Une nuit agitée

Une fois n'est pas coutume, dans mon article je vais vous parler de moi.
Après avoir suivi une discussion avec une cigogne https://racingstub.com/articles/17827-rcs-guingamp-cote-tribunes-4 , goûté le vin chaud qui n'a rien à envier à l'acide sulfuriquehttps://racingstub.com/articles/17849-rcs-bordeaux-cote-tribunes-3, et même être venu avec moi aux toilettes https://racingstub.com/articles/17833-rcs-dijon-cote-tribunes-5, aujourd'hui je vais vous faire vivre ma nuit agitée.
Attention départ dans troyes,deux,un...
Doucement, mon corps se laisse aller, je me détends. Mes paupières sont de plus en plus lourdes, mes yeux se ferment... ça y est, je suis endormi.

Dans mon rêve, je vais à la Meinau pour suivre notre club. Ce soir nous jouons face à Troyes.
Le stade est bouillant, le kop scande le nom de Kamara lorsque celui-ci vient s'échauffer avec Hours. Lorsque les autres joueurs accèdent à l'échauffement, le kop les encourage aussi.
Le match démarre, un tifo « nous ne sommes pas 11 mais des milliers » est hissé par le kop qui d'entrée donne le ton et fait lever le stade.
Malheureusement cela ne suffira pas. A la 17ème minute, Martinez commet l'irréparable en concédant un penalty. L'arbitre, jugeant son acte dangereux, sort le rouge sous les huées du public. Zut on est à 10. Darbion n'hésite pas et transforme le coup de pied de réparation.
Strasbourg subit le jeu, mais ne concède pas d'autres buts à la mi-temps que l'arbitre siffle sous les encouragements des supporters.
La deuxième mi-temps démarre. Le stade pousse et devient bouillant, et l'incroyable se produit. Seka transperce tout le côté et adresse un centre brossé du gauche sur Saadi qui, d'un retourné digne de papin, remet les compteurs à zéro.
Le match est engagé. Strasbourg souffre, mais le public est là. Il encourage Kamara qui après une mauvaise relance ne perd pas sa confiance et sort vainqueur d'un duel contre Suk. Les Troyens continuent de pousser et Kamara sort une tête à bout portant avec un réflexe incroyable. Gonçalvès, la tête bandée après un duel avec Herelle et un œil bleu à moitié clos récolté d'un coup de coude de Ben Saada, est au four et au moulin. Encouragé par le public, il décale le jeu sur Liénard qui, d'un coup de patte magistral, remet le cuir à Grimm à 20 mètres. Celui-ci n'hésite pas et envoie un missile hors de portée de Zelazny.
2 à 1 : le stade est en folie. Mangane à la 90ème se jette sur la ligne de but pour éviter l'égalisation des troyens.
L'arbitre siffle la fin, le stade exulte.

Par la suite, malgré quelques défaites (dont un humiliant 6 à 1 à Paris), Strasbourg fera quelques jolis coups (dont une victoire 7 à 0 contre Metz !) pour finir à la 16ème place. Le Racing décrochera son maintien grâce à ses joueurs soutenus par leur public qui leur aura permis de se dépasser, de travailler et de s'améliorer dans la confiance.
Laurey sera nommé entraîneur de l'année, Terrier sera nommé meilleur espoir de la saison, Liénard sera nommé révélation de l'année.

À ce moment-là, j'entends un cri. J’ouvre les yeux... zut ma fille est en train de pleurer, elle a dû faire un cauchemar. Je m'occupe d'elle et je retourne me coucher.

Puis je me reconnecte au pays des songes.

Dans mon rêve, je repars à la Meinau pour suivre à nouveau notre club face à Troyes.
Le stade est plutôt calme ce soir. Quand Kamara fait son entrée sur le terrain, une partie du public se met à le siffler.
Lorsque les joueurs accèdent à l'échauffement, le kop les encourage mais le stade ne semble pas suivre.

Le match démarre, le kop essaie de mettre l'ambiance mais la mayonnaise ne semble pas prendre. Seka, en ratant un contrôle, laisse filer Ben Saada au but et Martinez commet l'irréparable en concédant un penalty. L'arbitre, jugeant son acte dangereux, sort le carton rouge. Darbion n'hésite pas et transforme le coup de pied de réparation.
Strasbourg se met à subir le jeu et encaisse un deuxième but après un centre mal repoussé par Kamara.
Deux à zéro, l'arbitre met un terme à cette première mi-temps sous les sifflets de la foule.
La deuxième mi-temps démarre. Le kop essaie tant bien que mal d'encourager l'équipe mais le public ne suit pas et préfère siffler Kamara dès qu'il a le ballon. Mangane a droit lui aussi aux huées car son jeu long est jugé trop faible par les supporters.
Saadi manque l'immanquable sur un centre en retrait de Liénard. En fin de match, Mangane est exclu en position de dernier défenseur après avoir tiré le maillot de Suk qui venait de dribbler le gardien.
Suk se fait justice lui-même en piégeant Kamara d'une panenka plutôt mal exécutée.
L'arbitre siffle la fin du match dans la broncha strasbourgeoise sur le score de 3 à 0 dans un stade qui s’est vidé après le dernier but.

La suite de la saison sera très compliquée. Gonçalvès se blessera à Paris, Laurey démissionnera après la défaite 2 à 0 face à Metz (doublé de Cohade), Liénard n'arrivera plus à rien, le stade de la Meinau sonnera creux.
Le lendemain de la 34ème journée, le journal l'Equipe titrera : « Strasbourg, le retournement complet, que s'est il passé ? »
Le Racing finira 19ème devant Troyes et derrière Lille.
Au soir de la 38ème journée, Dariuslife écrira quatre lettres sur le stamm : « AhAh »

Je me lève en sursaut, tremblant, en sueur, il est quatre heures.
Je prends mon livre pour me changer les idées, puis me rendors en lisant.

C'est à ce moment-là que Shakira viend se lover auprès de moi...


à tous les supporters moi je préfère être acteur de mes rêves que spectateur de mes cauchemars.
Notre salut viendra grâce au feu que l'on mettra dans notre enceinte mythique, faisons du bruit, encourageons nos joueurs et ensemble allons chercher cette satané 17 place ou mieux !
Un grand merci à elizzz pour la correction !

tikko67

Commentaires (2)

Flux RSS 2 messages · 585 lectures · Premier message par islay · Dernier message par tikko67

Commenter

Flux RSS Le stublog de tikko67 : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
images.png

tikko67

Voir son profil complet

Archives

2018