August 2006


Boka Junior et Ekobo seNior(t)

18/08/2006 14:10
861 lectures
https://racingstub.com/blogs/t/teuh/photos/boca-21897.jpg

Le truc avec certains joueurs de foot pro c'est que parfois ils ont des comportements proche de minimes... et en même temps ça les rends attachants et énervants...

Montpellier à 10 c'est plus simple.
L'avantage du carton rouge infligé à l'adversaire n'est statistiquement décisif que lorsqu'il arrive tôt dans la partie... Comprenez que si on vous exclut un joueur en fin de match (qui a dit Zidane ?), ça porte moins à conséquence sur le score que s'il sort tôt dans la partie, ou au pire durant la première mi-temps (qui a redit Zidane ?)...
Un Montpellierrain de moins et tout semble dépeuplé. Enfin c'est ce que l'on pourrait croire, car il faudra 2 coups de pattes aussi incroyables que chanceux, du aussi énervant qu'attachant Boka pour trouver la solution...
Remarquez il s'en est fallu d'une barre que les sudistes nous pique un point mais bon ne chipotons pas... JPP l'a dit 3 points sans la manière ça reste 3 points... on ne pourra pas le contredire...

Niort à 11 c'est moins simple.

Niort ça fait pas rêver et quand au bout de 25 minutes ils mènent de deux buts, on peut même dire que ça fait cauchemarder... Heureusement Yacine et l'ami Eugène remette sur les rails un Racing proche de couler... Après la simple maîtrise d'un Cassard en grande forme permet à l'équipe de garder le point du nul. Franchement j'ai jamais douté de la classe de cette équipe ;-)

4 points en 2 matches c'est pas mal, mais 7 en trois matches on frole la perfection...
RCS - Guingamp : 2-1 (parce que je le vaut bien)

A moins à Amiens

08/08/2006 23:46
591 lectures
https://racingstub.com/blogs/t/teuh/photos/rcs117-33cdf.jpg

Le mot était laconique : 04-08-06 licorne 20H. Une bafouille qui aurait laissé coi, la plus bavarde des rombières qui trainassent du côté de ma turne. Ce genre de devinette avait le don de m'enfler les roustons, l'absence de mot devait faire style barbouzes. Il fallait éviter que des types qui en avaient rien a carrer comprennent un message qui leur était pas destinés... J'vous jure y a des claques qui se perdent !
Bref, il fallait comprendre que le 4 Aout 06, rendez-vous était fixé au stade de la licorne d'Amiens à 20 heures pour y rencontrer les gugusses locaux qui poussent la baballe...

RCS au pays du rien.
Amiens, c'est pas le genre de ville où t'as envie de poser tes miches... C'est un peu comme Blois, tu dis que t'y passes mais tu t'y arrêtes pas...
Sans trop me défourailler, je trouve le lieu du rendez vous : le stade de foot... Truc bizarre que ce stade, on dirait que l'archi qui l'a pondu était sous amphét'. Il a casé des arches au dessus des tribunes, on dirait un panier à salade... L'avantage c'est que tu passes pas ton temps à regarder le décor et tu te concentres sur la verte...
Enfin normalement, parce que là faut croire que les onzes zigues du Racing, ils avaient décidés de faire preuve de curiosité et ils laissent les sieurs d'Amiens nous coller un pion dès la demi-heure. Incapables de réagir, les gars ressemblaient au FC Hospice du "Repos Eternel"... J'ai vu ma grand mère avoir plus de hargne que ces 11 lourdeaux là pour mordre son mari lorsqu'il s'agissait de choper la télécommande et mettre Dallas...

RCS ramène nib.
Finalement, le match se solda par une défaite mal venu du onzio (comme un trio mais à onze) d'outre Vosges... Ma mission était terminée, tristement terminée. Mon rapport serait salé mais honnête : on a été nul.
Il ne me restait plus qu'un élément à éliminer : Lucille Guillotin. La môme semblait gentille, mais son phrasé aurait fait passer Dary Cowl pour un membre de la Comédie Française. Elle possédait en plus un organe proche d'un chat se faisant les griffes à l'intérieur d'un tromblon. S'en était trop, une descente dans les locaux de la radio régionaliste et hop je lui faisais sauter les ratiches à coup de crosse. La déception de la défaite certainement, car votre serviteur n'est pas homme à se lacher sur une mousmé, sauf si elle le demande...

Prochaine mission : Pas de quartier contre Montpellier.

N.d.l. a : tout le texte est au second degré bien sûr.

La mayonnaise n'a pas encore prise

06/08/2006 17:28
809 lectures
Ingrédients :
22 joueurs bien frais
Une belle pelouse bien verte.
Un public chauffé à blanc.

Temps de cuisson : 90 minutes

Dressage : 4-4-2 ou 4-3-3 selon vos préférences

1ere phase : la chauffe.
Si vous avez choisi une équipe rompue à l'exercice de la L2, vous vous exposez à une entame difficile. Bien groupés, se connaissant parfaitement, décidés à minimiser les risques et à profiter de l'inexpérience d'en face, les joueurs de l'équipe de Dijon ne forment pas vraiment le met facile à digérer en entrée.
Pour peu que vous relâchiez votre vigilance, vous vous retrouvez avec un face à face contre votre gardien qui file de peu à côté, un penalty dit du "contact-gardien-attaquant" qui touche le poteau, et un public qui se demande si son équipe ne vas pas s'enliser dans un championnat que l'on qualifie d'exigent et d'âpre.
Pourtant de jolis mouvements laissent entrevoir quelques possibilités pour assaisoner une saison d'un coup de tête ou d'une frappe au succulent piquant.
Arrivés à ce point, le mieux est de laisser reposer la pâte pendant un quart d'heure.

2eme phase : le refroidissement.
Evidemment on ne va pas changer une tactique qui gagne ou au moins qui empêche de perdre. L'intensité physique baissant légèrement les occasions se font plus rare et l'eau qui pouvait vous monter à la bouche se transforme en une pâte proche du chewing-gum en fin de vie collé sous une table d'écolier. Pourtant une pincée de Boka ou une touche de Tum (Mayonnaise bien sûr), aurait pû redonner la pleine saveur à votre plat. Mais parfois il faut savoir se contenter de la cuisine rustique du restoroute en attendant les raffinements culinaires du "gastro" 3 étoiles.
Le cuisinier en chef, ballon d'or à défaut de meilleur ouvrier de France, va devoir réviser ses recettes s'il veut trouver celle qui ravira une audience de gastronomes plus exigents qu'un critique du guide rouge.

Post coïtum, omni animal triste...

04/08/2006 17:27
858 lectures
Les préliminaires avaient été douloureux, laborieux et beaucoup s'attendait à un orgasme rapide. Seulement voila, magie de plusieurs nuit d'été, vaporeuses sensations d'une légère brise germanique, la volupté dura plus longtemps...
Merci à toi Patrick de t'être réveillé, d'avoir couru et mis de la sueur partout sur ton corps musclé. Merci à toi Zinédine, d'être rentré, puis sorti, puis re-rentré, puis re-sorti encore de la surface d'excitation. Merci à toi jeune Franck, ton activité a fait oublier ton physique peu avantageux et donne à tes dribbles chaloupés l'érotisme du séant de beaucoup d'actrices qui ne peuvent rivaliser avec ton envie. Merci à tous les autres d'avoir été là jusqu'au bout...
L'apothéose ne fut pas aussi grandiose qu'on l'eut tous souhaités, mais j'ai entendu de longs râles de klaxons qui me laisse croire que je ne fus pas le seul à avoir eu un peu de bonheur durant cette croisade germanique... La brouette espagnole, le tirlipinpon brésilien, le dromadaire espagnol n'ont été qu'une longue montée vers l'anaconda italien, position impossible à tenir longtemps sans en perdre la raison si ce n'est la boule...

Mais maintenant que vais je faire ? M'endormir, comme le mâle basique ? Fumer, comme le drogué chronique ? Non, rien de tout ça... Je vais juste attendre, me reposer avec JPP et sa douzaine d'éphèbes, qui, s'ils n'ont pas le sex appeal de l'élite du pays, pourraient bien me surprendre et me faire encore hurler... au moins une fois j'espère...

Post coïtum, omni animal triste... Post coupe du monde omni homo attend de recommencer...
  • 1 (current)
Flux RSS Que du sexe, des femmes nues, des hommes nus, des animaux nus, bref le blog le plus intéressant du monde... et un poil de football et d'informatique aussi... mais nus évidemment.
teuh1308510950.jpg

teuh

Voir son profil complet

Archives

2014

2013

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005