Coupe du Monde 2018

Flux RSS 430 messages · 51.342 lectures · Premier message par samh · Dernier message par captainflirt

  • La Fifa a distribué les bénéfices du Mondial au prorata des minutes joués par les joueurs des différents clubs.
    Ici l'article de Jérôme Latta http://latta.blog.lemonde.fr/2018/12/08/les-benefices-de-la-coupe-du-monde-ruissellent-sur-les-gros-clubs/

    On y voit que le Racing va toucher 76 410 EUR. Mais je n'ai pas le souvenir de joueur du club à la dernière Coupe du Monde ? Kawashima n'était pas encore à Strasbourg et Boutaïb n'y était plus.
    Il y avait quelqu'un d'autre de sélectionné ?
  • Je pense qu'il s'agit de Kawashima, qui n'était déjà plus sous contrat avec Metz depuis le 30 juin, mais cela reste à confirmer
  • Je trouve cette histoire de redistribution des bénéfices fascinante. Elle illustre à merveille le système d'économie capitaliste d'une façon accessible à tous : plus t'es riche plus t'es riche, plus t'es pauvre plus t'es pauvre. C'est magique.

    La théorie du ruissellement, grande théorie des économistes et liberaux de droite, qui prétend que l'enrichissement de quelques uns bénéficie en réalité au plus grand nombre devient parfaitement grotesque quand on imagine le bénéfice reversé à des clubs comme le Real (qui vient encore d'accueillir la finale de la Copa libertadores on ne sait pas trop par quelle opération d'actionnariat) en comparaison aux petits clubs comme le racing.

    Tout le monde en profite ? Blague. Regardons donc l'écart qui se creuse entre ces 2 clubs avec de telles opérations : le Real est encore plus riche. Le racing est encore plus pauvre par rapport au Real.
    Magique.
  • C'est un sujet complexe. Les joueurs appartiennent aux clubs, donc ils sont en droit d'espérer une compensation financière. Je me rappelle de l'image assez juste d'Arsène Wenger (je crois que c'était lui) qui disait en gros que lorsque les équipes nationales lui prennent ses joueurs et les rendent blessés, sans aucune compensation, c'est comme si on empruntait ta bagnole, qu'on te la rend cabossée et sans essence et qu'on refuse de te dédomager... Après évidemment qu'un joueur international voit aussi sa valeur augmenter.

    Et si ça permet d'éviter le cas extrême qu'on observe en NBA, c'est à dire des joueurs qui n'ont tout simplement pas le droit, d'après leur contrat, de jouer avec leurs pays, je trouve que c'est un moindre mal. Parce que des Coupes du Monde avec des joueurs de Ligue 2 ça ferait bizarre...
  • captainflirt1306402755.jpg
    Modifié par captainflirt ·
    captainflirt • 38 ans
    "les joueurs appartiennent aux clubs"

    Méfions nous de ce genre d'expression : les joueurs appartiennent à personne, ce sont des êtres humains. Personne ici n'appartient à son entreprise sauf si tu bosses chez les Okpara.

    "Les [sélections] les rendent blessés, sans aucune compensation"

    Prudence avec ça, déjà on n'en sait rien (assurances, versement de bénéfices, goodies, places VIP dans les compèt, défraiements lors des compétitions internationales,...).

    De manière générale, je trouve cette attitude des clubs vis à vis des sélections très représentative du monde du business qu'est le foot.
    Les sélections, c'est les fédérations, l'essence même du foot, des licenciés, de la passion.
    Empêcher un joueur d'aller en sélection c'est comme empêcher un salarié d'avoir une vie privée à côté de sa boîte, de s'engager dans une association, de faire des gosses, d'avoir des amis. Parce que c'est trop risqué pour le business.

    Wenger je l'accorde est bien de cette trempe de businessman. Il fait parti des pionniers du foot moderne qui ont fait leur beurre en piquant de très jeunes joueurs à des centres de formation européens, laissant de côté l'idée du foot passion locale en allant jusqu'à n'avoir aucun joueur anglais aligné sur la pelouse.
    Ça a toujours été un escroc intellectuel : non seulement, il doit sa notoriété en France au simple fait qu'il a drainé beaucoup de joueurs ante et post France 98, Henry en tête, mais en plus, il était bien le premier à occuper un autre emploi quand il y avait des matches de sélection en jouant les consultants sur TF1. C'est la définition même de l'expression : "l'hôpital qui se fout de la charité."
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.