Ouh c'est papa qu'il est malin comme un singe



Impossible de lire une vidéo sur Ipad 2

02/09/2013 15:33
29.028 lectures
Je publie un petit post "informatique" (je met entre guillemets car c'est plus du dépannage d'appareil de loisirs que véritablement de l'informatique) suite a un problème que j'ai rencontré sur mon ipad 2.
Vu que j'ai passé des plombes à chercher une solution sur le net avant de tomber par chance sur un post en anglais avec la solution, je partage cette solution avec mes compatriotes anglophobes...

Lire la suite...



Y a des coup de pied au cul qui se perdent...

28/08/2013 22:46
8.332 lectures
Imaginez, vous avez 20 ans, vous gagnez 40 000 euros par mois et vous décidez de faire grève.
Imaginez encore, vous avez un employé dont vous souhaitez vous séparer vous décidez de le payer à rien faire alors que vous manquez de personnel pour faire sa tâche.
Imaginez toujours, vous souhaitez quitter votre employeur avant la fin de votre CDD, vous lui dites "fuck off" (oui oui, en anglais dans le texte) et ne venez plus bosser en espérant que tout se terminera bien.

Lire la suite...


Filippo Inzaghi, mon héros...

14/02/2006 12:04
2.231 lectures
Le football est mon sport préféré. Je l'adore. Cependant, certains personnages qui y contribuent jour après jour m'énervent. Voici donc le portrait subjectif de : Filippo Inzaghi.

https://racingstub.com/blogs/t/teuh/photos/pippo-a12b9.jpg
Né à Plaisance, le 9 Août 1973, Filippo Inzaghi est un attaquant italien qui exerce son "art" au Milan AC actuellement. Filippo fait parti de ces joueurs qui participent à la persistence de caricatures sur les nationalités de joueur. L'anglais, voire l'anglo-saxon est une brute sans technique, l'allemand se bat jusqu'à la dernière seconde, le français n'a pas l'envie de gagner et l'italien est un truqueur...

Un attaquant italien
Filippo, répond au musical surnom de Pippo, diminutif rapide de son prénom, mais surtout véritable banière de ce qu'il fait sur le terrain tout au long d'un match.
Du pipeau, et du vrai. Il m'a été donné de voir dans ma longue carrière de supporter des joueurs tomber de façon plus théâtrale qu'un acteur dans un film d'Eric Rohmer (qui à dit Ravanelli ?), mais Pippo reste pour moi celui qui mérite la palme d'or, le sept d'or, la victoire de la musique et l'oscar du "plongeur" (le tout mélé dans une sculpture à la César - l'artiste mort pas l'empereur romain).
Nanti d'un physique pourtant tout sauf liliputien (1m81 - 74 Kg), Pippo semble souffrir d'une faiblesse dans les jambes qui l'amène à tomber au moindre déplacement d'air généré par les défenseurs adverses.
A noter que certains scientifiques ont remarqué que la faiblesse de ces jambes est inversement proportionnel à la distance qui le sépare de la surface de réparation adverse. Etonnant, non ? Même si les arbitres ont appris à connaître l'oiseau et ne sanctionne pas systématiquement les défenseurs qui ont la joie de le serrer de près, ce qui déclenche en lui des ires aussi théâtrales que ces plongeons, Pippo peut se glauser d'avoir provoqué des penalties qui avaient l'évidence de traces d'intelligence dans un geste de Di Canio (c'est pour dire si on cherche encore).

Et pourtant, c'est un gros buteur
Malgré tout, il faut bien se résoudre à admettre que Pippo est un chasseur de but, et c'est celà qui est encore plus énervant... Après vous avoir chauffé toute la partie en jouant à Holiday on ice, il vous plante un pion et part dans une explosion de joie, qui fait monter en vous des pulsions quasi-meutrières.
Pippo est un gros buteur (plus d'une centaine de buts en Série A), mais pas un grand buteur, car il n'a pas la prestance qui caractèrise ce genre de joueur, mais juste leur réalisme. En plus, il n'a même pas la décence d'être Français ou de jouer pour le Racing, il n'y a donc aucune chance que mes sentiments pour lui se terrent derrière un patriotisme ou un supportérisme basiques.
Je l'exécre... na !

Prochain vitriol sur : Jean-Michel Aulas.


L'interview bling-bling : Jean-Claude Plessis

08/01/2010 21:54
1.387 lectures
Jean-Claude Plessis, ancien président du FC Sochaux Montbéliard, et actuel président de la commission marketing de la LFP a répondu aux questions du site l'équipe.fr. Cet interview sur un sujet aussi sensible que le calendrier du championnat de France a engendré un remarquable exercice journalistique où la contradiction est aussi absente qu'est transparente la politique de gestion du Racing.
Et si on refaisais le boulot ?

Lire la suite...


Que la bête meure !

11/07/2011 21:19
1.093 lectures
L'agonie fut longue : on a d'ailleurs des doutes sur la date exacte des premiers symptômes.
L'agonie fut pénible : de nouveaux symptômes en rémission miraculeuse, l'humeur des supporters variait plus que le timbre de voix d'Alexandre Delpérier lors d'un match de coupe du monde féminine sur Direct8.
Mais le virus a finalement eu le dernier mot. La bête est morte. Souhaitons que le Racing soit plus du type phénix, prêt à renaître du néant, que du ténia, phagocytant ceux qui l'entourent et dont il suce la substantielle moelle.

Lire la suite...


Jean-Michel Aulas, mon héros...

16/03/2006 13:50
1.091 lectures
Le football est mon sport préféré. Je l'adore. Cependant, certains personnages qui y contribuent jour après jour m'énervent. Voici donc le portrait subjectif de : Jean-Michel Aulas.

http://teuh.racingstub.com/blogs/t/teuh/photos/jmaulas-59630.jpg
Patron d'une entreprise de logiciel de gestion, Jean-Michel Aulas est à 55 ans l'archétype du chef d'entreprise qui s'est offert un joujou dans un sport qu'il aime et auquel il pense appliquer les méthodes qui ont fait sa réussite professionnelle.

Quel bel homme.
La cinquantaine rugissante, le sourire enjôleur, Jean Michel Aulas sait faire les gros yeux quand on s'en prend à ses intérêts sportifs ou que des règles établies avant son avènement le déservent. Arrivé au club en 1987 alors que l'olympique Lyonnais végétait en Division 2, il a su donner aux supporters de la seconde ville de France, un club stable, aux finances saines, à l'effectif cohérent et aux résultats inégalés ces dernières années, tant à l'échelle nationale qu'internationale. Malgré quelques accrocs retentissants, Maribor reste un souvenir impérissable pour beaucoup, Lyon lui doit beaucoup. Il est adulé par ses pairs, Gervais Martel en tête, qui voit en lui le contre pouvoir à la ligue de football et aux institutions internationales.
Mais le football français s'il a gagné une locomotive performante, doit aussi s'accomoder de méthodes qui rappelle d'anciennes gloires méridionales.

Un nouveau Tapie ?
Tapie et Bez c'était un peu les Itchy et Scratchy du footbal hexagonal dans les années 90. Une haine quasi profonde l'un pour l'autre, où tous les coups bas étaient permis pour contenter des supporters se complaisant dans un rôle de voyeur sadique. La gouaille et la filouterie étaient érigés en méthode de gestion.
Je ne ferais pas l'affront de comparer Aulas à Tapie sur tout les points, d'autant que je suppute que la réussite sportive du club n'a rien à voir avec des colis suspects enterrés dans d'éventuels jardins, ni dans des courses "melickéennes" en R25 (A noter, que je pense aussi que Marseille avait à l'époque une équipe dont le potentiel ne méritait pas ses idioties). Cependant, il reste une volonté d'adapter, ou plutôt d'imposer le style entreprenerial au monde sportif.

La théorie du complot
"Si ça me plait pas je le dis et tant pis si j'ai tort car j'ai toujours raison". Ce n'est pas un discours de cour de récré, ça vous rappelle votre supérieur hierarchique, voire votre patron, et bien c'est en substance ce qui rythme la vie de notre Jean-Michel. Petit tour d'horizon des thèmes préférés du président Lyonnais et membre a part entière du G14, le groupement des 14 clubs qui veulent nous pourrir notre sport préféré.
La défaite ? c'est à cause de l'arbitrage : je me permet donc d'exprimer "mes doutes quant à l'équité du championnat à cause de l'arbitrage" (2001, titre pour Nantes)
Les autres ? c'est les chouchous et moi on m'aime pas : "Je suis inquiet car nous n'aborderons pas ce match à armes égales. Le club de la Capitale a des atouts extra-sportifs dans sa manche, contre lesquels nous ne pouvons malheureusement rien" (2002)
Les autres ? ils ont plein d'avantages : Monaco et sa fiscalité allégé qui lui permet de graviter facilement autour de la 10eme place du classement cette année (quelle honte non ?). Les clubs étrangers côtés en bourse et leur effectif pléthorique et tant pis si 99% de ces clubs ont des actions qui valent peanuts maintenant. Quand le Westfallen Stadium, sera rebaptisé la Twix Arena, j'en connais qui vont tirer la gueule. Et d'ailleurs, Jean-François Lamour ferait mieux de ne pas rester "insensible aux résultats des urnes de dimanche dernier et qu'il comprendra qu'il y a également des mécontents chez les présidents de clubs.". Ca se trouve il est de gauche, notre jean-mimi...
L'équipe de France ? ça sert à rien ! D'ailleurs Abidal, c'est moi qui le paye, c'est moi qui lui pête le genou quand je veux, c'est mon employé, ma chose, et si c'est pas la cas je vous attaque na ! (MEDEF inside)

Lyon ne serait pas où il en est si Jean-Michel Aulas n'en avait pas prix la tête, mais on se demande parfois si tel Faust on a pas signé un contrat avec l'âme du football comme monnaie d'échange.

Prochain vitriol sur : Paolo Di Canio.

En vrac

24/08/2013 22:33
1.047 lectures
En ces temps de crise du sponsoring, une initiative intéressante: faites imprimer votre photo (9mm² ou 16 mm², 3x3 mm ou 4x4 mm pour les nuls en math) sur le numéro du maillot officiel de votre joueur préféré...
La société BMyTeam annonce des tarifs aux alentours de 25 euros/saison. Pour le moment, seuls le FC Lorient, l'OGC Nice et Valenciennes FC sont disponibles...
L'idée me paraît marrante, à voir sa viabilité à long terme et surtout la qualité des photos par rapport aux tailles annoncées...
http://www.bmyteam.com
Note : Félicitations à l'auteur de la F.A.Q. du site, il a tué Maitre Capello une seconde fois. ;-)

Ma bible, leurs opinions et leur vue du football représentent vraiment ce que je pense. Ils méritent mieux que de devoir se justifier au tribunal pour des questions de singe hurleur...
En plus, j'adore leur gazette de la Ligue 1
http://cahiersdufootball.com/article-la-gazette-de-la-l1-2e-journee-4996

Le transfert de Gareth Bale au Real Madrid, c'est un peu le "Plus belle la vie" de ce marché des transferts estival. Est ce qu'il vaut 100 millions d'euros ? Non, selon Luis Fernandez, seulement 30 ou 40... Mais s'il avait été argentin ou brésilien le transfert aurait été de 300 millions... Mais oui Luis... :-)
http://www.bfmtv.com/sport/di-meco-fernandez-analysent-dossier-gareth-bale-587744.html

Pour finir, un coup de gueule, j'en ai ras la patate d'avoir des sites qui me foute des interstitiels dès que clique sur un de leur lien... à chaque fois que je viens sur leur site, même si c'était il y a 5 minutes...
Imaginez, vous rentrez dans un magasin et un mec vous saute dessus pour vous faire une annonce de la promo en cours, et ce à chaque fois que vous passez le seuil du magasin. La deuxième fois je lui met ma main dans la gueule, pas vous ?

N.B. : Ce post s'intitule "En vrac" en hommage aux post posthumes du même nom de Seb Sauvage http://www.sebsauvage.net/rhaa (Attention, ce n'est pas un blog de footeux :-) )


RCLPSGRCS - 1 point au scrabble

09/02/2006 20:29
1.004 lectures
Quel tirage pourri quand même :
RCLPSGRCS
même au scrabble polonais je ferais pas plus de 2 lettres...

RCL
C'est quand même pas de chance, trois lettres, trois consonnes.
Pourtant ça commençait bien : R comme dans GameiRo. On plante tranquillement un pion face à une équipe qui semblait à la rue où du moins incapable de jouer le football qui l'avait porté à la seconde place du classement.
Ca se gâte ensuite avec un C comme dans "Comme d'habitude" : une erreur de défense, un penalty, un blessé, une transformation en deux temps. Mais bref je me dit que le Scrabble est encore possible...
Et là je tire L... comme dans Loose... et c'est ce qui arrive...

Mais je suis d'un naturel optimiste et je me dit que je vais pouvoir tirer de meilleures lettres...

PSG
P : Plante la Amara !!!
S : Sacré buteur Paulette !!!
G : Gagné !!!!!!!! Ah non, toujours pas...

RCS
Rien ne nous sauvera,
Car notre destin est tracé...
Suivont le panneau vers la L2.

Bref une lettre : P comme dans Perdu... 1 point même pas mot compte triple... la guigne quoi...

Prochain match :
RCS - ACA : oué, 2 lettres !!! CA !!!
1-1

Une classe de pagination en Php - bientôt...

14/04/2006 19:22
1.003 lectures
Après quelques recherches infructueuses sur le web pour mon travail, j'ai développé ma propre classe de pagination en Php.
Pour ceux qui l'ignore, la pagination permet de présenter de façon plus claire un grand nombre d'informations en limitant la taille des données que l'on va afficher à chaque page. En effet, au lieu de présenter une liste de 500 liens les uns derrière les autres et d'user du temps serveur pour rien, une pagination de 50 éléments diminuera considérablement le temps d'affichage.
Après ce rappel en forme de lieu commun, qui me permet de meubler ce billet, passons aux divers éléments de cette classe.

Différents formes de pagination.
L'avantage de l'objet c'est que l'on va pouvoir facilement générer des types de pagination différents sans avoir à gérer un code complexe à chaque fois. Ainsi j'ai pour le moment dans la version beta de la classe, 3 types de pagination.

La pagination totale :
Forme : Page 1 2 3 4 5 6
Description : Affichage les uns derrière les autres des différentes numéros de pages

La pagination partielle :
Forme : << < Page 5 6 7 > [html]TAG_HTML_02TAG_HTML_02[/html]
Description : Ici les numéros de page sont affichés par groupe de X éléments des liens permettant d'accéder aux groupes d'éléments précédent, suivant, premier et dernier.

La pagination par liste déroulante :
Forme : Page [liste déroulante des n° de page] / 10
Description : Contenus dans un formulaire, les numéros de pages sont affichés dans une liste déroulante.

Chaque pagination est assortie d'un nombre croissant et non exhaustif de paramètres.
Exemples au hasard :
- Le nombre d'éléments pour chaque groupe de la pagination partielle.
- Le texte à mettre devant les numéros de page (Par défaut : 'Page')
- le caractère de séparation entre les numéros de page (Par défaut : '|')

Comment ça marche ton truc ?
Les différentes classes existantes sur le net, faisait passer la ressource contenant les résultats de requête dans l'objet de pagination.
J'ai pour ma part opté pour ne transmettre que le numéro de la page en cours, charge au développeur de calculer l'offset et la limite de sa requête.

Exemple :

// on admets qu'on a un tableau composé de 500 éléments
// on veut afficher 50 éléments par page
// par défaut la pagination commence à 1

// inclusion de la classe
require ('phpBarre.php');
// instanciation du nouvel objet
$oBarre = new BarreNavigation($nElement /*500*/, $nElementParPage/*50*/, $nPageEnCours);
// création du code XHTML de la barre
$oBarre->createSelectBarre();
// Affichage de la barre
$oBarre->showBarre();


A cela s'ajoute la possibilité de transmettre des paramètres avec chaque page si par exemple on a des éléments qui rentre en compte dans l'affichage (comme pour une recherche)

// on ajoute un paramètre et sa valeur
$oBarre->AddParam('g_typerecherche', 1);
// cela générera une url de type '?page=1&g_typerecherche=1' pour chaque numéro de page


Pour le cas où c'est un système de template qui est utilisé et on veut juste récupéré le code XHTML de la barre et non l'afficher on utilisera :

$sTexteBarre = $oBarre->getBarre();
// puis association entre la balise de template et le code généré

Super, où est dispo cette merveille ?
Comme le titre l'annonce, ma classe est disponible bientôt, je dois encore faire quelques modifications pour pouvoir la distribuer. Notamment, je dois commenter et rajouter certaines fonctionnalités. De plus, j'utilise cette classe à mon travail et je dois encore obtenir l'autorisation de la distribuer. A noter, que la plupart des nouveaux sites de ma boîte l'utilise : http://www.medietas.com (si par hasard ce lien est considéré comme une publicité illégale, prévenez moi je le retirerai sans faute).



Par ici la sortie...

14/01/2006 19:47
929 lectures
Alors comme ça le PSG ne suit plus son rythme pour aller en ligue des champions ? Ca doit être la faute à l'entraîneur... virons-le.
Alors comme ça Ajaccio suit le rythme pour rallier la L2 avec 2 autres amis d'infortunes de l'Est ? Ca doit êre la faute à l'entraîneur... virons le.

2 entraîneurs distincts avec des objectifs hauts dans deux clubs différents se retrouvent liés par le même destin. Regardons de plus près...

La surprise :
Depuis plusieurs semaines, l'AC Ajaccio est dans le peloton de queue de notre championnat. Après une énième défaite, l'éviction de Roland Courbis est annoncée. Pourquoi, avoir attendu aussi longtemps ? Mystère. Est ce que cela sera bénéfique et sauvera le club ? J'en doute. (une étude allemande avait d'ailleurs démontré que le limogeage d'entraîneur n'empêchait que rarement la descente de l'équipe, mais c'est un détail)
Oscillant entre le bon et le moins bon, bref faisant un championnat comme à son accoutumée, le PSG semblait se satisfaire de son destin, et surtout les joueurs semblaient avoir retrouvés un interlocuteur du côté de leur entraîneur. Mais le président du club, qui parait plus extrémiste que le supporter basique de base (c'est pour dire s'il est basique), ne comprends pas que son club ne soit pas second à une longueur de Lyon. Alors hop, virons Laurent Fournier, et retrouvons un entraîneur de meilleure renommée (ou du moins plus connu) pour le club de la capitale. Pourquoi avoir fait cela ? j'en sais rien. Est-ce que cela sera bénéfique ? Cela l'a été pour les toulousains en tout cas.

Le disjoncteur
L'entraîneur est le disjoncteur des équipes de football actuelle. Mais n'importe quel éléctricien vous expliquera, que c'est pas votre disjoncteur qui empêche votre installation de fonctionner correctement.
Roland Courbis, est un entraîneur que je n'aime guère (mais je suis pas journaliste, ceci expliquant cela peut-être). Plus à même de trouver des bons mots ou à critiquer l'arbitre pour expliquer une défaite, il vient d'être pris à son propre jeu par son président qui pense à tort que le problème vient de lui, alors qu'il vient de l'équipe. 11 chèvres avec le meilleur berger du monde, ça reste 11 chèvres.
Laurent Fournier ne parle pas trop dans les médias, il ne vocifère pas sur le bord du terrain, et à Paris, club dont la démesure et la recherche d'un passé glorieux occulte les principes simples (des bons joueurs, du temps, de la durée en toute chose), ça a du mal à passer.
Paris et Ajaccio font le championnat qu'ils peuvent. Alors certes les ambitions des uns et la peur de l'oubli en L2 des autres, ont des conséquences qui leur porteront préjudice à plus ou moins long terme.

L'exemple (?) strasbourgeois
Très mal en point en championnat, le racing ne s'est pas séparé de son entraîneur. Ce qui doit sembler incroyable à Blayaut. Le racing pense t'il que le mal profond qui le hante cette saison est autre que le technicien à la tête de l'équipe ou déchiré par des (énièmes, comme quoi on change pas une équipe dirigeante qui perd) luttes intestines, personne n'a eu l'idée de virer l'entraineur ? Personne ne le sait, mais je préfére cent fois descendre en gardant un entraîneur qui connait la maison, que decendre en engageant un "nom".

Aux niçois canaris mal y pense

11/04/2006 12:10
884 lectures
Voili voilou, deux défaites d'affilée et le rêve de maintien s'envole à perte de vue... Deux sentiments ont perlé en moi suite à ces deux matches. Le premier, le plus logique, est celui que la L2 nous attend de pied ferme et que rien nous empêchera de descendre, le second c'est que tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir et mathématiquement nous ne sommes pas encore relégués...

Version Optimiste
5 points de retard, mais 12 à glaner... Rien n'est mort. Nemeth et Diané vont ressortir de leur torpeur et anéantir les défenses sochaliennes, nancéennes, marseillaises et auxerroises, pour nous permettre de nous maintenir dans une fin de championnat comme rarement le racing n'en aura faite...
De son côté Troyes, ébloui par tant de brio devra se contenter de ne prendre qu'un petit point, pour sauver ce qui leur reste d'honneur et terminer devant Ajaccio et Metz.
Le racing amorcera avec ces matches ce que sera sa saison prochaine, une saison enragée où Lyon même sera tremblant devant le rythme infernal des farneruds brothers et consorts. La ligue des champions et pourquoi pas le titre nous seront quasiment promis. C'est ça un club mythique.
Tel le phénix, nous allons renaître de nos cendres encore chaudes et embraser la 17ème place de L1 !!!!

Prochain Match : Sochaux - RCS 0-8 (Dianée x 4, Nemeth x 4)

Version pessimiste
J'ai rarement vu plus pathétique que les 11 loques qui se sont promenés pendant les dernières 180 minutes sur les pelouses vertes de notre championnat en portant un maillot bleu qui ne sert même pas à cacher leur visage honteux.
Depuis ce premier match à Lyon, on a vu toute la tristesse et tout le manque d'ambition de ce qui nous sert d'équipe. En regardant, jouer mon cousin de 8 ans la semaine dernière je me disais que Duguépéroux devrait essayer de le faire jouer à la place d'Hosni, au moins on aura l'excuse de l'age pour justifier une lenteur de jeu, qui ferait passer une vieille en déambulateur pour un lapin de garenne surpris par un chasseur.
J'ai vu plus d'ambition dans les yeux de mon boucher quand il me coupe un steack que dans les attaques alsaciennes des deux précédents week end.
Bref, avec un peu de chance on se fera dépasser par Metz et Ajaccio et on retrouvera enfin une place digne de notre jeu.

Prochain Match : Sochaux - Rcs 4-0

Gagnons des millions à la roulette du casino

03/02/2006 23:29
876 lectures
Alors ce que je propose ci-après n'est pas LE truc infaillible pour gagner des sous à la roulette, mais un système pour essayer de maximiser les chances d'avoir des gains.
Cette martingale - c'est le nom donné à un système de jeu particulier - est très connue de tous les joueurs "professionnels", mais elle impose certaines contraintes.

Petit rappel
"Le hasard n'empêche pas l'ordre" (Bergson).
Ce n'est pas parce qu'un événement a une chance infime de se produire qu'il ne se produira pas.
Il y a autant de chance d'avoir une sortie 1,2,3,4,5,6 au loto qu'une suite discontinue quelconque de nombres.
Vous pouvez rejouer la combinaison gagnante du précédent loto sur le loto en cours, car il a autant de chance de sortir qu'une autre combinaison (les tirages sont indépendants).
Il n'existe aucun moyen de battre le hasard, mais on peut essayer de limiter ces effets néfastes.

La martingale de Hawks
Cette martingale est simple. Je vais l'illustrer par un exemple :
Nous jouons au casino, et particulièrement à la roulette. Nous misons systématiquement sur le rouge.
En cas de sortie du rouge : on gagne 2 fois sa mise.
En cas de sortie du noir : on perd.
En cas de sortie du 0 (vert) : on perd.
On peut pour simplifier ramener les chances de gagner en misant sur le rouge à (un peu moins de) 1 sur 2 à chaque tirage.

La martingale dit : "à chaque fois que l'on perd, on double sa mise sur le même événement choisi. Dès que l'on gagne on retourne à la mise initiale"
Je mise 1€ sur rouge ; sortie noire ; perdu ; Gain -1 €
Je mise 2€ sur rouge ; sortie noire ; perdu ; Gain -2 €
Je mise 4 sur rouge ; sortie noire ; perdu ; Gain -7 €
Je mise 8€ sur rouge ; sortie noire ; perdu ; Gain -15 €
Je mise 16€ sur rouge ; sortie rouge ; gagné ; Gain 1€
Je mise 1€ sur rouge; sortie rouge ; gagné ; Gain 2€
Je mise 1€ sur rouge; sortie noir ; perdu ; Gain 1€
Je mise 2€ sur rouge; sortie rouge ; gagné ; Gain 3€

Sur cet exemple, on voit qu'au bout de 8 tirages on a gagné 3€. La martingale joue sur le fait que la probabilité d'avoir l'événement N fois une couleur sortie est de 1 sur 2 puissance N.
Ainsi avoir l'événement 4 fois le noir de sortie correspond à 1 chance sur 16 ou pour positiver il y a 15 chances sur 16 d'avoir le rouge après 3 noirs consécutifs.

Cooool on va se faire plein de pognon... ben pas forcément
Cette martingale se heurte à plusieurs limites et heureusement sinon les casinos ne gagneraient jamais d'argent.

Souvenez-vous : "Ce n'est pas parce qu'un événement a une chance infime de se produire qu'il ne se produira pas." Ainsi, même si la probabilité d'avoir 8 fois le noir de suite est que de 1 sur 256, il est parfaitement envisageable que ça vous arrive (personnellement le pire que j'ai eu c'est 11 fois de suite le noir et je pariais sur le rouge :-( )

De plus, il y a une case qui tue : le zéro. Le zéro ne fait gagner que ceux qui mise dessus. Il n'est ni rouge, ni noir, ni impair, ni pair, ni passe, ni manque. Il permet aux casinos de diminuer la probabilités des mises simples à moins de 50%, et augmente du coup le risque d'avoir une série contre soit.

On risque aussi beaucoup d'argent pour un gain minime : si on a 8 noir de suite (alors qu'on joue rouge), on engage 512 € le coup suivant pour un gain potentiel de 1 € ! A cela s'ajoute, une astuce simple des casinos, qui limite les mises maximales. Ainsi si le casino n'autorise que 500 € maxi par mise, une suite de 8 couleurs contre vous avec une mise initiale de 1€, vous fera perdre 511€ en cumul sans que vous puissiez doubler sur le coup suivant (2 puissance 8 x 2 = 512 > 500 € maxi autorisé).

Pas cool... Il n'y a rien a faire alors
Si, il faut jouer prudemment et ne pas hésiter à briser une série contre vous.
Je vous conseille de jouer 0.10 € en mise initiale, et si au bout de 6 sorties contre vous (soit 1 chance sur 64 que cela arrive) de briser le doublage de mise (vous aurez engagé 6.30 € en cumulé tout de même) en recommençant à 0.10 €.
Limité vous aussi à des gains fixe chaque jour. Par exemple, 3€ de gains et j'arrête.
Ne changez jamais de martingale en cours de route, c'est le meilleur moyen de retourner les probabilités contre vous.

Et toi, teuh t'es riche ?
Ben non, car je n'ai pas suivi les règles ci-dessus.
Avec une mise initiale de 15 €, j'étais monté jusqu'à 84 €, avant de tout perdre par une suite défavorable de 11 noirs où j'ai tout perdu. :-( mais bon quel frisson... :-)

Boka Junior et Ekobo seNior(t)

18/08/2006 14:10
861 lectures
https://racingstub.com/blogs/t/teuh/photos/boca-21897.jpg

Le truc avec certains joueurs de foot pro c'est que parfois ils ont des comportements proche de minimes... et en même temps ça les rends attachants et énervants...

Montpellier à 10 c'est plus simple.
L'avantage du carton rouge infligé à l'adversaire n'est statistiquement décisif que lorsqu'il arrive tôt dans la partie... Comprenez que si on vous exclut un joueur en fin de match (qui a dit Zidane ?), ça porte moins à conséquence sur le score que s'il sort tôt dans la partie, ou au pire durant la première mi-temps (qui a redit Zidane ?)...
Un Montpellierrain de moins et tout semble dépeuplé. Enfin c'est ce que l'on pourrait croire, car il faudra 2 coups de pattes aussi incroyables que chanceux, du aussi énervant qu'attachant Boka pour trouver la solution...
Remarquez il s'en est fallu d'une barre que les sudistes nous pique un point mais bon ne chipotons pas... JPP l'a dit 3 points sans la manière ça reste 3 points... on ne pourra pas le contredire...

Niort à 11 c'est moins simple.

Niort ça fait pas rêver et quand au bout de 25 minutes ils mènent de deux buts, on peut même dire que ça fait cauchemarder... Heureusement Yacine et l'ami Eugène remette sur les rails un Racing proche de couler... Après la simple maîtrise d'un Cassard en grande forme permet à l'équipe de garder le point du nul. Franchement j'ai jamais douté de la classe de cette équipe ;-)

4 points en 2 matches c'est pas mal, mais 7 en trois matches on frole la perfection...
RCS - Guingamp : 2-1 (parce que je le vaut bien)

Post coïtum, omni animal triste...

04/08/2006 17:27
858 lectures
Les préliminaires avaient été douloureux, laborieux et beaucoup s'attendait à un orgasme rapide. Seulement voila, magie de plusieurs nuit d'été, vaporeuses sensations d'une légère brise germanique, la volupté dura plus longtemps...
Merci à toi Patrick de t'être réveillé, d'avoir couru et mis de la sueur partout sur ton corps musclé. Merci à toi Zinédine, d'être rentré, puis sorti, puis re-rentré, puis re-sorti encore de la surface d'excitation. Merci à toi jeune Franck, ton activité a fait oublier ton physique peu avantageux et donne à tes dribbles chaloupés l'érotisme du séant de beaucoup d'actrices qui ne peuvent rivaliser avec ton envie. Merci à tous les autres d'avoir été là jusqu'au bout...
L'apothéose ne fut pas aussi grandiose qu'on l'eut tous souhaités, mais j'ai entendu de longs râles de klaxons qui me laisse croire que je ne fus pas le seul à avoir eu un peu de bonheur durant cette croisade germanique... La brouette espagnole, le tirlipinpon brésilien, le dromadaire espagnol n'ont été qu'une longue montée vers l'anaconda italien, position impossible à tenir longtemps sans en perdre la raison si ce n'est la boule...

Mais maintenant que vais je faire ? M'endormir, comme le mâle basique ? Fumer, comme le drogué chronique ? Non, rien de tout ça... Je vais juste attendre, me reposer avec JPP et sa douzaine d'éphèbes, qui, s'ils n'ont pas le sex appeal de l'élite du pays, pourraient bien me surprendre et me faire encore hurler... au moins une fois j'espère...

Post coïtum, omni animal triste... Post coupe du monde omni homo attend de recommencer...

La mayonnaise n'a pas encore prise

06/08/2006 17:28
809 lectures
Ingrédients :
22 joueurs bien frais
Une belle pelouse bien verte.
Un public chauffé à blanc.

Temps de cuisson : 90 minutes

Dressage : 4-4-2 ou 4-3-3 selon vos préférences

1ere phase : la chauffe.
Si vous avez choisi une équipe rompue à l'exercice de la L2, vous vous exposez à une entame difficile. Bien groupés, se connaissant parfaitement, décidés à minimiser les risques et à profiter de l'inexpérience d'en face, les joueurs de l'équipe de Dijon ne forment pas vraiment le met facile à digérer en entrée.
Pour peu que vous relâchiez votre vigilance, vous vous retrouvez avec un face à face contre votre gardien qui file de peu à côté, un penalty dit du "contact-gardien-attaquant" qui touche le poteau, et un public qui se demande si son équipe ne vas pas s'enliser dans un championnat que l'on qualifie d'exigent et d'âpre.
Pourtant de jolis mouvements laissent entrevoir quelques possibilités pour assaisoner une saison d'un coup de tête ou d'une frappe au succulent piquant.
Arrivés à ce point, le mieux est de laisser reposer la pâte pendant un quart d'heure.

2eme phase : le refroidissement.
Evidemment on ne va pas changer une tactique qui gagne ou au moins qui empêche de perdre. L'intensité physique baissant légèrement les occasions se font plus rare et l'eau qui pouvait vous monter à la bouche se transforme en une pâte proche du chewing-gum en fin de vie collé sous une table d'écolier. Pourtant une pincée de Boka ou une touche de Tum (Mayonnaise bien sûr), aurait pû redonner la pleine saveur à votre plat. Mais parfois il faut savoir se contenter de la cuisine rustique du restoroute en attendant les raffinements culinaires du "gastro" 3 étoiles.
Le cuisinier en chef, ballon d'or à défaut de meilleur ouvrier de France, va devoir réviser ses recettes s'il veut trouver celle qui ravira une audience de gastronomes plus exigents qu'un critique du guide rouge.



Jour de fête à Saint-Etienne

21/03/2006 13:18
749 lectures
Tel une Evelyne Dhéliat déclamant d'un ton enjoué les horaires de lever et de coucher du soleil, le coefficient de marée et le saint du jour à des spectateurs ébahis et qui ont soif de tant d'informations pertinentes, le racing a joué une partie pleine dans l'antre des verts (l'équipe de Saint Etienne, pas le F.C. ET).

Quelques gelées matinales en première mi-temps.
Convaincu de leur supériorité et surtout de l'obligation de montrer quelque chose à des supporters qui s'étaient pris à croire à une version moderne de l'équipe à Platoche, Saint-Etienne a largement dominé la première periode. Mais tel un Réal de Madrid qui fait tourner son ballon pendant 15 minutes en attendant l'éventuel coup-franc que pourra vendanger Roberto Carlos d'une frappe qui n'a de secret que la probabilité qu'elle ne tue personne en tribune haute à Santiago Bernabeu, les verts ne parvenaient pas à ouvrir leur compteur. Il est vrai que Puydebois réussissait quelques arrêts empêchant Piquionne de continuer à bafouer sa réputation d'attaquant Nemethien.

Eclaircies en seconde mi-temps.
A Strasbourg, il y a Diané. On se demande même comment il fait pour ne pas avoir été victime de la scoumoune qui rôde sournoisement autour de tout joueur alsacien qui enchaîne plusieurs bon matches. Il est étonnant que ce joueur n'ait pas reçu un pot de fleur sur le crâne, ou n'est glissé sur une peau de banane. D'ailleurs annoncé blessé avant le match, il a fait montré que physiquement il était plutôt pas mal enjambe. C'est donc logiquement que L'Attaquant de Strasbourg, le seul, l'unique - y en a pas d'autres, il est blessé l'autre - ouvre la marque.
Généralement l'ouverture du score du racing est loin d'être un long moment de joie. Le supporter alsacien, une fois passé la joie légitime car rare de l'ouverture du score par le RCS, a tendance à consulter les statistiques et a angoisser sur le retour improbable mais probant de l'équipe adverse. Que nenni, comme dirait Philippe de Villiers, qui est à la politique française ce que son homonyme Gérard de Villiers est à la littérature ! C'est même Pontus Farnerud qui enfoncera le clou et permettra de relacher une pression qui pesait sur mes frêles intestins (je vous rassure les couches confiance fonctionnent bien).

Bref, on a gagné. Bordeaux ayant fait un match nul à Troyes, on se retrouve à 3 points d'un ESTAC qui doit voir le ciel s'assombrir au fur à mesure de l'avancée du temps. La route est encore longue et ce mois de Mars pourrait malheureusement se terminer sur une nouvelle giboulée face à la très bonne équipe de Lille.

Prochain Match
RCS - Lille : 1-2 (ils m'impressionnent trop ces nordistes)


La réflexion à 2 balles ...

13/03/2009 20:52
737 lectures
... après Barcelone - Lyon en ligue des champions (5-2)

Jean II Makoun démontre vraiment que les suites sont souvent moins bonnes que l'épisode originel...
Peut-être que Jean III Makoun-La-Revanche sera plus crédible.

... après Werder de Breme - Saint-Etienne en coupe UEFA (1-0)

Les 2 commentateurs du match sur Direct 8 ont offert une démonstration de commentaires chauvins et inutiles. Ils ont quasiment fait passer Jean-Marc Ferreri pour un chantre de la neutralité.

... après Marseille - Ajax en coupe UEFA (2-1)

Faudrait expliquer aux marseillais qu'il est pas nécessaire de maintenir le suspense pour le match retour juste pour être diffusé sur M6 plutôt que W9.

... après Strasbourg - Clermont en L2 (2-0)

En fait, le Racing joue pas si mal que ça à 10... C'est peut être pas la peine de refaire jouer Paisley du coup, non ?

Le cimetière des éléphants

10/08/2009 23:34
724 lectures
Marseille de l'Est
Ce qualificatif élogieux, si l'on ne s'en tenait qu'au point de vue du palmarès, est un doux euphémisme lorsqu'on regarde l'agitation régnant en coulisses. Le départ de Gérets pour de troubles raisons de je-t-aime-moi-non-plus avec l'ancien président Diouf, lui-même débarqué par la suite par feu l'actionnaire principal, pour des raisons plus intestines (voire intestinales), s'est réglé d'une façon quasi-miraculeuse avec l'arrivée de Deschamps et Dassier, mettant un bémol à l'agitation journalistique et populaire, du moins tant que les résultats sportifs suivront.
Mais les pérégrinations qui ont mené au come-back quasi improbable de deux monuments (les pigeons et la plaque en bronze en moins) du Racing vont semble-t-il connaître un épilogue funeste ces prochains jours.
Léonard Specht, qui, à l'instar d'Herbert, a pris la succession de Philippe Ginestet "pour le plaisir", a osé le pari de sortir d'un bouteille de formol, l'entraîneur chéri de tout un peuple, ou du moins de ceux qui ont connu Giscard président, pour redresser la barre d'un club encore une fois à la dérive.
Seulement Gilbert Gress a oublié les raisons qui lui ont coûté sa place lors des épisodes précédents et, à tort ou à raison, seul lui le sait, a expliqué que les magnifiques prestations istréennes et castelroussines était dues à l'actionnaire majoritaire, à l'ancien président, et à Philippe Ginestet.
Les trois coupables n'en faisant qu'un, un conseil d'administration extraordinaire se réunira à son initiative afin de faire profiter la France du football d'une de ces tranches de rigolade dont notre club préféré à le secret. Les rumeurs journalistiques annoncent en vrac :
- licenciement de Gress
- démission de Specht
- élection (sic) de Ginestet comme nouveau président
- retour de Jean Pierre Papin comme entraîneur
Au vu de ces événements extra-sportifs, il serait temps de modifier un adage du foot français et de rebaptiser Marseille en "Racing du sud" lors des prochaines crises qui le hanteront.

C'est la même chanson...
Du côté des supporters, il existe plusieurs groupes :
- ceux qui soutiennent le ticket Gress/Specht, autant par régionalisme exacerbé que par déception légitime au vu du bilan de l'ère Ginestet
- ceux qui soutiennent l'arrivée d'un entraîneur plus jeune et plus "médiatique" (Giresse, Fernandez, ou Tigana sont cités), afin de sauver ce qui peut encore l'être de cette saison où il ne reste que 37 matches à disputer
- ceux qui pensent que foutu pour foutu, le Racing est un club mythique et il mérite donc un aller retour en CFA2, histoire de se purger les bronches.
Une seule chose unit tous ces groupes de supporters, le ras-le-bol face aux incompréhensibles méli-mélo qui se jouent en coulisses depuis maintenant quasiment 30 ans, entrecoupé de courts moments de trèves.
Le titre glané en 1979 semble être un héritage difficile à gérer par les différents dirigeants qui se sont succédés à la tête du club. Mais y aurait-il autre chose qui pourrait expliquer ces luttes de pouvoir ? Devenir président du Racing permet il de vivre plus longtemps, d'avoir de super pouvoirs ou un sexe de plus grande taille ? Au vu des batailles pour obtenir le poste on pourrait le croire.
La refonte, la renaissance, le renouveau et tous les qualificatifs qui ponctuent le début de chaque saison, donnent aux supporters du Racing, des raisons de comprendre et de partager la peine de leurs compères de Saint-Etienne, de Reims, et bientôt de Nantes.
Si chaque année ressemble à un nouveau départ, son issue mène invariablement à la même arrivée. Et le pire c'est que tel un drogué ou un sadomaso, je n'arrive pas à décrocher de ce club...

Webdeveloppeur kezako ?

22/02/2006 20:20
722 lectures
Quand on me demande ce que je fais comme métier, la première réponse qui me vient à l'esprit c'est informaticien. Seulement voilà, informaticien c'est large comme champ d'action. Il y a des informaticiens qui font des jeux vidéos (mes héros) alors que d'autres travaillent sur des programmes de comptabilité (mes zéros).
Personnellement, j'ai la chance de travailler sur internet.

Web-developpeur : Informaticien sur le Web pardi !
Mon métier est simple : je fais des sites internet toute la journée. Mais attention, je suis informaticien, ni graphiste, ni rédacteur. En somme, je suis incapable de donner à un site l'aspect, le look, le design qui le rendra apprécié par les gens. Comprenez-moi bien, je sais me débrouiller avec un logiciel de retouche d'images, mais je suis loin derrière les graphistes professionnels qui travaillent avec moi.
Je suis tout aussi incapable de créer des textes accrocheurs, qui vont vendre ou rendre intéressant un site. De la même façon que pour le design, je sais écrire (la preuve en est fait sur ce blog), du moins aligner des mots pour former des phrases intelligibles, mais face à des pros de la pub je vaux pas grand chose.
Alors à quoi je sers ? Et bien, je lie le design et le contenu d'un site web.

Web-developpeur : le ciment d'un site internet
Quand vous venez sur https://racingstub.com, vous vous dites que c'est un site agréable à l'oeil, sans fioritures inutiles, gifs animés et mélange de couleurs douteux. Vous trouvez les articles proposés intéressants et le forum utile pour offrir votre avis au monde. Mais combien d'entre vous se sont déjà dit : houlala c'est super bien programmé, il y a peu de bugs, le site est pratique.
Le webdeveloppeur intervient à ce moment là, c'est lui qui en utilisant les différents languages qui lui sont offerts va mettre tout en oeuvre pour que le site que vous visitez vous soit agréables et pas qu'à l'oeil mais surtout à l'utilisation.
Mon métier c'est cela. J'essaierai de faire plusieurs articles sur mes techniques (ou plutôt les techniques standards) de programmation, notamment en Php, à l'avenir sur ce blog.

Informatique, football et femmes, tout ce qu'il faut pour un bon blog.

Coupe de la ligue, coupe à la c.. le retour

27/09/2006 13:58
721 lectures
J'osais pas le rêver et la ligue l'a fait... Non seulement elle continue de proposer cette coupe infâme et élitiste dans un calendrier qu'elle dit pourtant vouloir alléger à tout prix, mais en plus cette année elle innove...

L'exemption Aulas.
Alors attention, top : "je suis un président de club de foot français, je suis réputé pour mes prises de positions libérales sur le milieu, je suis le premier à me plaindre quand mon équipe "subit" ce que je pense être des injustices, je suis je suis ?? Jean Michel Aulas... 2 points pour le jeune homme au fond avec le maillot de foot blanc..."
Souvenez-vous l'ami Jean-Michel s'est plaint que son équipe reprenait le championnat trop tôt et se retrouvait privée de ses internationaux, partis prendre d'injustes vacances au lieu de trimer pour leur seul vrai employeur après avoir participé à cette tournée débile en Allemagne que certains appellent "Coupe du monde".
Par contre, qui a entendu ce même personnage se plaindre que la nouvelle formule de la coupe de la Ligue exemptait les deux clubs premiers du championnat de France l'année précédente de plusieurs tours de coupe de la ligue ?
Vous me direz il n'est pas honteux de ne faire rentrer les clubs en fonction de leur classement qu'à certains niveaux d'une coupe. Certes mais intéressons nous maintenant aux conséquences de cette décision pour des clubs d'un même niveau hierarchique.

Moins de fatigue ? Faites moins de matches
Bordeaux et Lyon étaient exempté du tour de coupe de la ligue. Etonnament ces deux équipes ont gagné leur matches de championnat contre deux équipes qui avaient elles par contre jouées en milieu de semaine.
Plus étonnant encore, ni les girondins ni les lyonnais ne menaient à la mi-temps, mais comme par hasard la baisse de régime physique ressentie en seconde mi-temps s'est révélée plus forte chez leurs adversaires avec pour conséquences la perte de la rencontre.

Décidément j'ai dû mal à apprécier cette coupe de la ligue et à comprendre qu'on puisse la laisser dans un championnat où l'on se retrouve obligé de faire une trêve hivernale raccourcie pour caser tous les matches du championnat. Enfin bon, ça donne toujours un espoir à certains de qualifier leur équipe pour l'Europe c'est bien là l'essentiel... Comment on dit déjà ? Ah oui, de la confiture pour les cochons...

Remarques à deux balles

29/01/2010 22:50
705 lectures

De la relativité des mains


Lors du dernier match de championnat de Montpellier à domicile (Montpellier-Nice / 1-0), on a assisté à un fait de jeu très important mais qui n'a pas bénéficié de l'écho qu'il méritait. L'attaquant colombien de la Paillade Montano a marqué un but de la main. Manque de bol, il s'est fait prendre par l'arbitre qui lui a mis un carton jaune pour ce magnifique geste.
Ce qui est étonnant c'est que cette main est à rapprocher de celle de Thierry Henry qui a fait couler tellement d'encre que ça en est devenu ridicule. Ici, quasiment rien. Trente secondes de discussions dans le Canal Football Club pour se demander si on aurait pas pu mettre un carton rouge au joueur pour ce geste. Pas plus.
On ose à peine imaginer l'exécution médiatique de l'arbitre, oui de l'arbitre, s'il n'avait pas vu la tricherie. Par contre, quid de la jurisprudence Fiorèse ? Pourquoi ne sanctionne t on pas à posteriori ce joueur de façon plus dure afin de dissuader ses collègues de retenter une telle expérience lors de futurs matchs ? Pourquoi n'entend on pas les pourfendeurs habituels des arbitres sur ce sujet ? Mystère...

A mort la coupe de ligue


Pierre Ménes, élu tête à claque préférée du PAF, a dit tout son désamour de la coupe de la ligue, pour notamment les conséquences qu'elle engendrait sur le calendrier, lors du dernier Danal Football Club. Il est remonté d'un coup dans mon estime cette homme là.
Bon après, il lui est plus facile de critiquer la Coupe de la Ligue dont le diffuseur est France Télévision que de demander le retour à 18 clubs de la L1, dont son employeur est le principal fournisseur d'oseille. Mais tout de même le geste est à saluer...

A mort l'amateurisme


Faire jouer le 16e de Finale de Coupe de France, 3 jours après un 32e qui a duré jusqu'au bout des tirs aux buts, au des amateurs de CFA de Colmar... Bravo bel esprit la FFF...
Organiser ce qui aurait dû être une grande fête pour toute une ville, un mercredi et non pas un samedi, à l'horaire de 18 h (pour que les pros de Boulogne puisse reprendre l'avion rapidement)... Bravo bel esprit la FFF...
Et sinon Colmar rejoue ce week end en CFA, à nouveau 3 jours après son élimination en coupe de France... Alors, pour les problèmes de calendrier, voir le point précédent...

Kanté...te et but...

14/01/2006 19:31
650 lectures
72e minute : je réactualise ma page sur le site de l'équipe, et je vois que Kapo qui balançait des gros coups de boutoir sur la défense du racing a réussi à convertir un centre d'un de ces coéquipiers...
Le moral est pas très haut. Mené à un quart d'heure de la fin, je me dis que comme d'habitude le racing va lâcher un maigre point sur le rocher... un point c'est pas grand chose mais quand on est au niveau de disette du racing c'est énorme...
Bref je me dis plein de chose puis je laisse tomber mon doigt penaud sur la touche F5 (pour les webophobe, ça réactualise ma page)...

75e minute : égalisation aussi improbable qu'imprévisible... Improbable car les stats ne parlaient pas en faveur du racing. Imprévisible car c'est Cédric Kanté qui, sur corner et de la tête, redonne un semblant de joie à mon visage (ouais je sais il en faut peu !). Youpiiiiiii !

Au final, le racing rentre avec un point du rocher, aurait pû espérer mieux, mais il ne faut pas être gourmand quand on a un aussi petit estomac.

Prochain match :
L'ennnnnnnemi messin.
Pronostic : 1-0 (soyons fous)




La Metz n'est pas encore dite.

20/01/2006 20:19
595 lectures
Tout supporter du RCS et de Metz vous le dira, certaines victoires ont des saveurs bien particulières et a contrario certaines victoires laissent un goût très amer.
Heureusement pour le Racing et ses supporters, c'est une victoire qui leur a tendu les bras.

Une première couche de crème
Je me souviens de plein de derby de l'est contre nos meilleurs ennemis. RCS - FC Metz, c'est un peu le France-Allemagne de l'habitant des bords du krimmeri. Alors une victoire, c'est un bonheur souvent total, qui se savoure accompagné d'une blonde (femme et/ou bière, selon vos capacités).

Une seconde couche de crème
Si cette victoire intervient dans le cadre d'un match à 6 points (faudra un jour qu'on m'explique pourquoi celui qui gagne ce type de match se fait arnaquer de 3 points ?) entre deux concurrents au maintien (plutôt qu'à la descente, positivons...), alors ça rajoute un peu de baume au coeur.

La cerise sur le gâteau
En plus, dans le même laps de temps, Ajaccio s'incline et prend une lanterne rouge que le RCS lui laisse sans regret. Sochaux, perd et voit son avance diminuer à 7 points, une montagne encore mais plus l'Everest....

Les personnages en sucre
On notera quand même dans ce match des choses marrantes :
- l'exclusion de Meniri : comment un joueur peut il espérer faire croire qu'il a un cerveau en réagissant de la sorte dans un tel match ?
- la chute de Le Pen sur le geste de Meniri : j'ai vu des italiens plus crédibles
- le penalty sur Diané : même s'il y a faute, l'arbitre aurait pu laisser jouer pour sanctionner une chute elle aussi un peu exagérée.
- Johansen qui marque un but en driblant des joueurs : je peux mourir maintenant, j'ai vu un truc (positif) étonnant au racing.

Une pincée de sel ?
Maintenant se présentent les girondins et leur jeu solide sans être flamboyant. Bien qu'un peu fatigué par la coupe de la ligue (je ferai un billet sur cette inutile coupe de la ligue un jour), ce déplacement ne s'annonce pas une sinécure. Une défaite à Lescure, combinée à une victoire de Sochaux contre les verts, et tout notre joli gâteau aurait un arrière-goût qui nous laisserait entrevoir de grosses aigreurs d'estomac.

Pronostic pour le prochain match
1-1 (je vous l'ai dit, positivons...)

A moins à Amiens

08/08/2006 23:46
591 lectures
https://racingstub.com/blogs/t/teuh/photos/rcs117-33cdf.jpg

Le mot était laconique : 04-08-06 licorne 20H. Une bafouille qui aurait laissé coi, la plus bavarde des rombières qui trainassent du côté de ma turne. Ce genre de devinette avait le don de m'enfler les roustons, l'absence de mot devait faire style barbouzes. Il fallait éviter que des types qui en avaient rien a carrer comprennent un message qui leur était pas destinés... J'vous jure y a des claques qui se perdent !
Bref, il fallait comprendre que le 4 Aout 06, rendez-vous était fixé au stade de la licorne d'Amiens à 20 heures pour y rencontrer les gugusses locaux qui poussent la baballe...

RCS au pays du rien.
Amiens, c'est pas le genre de ville où t'as envie de poser tes miches... C'est un peu comme Blois, tu dis que t'y passes mais tu t'y arrêtes pas...
Sans trop me défourailler, je trouve le lieu du rendez vous : le stade de foot... Truc bizarre que ce stade, on dirait que l'archi qui l'a pondu était sous amphét'. Il a casé des arches au dessus des tribunes, on dirait un panier à salade... L'avantage c'est que tu passes pas ton temps à regarder le décor et tu te concentres sur la verte...
Enfin normalement, parce que là faut croire que les onzes zigues du Racing, ils avaient décidés de faire preuve de curiosité et ils laissent les sieurs d'Amiens nous coller un pion dès la demi-heure. Incapables de réagir, les gars ressemblaient au FC Hospice du "Repos Eternel"... J'ai vu ma grand mère avoir plus de hargne que ces 11 lourdeaux là pour mordre son mari lorsqu'il s'agissait de choper la télécommande et mettre Dallas...

RCS ramène nib.
Finalement, le match se solda par une défaite mal venu du onzio (comme un trio mais à onze) d'outre Vosges... Ma mission était terminée, tristement terminée. Mon rapport serait salé mais honnête : on a été nul.
Il ne me restait plus qu'un élément à éliminer : Lucille Guillotin. La môme semblait gentille, mais son phrasé aurait fait passer Dary Cowl pour un membre de la Comédie Française. Elle possédait en plus un organe proche d'un chat se faisant les griffes à l'intérieur d'un tromblon. S'en était trop, une descente dans les locaux de la radio régionaliste et hop je lui faisais sauter les ratiches à coup de crosse. La déception de la défaite certainement, car votre serviteur n'est pas homme à se lacher sur une mousmé, sauf si elle le demande...

Prochaine mission : Pas de quartier contre Montpellier.

N.d.l. a : tout le texte est au second degré bien sûr.



Et un, et deux et même pas Troyes zéro...

28/02/2006 12:14
568 lectures
Alors voilà, il y a quelques semaines au sortir des deux matches nuls contre le PSG et Ajaccio, je criais au monde que le racing était en L2.
Et bien rien que pour m'embêter, v'là t'y pas qu'le RCS nous gagne deux matches de suites et revient à 4 points du maintien, faisant renaître un espoir que j'avais enfoui sous des tonnes de terre au fin fond de mon petit coeur...
Franchement, ça me dégoûte, on peut vraiment pas leur faire confiance à ces joueurs.

Honteuse, première mi-temps
Comme à son habitude, le racing commence fort la première mi-temps, en offrant une occasion à son adversaire, puis en mettant un pion, par notre (tardif) buteur Amara Diané.
Jusque là je me dis, c'est classique, de toute façon, ils vont baisser le pied et les occasions troyennes vont se faire crescendo en nombre et en intensité.
Même pas. Ce racing qui souffrait d'une sorte de peur panique quand il menait, nous offre un festival d'occasions en mettant à mal comme jamais son adversaire du soir.
Heureusement, l'inéficacité chronique devant le but est toujours là, et me conforte dans ma certitude que-troyes-ils-vont-en-mettre-un-en-seconde-période. L'arbitre siffle donc cette désastreuse mi-temps, après une dernière tentative de doubler la mise de nos joueurs préférés.

Troyes, sortez vous les doigts.
Connaissant l'enjeu, Jean Marc Furlan, la malchance du Racing, et l'alphabet (même si ça n'a rien à voir), je me dis que les Troyens vont enfin remettre les choses à leur place.
Ca recommence pas trop mal, car Kevin Gameiro vient s'ajouter à la liste des joueurs qui étant trop bons, doivent se blesser et si possible pour longtemps...
Les signes étaient favorables, mais le racing continuait d'avoir des occasions franches et Troyes rien. Nada. Nib de nib. Que dalle !
Et au moment crucial, c'est à dire les dernières minutes, là où tant de déception sont venues me submerger pendant de nombreux matches, Abdessaki a l'outrecuidance de mettre un second but, et de quasiment assurer au racing une victoire dans ce match crucial pour son avenir.
Puydebois réalise en plus un arrêt dans les arrêts de jeu empêchant Troyes d'effectuer un retour improbable dans le match.

Et maintenant, je fais quoi ?
Franchement, c'est pas sympa. J'étais résigné. J'avais même objectivé la descente en me disant que Brest ou Gueugnon c'est bucolique comme rencontre, qu'avec le cable et eurosport je pourrais voir plus souvent mon équipe préférée. Et hop, en deux matches, tout part en fumée, et je me remet à espérer comme une collégienne devant un autographe de M. Pokora...

Prochain match
FC Utaka - RCS : 4-1 (jamais deux sans Troyes pour Rennes)

Après Zidane, le déluge

29/04/2006 12:01
554 lectures
Zinédine Zidane arrêtera sa carrière après la coupe du monde. L'idole de tout un peuple, celui qui a donné à la France sa première coupe du monde, celui qui semblerait t il lui a permis de se qualifier pour celle de 2006, celui qui nous a régaler va s'arrêter de jouer... Au delà, de la tristesse qu'ont eu les amateurs de football et de la retraite bien méritée de ce joueur, on se retrouve nez à nez avec un problème Platinien...

Zidane, Zidane ou Zidane ?
Pour n'avoir pas su prendre ses responsabilité et pour contenter une masse qui pense que depuis 1998 la France se doit d'être championne du monde au mépris de la difficulté d'y arriver, le foot français va se retrouver dans le même état que lors de l'arrêt de la carrière de Platini.
Incapable d'avoir su préparer son avenir, l'équipe de France, les médias, le peuple tout entier a vécu avec les ornières du "Zidane ou rien". Un précepte qui a fait que seul Zidane est indispensable.
Si la qualification pour la coupe du monde a permis a tout le monde de croire que leur avis était le bon, la période post-Allemagne, risque de nous emmener dans un cul-de-sac qui ressemble fort à celui qu'on traversé nos voisins d'outre-rhin il y a une quinzaine d'année.
En 1990, l'équipe d'Allemagne est championne du monde et aucun sélectionneur n'osera dès lors proposer une place de titulaire à un jeune joueur dans la Manschafft. Trustés par une vieille garde, l'équipe d'Allemagne, va rencontrer en 1994 et 1998 des revers que le monde entier leur rabbattra en pleine figure. Ne sommes nous pas dans la même logique ?
2002 fut un exemple extrême même s'il fut plus la conséquence d'un trop plein de confiance, qu'une arrivée au bout du rouleau des membres de l'équipe de France. Mais le championnat d'Europe en 2004, même s'il a montré la fatigue de tous les grands joueurs européens, a aussi été un fantastique déni sur les capacités de notre équipe nationale a jouer une grande compétition.

Remplacer Zidane
Voyant peut être une fin de règne proche, Zinédine avait décidé d'en rester là au soir d'un pathétique France-Grêce. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Orphelin de son meneur de jeu, la France découvrait qu'elle n'avait jamais offert à d'autres joueurs la capacité de s'exprimer au poste du Dieu local du football. Meryem, Micoud, Dhorasso montraient qu'ils leur manquaient un petit quelque chose... De l'expérience certainement, mais surtout de ne pas être Zidane, et ça aux yeux d'un public gavé des ralentis de TF1 sur des contrôles que parfois des pupilles sont capables de réaliser, c'est impardonnable.
Son frère, ses sponsors, l'au-delà, on ne sait pas trop on donné à Zidane l'envie de revenir pour aider la France à se qualifier. La noblesse de ce geste ne pourra plus se réitérer. Et des équipes comme l'Ialie ou l'Ukraine pourrait se régaler de l'absence de notre meneur lors des prochaines échéances.
Il faudra donc emmener et faire jouer à la coupe du monde un joueur qui pourra le remplacer. Car ne nous leurrons pas, l'absence de Zidane sur la pelouse se traduit, en ce moment, par la descente en dessous de zéro du jeu de l'équipe nationale, alors qu'il n'est pas bien haut comparé à d'autres pointures mondiales.

Les solutions de rechange
Petit tour d'horizon des solutions qui existent :

Micoud : Un tempérament peu enclin aux compromis, ce qui lui donne un point commun avec le sélectionneur, mais surtout ce qui lui barre la route vers la sélection. Les prestations en équipe de France on souvent été celle d'un joueur évoluant dans l'ombre (à moins que ce ne soit ébloui par la classe) de Zidane. Son âge n'en fait pas un joueur d'avenir.

Dhorasso : Assez emprunté en sélection comme en club, Vikash ne semble plus en mesure de retrouver
le niveau qui était le sien à Lyon. Ces accélérations sont encore percutantes mais son volume de jeu a tendance à baisser le match avançant. Il semble pourtant apprécié par le sélectionneur ce qui lui donne une chance, mais ne solutionne pas le problème.

Meryem : une saison blanche en championnat barre, à celui à qui ont faisait porté la lourde charge de successeur de Zidane en équipe espoir, une sélection pour le rendez vous de juin. Cependant, il faudrait que Kamel retrouve un niveau de jeu qui pourrait en fare un successeur avec des qualités différentes mais réelles.

Pires : ahahah... autant espérer le retour de Platini. En plus, Robert se positionne plus comme un ailier que comme un véritable meneur de jeu.

Malouda : Même remarque que pour Pirès sur le positionnement sur le terrain, mais sa chance de selection dépasse largement celle du gunner.

Qui d'autre ?

Ribery bien sûr !
Ne nous leurrons pas, Franck Ribery doit aller à la coupe du monde. Il est actuellement le meilleur meneur de jeu français du championnat. Sans être un fan de Marseille, on ne peut démentir son impact sur le jeu de l'OM, et ses qualités naturelles de joueur.
Dôté d'une bonne technique, d'une jeunesse qui lui offre la fougue et un brin de folie dans ses gestes, il reste l'alternative à Zidane. Une plongée en coupe du monde pourrait lui donner l'occasion de montrer aux sceptiques l'étendu d'un talent qu'aucun autre joueur à ce poste ne possède en France.
Alors M. Domenech, je me pose comme un des 60 millions de sélectionneurs français : préparons l'avenir post-Zidane avec Ribery, emmenez-le en Allemagne !

Un arrière-goût de bouchon

25/01/2006 20:35
536 lectures
Bon, c'est vrai que je pensais que j'avais tirer un bon bordeaux... pas un Chateau-Yquem, pas un Pétrus, mais un Saint-émilion qui passe bien avec un morceau de fromage.
Léger, qui relève bien la saveur de l'aliment qu'on a en bouche... et puis non, sur la fin, le goût de bouchon... le truc qui rappelle le vin de la communauté européenne... bref la déception...

Cours Kevin, cours.
Le racing démarre sympathiquement. Une bonne attaque de palais... Kevin Gameiro (avant de le voir je l'imaginais brésilien, pourquoi ? chais pas, le nom peut être), plonge dans la défense bordelaise, bien lancé par Diané, se fait faucher par Ramé (pagayer, pagayer..), et hop penalty... Une bonne lampée après, on mène tranquillous 1-0.

Découpe Moslim, découpe.
Puis là chais pas, on arrive au milieu de la bouteille, et la fraîcheur du début s'estompe un peu. Une tête et on se retrouve à égalité. Ni mérité, ni totalement immérité, l'égalisation bordelaise arrive classiquement.
Et puis là notre nouvelle recrue egyptienne, me met des morceaux de sucre dans mon verre. Si je chope le salaud, qui a raconté à nos egyptiens, que les tacles par derrière lors des premiers matches n'étaient pas sanctionné dans le championnat de France, je le mange !!!

Perd, racing Perd.
Finalement la deuxième moitié de ma bouteille passera bien... jusqu'à la dernière goutte, très amère, limite vinaigre. Faubert qui n'a même pas eu la décence de sortir blessé sur le tacle pharaonique de la première mi-temps, plante une prune desespérée qui rentre... ça vous gâche un repas j'vous dis... juste la dernière goutte.
J'irais me fournir en L2 l'année prochaine c'est plus âpre comme goût mais au moins ça coute moins cher à l'achat...

Pronostic pour le prochain match
RCS-PSG 0-1 (champomy pour tout le monde...)



OMer... on a encore perdu.

20/12/2005 21:58
526 lectures
Nouvelle défaite du racing, la L2 plus que jamais l'avenir proche du club.
On pourrait s'arrêter là tant cette analyse succinte correspond depuis plusieurs mois à la situation du RCS. Mais poussons un peu plus loin l'analyse.

L'adversaire :
Un OM sur une pente ascendante, seule équipe à présenter un bilan sur les derniers matches comparable à celui de Lyon. Privé de leur star Ribeiry, il se présentait selon tout les observateurs pour chercher quelque chose chez l'avant-dernier de Ligue 1.
Disons le clairement, les lacunes de cet OM sont flagrantes, mais il bénéficie d'une chance ou d'une solidité (selon le camp de supporter auquel on appartient) qui lui permet de s'en sortir.
Fernandez fait (bien) ce qu'il peut avec ce qu'il a, mais généralement l'addition fini par arriver et elle est souvent salée. Il peut compter sur un appui de taille sur le terrain : Fabien Barthez. Ce dernier montre qu'il n'a rien perdu suite à sa suspension et ça n'arrangera pas les affaires d'un certain sélectionneur national au moment du mois de Juin, mais c'est un autre problème.
L'OM peut donc compter sur un Barthez pour tenir la maison derrière quand sa défense centrale plus que douteuse se retrouve dépassée, et sur un Niang qui semble retrouver le chemin du but. Sans être flamboyant le match de l'Om a été suffisant pour empocher les trois points, l'ouverture du score permettant par la suite les boulevards et les déboulés de Nasri et consorts.

Le Racing :
On pourrait prendre un commentaire type et le mettre en copier-coller pour chaque analyse du jeu du racing. De l'envie, du jeu et même du bon jeu par moment, mais une maladresse - malchance - manque de réussite (barrez les mentions non utilisées) qui ne lui permet pas de prendre les points qui lui faudrait.
Un racing beaucoup plus timoré en championnat qu'en coupe d'europe et qui finit toujours fatalement par commetre l'erreur qui permet à son adversaire de le dépasser au score.

Que faire ?
Je ne sais pas, et d'après moi personne ne le sais vraiment. Duguépéroux doit triturer son PES5 et son Football Manager dans tous les sens, rien n'explique pourquoi ça ne fonctionne pas. Et nous sommes comme lui, tristes spectateur d'un ascenseur annoncé vers la L2.

Que reste-t-il à sauver ?
Il reste l'Europe et les jeunes.
L'UEFA ! Le racing n'est pas une équipe suffisament habitué aux rencontres européennes ces dernières années pour ne pas donner tout ce quelle peut pour aller le plus loin possible dans cette compétition.
Gameiro, Schneider, Krebs, Faty, autant de noms qui viennent régulièrement peuplé la feuille de match cette saison et qui pourrait devenir encore plus présent l'année prochaine à l'étage inférieur. Beaucoup de bons joueurs du racing étaient issus de son centre de formation.

Prochain match et pronostic.
Lyon. 0-12 (ce n'est pas une faute de frappe)

Nouvelle saison = Pronostics à la con

16/08/2013 20:54
514 lectures
Alors voilà pour fêter le retour au moyen haut niveau de notre Racing favori et en ce début de saison je me lance dans une série de pronostics à faire pâlir un Pierre Ménes de jalousie.
Alors j'annonce froidement:

- Monaco champion de France (je mise sur le fait qu'ils n'ont pas la League des champions alors que le PSG est oune équipe qui é tayé poure la Champions Ligueuh ((c) Leonardo - 2012)

- Rennes équipe surprise du championnat : Le Nice ou Saint Etienne de cette saison. Ce prono est plutôt couillu mais je crois beaucoup en Montanier et en sa capacité à sublimer une équipe (cf ses précédentes saisons)

- Benzema sera le buteur décisif pour la qualification à la coupe du monde au Brésil. Alors là je crois surtout à la capacité d'Ancelotti a sublimer les joueurs. Et Karim, il a du talent (plus que son coiffeur en tout cas, WTF pour sa coupe actuelle !!!) mais il a besoin d'un climat bien moins tendu dans le vestiaire que celui de la dernière saison de Mourinho.

- Gourcuff fera une bonne saison (une moitié avec Lyon, une autre avec Arsenal). Je sais c'est un peu l'arlésienne du foot l'ami Yohann (Yohan ? Yohannnn ? pourquoi tant de n ?) mais j'y crois toujours, c'est mon côté naïf. Il sera vendu au mercato car Lyon, qui ne se sera pas qualifié pour la Champions League, aura toujours besoin de dégraisser. Ce pronostic sera celui qu'on pourra le plus rapidement vérifier....

Episode I - Marseille

10/08/2007 17:57
512 lectures
De retour de son purgatoire de ligue 2, après avoir perdu (sacrifié ?) en vol son commandant et ex-patator de l'équipe de France, le Racing se voyait proposer en reprise l'équipe présentée comme une des seules capables de mettre fin à l'hégémonie Lyonnaise : l'olympique de marseille.

Lire la suite...




Rennes Kumanaha

06/03/2006 12:22
474 lectures
Je sens qu'être supporter du racing en cette fin de saison va se confondre avec le mouvement d'un yoyo... Après 2 jolies victoires, le fil était enroulé et mon moral en hauteur, mais la défaite d'hier face à une équipe de Rennes qui va terminer le championnat en trombe, je me retrouve en bas du fil...
Heureusement, le match nul immérité (tant ils ont été dominés) d'Auxerre à Troyes laisse encore l'espoir que le fil peut se retendre et que je puisse remonter...

Et pourtant Utaka n'était pas là
J'avais brûlé de nombreuses statuettes à l'éffigie du grand Nigérian pour éviter sa présence sur le terrain du stade de la route de Lorient... Kumanaha (mon dieu africain-vaudou-qui-t'ensorcele-tout-ce-que-tu-veux) avait répondu à mes nombreux sacrifices de poulets et de chèvres en bousillant la patte de John (Il faudra d'ailleurs que je pense à repeindre le salon). Seulement voilà, du côté Rennais, des supporters ont dû filer des présents plus conséquents (des vierges peut-être) et c'est une équipe fantomatique du RCS qui est apparu sur le terrain.
La première mi-temps s'achèvant sur un score miraculeux de 0-0, on se disait que Jacky allait souffler dans les bronches des joueurs asthmatiques qui composaient son équipe du soir.

Mais dégage-le, ce balllloooooon
Deuxième mi-temps, les 11 zombies reviennent sur le terrain... En 5 minutes, Kumanaha m'abandonne et offre deux buts à Rennes, en ordonnant au pied de Rabo, de tenter un improbable je-sais-pas-quoi devant Kallström aux abords de la surface. Le suédois en profite pour mettre un but alors que l'égyptien n'a pas la décence de le tacler au niveau du genou comme il est capable de le faire... Briand (qui porte bien son nom) enfonce le clou, un but, mon moral, et l'équipe strasbourgeoise par la suite...
Je pars frénétiquement à la cuisine chercher de quoi faire une offrande à mon idole. Je ne trouve qu'un paquet de curly. Dans sa grande sagesse et connaissant mon goût immodéré pour ces apéritifs salés, Kumanaha permet à Kanté de rééditer sa tête de Monaco, mais n'offre pas un nul à mon équipe préférée... (des vierges, je suis sûr qu'ils ont offert des vierges...)

L'enseignement principal de la soirée, c'est que le racing est encore en course... mais s'il était le mieux placé il y a encore une semaine, il est maintenant devancé par une équipe de Metz qui est potentiellement à deux points du maintien (ça va fighter lors du Metz-Nancy en retard de cette semaine)

Prochain Match :
RCS - MUC : 2-1 (des poulets suédoises que je vais sacrifier cette fois...)

Episode VII - Lorient

25/09/2007 13:09
466 lectures
Mizou Mizou célèbre pétomane des Nuls avait pour habitude de dire "Ze ne suis pas oune machine" quand il souffrait d'une défaillance aérophagique... Avec un rythme de matches proche de la NBA, il était évident qu'un coup de pompe physique arriverait à un moment ou un à un autre...

Lire la suite...

Flux RSS Que du sexe, des femmes nues, des hommes nus, des animaux nus, bref le blog le plus intéressant du monde... et un poil de football et d'informatique aussi... mais nus évidemment.
teuh1308510950.jpg

teuh

Voir son profil complet

Archives

2014

2013

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005