[2019-2020] Reims - RCS | Avant-match

Flux RSS 47 messages · 10.713 lectures · Premier message par redaction · Dernier message par gogic

  • tecumseh a écrit, le 17/08/2019 12:47 :
    Un nul serait fabuleux ? Eh bien nous sommes tombés si bas ?


    Ce qui est sur c'est qu'on est loin d'être favori. Match très compliqué en perspective
  • Bah faut être honnête, on a eu un bon quart d'heure contre le Maccabi puis une belle action contre Metz et sinon tu as vu quelque chose de bien en ce début de saison ? Plovdiv c'était plus que faible et on s'en sort avec deux 1-0 "seulement".
    Le premier vrai test de la saison c'est pas Francfort c'est Reims qui a largement fini devant nous la saison passée et qui est super cohérent.
    En l'état des lieux on va se faire retourner 3-0.
  • Corgnet et Zohi, tous deux laissés au repos, ne sont pas le groupe, au contraire de Zemzemi et Botella.
  • Donc mieux vaut rester à la maison
  • athor a écrit, le 17/08/2019 14:11 :
    Corgnet et Zohi, tous deux laissés au repos, ne sont pas le groupe, au contraire de Zemzemi et Botella.


    Corgnet, ça se comprend; Zohi, pourquoi? Je suis d'avis que le championnat est prioritaire, c'est le gagne-pain hebdomadaire du club... Reims est une bonne équipe mais il faut y aller pour récupérer les points perdus contre Metz. Le Racing a beaucoup de mal à gagner en championnat depuis janvier (j'ai lu sur le site de la LFP que Laurey a 26% de victoires en L1). La composition contre Metz était assez frileuse au départ; il faut partir avec plus d'ambition! Si l'on veut retrouver la Ligue Europa la saison prochaine, autant que ce soit par le championnat, les coupes sont toujours aléatoires.
  • Ce message est une brève publiée par athor, via L'Alsace :
    Le groupe strasbourgeois face à Reims: Sels, Kamara, Lala, Simakan, Mitrovic, Djiku, Carole, Koné, Ndour, Sissoko, Martin, Thomasson, Liénard, Bellegarde, Zemzemi, Ajorque, Da Costa, Botella, Mothiba
  • S il prend botella c est qu' il veut un option avec un finisseur
    Il doit déjà avoir une tactique en tête s il n envisage pas de passer par les côtes avec zohi
    Ce sont des choix purement tactiques
  • Corgnet et Zohi sont laissés au repos, il n'y a rien de tactique...
  • Oui, et puis la tactique, on est à 99% sur que ça sera un 541, éventuellement un 532, si Laurey est d'humeur fofolle
  • Ce message est une brève publiée par benjaminh68, via SO SDR :
    Le groupe rémois face au Racing: Lemaitre, Rajkovic, Abdelhamid, Disasi, Foket, Konan, Cassama, Chavalerin, Dingome, Doumbia, Kamara, Mbemba, Romao, Sissoko, Dia, Mbuku, Oudin, Suk.
  • schillou a écrit, le 17/08/2019 13:20 :
    Bah faut être honnête, on a eu un bon quart d'heure contre le Maccabi puis une belle action contre Metz et sinon tu as vu quelque chose de bien en ce début de saison ? Plovdiv c'était plus que faible et on s'en sort avec deux 1-0 "seulement".
    Le premier vrai test de la saison c'est pas Francfort c'est Reims qui a largement fini devant nous la saison passée et qui est super cohérent.
    En l'état des lieux on va se faire retourner 3-0.


    Souviens toi que le Racing a la fâcheuse (ou remarquable, c est selon les rencontres) de se mettre au niveau de l adversaire...
    pour le moment l objectif européen est rempli avec ces deux tours passés. Faire match nul à domicile contre une équipe défensive est tout sauf alarmant dans un début de saison pareil.
  • J'aimerais un 4-4-2 losange ou 4-3-3 selon le positionnement de Thomasson.
    Faudra aussi reposer Mitrovic un jour donc je pense que ça sera aujourd'hui (le jour du saigneur)

    Equipe


    C'est pas exclu que Laulau fasse jouer Zemzem dans sa benz benz benz et qu'on danse la Bostella en fin de match.
  • Lu dans getyourguide.fr Mettez vous au sport ce matin

    Le RC Strasbourg est une attraction populaire de la ville
    L'équipe joue au football au stade de la Meinau et bien qu'elle ai été en petite forme ces dernières années, elle est l'une des seulement 6 équipes à avoir gagné les 3 trophés français majeurs

    Encore des connaisseurs en football !!!
    ALLEZ RACING
  • Un article qui n’a rien d’exceptionnel mais qui rappelle quelques éléments qui font l’essence du stade de Reims

    Un jour, un club : Comment le Stade de Reims a (en partie) façonné le football moderne ?
  • Je me contente volontiers d'un vieux 0-0 à Reims.
    Meme inconsciemment , la double confrontation face à Frankfurt doit être dans les têtes. Pour certains joueurs , la chance de jouer une coupe d'Europe ne se présentera peut-être plus jamais.

    Je me demande pourquoi Zohi n'est pas dans le groupe par contre, en 15 minutes en fin de match il peut apporter beaucoup. Une titu en vue jeudi soir prochain ?
  • Je pense que si un DC doit être mis au repos c'est Koné, qui a enchainé les titularisations depuis le début précoce de la saison, et dont on aura grandement besoin jeudi, en tant que notre défenseur le plus solide à ce stade.
  • Ils y a un risque qu'ils jouent de nouveau avec des sceaux d'eau sur la tronche.....
    Laurey emmène mothiba et bottela....en plus de DaCosta et ajorque, avec zohi en plus ça ferait bcp.....
  • @ricalewis67 Je pense aussi que Zohi est préservé pour une titularisation jeudi avec Ajorque. On devra marquer et sa vivacité peut faire mal, plus que Da Costa en ce moment. Comme cet après-midi, on se contenterait d'un 0-0, autant faire jouer Nuno !

    J'espère néanmoins qu'il ne préserve pas Corgnet pour une titularisation jeudi où il sera trop juste. Mais je n'y crois pas !
  • Je pense que notre problème n’est pas vraiment le 3-5-2. On a l’effectif pour le jouer, mais il faut le jouer correctement, ce qui n'est pas le cas depuis le début de saison.

    Cela commence par un pressing coordonné et quasi permanent, avec un pressing des deux attaquants sur les latéraux (l’un sur le latéral, l'autre qui bloque-gêne le retour du ballon dans l'axe), accompagné d'une poussée de notre milieu de côté et de notre latéral sur les relais courts du latéral adverse, le tout suivi d'un placement haut de nos défenseurs centraux excentrés pour bloquer les relances plus longues. Si cela est bien exécuté, il y a alors deux options à la récupération, et le choix entre l'une et l'autre dépend de la réaction adverse : soit notre pressing a créé une situation de surnombre dans un espace réduit et nous devons jouer court et au sol pour en profiter en quelques passes, soit l'adversaire a réagi en reculant et déplaçant son bloc sur le côté attaqué, et nous devons alors chercher au plus vite le renversement de jeu. C'est l’idée classique derrière le 3-5-2, qui poussée à l’extrême, donne de plus en plus souvent lieu à des mises en place en 3-4-3. Contrairement à une idée reçue, c’est un schéma extrêmement offensif. Notre bilan offensif de l’an dernier le montre par les chiffres. Le second impératif, mais qui s’applique à tous les schémas, c’est de gagner les duels.

    L’inconvénient est évidemment l’énergie consommée par les jambes et les têtes. Il faut beaucoup courir et garder un esprit conquérant de bout en bout, être en confiance et avoir envie de marcher sur son adversaire. À partir du moment où les courses ne sont plus réalisées et coordonnées, l’adversaire va pouvoir profiter des déséquilibres naturels du schéma, notamment les espaces dans le dos des latéraux. C’est là qu’on se retrouve en 5-3-2, puis souvent en 5-4-1 avec un attaquant qui décroche pour compenser la largeur, et donc désarmés. Ce n’est pas forcément un problème de limiter le pressing et de redescendre par moment pour reprendre son souffle, c’est même nécessaire, mais il faut savoir le gérer.

    À l’heure actuelle notre pressing n’est pas à la hauteur. L’une des raisons est selon moi le positionnement de Thomasson en soutien d’un seul attaquant, qui donne à notre schéma des allures de 3-5-1-1, est limite la capacité de pressing de notre premier rideau. Ajorque est trop souvent seul pour presser le latéral, ce qui permet à l’adversaire de repasser facilement par l’axe pour sortir de « l’étau ». Cela décourage également les intentions de pressing haut de nos milieux et de nos latéraux, et fait accessoirement beaucoup courir notre attaquant dans le vide. Parallèlement, notre défense ne dégage pas une immense sérénité dans les duels et la gestion de la profondeur, ce qui limite également les intentions de tout le monde au pressing.
    Je pense aussi qu’un milieu avec pointe basse n’est pas adapté à ce schéma. C’est un joueur en moins pour chercher l’adversaire dans son camp, et les trois centraux doivent pouvoir gérer la relance sans un « parrain » technique dans leur zone. Par ailleurs, avec trois axiaux derrière lui, Martin a forcément une option en moins devant lui. Prcic avait le même souci l’an dernier.

    Contre Metz, Laurey n’a cessé de crier à ses joueurs « Avancez ! allez les chercher ! », donc je ne doute pas une seconde que nos difficultés au pressing soient identifiées. Pour ce match à Reims, Laurey a emmené quatre attaquants axiaux, donc j’ai bon espoir de revoir l’équipe jouer avec deux attaquants et Thomasson. A priori, Reims va jouer en 4-2-3-1, schéma particulièrement adapté au 3-5-2, donc un changement de dispositif n’est pas non plus à exclure. D’autant que cela mettrait un peu les allemands dans le flou avant jeudi.
  • lamazonienbleu a écrit, le 18/08/2019 12:34 :
    @ricalewis67 Je pense aussi que Zohi est préservé pour une titularisation jeudi avec Ajorque. On devra marquer et sa vivacité peut faire mal, plus que Da Costa en ce moment. Comme cet après-midi, on se contenterait d'un 0-0, autant faire jouer Nuno !

    J'espère néanmoins qu'il ne préserve pas Corgnet pour une titularisation jeudi où il sera trop juste. Mais je n'y crois pas !


    Pour viser un 0-0 il vaut mieux jouer avec Zohi qu avec Da Costa, au vu de l implication défensive de l’un et de l autre...
  • remetter a écrit, le 18/08/2019 12:40 :
    Je pense que notre problème n’est pas vraiment le 3-5-2. On a l’effectif pour le jouer, mais il faut le jouer correctement, ce qui n'est pas le cas depuis le début de saison.

    Cela commence par un pressing coordonné et quasi permanent, avec un pressing des deux attaquants sur les latéraux (l’un sur le latéral, l'autre qui bloque-gêne le retour du ballon dans l'axe), accompagné d'une poussée de notre milieu de côté et de notre latéral sur les relais courts du latéral adverse, le tout suivi d'un placement haut de nos défenseurs centraux excentrés pour bloquer les relances plus longues. Si cela est bien exécuté, il y a alors deux options à la récupération, et le choix entre l'une et l'autre dépend de la réaction adverse : soit notre pressing a créé une situation de surnombre dans un espace réduit et nous devons jouer court et au sol pour en profiter en quelques passes, soit l'adversaire a réagi en reculant et déplaçant son bloc sur le côté attaqué, et nous devons alors chercher au plus vite le renversement de jeu. C'est l’idée classique derrière le 3-5-2, qui poussée à l’extrême, donne de plus en plus souvent lieu à des mises en place en 3-4-3. Contrairement à une idée reçue, c’est un schéma extrêmement offensif. Notre bilan offensif de l’an dernier le montre par les chiffres. Le second impératif, mais qui s’applique à tous les schémas, c’est de gagner les duels.

    L’inconvénient est évidemment l’énergie consommée par les jambes et les têtes. Il faut beaucoup courir et garder un esprit conquérant de bout en bout, être en confiance et avoir envie de marcher sur son adversaire. À partir du moment où les courses ne sont plus réalisées et coordonnées, l’adversaire va pouvoir profiter des déséquilibres naturels du schéma, notamment les espaces dans le dos des latéraux. C’est là qu’on se retrouve en 5-3-2, puis souvent en 5-4-1 avec un attaquant qui décroche pour compenser la largeur, et donc désarmés. Ce n’est pas forcément un problème de limiter le pressing et de redescendre par moment pour reprendre son souffle, c’est même nécessaire, mais il faut savoir le gérer.

    À l’heure actuelle notre pressing n’est pas à la hauteur. L’une des raisons est selon moi le positionnement de Thomasson en soutien d’un seul attaquant, qui donne à notre schéma des allures de 3-5-1-1, est limite la capacité de pressing de notre premier rideau. Ajorque est trop souvent seul pour presser le latéral, ce qui permet à l’adversaire de repasser facilement par l’axe pour sortir de « l’étau ». Cela décourage également les intentions de pressing haut de nos milieux et de nos latéraux, et fait accessoirement beaucoup courir notre attaquant dans le vide. Parallèlement, notre défense ne dégage pas une immense sérénité dans les duels et la gestion de la profondeur, ce qui limite également les intentions de tout le monde au pressing.
    Je pense aussi qu’un milieu avec pointe basse n’est pas adapté à ce schéma. C’est un joueur en moins pour chercher l’adversaire dans son camp, et les trois centraux doivent pouvoir gérer la relance sans un « parrain » technique dans leur zone. Par ailleurs, avec trois axiaux derrière lui, Martin a forcément une option en moins devant lui. Prcic avait le même souci l’an dernier.

    Contre Metz, Laurey n’a cessé de crier à ses joueurs « Avancez ! allez les chercher ! », donc je ne doute pas une seconde que nos difficultés au pressing soient identifiées. Pour ce match à Reims, Laurey a emmené quatre attaquants axiaux, donc j’ai bon espoir de revoir l’équipe jouer avec deux attaquants et Thomasson. A priori, Reims va jouer en 4-2-3-1, schéma particulièrement adapté au 3-5-2, donc un changement de dispositif n’est pas non plus à exclure. D’autant que cela mettrait un peu les allemands dans le flou avant jeudi.


    C’est comme toujours une très belle analyse et maintenant que le match de Reims est passé on a pu se rendre compte de ce que tu disais.

    J’ai trouvé cependant l’équipe plus impliquée par moment dans ce pressing mais malheureusement il y avait toujours un joueur en retard ce qui permettait aux rémois de sortir tranquillement.
  • Excellente analyse @remetter. Tout à fait d'accord.
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.