Coronavirus

Flux RSS 219 messages · 21.972 lectures · Premier message par superdou · Dernier message par moderateur

  • Merci @tikko67 pour ce message. Ca fait du bien de lire ça enfin… C’est assez impressionnant cette peur, cette ambiance de fin du monde, ce décompte des morts un par un, cette exagération, cette dramatisation sur les réseaux sociaux.

    Bien sûr que tous ces décès sont regrettables et tristes. Bien sûr qu’il est important de protéger les gens vulnérables (les mesures ont été prises). Bien sûr que ce virus est apparemment très contagieux et c’est ce dernier point qui est problématique, plus que sa sévérité. Mais il y a une réaction des gens méga surdimensionnée pour ce qu’il se passe en ce moment. Pourquoi pas une telle remise en question sociétale quand des milliers de gens meurent chaque année par exemple de la pollution, des conditions de travail ou d’autres maladies ?

    Ah oui tant que ça touche pas à sa petite vie tranquille de classe moyenne on s’en fout. Là ça vient bouleverser notre mode de vie, notre économie, notre ultra libéralisme, notre mondialisation frénétique. On se rend compte qu’un pays dont on est ultra dépendant et qui est ultra polluant propage malgré lui un virus. En raison de pratiques détestables telles le braconnage. Et on se rend compte que ça se propage vite un virus avec des millions de gens dans des avions, toujours à faire du business ou à se dorer la pilule à l’autre bout du monde.

    On se rend compte qu’on peut vite tomber malade en vivant les uns sur les autres dans des énormes villes et en ne respectant pas des règles d’hygiène pourtant basiques. On se rend compte qu’on sait pas se débrouiller soi-même, qu’on sait pas cuisiner, qu’on sait pas se soigner, qu’on sait pas respecter des règles basiques car on est égoïstes, qu’on est ultra dépendant à plein de spécialistes qui nous aident à vivre et à nous maintenir en forme. On se rend compte qu’on ne sait pas comment se retrouver avec soi-même, sans être en permanence diverti par quelqu’un ou quelque chose.

    L’ironie de l’histoire c’est bien l’Italie : la partie pauvre (le Sud) qui demande aux riches (le Nord) de ne pas venir chez eux propager la maladie que ces mêmes riches ont ramené. Cette fois ce ne sont pas les pauvres les pestiférés qui ramènent des microbes. Et ça nous fait tout bizarre !

    Alors oui, pourquoi pas un vrai changement au final ? Pourquoi ne pas rebondir sur cette situation pour changer des choses ? J’ai un petit espoir au fond de moi ! Se retrouver, changer sa façon de vivre, profitez de ces moments pour se remettre en question. Non nous ne sommes pas en guerre et n’avons pas à l'être pour être efficace. Laissons passer ce micro organisme, malgré ses conséquences. C’est un accident de parcours comme il peut en arriver, retirons-nous ces quelques semaines pour réfléchir et revenons plus intelligents.
  • D'accord avec @zvain et @tikko67
    Au-delà des drames pour les personnes qui vont malheureusement mourir de cette pandémie, cela va obliger (j'espère) tout le monde à une profonde réflexion sur le modèle dans lequel on évolue.
    Et les contraintes que l'on subit aujourd'hui sont également une bonne préparation pour d'autres contraintes à venir, si on veut bien s'occuper de l'avenir de nos enfants et pas seulement profiter sans limites des bienfaits de notre civilisation industrielle.

    Pour le reste, il s'agit maintenant de soutenir au maximum nos soignants et respectant toutes les consignes.
    Le temps de réaction a peut-être été un peu trop lent, mais pas non plus scandaleux quand on se compare à tous les autres pays.

    Le vrai scandale ce sont les masques pour les soignants (à minima) et pour les personnes qui restent en contact permanent avec le grand public.
    Mais là aussi, nous ne sommes pas les seuls, la première puissance mondiale est déjà en panne de masque et ils ne sont qu'au début de la pandémie.
    C'est plutôt le modèle économique qu'il faut interroger.
  • 53a951752c0ea.jpeg
    Modifié par father-tom ·
    father-tom • 37 ans
    Je suis consterné de lire que ça parle encore d'exagération ou de dramatisation ici ou qu'il faut laisser passer ce micro-organisme...
    A partir de combien de morts on passe de la dramatisation au drame ? C'est une histoire de quota à l'instant T ou d'évolution?

    J'ai pris avec légèreté le début de la pandémie par rapport aux chiffres de contagiosité ou de mortalité, sous-estimés, quand elle venait de se déclarer. Mon regard a nécessairement changé depuis. Nous ne pouvons que constater l'évolution de la situation. Elle aide quand même à ouvrir un minimum les yeux sur la progression de cette maladie et ses conséquences.

    Les images qui nous viennent de Bergame ne sont pas des mises en scènes avec ces camions militaires qui transfèrent des corps par manque de places : elles relèvent d'un drame et pas d'une dramatisation. La progression a été très rapide et meurtrière en Italie (touchée avant nous), avec 475 décès en un jour le 18/03. Ce n'est pas Twitter qui a tué ces gens ou une exagération des réseaux sociaux. Nous prenons ce chemin de gravité en France si nous continuons à nous comporter ainsi, ou à penser que tout cela est exagéré.

    J'ai un membre de famille qui a été contaminé. Des amis qui travaillent dans des hôpitaux et qui m'expliquent la gestion très problématique des malades (capacité d'accueil et afflux croissant) et aussi la gestion des morts avec leur évacuation. La place manque pour les cercueils... @mediasoc a montré une vidéo très intéressante pour expliquer l'enjeu et le péril sur ce type de virus qui progresse masqué, entre les cas officiels et les cas réels, et avec un temps d'avance... x 27. Mais on arrive à lire ici des "exagérations" ou "dramatisation" ou des "laissons passer...".

    Je suis sûr que si l'on sonde les idiots (désolé du terme) qui n'ont pas respecté le confinement au prétexte du beau temps, 98% seraient d'accord avec ces termes et ces idées. Je trouve irresponsable de tenir des propos minimisant une situation aussi sérieuse, constatée et non fantasmée, dans une période où il y a déjà suffisamment de légèreté coupable.

    J'espère que nous apprendrons de ce qui est en train de se passer dans le rapport à soi, à l'autre, au sens des priorités, au lien entre nous.
    Cependant cette rengaine sociale permanente est fatigante. Dire que les riches ont ramené ce virus et parler d'ironie économique.... L'économie : question ultra secondaire, avec ce blackout presque généralisé. Le virus ne choisit pas, il n'y a pas que des Ferrari à Bergame ou en Lombardie et des Fiat 500 dans les Pouilles, et uniquement les millionnaires qui aiment voyager et découvrir des lieux, des cultures, des pays pour 'la mondialisation folle' ou 'se dorer la pilule'. Tout le monde peut être amené à voyager.
    Arrêtons avec ces histoires dans un moment comme cela qui devrait réunir tout le monde et ne plus opposer les gens. Parler d'ironie entre le Nord et le Sud, sous fond de lutte socio-économique des classes, dans ce contexte, avec ces morts, des hôpitaux débordés, des proches qui peuvent être malades (si nos proches sont des salauds de riches, c'est moins grave, on a compris l'idée), la contagion très forte. Je suis dépité par ces obsessions. La question est ailleurs, en ce moment.

    Tout comme parler de braconnage, des voyages "business" ou de "dorage de pilule" (???) pour établir une sorte de lien capillotracté sur ce qui se produit avec un virus déclaré sur un marché chinois (et pas à Wall Street)... Il faudrait devenir tous vegan, arrêter de voyager en s'ouvrant aumonde, arrêter les échanges culturels permis par les voyages, etc. S'il y a des enseignements après ce que nous traversons, ils se situent à mon sens un peu ailleurs que ce genre de position.

    J'espère en tous cas effectivement que cette situation changera notre regard dans le bon sens, mais j'ai un peu peur que cela parte dans tous les sens.

    Vivement que l'on puisse reparler de foot aussi ici, car un désaccord sur un 4-4-2 ou un 5-3-2 est un peu moins grave que certains propos sur des sujets autrement plus sérieux.

    Au-delà des positions de chacun ou de votre situation sociale, portez-vous bien tous autant que vous êtes !
  • Bertin1.gif
    Modifié par mrjulian ·
    mrjulian • 27 ans
    Une vidéo de trois minutes explique bien la propagation.

    :
  • zvain1318799508.jpg
    Modifié par zvain ·
    zvain • 34 ans
    @father-tom navré d'apprendre ta consternation. Mais heureux de lire ces injonctions à ce que tout le monde soit ensemble et réuni, c’est pas trop tôt ! On place désormais le bon sens collectif au-dessus des comportements égoïstes, à la bonne heure (en fait non un peu tard) ! Tout d’un coup on donne des leçons à ceux qui réagissent pas de la manière "adéquate". Dommage qu’il faille qu’on soit touché de plein fouet pour avoir ce genre de réaction. On aurait aimé cette recrudescence de comportements fraternels pour d’autres sujets tout aussi graves.

    Bien sûr que certaines familles sont touchées et endeuillées, j’en suis tout aussi triste que toi, figure-toi. Pas la peine de médire ceux qui auraient une analyse différente de la tienne qui est apparemment la seule vérité qu’il faudrait entendre. Quant à "laisser passer le micro-organisme", oui à moins que tu aies un bouclier anti-coronavirus, ce genre d’organisme va forcément continuer son chemin et circuler et les mesures nous permettent d’aplatir la courbe, pas de l’éradiquer en un claquement de doigt.

    Je me doutais que les termes "exagération" et "dramatisation" feraient réagir. Tant mieux ! Si l'on considère la réaction actuelle comme "normale" alors on devrait toujours réagir de la même manière pour d’autres sujets graves qui se passent chaque jour sous nos yeux mais pour lesquels on détourne le regard. S’il n’y avait pas une telle disproportion, si je ne sentais pas autant ce sentiment de "deux poids deux mesures", je n’utiliserais pas ces termes. Puisse cela nous faire réfléchir sur nos comportements dans le futur.

    Pour ce qui concerne l’Italie, j’espère que tu sais de quoi tu parles. Si ce n’est pas le cas, je te conseille de visiter un jour le sud de l’Italie pour constater les différences énormes avec le nord (mais attends un peu hein ;)). Pas les zones touristiques, mais la vraie Italie du Sud. C’est facile de tout éluder comme tu le fais avec comme excuse qu’il ne faut pas parler de ça durant ces moments. Bien sûr que cette épidémie a des causes liées à nos modes de vie. Bien sûr que ceux qui voyagent permettent plus facilement de propager un virus que ceux qui vivent localement. Ca ne sert à rien d’aller plus loin dans l’analyse ici, tellement c’est évident.

    Citation:
    Il faudrait devenir tous vegan, arrêter de voyager en s'ouvrant au monde, arrêter les échanges culturels permis par les voyages


    Sérieusement ? C'est vraiment ça que tu as perçu dans mon message ? C'est une déception. Quant à l’économie question secondaire ? C’est au contraire au centre de tout dans notre monde (et je le regrette), on s’en rend compte avec ce qu’il se passe. Tous les pays occidentaux se demandent déjà comment s’en relever.

    En tout cas c'est une belle image de voir que ceux qui font vivre la société ces derniers jours sont les soignants, les caissiers, les livreurs, les éboueurs, les manutentionnaires, etc. tous ces gens d’habitude dénigrés et rabaissés. Big up à eux (+)
  • Je bosse comme caissier et fait de la manut' donc double merci :)

    Franchement, je ne me sens pas comme effectuant le boulot d'un valet, d'un serviteur ou dénigré dans mon métier. Sans doute parce que je n'étais pas destiné à faire un métier aussi basique ou « terre-à-terre » comme me l'a dit mon chef lors de notre premier contact.

    Mais après des années de galère, je me sens bien dans ce que je fais et les discours syndicalistes de type lutte des classes volume 3548, je ne peux plus les entendre. Les mecs qui prétendent que les "riches" sont préservés en bossant chez eux pendant que le prolétariat est contraint de risquer sa vie pour aller travailler, ça commence à bien faire. Ils n'ont qu'à arrêter de bosser une fois la crise terminée, et ils verront au bout de quelques semaines que le monde du travail est surtout impitoyable pour ceux qui en sont exclus.

    Je trouve que les posts de @tikko67 et de @zvain n'ont pas grand chose à voir. D'un côté on a une rhétorique altermondialiste que je trouve assez peu pertinente pour expliquer la crise actuelle. Chez @tikko, on a la perspective de l'après, sans tomber dans le « Plus rien ne sera jamais comme avant ».

    Oui on sera content de retrouver sa famille et ses potes autour d'une de la première tarte flambée. C'est pas pour autant qu'on cessera d'aller au McDo.
    Oui les cinéphiles orphelins des salles obscures seront ravis, mais ils continueront peut-être de regarder Drucker et Hanouna.
    Oui les gens se parleront peut-être dans le métro comme il y a des décennies, mais ce ne sera pas le retour des vieilles valeurs poussiéreuses à la Ivan Rioufol.

    On sera content d'aller chez le coiffeur ou l'esthéticienne, on prendra le rendez-vous maintes fois repoussé chez l'ophtalmo ou le dentiste, on ira fouiner à la casse auto récupérer cette pièce à changer.
    On aura fait le tri dans ses affaires, dans son esprit.

    Je pense que le concept de « Nous sommes en guerre » n'est pas si débile que cela. Rien que pour l'organisation de la vie économique : les boîtes se reconvertissent pour fabriquer des masques ou du gel, certains salariés sont indispensables et doivent continuer leur activité, les activités non essentielles sont suspendues. C'est de l'économie de guerre.

    Bon l'histoire des élections brouille un peu la gestion de crise qui me semblait parfaite jusqu'alors (avec Josy notre préfète visionnaire, qui a évité un second rassemblement évangélique des fidèles du Racing x10).
    Mais d'un côté, il ne faut pas être grand clerc pour savoir que le gouvernement n'avait rien à gagner électoralement parler de ces municipales et qu'il aurait été accusé de déni de démocratie si les élections avaient été repoussées deux jours avant. La comparaison avec 2007 avancée par @sedna ne tient pas : on avait anticipé le report des mois en amont, pas l'avant-veille du scrutin.

    Reste que revoter dans trois mois ou maintenir en place des maires retraités comme Ries ou bien laminés au premier tour va faire bizarre.
    Mais la démocratie se met entre parenthèse et survivra. La guerre sanitaire et économique d'abord, avec l'Union sacrée comme en 1914.
  • il y aura un Avant et surtout un après (Quand?) .....je pense qu'on ne vivra plus de la même manière qu'avant...j'ai même du mal a imaginer possible , de revivre un match en tribune ouest avant de longues semaines, mois....voir plus

    Bref, rester confiné et prenez soins de vous

    Force a tous ceux qui bossent, dans tous les domaines, pour faire continuer le "Pouvoir Vivre" et immense Respect a tous nos personnels de santé qui sont en 1ere ligne de cette tragédie....

    Enfin, pour les plus jeunes....Ne vous croyez pas a l'abri de ce Virus, tant pour vous que pour vos proches
  • Une étude chinoise vient de démontrer que les personnes de groupe sanguin A sont les plus à risque, ceux de groupe O sont les moins mortellement touchés.

    Cette étude, fait sur des milliers de personnes, certaines saines, d'autres touchées, est encore plus intéressante quand on sait que la même étude avait été faite avec le SRAS, avec exactement le même résultat.
  • Je viens d'entendre que la région Bade-Würtemberg va accueillir des cas graves de coronavirus issus du Grand-Est dans un effort d'aider les hôpitaux au bord de la rupture tant que leur capacité hospitalière le permet. C'est un beau geste de solidarité en ces temps ou toutes les nations se replient sur eux mêmes et se confinent. Évidement ca ne sera sûrement plus le cas quand la situation en Allemagne s'aggravera, mais si cela permet de sauver au moins quelques vies..
  • coyote67 a écrit, le 21/03/2020 15:22 :
    il y aura un Avant et surtout un après (Quand?) .....je pense qu'on ne vivra plus de la même manière qu'avant...j'ai même du mal a imaginer possible , de revivre un match en tribune ouest avant de longues semaines, mois....voir plus

    Bref, rester confiné et prenez soins de vous

    Force a tous ceux qui bossent, dans tous les domaines, pour faire continuer le "Pouvoir Vivre" et immense Respect a tous nos personnels de santé qui sont en 1ere ligne de cette tragédie....

    Enfin, pour les plus jeunes....Ne vous croyez pas a l'abri de ce Virus, tant pour vous que pour vos proches


    Un après?

    Vraiment?

    Qui pense que cela sera différent d'avant?

    Notre modèle de société sur un mode capitaliste ne saura rien faire d'autre que produire et produire toujours plus....

    Je ne suis pas là pour donner la leçon, encore moins pour dicter ma pensée...

    Quelqu'un aurait quelque chose à compléter sur le monde "d'APRES?"
  • @kitl si tu considères que mon discours "altermondialiste" n'est pas pertinent, peut-être que celui de Serge Morand, chercheur, écologue de la santé et parasitologiste le sera davantage. Il fait le lien entre l'élevage intensif, la destruction des forêts, le braconnage, la vente d'animaux sauvages et la transmission de virus (comme le coronavirus) chez l'Homme. Dans le cours naturel des choses, ce virus n'est pas censé arriver jusqu'à nous et faire autant de dégât. Mais on l'a fait parvenir jusqu'à nous de par nos pratiques actuelles.

    Tu penses que pas grand chose ne changera. Mais il n'est pas clair dans ton propos si tu le souhaites ou pas, finalement. Si cela se déroule comme tu le penses alors il faudra au moins espérer des prises de conscience niveau hygiène comme à Hong-Kong (ils utilisent les masques comme nous on utilise nos mouchoirs, désinfection massive et régulière des lieux publics, etc.). Et il faudra donner davantage de moyens pour la santé et pour les chercheurs, puisque, si on ne change pas, ce genre de choses va se reproduire. Et puis si on arrête de tuer et vendre des animaux sauvages, t'es d'accord quand même ?

    Comme l'a déjà mentionné @tikko67, il faut essayer de voir des choses positives durant cette période et ne pas se contenter de se lamenter sur cette situation ou de verser dans le pathos. Le monde a ralenti, on vit différemment, on a peut-être une relation familiale qui a brusquement changé, on a peut-être plus de temps à consacrer à ses proches, on a enfin un objectif commun avec tout le monde, au lieu de vivre en individualité et en concurrent.

    Quant à ton histoire personnelle très intéressante (et il n y a pas d'ironie), il faudrait quand même vérifier si cela est le cas pour tout le monde (de ne pas se sentir dénigré dans ce type de métier). J'ai été éduqué dans un environnement où les métiers tels que le tien étaient dénigrés par les parents, par l'école etc. Si ce n'est plus le cas, alors OK mais j'ai bien peur que cela le soit toujours.
  • Bravo à toi @Kitl

    heureusement que des personnes qui occupent les taches de premières nécessité comme toi continuent de travailler. Sans cela ce serait la M....

    Ce virus Moi je le vis mal professionnellement, Je suis assistant maternel (non on ne dit pas nounou et celui qui me prend pour la tata de mon quartier je me fâche!) .
    Nous assistant maternel sommes confronté actuellement à un gros dilemme et un vide juridique assez hallucinant typiquement français.

    Nous n'avons à cet heure pas droit à l’arrêt pour rester a la maison avec nos enfants et poursuivre leur éducation, nous n'avons non plus pas encore droit au chômage partiel pour le moment. Un chômage à hauteur de 80% pour les assmat est en train de se mettre en place mais il est 4% moins élevé que le reste de la population, et nos indemnités (repas et entretien qui représentent pour ma part 20% de mon salaire) ne seront pas payés. je passerais d'un salaire de 1300 a un peut moins de 800 euros !

    à l'heure actuel on demande aux assmat de faire l'education à la maison pour leurs enfants pendants que leurs conjoints font du télétravail, tout en nous occupant des enfants que les parents nous déposent! tout ca pour 2.67 de l'heure (c'est le smic horaire des assmat par enfant).

    j'ai par exemple des employeurs qui sont au chômage technique ou en arrêt pour s'occuper de leur grand enfant scolarisé qui voulaient me refourguer leurs plus petits( ben oui, c'est trop dur d'assumer ses propres enfants!). légalement je n'ai pas le droit de refuser, je dois garder ces enfants en prenant le risque de transmettre la maladie à ma propre famille, et le tout sans avoir le droit de sortir avec toute cette compagnie puisque nous sommes confiné.

    Quand le président a décrété que les écoles allaient fermer je suis allé voir le doc , subitement je me sentais mal. je suis en arrêt! évidement si je gardais des enfants de médecin ou même de caissier j'aurais continué à bosser mais dans mon cas faut pas poussé mémé dans l’église évangélique!
    je sais que je vais me faire licencier par mes employeurs prochainement et perso je m'en fiche, ma famille est plus importante que mon travail!

    bref tout ca pour dire que cette situation laissera des marques dans toute la société, médecins, infirmier, professionnel de la petite enfance, employé de bureau...


    je prend cette crise du coté positif (sans négliger qu'elle sera dramatique pour des milliers de personnes qui y laisseront la vie!).
    c'est lors de ce genre d’événement que la société se remet en question, elles n'a pas le choix tout cela s'impose à son regard.
    Et c'est en analysant tout cela que le monde de demain s’écriera, car oui il doit y avoir des changements.
    les production devront arrêter d’être délocalisé, la France et l’Europe vont devoir être plus autonomes et se réapproprier leur agriculture, leurs matières premières leurs industries. il faudra aussi plus d'entente au seins des différents états européens (par ce qu'en ce moment c'est sauve qui peut et chacun pour soi) etc...

    Et derrière tout cela il faudra une Reconstruction, de l’innovation comme après une guerre (c'est macron qui l'a dit : nous sommes en guerre), cela apportera de la consommation , de la croissance...

    je suis très positif et j'en ai marre de ce climat de peur actuel, Oui le virus va faire des morts, c'est tragique nous le savons mais ne nous laissons pas dominer par la peur. La seule chose que nous pouvons faire a notre hauteur c'est de rester chez nous , et d’éteindre la TV et son téléphone et toutes ses infos angoissante.

    "La seule chose dont nous devons avoir peur, c’est de la peur elle-même, cette terreur sans nom, irrationnelle, injustifiée, qui paralyse les efforts pour transformer un recul en progrès" Franklin Delano Roosevelt[/g]
  • Presque 700 morts aujourd'hui en Italie
    C'est catastrophique chez eux
  • "Et c'est en analysant tout cela que le monde de demain s’écriera, car oui il doit y avoir des changements.
    les production devront arrêter d’être délocalisé, la France et l’Europe vont devoir être plus autonomes et se réapproprier leur agriculture, leurs matières premières leurs industries. il faudra aussi plus d'entente au seins des différents états européens (par ce qu'en ce moment c'est sauve qui peut et chacun pour soi) etc..."


    Ah bon?! Nous allons tout relocaliser? N'oublions pas que nous avons perdu le savoir faire dans bien des domaines...
    La France c'est un pays avec une économie de service à plus de 80%

    Changer de paradigme?
    Le retour de l'industrie lourde?
    La fin du tourisme de masse?
    Et l'aviation civile va définitivement s'arrêter du coup?
    Redevenir de simple paysan? Quand certains enfants ne connaissent ni le brocoli ni comment pousse une betterave...

    Aucun changement en si peu de temps, navré.
    Juste l'interdiction de manger des animaux vivants en Chine!

    ET peut-être un budget décent pour le monde de l'hôpital, des moyens à hauteur avec la fin du toujours plus de soins avec moins de budget...
    ET revalorisation salariale?
    (rêvons un petit peu)

    Et on repart comme avant!
    J'ai des connaissances qui doivent aller en vacances sur Dubai...
    Ils doivent partir en mai...

    C'est soit de l'optimisme, soit de l'ignorance, soit de l'égoisme...
    Ah non c'est une forme de liberté individuelle!

    Excusez-moi, je suis à cran...
  • chrisneudorf a écrit, le 21/03/2020 18:59 :
    Presque 700 morts aujourd'hui en Italie
    C'est catastrophique chez eux


    Et avec nos 122 nouveaux décès, cela n'est pas beaucoup mieux.
  • images.png
    Modifié par tikko67 ·
    tikko67 • 34 ans
    @nicolesse68
    Je ne dis pas que tout doit être relocalisé, mais il faudra réduire notre dépendance aux autres nations.

    La France est une économie de service mais cela ne veut pas dire que nous ne savons plus faire de l'industrie, il ne faut pas exagérer non plus.

    Tout ne se fera pas en un jour, changement de paradigme j'en sais rien mais des changements oui c'est une certitude. Le monde d'avant crise aura du mal à s'en remettre, les bourses sont au tapis ou presque, les dettes vont exploser dans tous les états. L'économie de service aura du mal à reprendre son niveau de janvier, puisque pour qu'il y ait du service il faut de la finance naturellement je pense que les industries, les agriculteurs... En sortiront gagnant.


    Ipeut etre aussi une exode rurale, les gens confinés dans leurs 40m2 en ville à 4 pendant un mois ne voudront plus revivre ça, ils auront eu le temps de réfléchir à un changement.qui sait !

    Ce sont des suppositions c'est évident.

    Mais croire qu'on va reprendre la vie comme avant avec tout ce qui se passe en ce moment c'est absurde ! Je n'y crois pas une seconde il va y avoir trop de dégât pour cela ! Tout ne changera pas mais rien ne sera pareil !
  • Pour celles et ceux qui on envie de réfléchir au monde d'après, je recommande les entretiens de Pablo Servigne(biologiste, agronome, collapsologue...) et/ou Philippe Bihouix (ingénieur), sur Thinkerview .
    Je partage le scepticisme de @nicolesse concernant l'après covid ; ce ne sont pas les "élites" qui vont renoncer à la mondialisation effrénée .
    Le "peuple" quant à lui rêve de ressembler aux premiers de cordée.
    Le changement n'est donc pas pour maintenant !
  • 53a951752c0ea.jpeg
    Modifié par father-tom ·
    father-tom • 37 ans
    zvain a écrit, le 20/03/2020 13:39 :
    @father-tom navré d'apprendre ta consternation. Mais heureux de lire ces injonctions à ce que tout le monde soit ensemble et réuni, c’est pas trop tôt ! On place désormais le bon sens collectif au-dessus des comportements égoïstes, à la bonne heure (en fait non un peu tard) ! Tout d’un coup on donne des leçons à ceux qui réagissent pas de la manière "adéquate". Dommage qu’il faille qu’on soit touché de plein fouet pour avoir ce genre de réaction. On aurait aimé cette recrudescence de comportements fraternels pour d’autres sujets tout aussi graves.

    Bien sûr que certaines familles sont touchées et endeuillées, j’en suis tout aussi triste que toi, figure-toi. Pas la peine de médire ceux qui auraient une analyse différente de la tienne qui est apparemment la seule vérité qu’il faudrait entendre. Quant à "laisser passer le micro-organisme", oui à moins que tu aies un bouclier anti-coronavirus, ce genre d’organisme va forcément continuer son chemin et circuler et les mesures nous permettent d’aplatir la courbe, pas de l’éradiquer en un claquement de doigt.

    Je me doutais que les termes "exagération" et "dramatisation" feraient réagir. Tant mieux ! Si l'on considère la réaction actuelle comme "normale" alors on devrait toujours réagir de la même manière pour d’autres sujets graves qui se passent chaque jour sous nos yeux mais pour lesquels on détourne le regard. S’il n’y avait pas une telle disproportion, si je ne sentais pas autant ce sentiment de "deux poids deux mesures", je n’utiliserais pas ces termes. Puisse cela nous faire réfléchir sur nos comportements dans le futur.

    Pour ce qui concerne l’Italie, j’espère que tu sais de quoi tu parles. Si ce n’est pas le cas, je te conseille de visiter un jour le sud de l’Italie pour constater les différences énormes avec le nord (mais attends un peu hein ;)). Pas les zones touristiques, mais la vraie Italie du Sud. C’est facile de tout éluder comme tu le fais avec comme excuse qu’il ne faut pas parler de ça durant ces moments. Bien sûr que cette épidémie a des causes liées à nos modes de vie. Bien sûr que ceux qui voyagent permettent plus facilement de propager un virus que ceux qui vivent localement. Ca ne sert à rien d’aller plus loin dans l’analyse ici, tellement c’est évident.

    Citation:
    Il faudrait devenir tous vegan, arrêter de voyager en s'ouvrant au monde, arrêter les échanges culturels permis par les voyages


    Sérieusement ? C'est vraiment ça que tu as perçu dans mon message ? C'est une déception. Quant à l’économie question secondaire ? C’est au contraire au centre de tout dans notre monde (et je le regrette), on s’en rend compte avec ce qu’il se passe. Tous les pays occidentaux se demandent déjà comment s’en relever.

    En tout cas c'est une belle image de voir que ceux qui font vivre la société ces derniers jours sont les soignants, les caissiers, les livreurs, les éboueurs, les manutentionnaires, etc. tous ces gens d’habitude dénigrés et rabaissés. Big up à eux (+)


    Déjà on ne se connaît pas. Tes histoires de comportements altruistes ou fraternels etc. qui seraient une "nouveauté" liée à la situation, en ce qui me concerne (à priori, mon intervention serait à contre-courant de ma façon d'être le reste du temps... hallucinant comme genre de réponse à mon post), tu peux te les garder. Ma réponse, elle s'inscrit dans une vision que j'ai sur beaucoup de sujets et dans mon rapport aux autres en général.

    Et oui : quand on voit les images des marchés bondés, les joggeurs et promeneurs qui pullulent, les bravades sanitaires, j'ai le le droit de trouver ça irresponsable pour ne pas dire stupide. Comme certains propos sur la dramatisation ou l'exagération. Alors c'est sûrement "donner des leçons". Si tu veux... "donner des leçons", on peut dire ça de tout et n'importe quoi. Trouver quelque chose d'inapproprié, inopportun, voire dangereux ou parfois bête, c'est forcément donner une leçon. Il t'arrive aussi sûrement d'en donner, à partir de là. Auprès, je t'ai dit "pourquoi" sur le fond, je ne suis pas d'accord avec tes positions et formulations. Le fond et les pourquoi m'intéressent, pas les postures.

    Si tu es tant attristé par la situation et ses conséquences, ça devrait t'inciter à ne pas la minimiser avec des termes complètement déconnectés de ce que nous observons sur l'évolution de la maladie. Je pense que si tu avais des proches contaminés ou si tu visitais un hôpital français avec la tension actuelle, ou si tu étais au volant d'un de ces camions militaires à Bergame, tu parlerais moins d'exagération ou de dramatisation.

    Quant à "laisser passer le micro-organisme" : justement non. Le limiter, freiner sa propagation, respecter les règles qui nous en protègent... Comme quoi, il y a d'autres verbes ou expressions qui peuvent être employés en assocation avec ce "micro-organisme", plutôt que ces postures démissionnaires expliquant qu'il n'y a rien à faire."Laisser passer", c'est ne rien faire. Et c'est dans lignée de l'idée que tu as exprimée, selon laquelle on en rajoute beaucoup sur ce virus.

    Tu peux être précis dans ton propos quand tu parles d'autres sujets graves. Nous parlons ici d'une pandémie avec des hôpitaux submergés, des cadavres dont on se demande comment on va les gérer. Quels sont sujets sont plus graves dans l'immédiat ? Je dis bien "dans l'immédiat". Il n'est pas uniquement question de la gravité des sujets mais de leur urgence aussi. Bien sûr que l'environnement, la consommation, l'économie, l'évolution des sociétés... beaucoup de choses sont graves. C'est très bien d'élever le débat avec des considérations plus larges, sauf qu'il y a une urgence parmi les sujets graves et que c'est l'objet de ce topic. Tu peux ouvrir un topic sur les autres sujets plus importants à tes yeux, si ça te tient à cœur.

    Pour l'Italie, ça va, merci je connais. Le Sud n'est pas le Nord, oui oui, en effet. C'est juste que ce n'est même pas la question. Et voyager propage sûrement le virus, il aurait peut-être fallu bloquer des vols... mais c'est quoi ta conclusion ou celle de M. MORAND ? Qu'il faut arrêter de voyager? Tu es déçu que je lise ton propos ainsi mais j'aimerais comprendre ce que tu sous-entends . Tu parles des voyages qui propagent le virus, bien évidemment. Donc quelle est ta conclusion par rapport à cette analyse, si ce n'est l'arrêt des voyages?
    Encore une fois, ce n'est pas que des millionnaires qui voyagent, il n'y a pas que des riches dans le Nord de l'Italie et c'est un virus qui ne tient compte d'aucune frontière ni d'aucune catégorie sociale. A partir de là, ces considérations ne sont peuvent pas être le sujet de cette pandémie... Même en connaissant son Italie sur le bout des doigts. Mêler ces sujets à cette pandémie, je trouve ça au mieux déplacé.

    L'économie est secondaire car oui, les Etats se demandent comment s'en relever PARCE QUE justement ils ont pratiquement tout mis à l'arrêt (sauf l'alimentaire, des commerces en ligne avec livraisons, certains secteurs où le travail continue... pour le moment en tous cas), pour limiter la propagation, malgré ces pertes économiques gigantesques. Si une perte économique passe après la santé, c'est qu'effectivement, le sujet principal du moment n'est pas l'économie.

    Le seul point où je serai d'accord avec toi, c'est sur cette belle image effectivement, de ceux qui continuent d'assurer un service pour les autres, en prenant des risques, en faisant des heures, on étant là quand le reste de la société se protège. Je pense en premier lieux aux personnels de santé, à tous les services publics mobilisés, aux pharmaciens, aux commerces encore ouvert, aux services de municipalité, les services postaux et autres. La reconnaissance est immense ! merci à eux tous
  • @zvain, évidemment qu'au niveau micro, dans la vie de tous les jours, si on peut se poser un instant, faire le point, lâcher un peu ses mails et ses conf calls, on ne pourra que mieux s'en porter. Prenons le temps de faire tout ce qu'on a repoussé car embarqués dans la machine à laver du quotidien : prendre des nouvelles de ses proches, de ses amis, (ré)apprendre à cuisiner de vrais repas, discuter avec ses gamins...

    Simplement l'idée que le monde court à sa perte, car trop libéral, trop nombriliste, assoiffé de profits et que cette crise ne serait qu'un préambule à d'autres désastres... n'est pas faite non plus pour remonter le moral des troupes ;)

    Je pense la société mûre pour débattre du « monde d'après », en gardant à l'esprit que beaucoup de monde aura le désir d'appuyer sur la touche reset et refaire comme avant. Moi ce sera Racing, bière et tarte flambée, peut-être les trois ensemble.
    Bref, trouvons collectivement un cadre moins perché que Nuit debout et moins débile que les Gilets jaunes !

    Sachant que les petites corrections de nos comportements n'auront que peu d'impact sur la déforestation ou les émissions de CO2 ailleurs sur la planète.
  • zvain1318799508.jpg
    Modifié par zvain ·
    zvain • 34 ans
    @father-tom : tu m’as mal compris, je ne voulais pas te viser toi. Je rebondissais sur ton message mais j’utilise à chaque fois les pronoms "nous" et "on" car je parle de notre société et je m’inclus dedans. Quant au terme "donner des leçons", oui parfois j’ai envie de donner des leçons à ceux qui ne respectent pas quelque chose que je considère comme important. On peut « donner des leçons » à bon escient. Là je trouve qu’on a raison de critiquer les comportements égoïstes des jeunes qui continuent à se regrouper. Je dis juste qu’on pourrait aussi "donner de leçons" à d’autres occasions et que ce n’est pas fait.

    Citation:
    Je pense que si tu avais des proches contaminés

    C’est typiquement une réaction émotionnelle. C’est comme si je te disais "je pense que si tu avais des proches malades en raison de la pollution, tu réagirais différemment". On ne réagit pas de la même manière quand ça nous concerne pas, c’est humain certes mais moi ça m’agace, voilà tout simplement car c'est sous nos yeux aussi. Je ne pensais pas non plus au début que cette épidémie allait prendre autant d’ampleur. Je ne prétends pas détenir la vérité et parfois je me trompe aussi. Mais je pondère toujours les réactions émotionnelles des gens que je juge exagérées, afin de prendre du recul sur les choses, de mettre tout cela en perspective et de voir plus loin. Je critique la mondialisation alors que je suis fan de foot pro, je ne suis pas à une incohérence près mais je pense que c’est important d’éveiller sa conscience, s’informer, se remettre en question et s’investir dans ces thématiques.

    Arrêtons de regarder sans cesse les chiffres. Respectons les règles collectives. Protégeons les personnes vulnérables. Mais arrêtons de paniquer dès qu’une personne dans la rue toussote. Arrêtons de penser que c’est une maladie grave pour la majorité. C’est une maladie contagieuse qui devient grave si elle est transmise à une personne vulnérable. Oui je vois que ça commence à être compliqué dans les milieux hospitaliers (qui ont malheureusement été bien délaissés ces dernières années) et j’espère que le respect des règles collectives va éviter le point de non retour. Et voyons plus loin : cette crise permettra je l’espère des changements dans la manière de financer la santé, les recherches scientifiques, dans les mesures d’hygiène, dans les solutions pour éviter une nouvelle épidémie de ce type. Et à voir si les gens vont sortir différents de cette épisode.

    Citation:
    Quels sont sujets sont plus graves dans l'immédiat ?

    C'est toute la différence entre une pandémie qui est sur un laps de temps très clair, et un problème chronique, sous-jacent qui est là mais qui n'a pas de temporalité et donc qui est clairement moins médiatisé.

    Concernant les voyages, c’est toujours la même chose : ce n’est pas tout noir ou tout blanc. Non je ne dis pas qu’il faut stopper tout voyage, de toute manière c’est impossible. J’appelle simplement à une prise de conscience, à une décence, à baisser les curseurs. Comme tu l’as dit, faire un voyage culturel n’est pas le noeud du problème. C’est surtout le business mondialisé, l’élevage intensif mondial et le braconnage (mondial aussi) qui pose soucis. Ce n’est pas l’endroit pour m’étaler sur le sujet, donc je n’irai pas plus loin. Mais je conseille à nouveau d’écouter les propos de Serge Morand, sans doute plus pertinent que moi.
  • Nous pouvons bien sûr tous avoir notre avis sur la situation actuelle, mais ce qui me semble quasiment acquis c'est qu'il y aura un avant et un après.

    Ce que nous vivons, et qui est très loin d'être terminé quand on voit les démarrages du processus dans certaines régions au niveau mondial, c'est le plus marquant, au niveau planétaire, depuis la deuxième guerre mondiale (je dis bien depuis, la vraie guerre c'est encore autre chose bien sûr).

    Personnellement, je pense et j'espère que quand tout cela sera passé (car au moins on sait que ça finira par passer) que ce ne sera pas juste "reset", sinon on va au-devant de bien d'autres problèmes qui seront de plus en plus graves.

    Et je pense comme @tikko67 ou @zvain que ce qui se passe actuellement peut générer une réflexion salutaire.
  • Il n'y aura aucune leçon de tirer... Le fric reste au dessus de tout pour nos décideurs... La preuve la Chine a redémarrer, toutes leurs usines tournent à plein régime, ils ne voient plus le ciel bleu mais senfoutent faut rattraper l'argent perdu, et ont les aides bien étant dépendant de eux, nous les appelons à l'aide actuellement rien que pour les masques... Au lieu de ce refermer sur nous prendre la nourriture chez l'agriculteur du coin, faire des circuits court pour limiter la propagation, on agit à l'inverse, les supermarché sont dévalisé et ce n'est pas les légumes ou fruit que l'on achète... Une fois la crise passé on va devoir payer les pots casses et oui toujours la classe moyenne qui paye... Et c'est pas prêt de changer. Et notre planète va continuer de mourir pour continuer à enrichir certaines personnes.
  • En France , on passe notre temps à dénigrer différents métier: les enseignants , les politiques, les cheminots , les fonctionnaires , les cols blancs , les ouvriers ... les éboueurs , les caissiers , les manutentionnaires ne sont pas plus visés que les autres ...limite on n'en parle pas dans nos conversations
    Après ces métiers difficiles sont voués un jour à disparaître au profit de machine...

    A la fin de la pandémie, les gouvernements et les peuples vont en tirer certaine leçons , on peut s'attendre à quelques changements, mais pas forcément dans le bon sens ... Je crains à un repli de soi

    Est on prêt à relocaliser des industries polluantes en Europe ? ( Textile, pharmaceutique entre autres )

    On restera quand même dépendant de la Chine et de l'Afrique pour beaucoup de matière première qu'on ne trouve que dans ses pays .

    Sinon les pandémies ont toujours existé , ex la grippe Espagnole qui est d'origine chinoise... a fait le tour de la planète en un an . Les hommes ont toujours voyagé depuis leur apparition
  • 53a951752c0ea.jpeg
    Modifié par father-tom ·
    father-tom • 37 ans
    zvain a écrit, le 22/03/2020 00:40 :
    @father-tom : tu m’as mal compris, je ne voulais pas te viser toi. Je rebondissais sur ton message mais j’utilise à chaque fois les pronoms "nous" et "on" car je parle de notre société et je m’inclus dedans. Quant au terme "donner des leçons", oui parfois j’ai envie de donner des leçons à ceux qui ne respectent pas quelque chose que je considère comme important. On peut « donner des leçons » à bon escient. Là je trouve qu’on a raison de critiquer les comportements égoïstes des jeunes qui continuent à se regrouper. Je dis juste qu’on pourrait aussi "donner de leçons" à d’autres occasions et que ce n’est pas fait.

    Citation:
    Je pense que si tu avais des proches contaminés

    C’est typiquement une réaction émotionnelle. C’est comme si je te disais "je pense que si tu avais des proches malades en raison de la pollution, tu réagirais différemment". On ne réagit pas de la même manière quand ça nous concerne pas, c’est humain certes mais moi ça m’agace, voilà tout simplement car c'est sous nos yeux aussi. Je ne pensais pas non plus au début que cette épidémie allait prendre autant d’ampleur. Je ne prétends pas détenir la vérité et parfois je me trompe aussi. Mais je pondère toujours les réactions émotionnelles des gens que je juge exagérées, afin de prendre du recul sur les choses, de mettre tout cela en perspective et de voir plus loin. Je critique la mondialisation alors que je suis fan de foot pro, je ne suis pas à une incohérence près mais je pense que c’est important d’éveiller sa conscience, s’informer, se remettre en question et s’investir dans ces thématiques.

    Arrêtons de regarder sans cesse les chiffres. Respectons les règles collectives. Protégeons les personnes vulnérables. Mais arrêtons de paniquer dès qu’une personne dans la rue toussote. Arrêtons de penser que c’est une maladie grave pour la majorité. C’est une maladie contagieuse qui devient grave si elle est transmise à une personne vulnérable. Oui je vois que ça commence à être compliqué dans les milieux hospitaliers (qui ont malheureusement été bien délaissés ces dernières années) et j’espère que le respect des règles collectives va éviter le point de non retour. Et voyons plus loin : cette crise permettra je l’espère des changements dans la manière de financer la santé, les recherches scientifiques, dans les mesures d’hygiène, dans les solutions pour éviter une nouvelle épidémie de ce type. Et à voir si les gens vont sortir différents de cette épisode.

    Citation:
    Quels sont sujets sont plus graves dans l'immédiat ?

    C'est toute la différence entre une pandémie qui est sur un laps de temps très clair, et un problème chronique, sous-jacent qui est là mais qui n'a pas de temporalité et donc qui est clairement moins médiatisé.

    Concernant les voyages, c’est toujours la même chose : ce n’est pas tout noir ou tout blanc. Non je ne dis pas qu’il faut stopper tout voyage, de toute manière c’est impossible. J’appelle simplement à une prise de conscience, à une décence, à baisser les curseurs. Comme tu l’as dit, faire un voyage culturel n’est pas le noeud du problème. C’est surtout le business mondialisé, l’élevage intensif mondial et le braconnage (mondial aussi) qui pose soucis. Ce n’est pas l’endroit pour m’étaler sur le sujet, donc je n’irai pas plus loin. Mais je conseille à nouveau d’écouter les propos de Serge Morand, sans doute plus pertinent que moi.


    Ce "on" n'était pas bien clair, comme tu répondais à mon propos. Effectivement, donner des leçons, c'est quelque chose que l'on peut utiliser à tout bout de champ. Finalement, dire à quelqu'un qu'il ferait mieux de rester confiner que de risquer de contaminer d'autres, c'est lui donner une leçon... sauf que ça a du sens et c'est bien l'essentiel, de discuter du sens de nos positions.

    Moi ce qui m'agace, c'est quand, au prétexte qu'on est "détaché émotionnellement" (pas toujours une position toujours recommandée d'ailleurs... on a aussi le droit d'être ému par des situations pour prendre des décisions de "raison" : l'un n'est pas toujours opposé ni même opposable à l'autre), on minimise ce qu'il se passe en parlant de dramatisation et d'exagération.

    Pour ma part, je ne vis pas en Italie et je n'ai pas de famille là-bas. Juste une amie qui habite à Milan mais était en France au début du confinement : je n'ai même pas d'attaches personnelles avec des amis restés en Italie, ce qui ne m'empêche d'être sensible à la situation là-bas ou d'être alerté par la gravité de cette situation avec une telle propagation mortelle. Il y a d'autres problèmes graves auxquels on peut être sensible aussi, certes, avec une réponse moins évidente que de rester confiner cependant. Sur cette préoccupation du moment, l'essentiel est de se protéger et protéger les autres. Tous les discours minimisant la situation sont pour moi ambivalents par rapport aux attitudes à prôner. Cette ambivalence me gêne sérieusement. Il y a une situation à prendre avec sérieux pour avoir une attitude toute aussi sérieuse (et non pas paniquée).

    Il n'y a aucune panique dans mon propos. Avoir conscience de la gravité d'une situation pour défendre l'application rigoureuse de certaines règles, ce qui est ma position, ce n'est pas synonyme d'une panique. Je ne suis pas en train d'encourager l'achat massif de pâte et de PQ ou ce genre de réactions de panique idiotes.

    Tu te tires des conclusions assez définitives sur les personnes touchées et les vulnérabilités. 35% des patients en réanimation ont moins de 65 ans. Des cas graves existent chez des jeunes qui vont en réanimation, alors qu'ils ne présentaient pas de facteur de risque. La mortalité est plus faible mais elle existe. Il n'y a juste pas de règles... chaque organisme réagit différemment. On ne peut pas dire que la maladie épargne une population. Epargne "davantage" oui mais n'épargne pas totalement. Quant à la gravité, en plus d'être aléatoire malgré des faisceaux statistiques plus inquiétants chez les personnes plus âgées, elle augmente aussi quand la prise en charge n'est plus possible par manque de moyens dans les hôpitaux. La mortalité actuellement constatée, c'est celle avec nos capacités de prises en charge qui se réduisent peu à peu.

    Il faudrait un taux de mortalité de combien de % pour que tu considères que c'est vraiment un drame et plus une dramatisation? 10%? 20% Et une vulnérabilité plus grande à partir de quel âge ? 40 ans? Je trouve cet argument statistique bien cynique et certainement détaché des émotions, sans pour autant coller à une raison non plus. Cf. la vidéo de @mediasoc repostée par un autre stubiste sur la propagation, au-delà même des statistiques actuelles.

    J'espère pour ma part aussi que nous n'attendrons plus de "réagir" pour soutenir notre système de santé à l'agonie depuis bien longtemps, avant cette crise sanitaire. Ce sera peut-être une des conséquences positives, d'avoir plus de moyens pour notre santé (bien que nous ayons le système de remboursement le plus généreux mais je parle des autres investissements).

    Tu ne réponds pas sur les sujets plus graves mais je suis à peu près certain que c'est un sujet politique avec des réponses moins évidentes, que de rester chez soi pour lutter contre une pandémie.

    Je comprends bien le combat altermondialiste etc. qui est un autre sujet de discussion mais je ne vois pas le lien avec cette crise sanitaire, qui a démarré sur un marché chinois dans des circonstances biologiques qui n'ont pas grand-chose à voir avec le business ou du braconnage. Que les vols ou autres aient facilité la propagation du virus, indubitablement, mais ça peut aussi bien arriver pour un vol d'affaire que pour un vol de loisirs, étudiant ou autre. C'est plutôt "sain" que l'homme puisse voyager. A partir de là, la propagation est facilitée, c'est évident. Maintenant, les Etats avaient aussi la possibilité de bloquer des vols, même si les premiers jours d'incubation sans symptômes ont pu rendre l'identification difficile. De là à remettre en cause les voyages...
    L'économie oui, si l'on veut, mais à chacun d'agir alors en arrêtant d'acheter des produits fabriqués à l'autre bout du monde... mais tout le monde n'en a pas les moyens.
  • zvain1318799508.jpg
    Modifié par zvain ·
    zvain • 34 ans
    @father-tom :
    J’ai l’impression que tu te sens une nouvelle fois accusé personnellement mais je le répète je ne vise pas ta personne, je discute simplement d’une réaction globale que je ressens dans notre environnement et que ton message m’a évoqué. Prendre des décisions de raison lorsqu’on est trop affecté émotionnellement me parait difficile mais soit.

    Citation:
    Tu te tires des conclusions assez définitives sur les personnes touchées et les vulnérabilités. 35% des patients en réanimation ont moins de 65 ans. 

    Je ne mentionne pas d’âge dans mon commentaire précédent, il me semble. Je parle de personnes vulnérables.

    Citation:
    Je trouve cet argument statistique bien cynique 

    Je n’ai jamais parlé de statistiques ou d’échelle dans mes précédents commentaires. Il est compliqué de se retrouver dans tous ces chiffres car chaque pays compte différemment (Allemagne et Italie par exemple), chaque pays a beaucoup plus de contaminés sans symptômes graves que le décompte officiel ne le laisse penser. Mais je comprends très bien que ce virus est très problématique vu toutes les mesures exceptionnelles mises en place. Et je note également que le nombre de décès augmente drastiquement si le pic est trop important pour que le personnel de soin arrive à gérer, ce qui aggrave la situation. D'où l'importance de ces mesures collectives. D'ailleurs voici une simulation intéressante du Washington Post qui montre l'intérêt de respecter ces mesures collectives afin d'aplatir la courbe, avec schéma à l'appui.

    Citation:
    Tu ne réponds pas sur les sujets plus graves mais je suis à peu près certain que c'est un sujet politique avec des réponses moins évidentes, que de rester chez soi pour lutter contre une pandémie.

    Je ne sais pas ce que tu appelles un sujet politique. En tout cas il me semblait que ce n’était pas le sujet et que je devais ouvrir un autre topic mais j’en citerai alors un seul : la pollution aux particules fines. Quel désastre. Oui si on admet que cette pandémie est un drame alors ça en est un aussi. Cela provoque un nombre très important de décès chaque année. Je suis persuadé qu’il y aurait des réponses évidentes à cela. Alors oui ce n’est pas temporel comme une pandémie, c’est chronique. Mais cela ne choque pas grand monde, on « fait avec », « c’est comme ça », « c’est le monde d’aujourd’hui qui veut ça ». Alors si moi je suis cynique, qu’est ce que c’est ça ? Alors ce ne serait pas le moment d’en parler mais ce n’est jamais le moment d’en parler j’ai l’impression.
    D’ailleurs une étude vient de démontrer que la pollution aux particules fines serait directement liée à l’explosion de cas dans le Nord de l'Italie. En effet, la consigne de « distance sociale » d’un mètre serait presque inutile dans des zones où le virus continue de vivre en voyageant dans des particules fines. Et en Lombardie et régions voisines, cette pollution est l'une des plus fortes en Europe. Triste lien de cause à effet !

    Citation:
    mais je ne vois pas le lien avec cette crise sanitaire, qui a démarré sur un marché chinois dans des circonstances biologiques qui n'ont pas grand-chose à voir avec le business ou du braconnage. 

    Le lien est pour moi évident, surtout quand on constate que la Chine vient d’interdire définitivement la consommation d’animaux sauvages (bonne nouvelle !), un business mondial très lucratif. Et les animaux vendus dans ce marché de Wuhan proviennent entre autre du braconnage. Je rappelle notamment que le pangolin, porteur potentiel du virus, n’existe plus en Chine et qu’il est abattu et importé depuis l’Afrique.
Discussion verrouillée.