésaventures firent que je m'enfermais de plus en plus dans ma chambre et que je me mis à écrire pour de bon. Attaqué par le réel sur tous les fronts, refoulé de toutes parts, me heurtant partout à mes limites, je pris l'habitude de me réfugier dans un monde imaginaire et à y vivre, à travers les personnages que j'inventais, une vie pleine de sens, de justice et de compassion. Instinctivement, sans influence littéraire apparente, je découvris l'humour, cette façon habile et entièrement satisfaisante de désamorcer le réel au moment même où il va vous tomber dessus.

L'humour a été pour moi, tout le long du chemin, un fraternel compagnonnage ; je lui dois mes seuls instants véritables de triomphe sur l'adversité. Personne n'est jamais parvenu à m'arracher cette arme, et je la retourne d'autant plus volontiers contre moi-même, qu'à travers le "je" et le "moi", c'est à notre condition profonde que j'en ai.
L'humour est une déclaration de dignité, une affirmation de la supériorité de l'homme sur ce qui lui arrive. Certains de mes "amis", qui en sont totalement dépourvus, s'attristent de me voir, dans mes écrits, dans mes propos, tourner contre moi-même cette arme essentielle ; ils parlent, ces renseignés, de masochisme, de haine de soi-même, ou même, lorsque je mêle à ces jeux libérateurs ceux qui me sont proches, d'exhibitionnisme et de muflerie. Je les plains.

La réalité est que "je" n'existe pas, que le "moi" n'est jamais visé, mais seulement franchi, lorsque je tourne contre lui mon arme préférée; c'est à la situation humaine que je m'en prends, à travers toutes ses incarnations éphémères, c'est à une condition qui nous fut imposée de l'extérieur, à une loi qui nous fut dictée par des forces obscures.

Dans les rapports humains, ce malentendu fut pour moi une source constante de solitude, car, rien ne vous isole plus que de tendre la main fraternelle de l'humour à ceux qui, à cet égard, sont plus manchots qu'un pingouin..."

Romain Gary, "La promesse de l'aube"

http://clabedan.typepad.com/salon_du_livr/images/ecriture.jpg

Lis tes ratures...

08/12/2006 21:31
2.288 lectures
Z'allez m'faire chier longtemps avec Céline ? Ce grand écrivain parmi les grands ? Tocard oui, académiste (oui denp, je maintiens !). De la démonstration syntaxique, de la nullité émotionnelle. Du descriptif écoeurant, du détail insignifiant. Et pourquoi pas Robert Merle aussi, lui qui maîtrise bien mieux l' Egypte que moi (n'est-ce pas messieurs flirt et takl?)

Il sait écrire ça, l'autre tarlouze anti-sémite au nom de fille ?

" Encore un fruit de la passion ? Qui va se farcir le quadrichromique opéra de la vie ? L'optimisme amoureux a une fois de plus plaisanté avec le néant ? Ca va tomber du rien dans le pire ? Un fruit tout nu précipité dans les mâchoires du monde ? Au nom de l'amour ! la belle amour ? Et le reste du temps, ça va chercher à comprendre ? Ca va se construire ? Une charpente d'illusions sur les fondations du doute, les murs de la métaphysique, le mobilier périssable des convictions, le tapis volant des sentiments ? Ca va s'enraciner dans son île déserte en envoyant des signaux pathétiques aux bateaux qui passent ? Oui... Et ça va passer soi-même au large des autres îles. Ca va manger, ça va boire, ça va fumer, ça va aimer, et puis ça va décider de manger mieux, de boire moins, de ne plus fumer, d'éviter les idées, de reléguer le sentiment. Ca va devenir réaliste..." (Daniel Pennac, "La petite marchande de prose")

Tiens rachma, ce soir je chie sur le réalisme !

Manquerait plus que j'achète un appart et que je prenne des Sicav...

http://www.agathegaillard.com/im.guibert/Guib2.jpg

Madchester, I'm your knighthead !

19/05/2007 14:14
2.134 lectures
A l'instar de matteo, je vais moi aussi faire un billet qui ne va intéresser que moi, et en angliche par dessus l'marché ! :D

The term Madchester was coined for an alternative music scene that developed in Manchester, England, at the end of the 1980s and the beginning of the 1990s.
The scene mixed indie rock and dance music. Artists associated with the scene included The Stone Roses, the Happy Mondays, the Inspiral Carpets, 808 State, James, A Guy Called Gerald and more. At that time, The Haçienda nightclub was a major catalyst for the distinctive musical ethos in the city.

The music scene in Manchester immediately before the Madchester era had been dominated by indie bands such as The Smiths, New Order and A Certain Ratio. These bands were to become a major influence on the Madchester scene, but just as important was the Haçienda nightclub.

Although the Madchester scene cannot really be said to have started before the autumn of 1988 (the term "Madchester" would not be coined until a year after that), many of its most significant bands and artists were around on the local scene before then :

The Stone Roses (formed in 1984)
Happy Mondays (formed in Salford in 1985)
The Inspiral Carpets (formed in Oldham in 1986)
James (formed in 1981)
808 State (formed in 1988)

In the autumn of 1988, a series of record releases came together as the first rumblings of a serious new music scene in Manchester. The Stone Roses released "Elephant Stone", Happy Mondays "Wrote for luck" and A guy called Gerald released "Voodoo Ray".

In May 1989, the Happy Mondays released the single "Lazyitis" and the Inspiral Carpets put out their first single with new singer Tom Hingley, "Joe". Like the Stone Roses, the Inspiral Carpets were producing sixties - inspired indie music. All three of the main players in the emerging scene took a dance influence, particularly from 70s funk, with disco basslines and wah-wah guitar being added to their indie jingle-jangle. The Inspiral Carpets added the distinctive sound of the Farfisa organ. (hyrka, what's that ???)

This sound, which was to become known as "baggy", generally includes a combination of funk, psychedelia, guitar rock and house music.

Alongside the music, a way of dressing emerged that gave baggy its name. Baggy jeans (often flared) alongside brightly coloured or tie-dye casual tops and general sixties style became the standard uniform of young people first in Manchester and then across the country - frequently topped off with a fishing hat in the style sported by the Stone Roses drummer Reni. The fashion, like the music, was somewhere between rave and retro.

The majority of bands on the Madchester scene would produce music that could be described as "baggy", including James, The Charlatans and The Mock Turtles. However, in the early 1990s the sound spread across the country, with bands such as The Farm, Flowered Up, Candy Flip and (early on) Blur treading where mancunians had gone before.

Madchester's role as an industry bandwagon from this time on is hard to deny. James were amongst the first beneficiaries of this. The local success of their self-financed singles "Come Home" and "Sit Down" (the latter becoming something of a Manchester anthem during 1989, with clubs full of people ritually sitting on the floor to it) led to a deal with Fontana (Major), and they were to score chart hits with "How Was it For You" and a re-recorded version of "Come Home" (sounding distinctly baggier) in the summer of 1990.

A number of other bands joined the fray during 1990, including World of Twist, New Fast Automatic Daffodils, The High, Northside, Paris Angels, and Intastella.

The peak of Madchester was in the summer of 1990. A rapid succession of chart hits followed during the summer, including "One Love" by the Stone Roses, "This Is How It Feels" by the Inspiral Carpets, "The Only One I Know" by The Charlatans and "Kinky Afro" by the Happy Mondays.
After this, however, Madchester's recorded output slowed. The end of the year saw triumphal concerts by James and a double-header with the Happy Mondays and 808 State, both at Manchester G-Mex, which seem, in retrospect, to mark the end of the era.
The Stone Roses cancelled their June 1990 tour of the US, issuing a press statement saying: "America doesn't deserve us yet". The real reasons are probably more complicated - the Roses also cancelled a gig in Spain and an appearance on the UK chat show Wogan. They would not face the public again until the end of 1994, spending the intervening time in and out of studios in Wales (where they recorded at leisure a second album, Second Coming) and fighting in court to release themselves from their contract with Silvertone Records.
The making of the next Happy Mondays album, "Yes Please!" was also problematic, and it would not be released until October 1992. The band flew to Barbados to record it, making repeated requests of Factory Records for extra time and additional funds (almost certainly in part to fuel growing drug habits). This is reputed to have been the major factor in the bankruptcy of the label in November 1992.
With the two bands seen as the most central to the scene out of action, media fascination with Madchester dwindled. James, Inspiral Carpets, The Charlatans and 808 State continued to record, with varying degrees of success, during the 1990s, but ceased to be seen as part of a localised scene.
Local bands catching the tail-end of Madchester, such as The Mock Turtles, became part of a wider baggy scene. The music press in the UK began to place more focus on shoegazing bands from the south of England and bands emerging through US grunge.

The immediate influence of Madchester was in inspiring the wider baggy movement in the UK, with bands from various parts of the country producing music in the early 1990s heavily influenced by the main Madchester players. These bands included Flowered Up (from London), The Farm (from Liverpool), the Soup Dragons (from Glasgow) and Ocean Colour Scene (from Birmingham). Blur, from Colchester, certainly adopted a baggy style in their early career, although in an interview with Select Magazine in 1991 they claimed, rather implausibly, to have "killed" the genre.

Subsequently, the influence of Madchester on Britpop in the mid-1990s was fairly clear, depending on which bands are discussed. Oasis are a clear example, and their guitarist Noel Gallagher worked as a roadie for the Inspiral Carpets during the Madchester era and vocalist Liam Gallagher had been a long time fan of Ian Brown. Both Gallagher brothers are self-professed fans of The Stone Roses.

The "big beat" dance music movement of the late 1990s also owed much to Madchester's eclectic approach to clubbing, with the Manchester DJ-ing duos the Chemical Brothers and Mint Royale being heavily inspired by their experiences in the Manchester clubland of the early 1990s.

Since a few years, such bands as Kasabian, The Rapture and The Music jumped on the bandwagon, in order to revive Madchester's flame...

There's also the film "24 Hour Party People" by Michael Winterbottom (and to an extent the documentary "Shadow Players") accurately and amusingly semi-fictionalises both the Madchester period (second half of the film focussing on Happy Mondays) as well as giving an overview of the Manchester scene through a depiction of the rise and fall of Factory Records (especially Joy Division) and the Hacienda. With an appealing and amazing soundtrack !!

The following videos are part of a non-exhaustive list of all the hits Madchester's era counts... Listen up !

The Stone Roses, Waterfall

Impossible d'afficher la vidéo Youtube dQUxCQxu9og via l'API



James, Sit Down


The Farm, All together now

Impossible d'afficher la vidéo Youtube mz-6Ta_b6YI via l'API



Happy Mondays, Step On

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 0xKaq-SNeEc via l'API



The Charlatans, The only one I know


The Inspiral Carpets, Saturn 5



Northside, Take 5


World of twist, The storm



Que celui qui a tout lu se dénonce ! :p

Et contrairement à d'autres, moi je ne donne pas mes sources...

Courant d'art...

13/05/2007 10:47
2.113 lectures
Le Pop art...

Le pop art est un mouvement qui trouve son origine en Angleterre au milieu des années 50, sous l'impulsion de Richard Hamilton et Edouardo Paolozzi. Un peu plus tard, dans les années 1960, c'est au tour du Pop art américain d'émerger avec Andy Warhol, Roy Lichtenstein, Robert Rauschenberg ou encore Jasper Johns. C'est surtout la branche américaine qui va populariser ce courant artistique devenu majeur, en dénonçant la consommation de masse à tout prix et présenter l'art comme un simple produit à consommer : éphémère, jetable, bon marché...


Le mot pop art (abrégé de « popular art ») a été prononcé pour la première fois en 1955 par Lawrence Alloway, un critique d'art anglais qui faisait partie de l'independent Group, groupe d'intellectuels travaillant sur le rôle de la technologie dans la société.

Mais ce qui caractérise profondément ce mouvement, c'est le rôle de la société de consommation et des déformations qu'elle engendre dans notre comportement au quotidien. C'est à partir de ce principe que les artistes américains vont mettre en évidence l'influence que peut avoir la publicité, les magazines, les bandes dessinées et la télévision sur nos décisions de consommateurs. Par la suite, ce mouvement va s'étendre et toucher d'autres domaines comme la mode, l'architecture, le design, etc.

L'accueil est très bon dès les débuts du mouvement, car le pop art est à priori simple et accessible. Les procédés utilisés par les artistes étaient souvent des nouveaux produits qui sortaient tout juste de cette société de consommation : acrylique, sérigraphie, etc. Les couleurs sont souvent vives et décalées par rapport à la réalité. Andy Warhol (1928-1987) est considéré comme l'un des apôtres du pop art.

Au-delà de la peinture, le pop art a usé de techniques picturales qui n'étaient auparavant pas considérées comme proprement artistiques, mais industrielles. Ce mouvement a perturbé le monde artistique d'autres manières, par exemple à travers la remise en cause du principe d'unicité d'une oeuvre d'art. Andy Warhol reproduisait les siennes par centaines, parfois même par milliers, ce qui heurtait les idées classiques attribuant à une oeuvre sa valeur car elle est unique.

Le pop art utilise des symboles populaires, qui marquent l'inconscient dès l'enfance. De Mickey Mouse à Marylin Monroe, en passant par Mick Jagger, l'admiration quasi généralisée de certaines idoles y est exultée de manière neutre ou non, selon l'artiste. La culture publicitaire de la société de consommation est une autre source d'inspiration.

Andy Warhol, Sérigraphie du Che
http://www.salondeartedigital.com/images/Che%20Guevara%20(Andy%20...

Roy Lichtenstein (elle est pour toi celle-là hyrka :D)
http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/arts_plastiques/capes04/lichten...


Le pop art en Grande-Bretagne

L'Independent Group se réunissait à l'Institute of Contemporary Arts depuis 1952. Ce groupe réunit les grandes figures de la création du Pop art, parmi lesquelles Richard Hamilton et Eduardo Paolozzi. Dès 1947, Paolozzi crée des collages utilisant des images de magazines américains mais il déclara plus tard que cela fut plus influencé par le mouvement surréaliste que par la culture populaire. Hamilton commença à étudier les travaux de
Marcel Duchamp
et développa une série de projets mélangeant art et publicité. La conférence de Reyner Banham à l'Independent Group posa les bases du Pop art en y incluant les objets de la vie quotidienne aux États-Unis et les magazines populaires. Alloway parla de sa théorie sur un continuum entre le « hight art » admis par les établissements culturels traditionnels et le « low art » du pop art.

En 1956, les membres de l'Independent Group participèrent à l'exposition This is Tomorrow au Whitechapel Gallery pour laquelle Hamilton créa le collage Just What Is It that Makes Today's Homes So Different, So Appealing?: http://www.georgetown.edu/faculty/irvinem/CCTP738/hamilton-home-a....

Son travail est considéré comme le manifeste du pop art en Grande-Bretagne. C'est également la première apparition du mot pop dans ce contexte.

Après This is tomorrow, Hamilton continua à développer les caractéristiques du pop art en exposant peintures et collages ayant pour sujets les voitures américaines, les biens de consommations et des pin-ups en tant qu'éléments d'une étude anthropologique ayant introduit le fétichisme qui deviendra un élément majeur du pop art. Hamilton est devenu un conférencier du Royal College of Art où il rencontra David Hockney ainsi que d'autres jeunes artistes qui développèrent le pop art en Grande-Bretagne. En 1961, Hockney, avec Peter Blake et R. B. Kitaj annoncèrent dans une exposition commune l'arrivée du pop art britannique.

Richard Hamilton, "She"
http://artemoderna.supereva.it/Hamilton.jpg

David Hockney, "Peter getting out of Nick's pool"
http://www.liverpoolmuseums.org.uk/picture-of-month/graphics/larg...

Peter Blake
http://www.andylangager.net/sgtpepper.jpg

Edouardo Paolozzi
http://www.chapeleiromaluco.blogger.com.br/Sir%20Eduardo%20Paoloz...



Le pop art en Espagne

En Espagne, le pop art est associé au « new figurative ». Eduardo Arroyo peut être admis comme artiste du pop art par son intérêt pour l'environnement ainsi que sa capacité à retranscrire l'éventualité interconceptuelle de la notion absolue de la vie quotidienne.

http://farm1.static.flickr.com/50/148370751_14cd676fde.jpg

Le pop art au Japon

Au Japon, le pop art est identifiable par ses sujets et son style réguliers. Beaucoup d'artistes japonais se sont inspiré des mangas et parfois de Ukiyo-e ou d'art traditionnel. L'artiste du pop art japonais le plus reconnu est actuellement Takashi Murakami du groupe d'artistes Kaikai Kiki (:)) ), renommés pour leur production massive, le Superflat, un style surréaliste, post-moderne dont l'inspiration principale vient des mangas et de la culture urbaine japonaise. Ce style vise principalement la jeunesse et a un grand impact culturel. Plusieurs artistes, comme Yoshitomo Nara, sont reconnus pour leurs graffitis, d'autres, comme Takashi Murakami sont connus pour leurs figurines en plastiques. Un grand nombre d'artistes du pop art japonais utilise des images surréalistes ou obscènes (sacré lasso...) voire choquantes (mouais...) dans leurs oeuvres. Ces éléments attirent les adolescents et les adultes (bien que censé être moralement choquant, ou provoquant, ceci n'est pas considéré comme offensant au Japon.) Une métaphore habituelle dans le pop art japonais est l'innocence et la vulnérabilité des enfants et de la jeunesse. Des artistes comme Aya Takano ou Yoshitomo Nara utilisent les enfants comme sujets dans la quasi-intégralité de leurs oeuvres. Alors que Yoshitomo Nara montre des scènes de colère ou de rébellions par des enfants, Aya Takano montre l'innocence des enfants en peignant des filles nues.

Takashi Murakamihttp://www.artbr.com.br/takashimurakami/images/Murakami3-thumb.jpg

Yashimoto Nara
http://mikkibass.com.ne.kr/images/gallery%201.jpg

Aya Takano
http://static.flickr.com/53/183982221_c7fabaf564_o.jpg

Funking around

01/12/2013 01:14
2.057 lectures
Rarement un morceau m'a donné envie de bouger comme ça...



(Fucking around has an other meaning... for those who gets english... welcome back Quincy !!!)


Let's play !

30/11/2007 18:13
1.573 lectures
Petit jeu qui ne vous prendra que 2 minutes et qui ensoleillera votre soirée.

Rendez-vous sur www.anpe.fr, rubrique "candidat/recherche d'emploi".

Dans cette case-là, inscrivez le mot "RIEN", et lancez la recherche.

Le résultat est édifiant :D

(Je remercierai ceux qui auraient envie de commenter ce billet de ne pas vendre la mèche pour les prochains participants)

Et ce n'est pas une blague...

http://www.stephenkramer.com/hahaha.GIF

Eurock is not dead !

05/07/2007 14:03
1.553 lectures
Date incontournable dans MON planning, les Eurockéennes de Belfort. Dans le précédent billet (que vous avez tous dévoré, je le sais - ahem), je maudissais matteo de me faire manquer une affiche du tonnerre le samedi (grrrr, je te hais !)

Rendez-vous est donc donné dimanche à 14h30. Le temps de paumer le chat ('tain, va pas me gâcher mon plaisir non ?! déjà qu'il est pas à moi !), d'éviter 2 accidents de voiture, de déposer Zoé chez sa mère-grand, on a le K-way, le gilet, les bottes, des clopes, c'est bon, on peut y aller ?

Ils (mes amis, enfin ceux qui font office de :D) sont là à m'attendre, déjà j'me fais enguirlander parce qu'il pleut. Visiblement ils ont convoqué une réunion avant mon arrivée, et décidé que je m'en prendrais (gentiment) plein la tronche toute la journée. A moi donc les 'tites claques, les taquets, les prises de kung-fu, les giclées de sable, les quolibets et j'en passe. "Bon Maud cet aprèm tu gardes les sacs ?" :))

Apanage indispensable du festivalier belfortain, j'exhibe fièrement mon t-shirt wak-and-woll, une bière la main, un bédo dans l'autre, sans oublier d'arborer la cooly attitude...

Bon, on entame cette après-midi avec les Bikini Machine, de joyeux drilles en costard, frenchy et adeptes d'un rock psyché à la Philippe Katerine, et qui auront le mérite de nous filer une bonne patate. (A noter une excellente reprise de Dutronc, "La fille du Père Noël").

Dernier jour oblige, le site ressemble à une marée humaine géante crapahutant sur un tas de détritus plus ou moins descriptibles, dont les déplacements sont bercés par le doux parfum des cabines de toilettes mobiles. Histoire d'en rajouter, les jeunes hommes exhibent leurs appendices dès qu'une haie s'offre à eux, n'omettant pas d'accompagner leur geste d'un déhanchement provoqué par la mélopée émanant de l'enceinte voisine...

Sur la Plage nous attendent les Loney, Dear qui, comme tout groupe de pop qui se respecte, nous rappelle que le "la-la-la" est de rigueur :D ('commence à venir du bon son de Suède ces derniers temps (+) )

On fera l'impasse sur TV on the radio, qui s'annonce mou...

Direction la Grande Scène, pour écouter "The Good, The Bad & The Queen", enfin ce sera plutôt "The Bad, The Bad & The Depressive", tellement Damon Albarn nous apparaît aviné, bouffi, une bouteille de sky sur le piano, et un show mollasson berk.

Pas grave, on se magne, y'a les pouet-pouet a.k.a "The Klaxons" qui se préparent sous le chapiteau. Même claque que l'année précédente avec les Arctic Monkeys, même scène, même horaire, mêmes jeunes et beaux protagonistes qui nous offrent un set festif et maîtrisé. Coup de coeur pour James Righton, qui en plus d'être terriblement séduisant, passe des claviers au chant ou à la guitare avec une aisance impressionnante pour son jeune âge... rrrr...

(pendant ce temps, je continue à subir les taquineries de mes potes qui me miment quand je danse - oui je danse -, se foutent de ma poire, "Maud va chercher des bières, rends-toi utile au moins !" :p)

Un coup d'oeil sur le programme, y'a quoi là ? Laurent Garnier ou Tryo ? Ah par pitié, pas Tryo !!! Bon ben on va danser un peu, faut pas oublier que ça fait de 15 ans qu'il sévit le petit frenchy, et il arrive encore à mettre le feu. Chapeau. Franchement.

Un dernier 'ti tour à la plage pour découvrir "Chin Chin", un truc bizarre avec des chinois (sur le flyer y'a écrit : US - disco funk). mouais...

Demi-tour, on retourne au Chapiteau, y'a AIR qui brasse du vent :D

(Entre temps, les averses fines mais nombreuses seront parvenues à pourrir le sol, la vision "Woodstock" se précise, et atteindra son apogée en fin de soirée, au point de faire réagir le chanteur d'Arcade Fire : "Shitty rain !!")

On refait demi-tour, pour aller écouter Goose, qui nous abreuvera d'une électro à la sauce belge comme on l'aime. Et pour paraphraser kellermann, "qui n'saute pas n'aime pas l'électro !"

Je commence à avoir sérieusement mal aux pieds, mais il n'est pas question que je pose mon cul dans la boue. J'suis roots, mais y'a des limites hein...

A noter cette année que les groupes sont ponctuels, quasiment aucune attente, ce qui avait le don les années précédentes de me rendre PARTICULIEREMENT AGRESSIVE !! (et sinon, pour patienter, on nous diffuse le trailer de "Control", film retraçant le destin tragique d'Ian Curtis, leader de Joy Division... ben voyons, un pti coup de rappel hein ;) )


Apogée donc, avec Arcade Fire qui clôt cette prog 2007 de main de maître. Le son est parfait, les 11 membres (enfin je crois, mais il était tard et j'avais largement abusé de tout) passent tous d'un instrument à l'autre avec une dextérité étonnante. Merci à eux pour ce grand moment...

01h00 : les Eurockéennes ferment leurs portes, nous laissant éreintés, mais éblouis... J'ai froid, je veux rentrer, vite, il me faut un sourire...

(L'année prochaine je vous ferai un compte-rendu chiffré : kilomètres parcourus, litres absorbés, légalité enfreinte, argent dépensé, fous-rires, beaux gosses croisés - qui n'ont pas manqué cette année, rrr... - décibels, tabac ingurgité, etc... )

Petit panel de ce qui m'a vraiment plu...

Bikini Machine, Bum Bum Boogie


Loney, Dear, I am John


The Klaxons, Two receivers

Impossible d'afficher la vidéo Youtube AJ6a3GJUnk0 via l'API



Goose, British Mode


Arcade Fire, Rebellion (on s'y croirait là...)

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 6V41qkhU-98 via l'API


Poème naïf...

Alors c'est mon amoureux à moi que j'ai (celui qu'a 13 ans et qui veut m'épouser), qui m'a écrit ce poème cet après-midi...

Maude
J'aime tes yeux démerode
Et quand tu te mé sur la défense
Alors moi je rentre en transe

Maude
Tu es belle comme une mirabelle
Désolé
Mais je t'ai trompé avec Christelle...

Yoann

(Salaud, il m'avait largué la semaine dernière pour cette pimbêche...)

http://www.cartonionline.com/TV/RAIDUE/titeuf/titeuf_01.jpg

Un p'thi bou de pouaisie...

26/09/2006 22:30
1.419 lectures
Ce sont les mères des hiboux
Qui désiraient chercher les poux
De leurs enfants, leurs petits choux,
En les tenant sur les genoux

Leurs yeux d'or valent des bijoux
Leur bec est dur comme cailloux,
Ils sont doux comme des joujoux,
Mais aux hiboux point de genoux !

Votre histoire se passait où ?
Chez les Zoulous ? Les Andalous ?
Ou dans la cabane bambou ?
A Moscou ? Ou à Tombouctou ?
En Anjou ou dans le Poitou ?
Au Pérou ou chez les Mandchous ?

Hou ! Hou !
Pas du tout, c'était chez les fous...

Robert Desnos, Les Hiboux

http://www.val-saint-lambert.com/v2/images/hibou.png

5 choses que vous ne savez pas sur moi...stovoi !!!

11/01/2007 18:21
1.384 lectures
Etant donné que ce petit con de mostovoi refuse de se plier au jeu, c'est moi qui vais balancer un peu sur sa gueule !
D'une, parce que j'aime pas faire comme les autres
De deux, parce que c'est mon blog je fais c'que j'veux !
De trois, pour les détails croustillants, je livre uniquement en MP ! (pardon à nikolko et arbo qui m'ont sollicitée, promis vous serez les premiers..)

1/ Son vrai prénom est Michel

2/ Son appendice viril surdimensionné l'empêche de mener une vie normale. Il ne peut pas sortir de chez lui sans avoir recours à un système de poulies conçu spécialement pour déplacer "la bête" !

3/ Quand il était petit, il a eu une rixe très violente avec son voisin qui n'est autre que l'héritier de l'empire Kronenbourg. Ce dernier lui ayant piqué son doudou, il a juré vengeance. Il a donc décidé de dormir toutes les nuits avec une canette Heineken (et une autre tous les soirs en plus, salaud !)

4/ Il est toujours en retard, alors qu'il n'a que ça à foutre que d'être à l'heure ! Malpoli !

5/ C'est lui qui est à l'origine de l'expression "avoir un QI d'huître"

Je sais qu'il va me détester d'avoir fait ça, mais tant pis... :D

A présent j'aimerais en savoir davantage sur matteo (pas de pirouette, fais gaffe !), miam (des trucs bien trashs stp), zottel l'énigmatique expatrié, et nos 2 compères anaconda et paplo (z'avez le droit de balancer l'un sur l'autre aussi...)

En vous remerciant...

Cadavre exquis

21/04/2007 19:08
1.377 lectures
Oyez oyez, ça y est, il est là, enfin !

Que de péripéties pour ce billet qui aura nécessité un nombre incalculable de MP, provoqué de nombreux fous-rires, engendré l'agacement de certains saturés au niveau de leur (trou de) BAL (oui je sais elle est facile et je vous merde !), ralenti le stub, excité la fonction pop-up de certains ordinateurs et de certains subistes par la même occasion.

Mais trêve de blablas, je sais que vous êtes tous impatients de lire le résultat de ce jeu organisé avec le concours de 23 stubistes, avec en guest star mister almendralejo...


"L'un de mes ouvrages favoris était l'Ile au Trésor, lecture que je n'ai jamais plus je ne ferai un jeu aussi relou où faut laisser le truc pas trop achevé mais un peu quand même car sinon je m'imole par le feu, cria le colonel Smith lors de la charge des troupes de Geronimo. Les Indiens n'envisageaient pas un instant de faire bouger cette vache. Pourtant, ce bovidé sympathique, il n'en était pas moins un ongulé, un savant mélange de "anglais" et de "pimbêche", la fille qui a eu l'idée d'importuner d'honnêtes travailleurs avec un jeu aussi casse-croûte, pendant ce temps Edgar Loue Gnoleba tente de placer un missile a élu domicile à l'hôtel de l'oiseau-lyre qui s'en va lointain et fermé ! A mon arrivée la magasin était fermé ! Quelle déception, moi qui voulait tant faire l'acquisition à la boutique du FC Schalkendorf lors du dernier match de préparation de l'avant-saison du Racing. Saison qui s'est finie par se coucher là devant moi, ses yeux grands ouverts, son regard coquin, le souffle court, avec une seule envie : sentir ma gorge se nouer et mon ventre se crisper en pensant à ce gros sein dont anaconda voudrait me voir obsédé, je ne saurais le voir : préférant la qualité à la quantité, c'est la fermeté qui m'obsède, telle une orgie pantagruélique de questions erratiques. Pendant ce temps, un casoar passe, dandinant savamment son croupion coré sur une mélodie des Zouk Machine. Il devrait donc faire beau demain, la France entière se réveillera avec la gueule de bois. Aragon avait raison : nous on kiffe les rousses qui alimentaient les fantasmes des plus obsédés d'entre nous, dont la portée de leur inspiration n'avait d'égale que leur érotomanie primaire qui permit à cette lituanienne de se faire terriblement tirer par des trios aux intentions très claires et qui ne souffrent aucune ambiguité. La remontée en L1, et ce le plus vite possible que si j'avais su-ccintement, Alphonse fouilla dans sa poche revolver a le goût de conclure..."

Maintenant on va faire un autre jeu : qui a écrit quoi ? :D

http://www.la-litterature.com/images/20s_eluardcadavre.jpg
Paul Eluard, Cadavre exquis

Kasser la voix...

04/04/2007 10:42
1.340 lectures
J'ai la voix komme elle ce moment, rauke à souhait, c'est seksy à mort !

M'faudrait une guitare là, j'ai envie de hurler... (kand on a envie de chialer c'est une pédale whoin-whoin k'il faut :p)

Sachez ke j'entre en transe à la 2ème minute et la 47ème seconde de cette chanson, à l'entame du solo de guitare. Et kelle fin rock'n'roll, putain j'adore ce geste...

Mademoiselle K, ça me vexe

Impossible d'afficher la vidéo Youtube y1ld1f5kqn8 via l'API


matteo je t'en veux...

27/06/2007 19:12
1.326 lectures
... de me rappeler jour après jour ce que je vais rater samedi :((

Avec, entre autres, ça :



et ça :



ou encore ça :

Impossible d'afficher la vidéo Youtube c0HxMos3cNI via l'API



et puis y'a eux aussi :

Impossible d'afficher la vidéo Youtube blP9LWyKqzI via l'API



und diese : (bah oui sont deutsch :D)

Impossible d'afficher la vidéo Youtube dc8yWDbCWew via l'API



ça se refroidit de plus en plus :



on se réchauffe un peu géographiquement :



and last but not least...



Vivement dimanche ! ;)

Pante de pachipoussouks !

18/11/2006 17:19
1.292 lectures
Tout le monde (enfin mes amis, enfin mon ami, enfin certains de mes lecteurs) ou personne, on s'en fout après tout, connaît (ou pas) mon penchant pour les tirades, insultes, injures, invectives et autres outrages proférés par le non moins célèbre Capitaine Haddock.

Eh ben figurez-vous que cet anacoluthe sait également vociférer en alsacien... Hopla...

http://www.verdammi.org/tintin.jpg

(euh, pour la traduction, j'aurais besoin de votre aimable participation. Tintinophiles amateurs s'abstenir...)

Chambre avec vue...

19/07/2007 19:49
1.224 lectures
Mardi soir, aux environs de 23 heures...

Il fait chaud, il est tard. N'y tenant plus je me dévêt légèrement, entrouvre la fenêtre, laissant pénétrer la douce brise qui souffle au-dehors... Une cigarette à la main, je m'adonne à mon addiction favorite : stubber. Soudain, dans l'embrasure de ma fenêtre, un inconnu. Il est accoudé au rebord, il m'observe... Je sursaute, et l'informe, affolée, de la frayeur qu'il vient de m'infliger. Il s'excuse platement, me sourit, et me dit qu'au hasard de sa promenade nocturne, la lumière s'échappant de mon appartement l'avait irrémédiablement attiré. Nous sommes très gênés tous les deux, la situation est cocasse. Ses explications se poursuivent. Cela fait plus de 5 minutes qu'il est là, qu'il m'entend rire. Il m'a trouvée jolie... je tente de camoufler mes jambes nues sous le bureau, rajuste la bretelle tombée négligemment de mon épaule... Une conversation timide s'engage, il s'appelle Nicolas... Il repassera peut-être... Un de ces soirs...

http://www.simplemoment.com/PagePhotos/misc/dig-fenetre2.jpg

Il faut bien que génèse se passe...

"Je me souviens... non, je me souviens pas bien...
attends... non, j'étais trop petit...
non... j'étais même pas là du tout... pas encore...
Ouille c'est loin tout ça !...
Ca a mal commencé, ça c'est sûr...
ça a commencé avec LUI... comment il s'appelait déjà ?
Bon, en tout cas, un jour qu'il s'ennouillait,
là-haut tout seul dans son logiciel
- peut-être il a voulu se payer une récréation -
il a mis le doigt sur un drôle de bouton rouge
et ça a fait SPLOTCH... BANG !
et pas un petit bang de rien du tout, non, un gigantexe, un très énorme
BIG BANG !!
On a jamais pu savoir s'il avait fait essprès,
mais ce qu'on sait, c'est que ce jour-là,
il a mis le monde au monde...
Y'en a qui disent que juste avant il aurait crié :
"Que le monde soit !"
Ca doit être vrai, passque à partir de là, le monde fut.
Le monde fut, et il est encore...
seulement faut voir dans quel état il est !!!...

Faut dire qu'il a tout fait tout seul.
tout seul, et à toute vitesse...
c'est bien simple, il a tout fait en UNE SEMAINE !
Pas étonnant que ça ait donné n'importe quoi...

D'abord, il a jeté un regard sur notre boule
très complètement obsessionné :
Prêt, pas prêt, je fonce ! On verra bien...
Faut rendre au hasard ce qui appartient au hasard !
Au début du commencement, fallait la nommer,
notre boule... Alors là, on peut pas dire qu'il s'est fatigué la machination.
Pour les autres, il avait trouvé des noms jolis, pour faire plaisir aux poètes :
la Lune... Vénus... ça fait rêver...
Avec nous, penses-tu, il était tellement pressé
qu'il a pris un petit morceau de notre boule,
il l'a tiré en l'air à pile ou face,
et quand c'est retombé en miettes, il a dit :
Mais c'est de la terre !
Et le nom est resté. C'est bête...
on peut pas imaginationner un nom pluss terre à terre !

Et puis ensuite il a eu une idée sotte et grenue...
il a mis de l'eau partout !
Alors là, il a vraiment mis le paquet avec la mer.
Bon, c'est joli l'eau, et c'est commode...
Seulement là, on se demande pourquoi l'avoir appelée la Terre
si c'était pour la couvrir d'eau !

Et les montagnes ! alors là, ça a été pire
il a fait ça n'importe comment... une montagne, puis une autre...
puis encore une... à toute vitesse...
les montagnes il les a faites à la chaîne !
Et en plus, en plus,
il s'est même pas donné la peine d'éteindre les volcans...
ça fume encore...
et on a trouvé personne pour les arrêter
ça fume, ça fume...
Tu parles d'un exemple pour les jeunes !
Mais lui il s'en fichait, penses-tu, il était pressé :
Hop ! Plus vite ! Faut passer à autre chose...
Ah tiens, une idée : si je faisais des forêts..."

Marc FAVREAU, "Le dispendieu" (in "Faut d'la fuite dans les idées")

http://ludocreationsautourdesergelama.hautetfort.com/images/mediu...

Au commencement donc...
Le mot départ est intéressant. 3 définitions (contradictoires ? logiques ? complémentaires ?)

1/ action de partir
2/ origine, commencement
3/ faire le départ de : séparer

Oui mais dans quel ordre ?

(et dire qu'il est possible de refaire le monde en 15 jours....)

5 choses que vous ne savez pas sur moi...

23/08/2007 22:36
1.153 lectures
Je me suis défilée une paire de fois à cet exercice, dégonflée que je suis :D

Alors j'ai décidé d'abaisser ma garde et de vous livrer quelques-uns de mes secrets (ô combien inintéressants :p)

1/ J'ai commencé le basket à 6 ans. Vers l'âge de 12 ans, alors que j'étais déjà surclassée, j'ai été repérée et ai effectué des stages de sélection à Mulhouse. Mais c'était sans compter l'apparition des garçons dans ma vie, ce qui a eu pour effet de ruiner définitivement une carrière prometteuse de basketteuse professionnelle. Salauds.

2/ Je suis capable d'engloutir 15 merguez et un caquelon entier de fondue savoyarde à moi toute seule. (Le terme "et" n'ayant ici aucune vocation additive, goinfre peut-être mais pas suicidaire )

3/ Il y a quelques années, j'ai participé à un tournoi de Tarot dans un chalet du club vosgien paumé dans les montagnes du Ballon. Tournoi que j'ai remporté haut la main, alors que j'étais ronde comme une queue-de-pelle au bout d'une heure. Jamais eu des mains pareilles. A la fin du tournoi, des lots ont été offerts aux 3 premiers. J'avais le choix entre un carton de vin, une paire de raquettes de rando et un truc rectangulaire emballé dans du papier-cadeau. Evidemment, joueuse que je suis, j'ai pris le dernier, qui s'est avéré être une VHS interdite aux moins de 16 cm :D

4/ Je n'ai pas remis mon titre en jeu l'année suivante, tellement j'avais honte de l'état(ble) dans laquelle j'avais terminée ma nuit :'>

5/ Je peux être très gentille... si, si...

http://barbieturik.canalblog.com/images/chut.jpg

et la poésie bordel ?!

26/09/2008 19:57
1.101 lectures
Obscur et froncé comme un oeillet violet
Il respire, humblement tapi parmi la mousse
Humide encor d'amour qui suit la pente douce
Des fesses blanches jusqu'au bord de son ourlet.

Des filaments pareils à des larmes de lait
Ont pleuré, sous l'auteur cruel qui les repousse,
À travers de petits caillots de marne rousse,
Pour s'en aller où la pente les appelait.

Ma bouche s'accouple souvent à sa ventouse
Mon âme, du coït matériel jalouse,
En fit son larmier fauve et son nid de sanglots

C'est l'olive pâmée et la flûte câline
C'est le tube où descend la céleste praline
Chanaan féminin dans les moiteurs éclos...



Sonnet du trou du cul, Verlaine et Rimbaud

(ah du coup, je te vois relire, oui toi, lecteur avide et lubrique :D)

http://www.gr-slb.com/blog/images/souris.jpg



Friday yearning...

09/11/2006 23:59
1.058 lectures
Friday moaning...



If I could put you in a frame I'd draw you smiling
With a cigarette in your mouth and your hands reaching out for something
And if I had your speaking voice I'd never whisper...

Tabernac' !

16/01/2008 23:06
949 lectures
Le Canada nous gratifie depuis nombre d'années de chanteuses à voix, mais les meilleures (auteures, compositeuses, interprètes) sont bien plus discrètes...

Faut dire que la vigne et la mauricette parlent davantage à nos coeurs d'alsacien.... et que les humps d'Alanis sont bien plus sexys que les hips ou les oups de Britney...



Impossible d'afficher la vidéo Youtube nLXULfN77TQ via l'API





Impossible d'afficher la vidéo Youtube KpXktLsrb0o via l'API




Et toi, tu mettrais quelle musique pour l'entrée des joueurs ?

13/07/2007 14:51
948 lectures
C'est bien parce que je l'aime bien et que je suis joueuse que je vais continuer cette chaîne à la con, à l'initiative (ahem) du sieur takl ...

Pas fait exprès, je promets, c'est le 1er morceau qui me soit venu à l'esprit, et ce n'est qu'une coïncidence fortuite que ce soit un générique bien connu de ceux qui aiment le ballon rond... (comment ça je devrais aussi le savoir moi qui squatte un site de futchebol ? :D)

Puff Daddy feat. Led Zeppelin, Come with me

Impossible d'afficher la vidéo Youtube XxqItmBi8sw via l'API



Comme le veut la tradition de toute chaîne qui se respecte, je passe le relais à hyrka, matteo, manwithnoname, catalepsia et filipe...

Les perles du stamm

02/08/2007 20:00
926 lectures
J'aurais pu la poster directement sur le forum, mais celle-ci est collector...

" orane (14h03) play tu joues au foot?"


Un grand merci à orane qui sera parvenue en une seule phrase à vriller les zygomatiques de mes contacts, lesquels ne se sont pas privés de venir se gausser dans mon giron !

Un seul mot : bravo ! :)) (+)

http://www.hot-screensaver.com/wp-myimages/girl-football-picture.jpg

Gala de gaffes à gogo...

Depuis 2 jours j'accumule gaffes, bévues et boulettes.

Florilège anachronique, y'a pas d'ordre dans lagaffitude...

Au boulot :

" - Bon Matthieu, t'arrêtes tes conneries maintenant ! Ca fait des semaines que j'entends parler de ton comportement exécrable ! Il va falloir que ça cesse, et vite ! En plus t'étais convoqué chez le principal et t'y es même pas allé !
- Mais Maud, c'est pas moi, j'ai rien fait, en plus je m'appelle Julien !"
Merde...

Assise au bureau. Un truc qui m'arrive jamais en plus. (Si, c'est vrai ! eho !). Ca toque à la porte. Moi, en pleine verve, je gueule un "YO !!" tonitruant. Et là c'est le Principal-Adjoint qui entre.
Ah zut...

Le téléphone sonne. Je crois que c'est la secrétaire qui me rappelle, je décroche : "Ouaihhh, qu'est-ce tu veux encore ? ". Mais au bout du fil, c'est la prof de Physique, la seule que je tutoie pas tellement elle impressionne !
Et remerde...

Lundi matin, 7h38. Play pas réveillée dans sa Twingo. Mon portable sonne : "Euh Maud c'est Larry (mon collègue que je drive tous les matins), t'es passée devant moi et t'as oublié de me ramasser !"
Oups...

Bâtiment de la Vie Scolaire, après la pause de midi. Je pense que Larry est aux chiottes (ou toilettes hein, âmes sensibles s'abstenir, comme si les âmes étaient sensibles d'ailleurs), je commence à lui dire des conneries au travers de la cloison: "Vas-y ouvre, jme brosse vite les dents, promis je regarde pas !". Pas de réponse, j'insiste : "Allez quoi, c'est bon, ouvre, j'ai déjà vu le loup !". Mais Larry apparaît soudainement derrière moi et me dit : "Tu parles aux portes maintenant ? "
hihi...

Après le taf, dans la Twingo. Je m'installe au volant, j'ouvre mon sac, et je fouille. Pendant au moins 2 minutes. Larry (oui toujours lui, c'est mon binôme professionnel en quelque sorte), me demande : "Mais tu cherches quoi là ?". Et moi de répondre : "Euh, ben, euh, en fait j'sais pas !"
Hahahahahaha !

Bureau de l'infirmière. Se pointe Pierre. Pierre, c'est, comment dire, l'hyponcondriaque basique (surtout allergique aux Maths d'après nos RG). Il passe au moins 4 fois par jour à l'infirmerie.On dirait qu'il va mourir toutes les 2 heures. Fatiguée de son manège, je craque (si j'avais le droit je lui en mettrais une à cette chiffe molle), et je l'incendie comme j'en ai le secret (certaines culottes d'écoliers se souviennent probablement encore de mes éclats ! même takl a peur, c'est dire !). Mais ce pauvre Pierre, au bord des larmes, parvient entre 2 sanglots à balbutier : "Mais Maud, là j'y peux rien, c'est l'infirmière qui voulait me voir..."
Rhooo pffff...

Briefing avec mon équipe. Je leur notifie qu'à compter de ce jour, la documentaliste fera un billet d'absence toutes les heures, et qu'il ne faut SURTOUT PAS l'oublier !!! 5 minutes plus tard, le CPE m'appelle et me dit : Maud, t'as oublié le billet du CDI !"
Maiheu...

En privé :

J'écris un MP à un stubiste et je l'envoie à un autre...
Oulala... (smiley qui se ronge les ongles et qui transpire véhémentement. )

Prochain billet : "Les aventures de Larry (Luc en vrai), Ben (Benjamin) et Courant d'air (ça c'est moi) qui terrorisent les mômes"...

http://www.wallpapers-zone.com/wallpapers/bd/gaston_lagaffe/gasto...

Mythes et légendes culinaires de France

24/11/2008 19:31
751 lectures
Le cas de la bêtise de Cambrai contient l'histoire dans son nom même.

La légende homologuée raconte que vers la fin du XIXème siècle, un certain Emile Afchain était apprenti confiseur chez ses parents qui l'avaient d'abord destiné à être notaire ou colonel d'artillerie, mais cet incapable ne pensait qu'au foot et à se toucher la bite et s'était donc retrouvé arpète chez ses vieux. Dans la confiserie de ces derniers, on fabriquait des bonbons d'une banalité à pleurer, qui présentaient une surface grisâtre sans la moindre rayure, et adoptaient les formes les plus quelconques, cube, sphère, double rhomboïde à semi-rotation alternée, mais jamais berlingot, et tous les habitants étaient tristes et se forçaient à manger les tristes bonbons du confiseur pour ne pas le vexer car celui-ci était en plus juge au tribunal et inspecteur des impôts. Le matin d'une nuit où il s'était tripoté plus que d'habitude, l'Emile s'endort sur les fourneaux et laisse tomber dans la marmite où cuisait la pâte à bonbons grisâtre un jerrycan d'anis, des bonbonnes de colorants divers et une bouteille d'air comprimé. Résultat, quand ses parents rappliquent, à la place des honnêtes bonbons aux normes administratives, ils trouvent des confiseries de beatnik drogué avec des petites bulles dedans et des rayures comme les maillots de l'OM !!
Et voilà ! Ce petit branleur ne fait que des conneries ! dit la mère. Mais le père goûte, et trouve que finalement c'est pas si mauvais. Bon, on l'appellera la Connerie de Cambrai, dit la mère. Faudrait trouver un nom plus joli, dit le père, et pendant toute une nuit de fièvre créatrice, la famille cherche un nom pour la trouvaille : boulette de Cambrai, planterie de Cambrai, bourde de Cambrai, couille de Cambrai, jusqu'à ce qu'on s'arrête sur le nom désormais populaire de "bêtise". Mais le fils prend quand même quelques mandales parce que ça lui apprendra à roupiller en cuisine (il est à noter qu'indigné que ses parents lui aient piqué sa trouvaille, il émigrera à Montélimar où il essaiera de populariser la bêtise de Montélimar, sans aucun succès.)

La semaine prochaine, la tarte Tatin.

(Un grand merci à Bruno Léandri et à Fluide Glacial pour leurs gourmandises mensuelles en tous genres...)


http://martinefruit.unblog.fr/files/2007/08/connerie.jpg

Merci Sacha, disent-elles...

02/05/2007 20:26
745 lectures
C'est une histoire de déménagement. D'amitié. De générosité.

De skate-board sur chariot à roulettes. De : "Putain y fait chier ton frigo, tu peux pas t'acheter une glacière comme tout le monde ? ". De fous-rires avec ceux qui arrivent encore ivres à 10h du mat'. De celui qu'est content de conduire un gros camion. De celle qu'est stressée : " Arrêtez putain, c'est fragile merde !!!". D'une autre qui va dans une salle de sport depuis peu et qu'a décidé de ne porter que des trucs lourds (pouffe n°2).

D'un nouvel appart au rez-de-chaussée, cool on passe tout par la f'nêtre ! "'Tain, pas si vite, y'a pus d'place là merde !" (oui oui, le déménageur est vulgaire, et en plus il empeste :D)

"Quoi ???? t'as pas de bières ??? "
"T'as mon frigo dans les mains ducon, tu veux que j'les mette où les bières ?" (non pas dans mon cul, qui ne fait pas décapsuleur non plus bande de dégueulasses !!!)

Merci à tous donc, et surtout à toi mulhousien... (et puis le Pomerol 98 il est dans le camion, tant pis pour ta gueule ! Mais tu ne perds rien pour attendre espèce de vieux schnock asocial... ;) )

http://www.webexpat.com/images/dsdemen.gif

Rated X...

07/04/2007 18:16
732 lectures
"Tes lèvres ont le tanin
Que les papillons laissent
Dans le creu d'une main
Lorsque la mort les bercent
Tes lèvres ...

Tes lèvres ont le parfum
Roublard des maisons closes
Que des oiseau taulards
Ont barbelées de roses

Ton sourire salé
Est une vague tirée
Un bas que l'on enfile
Quand la nuit se défile
Qui glisse lentement
Lorsqu'une larme éclate
Comme un bourgeon de sang

Sur tes lèvres se hâtent
Les matins capricieu
La rosée maquerelle
Les premiers adieu
Des étoiles pucelles
Le hurlement gracieu
D'une feuille d'automne
Qui crevant sous les cieu
Voudrait qu'on lui pardonne
Les soleils brûlés
Ceu -là des saisons noires
Qui prennent au filet
Tes lèvres pour bougeoir
Les cigarettes mauves
Fumant de souvenirs

Ce gamin qui se sauve
Dont tu connais le rire
L'écume des silences
Où tu es si légère
Quand sur tes lèvres dansent
Les silences de la mer
Cette fleur adolescente
Comme un bouquet jeté
Cette fleur qui sent la menthe
Et le goudron mouillé..."

BABX, "Tes lèvres"

Vous aurez sans doute pu constater qu'il manque une lettre dans ses
te(x)tes...

http://ivansainzpardo.blogia.com/upload/20060622011733-escondite-...

La saga des gaffes...

... continue !

(Faut croire que je suis abonnée au mardi en prime :)))

Changement d'emploi du temps de dernière minute, il faut que j'en informe au plus vite les 3e F . Un rapide coup d'oeil pour trouver la salle (grr, y'en a une moitié en Allemand et l'autre en Anglais, évidemment les salles sont à l'opposée l'une de l'autre), me voilà partie dans les couloirs.

(Je me dois de préciser que lorsque je dérange un prof, et selon sa personnalité, mon attitude n'est pas la même. Ainsi, pour les cours de Langue, je m'amuse souvent à leur parler dans la Langue étudiée au moment où j'entre dans la salle.)

Bref, salle C05, je toque, entre en trombe, et lance un tonitruant : "HALLO !! ". Vlan, d'un seul et même élan, toute la classe se lève (eh oui, à l'ancienne, lorsqu'un adulte entre dans une salle, on se lève :D). "SITZ EUCH, DANKE SCHÖN !!" poursuis-je.
Donc je m'approche de la prof, et lui dit que j'ai une info à leur transmettre. Là elle me regarde, livide, et me dit : "Maud, je suis en pleine inspection là..."

Oh minnnnnnce !!!!

"Euh... ben... euh... je.... vais vous laisser.... toutes mes confuses... je... euh... au revoir... " :((


Quelques heures plus tard, tournée des classes pour récupérer les billets d'absence. (Toutes les heures, les élèves responsables des cahiers d'appel font un billet d'absence que nous ramassons dans les salles). J'arrive devant une salle de Techno, je prends le billet, enfin je dis le billet, c'est un morceau de papier qui ressemble plus à un torchon. Furax, je rentre dans la salle, brandit l'objet que je secoue virulement, et tout en trépignant, demande :
"Qui est l'auteur de c'torchon ?"
"Moi !", réponds la prof...

Eh merdeee...

Moralité : non au surmenage, et vivement les vacances !

http://www.lexpress.fr/mag/arts/dossier/bd/images/LAGAFF.jpg


Rrrrrrrrrrr...

03/11/2006 19:45
708 lectures
Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux ;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d'agate.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s'enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête,
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Et, des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum,
Nagent autour de son corps brun.


Charles Baudelaire, "Le chat"

http://www.weathervanes.co.uk/images/Weathervanepics/Cats/2catsbK.jpg

Le Petit Nicolas

12/09/2007 13:00
674 lectures
Croâ !

On était dans la cour avec les copains, on faisait la queue pour la cantine. Tout à coup, on a entendu une fille crier. C'est bête une fille, ça a peur de tout. Nous on s'est demandé ce qui se passait, surtout qu'autour de la fille s'était formé un attroupement. Zut alors ! Un crapaud ! C'était la première fois qu'on en voyait un dans la cour de l'école. Celui-ci était petit, et très vilain. Et puis soudain, y'a un grand, on sait pas pourquoi, il a couru vers nous en faisant des bonds gigantexes, et p'is il a écrasé le crapaud ! Tout le monde a rigolé sauf Benoît. Benoît c'est un sixième, il est nouveau et un peu timide. Quand il a vu le crapaud écrabouillé sur le sol, Benoît s'est mis à pleurer.

Là-dessus, Mademoiselle Courant d'air est arrivée. Elle c'est notre surveillante. On l'appelle comme ça parce qu'elle est toujours entre 2 portes ou à courir de tous les côtés.
" - Qu'est-ce qui se passe ici ? a demandé la surveillante.
- Snif, y'a un garçon, snif, qui a écrabouillé un crapaud, bouhou, et moi, snif, j'aime trop les animaux pour les voir mourir, bouhouhou ! a répondu Benoît.
- Ne t'inquiète pas, on va s'en occuper de ton crapaud."

Là elle a demandé si quelqu'un avait le courage de ramasser l'animal, alors moi j'ai bombé le torse et je me suis approché. Les copains m'ont filé un mouchoir, et j'ai ramassé la vilaine bestiole. Elle avait la langue qui pendait, et en plus elle était même pas morte. J'ai suivi Courant d'air dans les étages, elle a dit qu'on allait voir au labo de biologie s'il y avait moyen de le sauver. Arrivés en haut, la dame qui travaille au labo elle a dit qu'on pouvait plus rien faire pour c'te pauv' bête. Alors Courant d'air elle m'a regardé avec ses grands yeux noirs et elle m'a dit :
"- Bon Nicolas, c'est fichu, de toute façon il va mourir."

Et là elle m'a emmené dans une des salles de physique, elle a ouvert la fenêtre, et m'a dit de le jeter pour qu'il atterrisse dans l'herbe, parce qu'il était pas question qu'on le foute à la poubelle. Moi ça m'a fait tout bizarre, c'était la première fois que je balançais un animal à moitié mort par une fenêtre...

Le lendemain Benoît est allé demandé à la surveillante ce qu'était devenu le crapaud, et elle lui a répondu : "Je suis désolée mon p'tit loup, mais ton crapaud est mort..."

Elle est sévère notre surveillante, mais au fond, on sent qu'elle nous aime bien...



http://farm1.static.flickr.com/154/360853103_5bbca72ed6.jpg?v=0

maiheu....

17/12/2007 00:20
669 lectures
Je sais pas si c'est rapport à l'âge avancé de mon ordi, mais depuis des semaines, pas moyen de poster sur les 2 topics qui me tiennent le plus à coeur, à savoir "chanson de la semaine " et "pop indie".

Qu'à cela ne tienne, je vais pourrir mon stublog de zic.

Je commence par des vidéos d'un groupe que j'écoute en boucle depuis 15 jours, et qui me fait tressauter (qui utilise ce mot, hein, qui ?), dans ma Twingo'matic.

Après ça, je vais faire péter les listes radioblog (ce truc déchire)

Edit : depuis plus d'un an, suite aux différents bugs de mon PC (tous les matin je dois taper "Q, Q, enter enter enter enter enter enter" -j'me lève à 3h50 pour que l'ordi soit opétationnel à 7h00), j'ai le son en accéléré sur mon ordi, j'vous dis pas le courant alternatif qui traverse mes esgourdes...






Elle est où ?

J'ai eu beau chercher. Depuis des jours elle me fait faux-bond. Et Dieu sait que la période est propice (1) !
Le printemps et son cortège de conséquences, les rencontres, les retrouvailles, les mises au point, les portes qui claquent, les placards qui se vident, les souvenirs qui refont surface, les sentiments qui s'exacerbent (2).
Mais non. Rien. Elle est pourtant là, latente (3), impatiente, aux aguets, comme un mot qu'on aurait au bout de la langue. Elle aurait probablement nombre de choses à dire mais elle se terre (4). Parfois elle montre le bout de son nez, et fait mouche (5) ! Puis soudain, un éclair, elle s'enflamme ! En garde !! Je touche... (6)

Oui mais alors, elle est passée où ? (7)
Envolée. Pas lyrique. Besoin de l'Autre pour exister...
J'ai mal à mon inspiration...



(1) Rappelez moi de faire un prochain billet sur ce que la Langue Française compte de noms fleuris tels que : propice, concupiscent, presbyte, confesse, pistil et autres joyeusetés de verbiage
(2) T'as vu ulirch, là non plus y'a pas de "c" après le "x" :D
(3) latente : letipi
(4) et non pas "se taire" comme l'auraient écrit Ronsard et Mathéophile Gautier
(5) bzzzz !
(6) Appelez-moi Laura Flessel
(7) Non pas là ! Aïe...

http://www.artmag.com/galeries/c_frs/vincy/ben2002/images/2-Doute!.JPG

A nos sangs littéraires...

25/11/2012 01:33
610 lectures
On peut détester la voix, le personnage, mais qui contestera le combat poétique ?

J'abhorre le marketing, les stratégies de communications, par pitié, laissez-nous ( ET NOS ENFANTS) rêver... Porter des drapeaux et des idéaux...


Impossible d'afficher la vidéo Youtube bvmWfFLSPjU via l'API


Born in the USA

11/02/2012 00:41
604 lectures
I was...

""Quiet Little Place"

In this quiet little place
I can't remember having known a different pace
In this quiet little place
I can surrender to the beauty of its face

And now everything I see
Whether it's an airplane or a tree
It makes me wonder
About the things I must have missed
And the chains around my wrists
They are no longer

In this quiet little place
I can't imagine what it's like to be back home
Where they care about what time it is
And spend their days answering the phone

And now everything I feel

Whether it's fiction or it's real
It's so much clearer
Like the color of this light
It seems more dangerous and bright
But I don't fear her

And slowly it fades, I'm back in the race
I have to fight it, I know
I don't want to go away

In this quiet little place
You run your fingers through my hair and whisper "Hey"
And no matter how I try
I can't seem to think of anything better to say"

http://i1252.photobucket.com/albums/hh575/coccinelle6666/DC.jpg

(1998)

http://i1252.photobucket.com/albums/hh575/coccinelle6666/DC1.jpg

my favorite spot

http://i1252.photobucket.com/albums/hh575/coccinelle6666/DC2.jpg
home...

null

http://i1252.photobucket.com/albums/hh575/coccinelle6666/DC3.jpg

The Cherry Blossom in May...

http://i1252.photobucket.com/albums/hh575/coccinelle6666/rencontr...
et LA rencontre improbable :O


avant de partir j'écoutais cette chanson en boucle, un avant-goût de destin...



Victoires de la Musique

03/03/2012 22:52
596 lectures
Je profite de cette grande soirée dédiée à la musique française, à tous ces amoureux de la langue, pour rendre hommage à un grand parolier méconnu, j'ai nommé Bob Dylan.

(je vous passe Alessandra Sublet enceinte et ridicule dans son costume à choux-fleurs et son QI d'huître, Thiéfaine qui nous chante "La ruelle des morts", le duo improbable Arno-Stromae, Mika et son pantalon violet - et encore, j'en suis qu'à la moitié de la cérémonie - , ah elle est belle la chanson française, hein, vinte sur vinte !!!)


(Warning : humor inside)



Hugh Laurie (Dr House) singe Bob Dylan par L'Obs



Mise à nue...

26/11/2006 00:00
555 lectures
Femme aimante, pâle
dénudée du tricot des persévérants soleils,
ton regard gomme mes torrides tornades
Incitatrice de la mouvance des sables,
par le miroir de mes mains,
ton corps, sous la lune, improvise sa chanson.

Je prête mon nom à tous tes jeux,
quand tu balaies la nuit de ta robe d'oracle
pour que nos gestes se reconnaissent.

Sous les draps du matin, à l'orée du flou,
tu retrouves ta cadence.
La lumière de tes mots, ses grains mouillés,
me font douceur glissante

Femme papyrus
fragile intercalaire
entre aujourd'hui et tout lendemain,
je me double dans tes jardins-mémoires.
Porteuse de rêve, au carrefour des rues sans nom
les années de décloisonnements
là où les joncs se courbent
pour saluer la prudence de tes pas.

Je te regarde de mes mains,
te touche, de tous les yeux de ma tendresse
Fais-moi un paillis de ton corps,
en contrepoint de la sécheresse de tant d'hiers.

Femme de libre index,
maintenant que tu me lis à livre ouvert,
l'écorce de mes pages te sera le sésame
des secrets que je dessine,
sous le rythme de ta méridienne.

Losque ma nuit oubliera de se coucher,
m'accordant paix et poussière,
je continuerai à décoder le dialogue de tes gestes,
quand tu faisais la sieste, tel un poème en gestation.

Sur ta plage,
Un fémur que je veux de temps très anciens,
tient tête encore à l'ensablement des vagues
car il était une fois,
une lente phrase de violoncelle....

Anthony Phelps, "Femme papyrus"

http://www.triremis.com.au/petros/graphics/nude-pencil.jpg

"l'écorce de mes pages te sera le sésame des secrets que je dessine..."

Se souvenir des belles choses...

16/05/2006 18:58
555 lectures
C'est la journée idéale. Le soleil radieux inonde la cour. Il est là, avec son drôle de matériel et son ardoise. Lui, c'est le photographe, avec son pantalon de velours élimé, ses cheveux hirsutes et son humour à trois francs six sous.

Les premiers piaillements des élèves se font entendre dans les couloirs.

" Quelle idée de vouloir immortaliser ces andouilles !! ", braillent les profs. "Prenez l'air intelligent !", crie l'artiste.

Aujourd'hui, au programme, c'est photo de classe...

http://www.gerenzanoforum.it/photogallery_scuola/classe-1959--5B-...

Coups de coeur...

10/02/2010 23:15
549 lectures
Non Mathilde n'est pas encore revenue... pas de récit crapuleux ni d'histoire d'amour sanglante... même si... juste des histoires de musiques...

null

Impossible d'afficher la vidéo Youtube WAnS--Rf6QE via l'API



5 ans dézà...

18/01/2007 19:03
532 lectures
Auzourd'hui Zoé a 5 ans... Zut alors, time flies !!

"Maman ze t'aime zusqu'à la maizon du Père Noël !"

Moi aussi ze t'aime mon petit coeur... Et puizque t'as été zentille, et comme ze sais que ça va te faire plaizir (et parce que t'es une vraie fille aussi, au grand dam de ta pauvre mère), ze t'ai asseté une zupe...

http://www.casafree.com/modules/xcgal/albums/userpics/10024/norma...

"Maman, avant, quand z'existais pas, z'étais où ?"
Flux RSS Le stublog de playlikebeckham : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
playlikebeckham1399669215.jpg

playlikebeckham

Voir son profil complet

Archives

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006