Ligue 1 2019-2020

Flux RSS 712 messages · 78.550 lectures · Premier message par chrisneudorf · Dernier message par tstn-lstbgr

  • Saint-Etienne, on est déjà devant, même sans le Covid, car leur classement de cette année par rapport à ce qu'ils avaient planifié comme classement provoque déjà un immense trou. de plus, les actionnaires veulent vendre depuis un moment, ils ne veulent plus trop investir.

    Marseille est déjà dans le rouge vif, ils ne sont même pas sûrs de pouvoir jouer l'Europe suite au FPF, et ils avaient besoin de vendre 1 ou 2 de leur meilleurs joueurs la saison passée, ce qu'ils n'ont pas fait. Là, ils auraient besoin de vendre maintenant leur 4 ou 5 meilleurs joueurs au prix du marché d'avant Covid, sauf que les prix ont chuté (estimation de plus de 20% selon certains média), et donc, ce n'est plus 4 ou 5 mais 6 ou 7.
    La solution, c'est la vente dont la rumeur se développe, mais pour l'instant, c'est plutôt mauvais en ce qui les concerne.

    Lille, je suis moins inquiet, même si leur politique est basée sur le trading, ils peuvent espérer se rééquilibrer grâce à leur beau parcours, les droits TV qui vont avec, et une possible qualification en LDC si l'OM est exclus. En plus, ils ont pas mal de joueurs bancables, même en temps de crise à prix réduit, qui vont leur permettre de survivre une saison de plus.

    Enfin Bordeaux, comment ne pas faire le lien entre ce qu'il leur arrive et Jafar ? Je crains pour eux qu'ils ne vivent la même chose que ce qu'on a vécu, ce que je ne leur souhaite pas, et que je ne souhaite à personne. :(
  • on pourrais avoir un remake de Lens 2014/2015 pour l'un d'entre eux
  • 53a951752c0ea.jpeg
    Modifié par father-tom ·
    father-tom • 38 ans
    Enfin, la réalité du classement (tronqué) de cette saison n'est pas celle du standing des clubs. Reims n'est pas subitement devenu un plus grand club que Lyon ou Monaco. Idem pour le Racing qui serait au-dessus de Saint-Etienne... le classement d'une saison biaisée ou le déséquilibre budgétaire de l'ASSE n'y change pas grand-chose. L'OM aussi est dans le rouge et reste un des plus grands clubs.

    En revanche, il est clair que ces clubs dans le rouge devront vendre. Ils ont des joueurs pour retomber sur leurs pattes. Ils ne pourront pas faire n'importe quoi dans les achats cependant. C'est un mercato compliqué pour eux. Un peu plus pour Saint-Etienne et surtout Bordeaux.

    Impossible de tirer la moindre conclusion cependant sur les valeurs des transferts... A l'OM, le seul Kamara peut rapporter beaucoup d'argent selon les clubs intéressés et les enchères liées. Avec la vente de Sanson ou Thauvin, 2 à 3 départs pourraient presque suffire. On ne sait pas trop les efforts que Kamara pourrait susciter. C'est un très bon profil... Polyvalent sentinelle-défenseur, jeune, en EDF espoirs, grosse saison chez le vice-champion de L1.

    Lille avec Soumaré, Gabriel, Maignan, Osimhen, R. Sanches, Ikoné ou Bamba : ils ont de quoi vendre aussi.

    Saint-Etienne, c'est moins évident à part quelques joueurs et Bordeaux encore pire. Égaler l'incompétence de Jafar est un sérieux défi qui n'est pas à la portée de tous mais on y retrouve chez Kingstreet, Longuépée et Thiodet, les débuts prometteurs de @dariuslife (Longuépée n'a pas encore son compte sur webgirondins.com cependant).
  • A l'OM, outre Sanson et Kamara, je crois qu'il y a d'autres joueurs qui peuvent rapporter du fric.

    Caleta-Car, ça vaudrait 25 M, Bouna Sarr 10, Lopez 8-10, Amavi 10, Radonjic 10-12.

    Le problème, c'est qu'il faudra vendre beaucoup, pour recruter plus au vu du calendrier, mais moins cher (prêts, joueurs libres, abordables, centre de formation ).
    Avec le risque de voir la LDC comme une parenthèse.

    Bordeaux ça paraît compliqué, car racheté à crédit.
  • Suite à l'article de MEDIAPART, la LFP a décidé de riposter par une action en justice.
  • Autant, je comprends que certains profils marseillais sont très intéressants ou que Kamara puisse être bankable, comme Thauvin ou Sanson. Autant j'ai hâte de voir qui ira mettre 25 M€ sur Caleta-Car ou 10-12 M€ sur Radonjic ou 8 M€ sur Lopez, etc.

    La LFP a d'autres soucis qu'une divulgation de ce type. Elle n'a plus aucune autorité sur les clubs pros, si jamais elle en a eu une. Cela lui fait un combat de plus, après la question de Mediapro, de la cohérence des décisions sur les classements et de pas mal d'autres sujets plus essentiels.
  • Bah, c'est comme avec la crise du COVID, quand on est décideur de rien, quand on a aucune responsabilité, on sait toujours ce qu'il faut faire, quand il faut le faire, et comment il faut le faire.
  • 53a951752c0ea.jpeg
    Modifié par father-tom ·
    father-tom • 38 ans
    Aucun besoin d'avoir été président ou vice-président de la LFP pour estimer que les questions de Mediapro, de l'autorité de la Ligue et de la cohérence des classements sont autrement préoccupantes, par rapport à un leak sur une situation financière de clubs que l'on savait fragilisée par leur modèle ou gestion.

    La Ligue défend les clubs, très bien; ainsi que la confidentialité de ses éléments. Chacun se fera son idée sur la place de ce recours au milieu des sujets actuels. C'est le principe d'un forum de discussion.

    S'il fallait que tu sois recruteur ou ancien pro pour avoir un avis sur Ndoram ou Prcic, ça limiterait pas mal tes interventions aussi.

    Ne pas exercer une responsabilité n'exclut pas d'avoir un oeil critique ou une appréciation, heureusement. [-o
  • Le tribunal administratif de Paris a rejetté les recours de Lyon, Toulouse et Amiens.
    Prochaine étape, le Conseil d'Etat.
  • Les recours ont été rejetés parce que le TA s'est déclaré incompétent pour une affaire qui doit être appréhendé au niveau national (d'ou la réorientation vers le CE). On y voit pas plus clair qu'avant, les 3 équipes se sont simplement tournées vers la mauvaise juridiction. Il n'y a donc aucun jugement sur le fond.
  • mais du coup le CE prend les référés ou pas ? Si quelqu'un peut m'éclairer, merci d'avance.
  • Bien sûr... Le recours d'Amiens, Toulouse et Lyon a été introduit en référé. Le Conseil d'Etat peut être saisi dans des procédures d'urgence.

    Il faut prouver le caractère urgent ce qui, compte tenu de la problématique des dates, justifie le référé.
  • N'empêche pour la clarté, une ligue 1 avec des descentes et une ligue 2 à 22, c'est bien confus... Franchement Toulouse n'avait que peu de chances de se maintenir, Amiens était aussi décroché, et L'OL n'avait qu'à gagner ses matches avant... bref, cela m'étonnerait que le conseil d'Etat leur donne raison.
  • 1)Donc du coup quand le CE donneras sa réponse, personne ne pourra faire appel, ni les clubs ni la FFF ou LFP ?
    2)La décision de finir les championnats sont acté, les montée et les descente aussi, du coup on peut s'imaginer que si le CE donnent raison a Toulouse et a Amiens on aura une ligue 1 a 22 et une ligue 2 a 20 du coup ?
  • Ce serait quand même fou que Toulouse soit maintenu alors qu'ils étaient en lice pour battre le record du minimum de point dans une saison. Rien que pour être barragiste, il aurait fallu qu'ils prennent autant de point sur le dernier quart de championnat que pendant les trois premiers. Et encore, à la condition que Nîmes perde tous les match sur la période et qu'Amiens ne prenne pas beaucoup de point.
    Bref, pour moi ils ont pas vraiment de quoi se plaindre, la fin prématurée de la saison permettant juste d'abréger leur souffrance.

    Pour Lyon, il fallait bien fixer un classement à partir du moment où des mesures gouvernementales empêchaient la reprise de la saison. Leurs lamentations parce que leur club avait joué 2 fois le PSG contrairement à d'autres (argument niveau CP) et leur certitude sur le fait qu'ils allaient remonter au classement (c'était loin d'être une évidence vu leur niveau actuel) ne rend la démarche que plus pathétique encore.

    Seul Amiens a un minimum de crédibilité dans sa démarche (et je dis bien un minimum).

    Mais tous cela ne présume en rien de la décision du CE. A partir du moment où ce cas de figure n'a jamais été intégré aux textes, il y a débat.
  • Je ne sais pas quels arguments ont poussé la LFP à proposer une Ligue 2 à 22 clubs alors que la Ligue 1 était maintenue à 20 clubs. Je trouve que cette différenciation fragilise le reste du montage.
  • En 2016 il ont voté un texte de loi qui stipule que la ligue 1 c'est de 18 à 20 clubs et que la ligue 2 c'est de 18 à 22 clubs.
  • ptitpatate a écrit, le 23/05/2020 14:01 :
    1)Donc du coup quand le CE donneras sa réponse, personne ne pourra faire appel, ni les clubs ni la FFF ou LFP ?
    2)La décision de finir les championnats sont acté, les montée et les descente aussi, du coup on peut s'imaginer que si le CE donnent raison a Toulouse et a Amiens on aura une ligue 1 a 22 et une ligue 2 a 20 du coup ?


    Le Conseil d'Etat est la plus haute juridiction pour les affaires administratives. Pas de recours possible. C'est l'équivalent de la Cour de Cassation pour les affaires judiciaires.

    Je ne crois pas que le C.E. intervient dans la question de "qui monte qui descend", ou la composition des championnats. Le verdict rendu concerne d'autres aspects je pense (invalidité du classement ou autre), sauf si les demandeurs sont déboutés. Ce qui semble être le plus probable quand même.

    Pour le passage de la ligue 2 à 22 clubs, je crois que c'est dans le respect des statuts et la conséquence d'un vote des collèges de L1 et L2. 31 voix pour, 9 contres (exclusivement en L1).

    Les demandeurs reprochent de ne pas avoir eu la possibilité de défendre leurs chances jusqu'au bout sportivement, en payant le prix d'une décision (gouvernementale et de la Ligue) qu'ils contestent. Une contestation que, pour ma part, je comprends.
    Ces recours étaient hélas prévisibles. Le foot français est pas mal secoué, en plus d'être fragilisé économiquement, par les conséquences de cet arrêt.

    Au moins le Conseil d'Etat permettra de mettre fin à ces procédures assez rapidement. A tort ou à raison. Au moins, les clubs sauront à quoi s'en tenir.
  • En attendant de pouvoir se remettre de la Ligue 1 sous la dent: on peut élire le onze flop de la saison

    https://aucafedessports.fr/elisez-les-flops-de-la-saison-de-ligue-1/
  • On peut quand même se poser quelques questions notamment sur les descentes de ligue 1. Sur l' exception ligue 2 à 22.
    Et j' ajoute que je trouve que le politique aurait du se contenter de l' aspect sanitaire et pas du sportif. Ce n' est pas à Macron de décréter la saison finie.
    Des décisions hallucinantes sont prises et ça choque trop peu de monde à mon goût.
    Je n' ai jamais aimé Amiens sur le terrain, mais je comprends qu'ils n' acceptent pas cette décision.
  • Ben le gouvernement en interdisant le sport collectif, a pris une décision purement sanitaire.

    Après, c'est aux instances sportives de prendre les décisions qui s'imposent en sachant s'adapter.

    Pour ma part, une saison à 22 équipes était la meilleure décision à prendre.
    Avec 4 descentes à le clef .
  • La situation sanitaire a effectivement été le socle d'une décision politique qui a permis d'envoyer un message fort pour dire "voyez comme on ne rigole pas avec la santé". Une fermeté radicale sur un symbole populaire et médiatique, comme contrepoids aux mises en cause sur la gestion de la crise sanitaire. Quand on est accusé de légèretés ou d'insuffisances, il est normal de taper très fort pour démontrer le contraire sur des leviers d'actions restants. Surtout quand ces leviers sont médiatiques et faciles à actionner. Une facilité accrue par la désunion au sein du foot français ou encore les agitations partisanes de J-M. Aulas en début de crise.

    Rien n'imposait de tout arrêter jusqu'en septembre sans même se laisser la possibilité de voir comment les choses allaient évoluer, ou d'étudier des modalités de reprise, plus tard. En mai ou juin... Rien, si ce n'est montrer cette fermeté.

    Les pays qui reprennent le font parce que les conditions sanitaires le permettent. Ils ont attendu de voir si c'était possible et comment. A partir du moment où ils reprennent c'est qu'avec des précautions extrêmes et un ensemble de mesures, la reprise peut se faire. Sauf évolution qui amènerait à tout stopper plus tard (au même titre que le déconfinement du 11 mai représentait aussi un risque de marche arrière).

    Il n'y a pas les irresponsables d'un côté qui font n'importe quoi sanitairement, et de l'autre la France, modèle de gestion et de responsabilité. Même si c'est réconfortant de la penser.

    La meilleure solution aurait été de reprendre si ça avait été possible.
    Faute de verdict du terrain, il n'y a aucune solution viable. Ni à 22, ni à 20, ni saison blanche, ni classement calculé... on va retenir "le moins pire", mais le moins pire pour qui ? Personne ne peut être d'accord. Amiens n'accepte pas le classement calculé et arrêté, les clubs de L1 n'acceptent les 22... Un bourbier. Il faudra la décision du Conseil d'Etat pour mettre fin à ces recours et trancher sur la suite.
  • Je sais pas s'il y avait une meilleure décision à prendre. Il y a juste différent choix avec des effets différents à chaque fois.

    Maintenir Toulouse pour faire descendre (potentiellement) une autre équipe l'année suivante, ça ferait surement grincer des dents (la différence étant que les règles seraient connues à l'avance).

    Là au moins, il y a une décision homogène qui s'appliquait à tout le football français. Enfin jusqu'au vote du passage à 22 équipes de la Ligue 2 ...
  • matteo67 a écrit, le 24/05/2020 09:04 :
    Ben le gouvernement en interdisant le sport collectif, a pris une décision purement sanitaire.


    oui bien d' accord, mais la fin du championnat c'est pas "plus de sport collectif pour l' instant"
  • father-tom a écrit, le 24/05/2020 11:23 :
    [...]Les pays qui reprennent le font parce que les conditions sanitaires le permettent. [...]

    On a déjà débattu sur le reste de ton post et je comprends ton point de vue. Mais si tu pars de cette hypothèse là, la phrase que j'ai gardé, pour moi tout est caduque. Ils reprennent pour des raisons économiques et uniquement cela. Sinon les autres sports seraient également concerné, notamment amateurs, et ce n'est pas le cas.
    L'exemple Allemand semble fonctionner pour le moment, et tant mieux d'un point de vue sanitaire. Mais pour l'instant c'est le seul exemple concret que nous avons en Europe, il est trop tôt pour tirer des conclusions hâtives. Curieux de voir comment cela va se passer en Italie, Espagne et Angleterre, à partir de là on pourra juger de l'arrêt prématuré ou non de notre championnat.
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.