Arsène Wenger

Flux RSS 632 messages · 118.628 lectures · Premier message par schlesier · Dernier message par pepito

  • Les supporters veulent un titre, vu que cela ne donne rien avec Wenger, ils demandent du changement.
    Est ce que ce sera mieux, pas sûr, mais qui ne tente rien n'a rien.
  • kitl a écrit, le 10/03/2017 14:21 :
    Je ne le vois pas reprendre ailleurs à près de 70 ans.


    Il a pourtant déclaré vouloir continuer encore 4 ans, à Arsenal ou.. ailleurs.
  • rcsforever a écrit, le 10/03/2017 14:21 :
    Le PSG et Wenger ont en point commun cette incapacité à franchir un cap sur la scène européenne, depuis plusieurs années. Pas certain qu'il soit l'homme de la situation, surtout que son équipe actuelle est souvent montrée du doigt pour sa fragilité mentale, son manque de caractère dans les grands rdv.


    Paradoxalement, c'est peut être un challenge qui pourrait intéresser Wenger et le PSG.
    L'un pour prouver qu'il peut faire gagner et dans un environnement autre qu'a Arsenal, et le PSG pour changer du staff actuel qui restera malheureusement sur cet échec contre Barcelone et que tout le monde va lui remonter en permanence si il reste en place.
    Je sais que ça fait un peu science fiction mais pourquoi pas ?
  • Rien d'impossible en football (hein....) mais ce que Wenger doit surtout apprécier à Arsenal, c'est le fait d'avoir les mains libres. Est-ce que ce serait toujours vrai ailleurs ? Les dirigeants feraient-ils preuve d'autant de patience dans un championnat ou la concurrence est moins forte, rendant la réussite sur la scène européenne indispensable ?
  • Officiel
    Il quittera Arsenal à la fin de cette saison
  • Malgré les difficultés en championnat depuis 2 saisons déjà et de nombreuses déceptions en C1, 22 ans de longévité dans un même club c'est assez rare de nos jours pour être souligné. Et même si l'Atlético est un futur adversaire de qualité et qu'on ne présente plus, il lui reste encore la C3 pour espérer finir sur une note positive et remporter un premier trophée européen. Compliqué mais ainsi la fin de l'histoire entre Wenger et Arsenal serait belle.
  • Modifié par muckensturm ·
    muckensturm
    Arséne à la suite de Th. Laurey au Racing, avant de prendre sa retraite définitive ?. Ce serait un juste retour des choses. Commencer et finir au Racing. Why not ?
  • Aucune raison que Laurey s'en aille si le club arrivait à se maintenir en cette saison.
  • Déjà il est au dessus de l'age limite en France donc pas sûr que son contrat soit validé. Ensuite, pingre comme il est, il demanderait probablement un salaire à la hauteur de son statut ce qu'on est incapable de payer. Je ne vois même pas comment on peut, objectivement, considérer sa venue au Racing.
  • Il a fait sa carrière, point. Il est alsacien, certes, il a dirigé le centre, certes, mais il n'a rien à voir avec la version 2010-2020 du RCS.

    Bonne retraite à lui et bravo pour ses succès passés !
  • Personnellement Arsène a fait une super carrière, grâce a lui Arsenal est devenu ce qu'il est aujourd'hui, à savoir un club stable et un grand club anglais et européen. Malheureusement il me semble que le style de jeu et les méthodes d'Arsène soient un peu dépassées. Il est temps qu'il arrête, il faut se faire une raison et passer à autre chose. En ce qui concerne le Racing, je ne le vois pas entrainer par contre il pourrait peut être donner un coup de main au club à travers différents moyens, organigramme du club, dans le recrutement ou autres, à voir... Mais en tant qu'entraineur non, puis Laurey fait du bon travail, aucune raison de changer.
  • Et de toute manière, après avoir goûté au plus haut niveau sur une si longue période, quel intérêt pour lui de diriger une équipe jouant le maintien ? On aime tous notre belle Alsace mais ça ne fait pas tout non plus.
  • La vraie question est: qui prend la place de meilleur entraîneur alsacien ?
  • Dans l'histoire ou pour le futur ? Enfin perso, Guy Roux reste la référence, en ayant mené un club amateur jusqu'au titre de champion de France.
  • Je pense que la machine à rumeur est en route (comprendre Wenger prend des responsabilités - quelles qu'elles soient - dans le club), surtout s'il revient vivre dans la région.
  • rcsforever a écrit, le 20/04/2018 16:44 :
    Dans l'histoire ou pour le futur ? Enfin perso, Guy Roux reste la référence, en ayant mené un club amateur jusqu'au titre de champion de France.


    Je sous-entendais en activité :D
  • shmoldrukt1305970706.jpg
    Modifié par shmoldrukt ·
    shmoldrukt • 39 ans
    Ma rumeur gratuite sera son retour à Monaco.
    Dans la continuité de Jardim qui va bien attirer l'oeil d'un grand club.
    Ligue des champions et remplissage de caisse resteront au programme avec Arsène.
  • Article de So Foot (Ou plutôt un de leurs journalistes), qui voudraient le voir chez nous:

    ARSÈNE, LA MEINAU T'ATTEND

    C’est un peu comme si des milliers de prières montant de la Meinau avait été exaucées. Arsène Wenger, le fils prodigue, peut enfin revenir accomplir son destin sur les bords du Rhin. Le retour au pays se relève autant un quasi-devoir patriotique qu’une immense opportunité pour l’entraîneur de laisser une trace unique dans le foot français. Et de se montrer à la hauteur de sa légende.

    Arsène Wenger a donc annoncé qu’il n’entraînerait plus Arsenal la saison prochaine. Un coup de tonnerre dans le ciel bleu de la perfide Albion et de l’Hexagone. Son histoire semble tellement liée à cette vénérable institution londonienne qu’on se demande presque s’il ne faut pas la rebaptiser autrement désormais. Toutefois, ce goodbye, tant retardé, lance aussi une période durant laquelle toutes les spéculations seront de mise pour la suite. Quel point de chute désormais : en Premier League ? En France ? À la tête d’une sélection nationale ? Des Bleus histoire de préparer l’après-Deschamps en cas d’accident industriel en Russie ? Il existe pourtant un choix qui semble s’imposer si l’on écoute la voix du cœur et le sens de l’histoire. Car avant d’être le Gunner par excellence, Arsène vécut une vie de footballeur, et son amour du ballon rond possède son heimat : l’Alsace. Bref, c’est au Racing de Strasbourg que tous les chemins le mènent.

    Donner de la consistance au conte de fées

    La synchronisation des montres est presque parfaite. Le Racing vient juste de remonter en Ligue 1. Une saison de feu à la Meinau, mais douloureuse d’apprentissage pour un retour mitigé, pour la vérité du terrain, parmi l’élite. C’est à ce moment que l’enfant du pays (il a un stade à son nom du coté de Duppigheim ) annonce qu’il va renoncer au banc des Gunners. Il n’a jamais caché qu’il suivait l’évolution des Bleu et Blanc – surtout depuis la renaissance sportive enclenchée depuis quatre ans – ni le soutien qu’il apportait au travail de l’actuel président Marc Keller, lui aussi « du cru » et lui aussi passé par Monaco. Tous les astres sont donc alignés. Si le Racing se maintient, il va avoir besoin de reprendre de l’élan, de donner une consistance au conte de fées. De ne plus seulement psalmodier les évangiles d’une résurrection à l’ombre de la cathédrale et sous les chants quasi mystiques des ultras.

    Car au-delà de l’évidence, au-delà de l’attachement à son sol natal, à son Alsace des villages et du bistrot de ses parents, le retour d’Arsène Wenger ne se limiterait pas à un geste de solidarité, voire de charité, voire une énième variante du « rendre ce que l’on doit à son "premier" club » (à l’instar de Wayne Rooney à Everton). Arsène Wenger a quelque chose à terminer, et donc aussi la chance d'écrire finalement un nouveau chapitre, peut-être la conclusion, donc forcement le plus beau, de sa carrière.

    Champion de France 1979

    1978-1979. L’année qui reste à jamais gravée dans les annales en dialecte. Les hommes de Gilbert Gress (Léonard Specht, Dominique Dropsy, Raymond Domenech, etc.) ramènent le seule titre de champion de France de ce plus que centenaire Racing. Une saison qui continue de hanter les esprits et les pages des DNA (Dernières Nouvelles d’Alsace). Un petit train bleu avait alors parcouru la région pour promener le trophée jusqu’à la maison, à la Meinau. Cependant, si Arsène Wenger, tout juste arrivé des Pierrots Vauban de Strasbourg, joue quelques matchs en D1, il n’en profite ou n’y contribue que sur la marge.

    Capitaine de la réserve qui évolue au troisième échelon, qu’il remporte aussi, il ne peut poser cet extraordinaire succès comme les autres protagonistes de la première. Celui qui incarne le mieux aujourd’hui à travers le monde le prototype du footballeur alsacien se doit de rattraper ce petit décalage. Et il ne peut le faire qu'en reprenant les rênes du Racing. Devenir lui aussi un des piliers de ce monument. Les pétitions sur les réseaux le réclament depuis longtemps. L’heure est venue.


    Du foot moderne à l'ancien monde

    Naturellement, comment ne pas confesser un sentimentalisme assumé dans cette requête, dans cette folle espérance. On ne se refait pas. Dans le chaudron de la Meinau où les supporters croient encore que le football ne peut se vivre que par passion, tout autant au moins que par la seule grâce du classement et des statistiques, revoir débarquer l’un des rares entraîneurs français à s’être imposé de la sorte outre-Manche à la tête du seul et unique Arsenal FC, qui plus est au sein d’une Premier League emblème du foot mondialisé et « moderne » , exalterait une saveur de revanche symbolique. Presque une rédemption, bien qu’évidemment, on se doute que le coach ne ressent guère de culpabilité pour son parcours. Toutefois, « redescendre » au Racing aurait une belle valeur politique, comme changer de camp pour rejoindre ce club qui continue d’incarner quelque chose de « l’ancien monde » , tandis que des confrères tels que Sochaux ou le LOSC semblent menacés du pire.

    L’arrivée d’Arsène Wenger au RCSA ne se résume pas qu'à une histoire d'élégie et de nostalgie. L’évocation de ce nom aux commandes de l’équipe alsacienne changerait naturellement la stature sportive du Racing. La configuration du mercato en serait transformée pour le club, notamment auprès des agents des jeunes joueurs prometteurs. Les travées de la Meinau, l’Alsace et le foot français ont aussi besoin qu’un club comme le Racing propose autre chose que de la résistance et de la grinta. Du jeu, de l’espoir, de l’enthousiasme. Venir taquiner les plus grands sans perdre son âme. Arsène Wenger a le pouvoir de redistribuer les cartes.

    SO FOOT
  • muckensturm a écrit, le 20/04/2018 13:06 :
    Arséne à la suite de Th. Laurey au Racing, avant de prendre sa retraite définitive ?. Ce serait un juste retour des choses. Commencer et finir au Racing. Why not ?


    Un juste retour de quoi au juste ?
    Il était où le père Arsène en 2010 quand le Racing était en phase terminale ?
    Il a fait quoi pour le Racing ? Il s’en tamponne pas mal du club ( il en a d’ailleurs le droit )

    Virer Laurey en cas de maintien ? Le Racing n’aurait alors vraiment pas retenu les leçons du passé ( mais j’en n’ose y croire )
  • Avatar_haring.jpg
    Modifié par spiterman67 ·
    spiterman67 • 51 ans
    A part avoir joué 20 matchs en 3 saisons et entraîné la réserve, il a fait quoi à Strasbourg ?
    Il y en a vraiment qui se font des films. Évidemment qi'il s'en tamponne de Strasbourg...
  • De plus, virer TL pour bons services rendus me semble complètement incongru !
    C'est pas comme cela que MK voit les choses, il me semble.
  • Wenger ne s'intéresse pas au RCS. Il n'a même pas été foutu de mettre 100 000 euros pour aider alors que ce n'était pas grand chose pour lui.
    Faut arrêter avec lui.
  • beaucoup de suppositions
    perso je pense qu’Arsène s’intéresse vraiment au racing, il a pas investi sur le club car impliqué à fond dans arsenal et ptetre pas envie de mettre de l'argent quelque part où il aura pas le temps de s'investir ou alors simplement pas envie d’investir financièrement dans un club de foot
    je ne pense pas néanmoins qu'il viendra, il a sa vie a londres, sera ptetre intéressé par un nouveau challenge sportif dans un autre grand club mais ptetre aussi une envie de souffler et faire une sorte d'année sabbatique
    bref ce sera la rumeur estivale dans beaucoup de clubs et pas que le notre

    là voila ma supposition à moi :-)
  • rcsforever a écrit, le 20/04/2018 16:44 :
    Dans l'histoire ou pour le futur ? Enfin perso, Guy Roux reste la référence, en ayant mené un club amateur jusqu'au titre de champion de France.

    Certes il est né à Colmar, mais ça ne fait pas pour moi pour autant un entraineur Alsacien :'>
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.