Egon Gindorf

Flux RSS 160 messages · 16.600 lectures · Premier message par marc · Dernier message par denpasar

  • Gindorf est un amoureux transit du RCS.
    Et l'amour rend aveugle.

    Il se laisse effectivement peut-être trop influencé. C'est ce qui me fait craindre pour le réunion et les décisions prises...
  • Pour une fois qu'il y avait un président qui ne se mêlait pas trop de l'équipe & laissait les "spécialistes" à l'oeuvre...
  • Vendredi 13 : les adieux

    Le désormais ex-président Egon Gindorf a convié les salariés du Racing à un repas d'adieux ce soir. Un indice de plus sur son prochain retrait définitif.

    « Le départ d'actionnaires minoritaires fait partie de la vie normale d'une société. Les gens passent, la société reste. Ça vaut aussi pour moi. Dans un club de football, c'est pareil. » Philippe Ginestet ne saurait être plus clair. Dès l'annonce officielle – au plus tard lundi - du retrait de tout ou partie des actionnaires minoritaires de « Sportinvest », holding qui gère le Racing et qu'il contrôle de nouveau à 51 % depuis début décembre, le nouveau président du club strasbourgeois se portera acquéreur de leurs parts. « Si une clause figure dans le contrat de cession, c'est que je pensais que ça pouvait se passer comme ça, non ? », disait-il dans nos colonnes mercredi. Une phrase qu'il répétait encore hier. Après les déclarations incendiaires des uns envers les autres – et inversement – ces derniers jours, la marche arrière est évidemment devenue impossible. Egon Gindorf n'en a de toute façon pas l'intention. À ses yeux, le point de non-retour est atteint. Et pour la quiétude du club et, surtout, d'une équipe qui vient de décrocher le nul à Monaco et n'a pas abdiqué toute ambition de maintien (Ndlr : battre Metz demain la propulserait sans doute à la 18e place, ce qui serait déjà un premier pas), la page doit aujourd'hui être tournée. Lundi au plus tard, les cinq actionnaires minoritaires officialiseront leur position et, vraisemblablement, leur retrait du capital de « Sportinvest ». Les peaux de banane lancées ici ou là ne changeront rien à un fait incontestable et irréversible : Philippe Ginestet est aujourd'hui le nouveau patron. Et bien qu'il s'en défende, l'investisseur immobilier prépare déjà son plan de bataille pour les mois à venir. Autrement dit, la constitution d'un nouvel organigramme. En son for intérieur (il le disait hier dans l'avion régulier qui ramenait l'équipe de Monaco), il espère toujours convaincre Marc Keller de rester associé à son projet. Au moins pour un temps.

    « Songer à l'intérêt général du club »
    Mais il a déjà posé des jalons au cas - toujours envisageable - où l'actuel directeur général rendrait son tablier dès le début de semaine prochaine. Même en l'absence de confirmation officielle, la nomination d'Albert Gemmrich au poste de manager général, à plus ou moins long terme, est une hypothèse plus que crédible (nos précédentes éditions). L'ancien international, peu disert mercredi sur sa propre situation, n'a pas subitement retrouvé la parole. Sauf pour dire ceci : « Lundi est une date très importante pour l'avenir du club. Je parlerai le moment venu. De toute façon, dans l'éventualité où quelqu'un devrait annoncer quelque chose, ce serait au président de le faire. Dans cette affaire, il faut avant tout songer à l'intérêt général du Racing que tous les Alsaciens aiment, en faisant fi des intérêts personnels. Le RCS ne laisse personne indifférent de Saint-Louis à Wissembourg. » En attendant ce changement d'ère (et d'air par la même occasion), le Racing, auteur d'un nul à Monaco avant-hier, tente de préparer aussi sereinement que possible le derby couperet de ce samedi contre Metz (20 h). Même si hier, le Grec de l'ASM, Zikos, assurait que « Monaco n'avait pas fait un aussi mauvais match depuis que j'en porte les couleurs », le RCS n'en a pas moins rapporté mercredi de Louis II, au courage et à l'envie, un point d'autant plus précieux que depuis 1992 et sa remontée en L 1 sous l'ère Gilbert Gress, il y avait enchaîné douze revers en L 1. «Avec tout ce qui se passe, nous ne devons penser qu'au football et essayer de faire en sorte d'avoir le moins de choses possibles à nous reprocher, de montrer que la solidarité existe au moins quelque part dans ce club », martèle Jacky Duguépéroux. « Nous devons nous concentrer sur le jeu, notre état d'esprit et faire du mieux possible avec les moyens qui sont les nôtres (cf ce qu'il déclare ci-dessous sur l'indigence offensive de sa formation). Le derby de demain doit entretenir l'espoir. Un nul n'arrangerait personne. Pour l'une des deux équipes, perdre reviendrait à devoir accomplir un plus grand miracle encore pour s'en sortir. » Ce soir, Egon Gindorf fera ses adieux aux salariés. Demain, le Racing devra tout faire pour ne pas faire – déjà – les siens à la Ligue 1.

    source : l'Alsace
  • Juste un petit message pour remercier Egon Gindorf... S'il part dans une période sportivement et administrativement tourmentée, si, en tant que président sortant, il a nécessairement une part de responsabilité, son passage à la présidence restera comme un temps de réconciliation de la direction avec le public après le climat carrément oppositionnel du temps de Mc Cormack, de remise à flot financière du club, et, quoi qu'il arrive en L1 maintenant, il aura décroché un titre sous sa présidence, bien exploité en UEFA en plus. Son plus grand mérite restera bien sûr son intégrité, le fait qu'aucun supporter n'a pu douter de sa passion pour le club.
  • samh a écrit :
    Et bien qu'il s'en défende, l'investisseur immobilier prépare déjà son plan de bataille pour les mois à venir. Autrement dit, la constitution d'un nouvel organigramme. En son for intérieur (il le disait hier dans l'avion régulier qui ramenait l'équipe de Monaco), il espère toujours convaincre Marc Keller de rester associé à son projet. Au moins pour un temps.

    source : l'Alsace

    Cette phrase, pour tous ceux qui n'arrête pas de juger de l'incompétence de Keller, me fait vraiment sourire :D

    A croire que bizarrement, Gindorf, Afflelou, Ginestet, ... bref, tous ceux qui travaillent avec lui, reconnaissent sa valeur. Il n'y a que certains supporters qui jugent sans avoir la moindre idée du boulot qu'il accomplit tous les jours qui le descendent (-)


    Sinon, bon vent à toi Egon, et merci pour tout ce que tu nous as apporté (sauvetage du club, respect des supporters, coupe de la Ligue, ...) (+)

    Tu as été parmis les bons présidents du Racing, et, personnellement, je ne l'oublierais pas :)
  • Je serai toujours reconnaissant à Egon d'avoir été là pour reprendre et aider le club dans des moments extrêmement difficiles après l'inter-minable épisode Mc Cormack.

    Sur le plan personnel, cet homme aura laissé une trace de bonté et d'honnêteté, n'hésitant pas à engager ses billes personnelles dans une opération qui était financièrement loin d'être sûre, par amour du club et de la région.

    Mon seul regret : qu'il n'ai pas eu dix ans de moins....

    Mon seul souhait pour lui : qu'il garde les bons souvenirs et oublie les mauvais, je crois que ce sera le cas.
  • pattel a écrit :
    Gindorf est un amoureux transit du RCS.
    Et l'amour rend aveugle.

    Il se laisse effectivement peut-être trop influencé. C'est ce qui me fait craindre pour le réunion et les décisions prises...


    Je pense que ce propos est très juste. Le pére Gindorf m'a l'air de perdre les pédale, aveuglé par son amour justement...

    Ca n'enlève en rien à ses mérites, ce fut un Président génial. Domage que sa sortie soit un peu ternie...
  • Les adieux d'Egon Gindorf. Celui qui aura présidé aux destinées du RCS de mai 2003 à décembre 2005 a convié vendredi une trentaine de salariés à un dîner d'adieux dans un restaurant de Plobsheim. Un repas émouvant où, selon les témoins, les soubresauts qui agitent les coulisses n'ont pas été évoqués. L'industriel allemand à la retraite a insisté, en substance, sur la nécessité « de rester positif et de tout donner pour le bien du club. » Le personnel du RCS a offert à son désormais ex-patron deux magnums de vin, une grande photo encadrée de lui avec la Coupe de la Ligue remportée en 2005 et un maillot à son nom dédicacé par l'équipe.

    Source l'Alsace
  • Marc Gindorf libéré.

    Incarcéré depuis plus d'un an en Allemagne dans le cadre d'une enquête sur une vaste affaire d'escroquerie doublée de fraude fiscale (à hauteur de 25 millions d'euros), Marc Gindorf, le fils de l'ancien président, vient d'être libéré contre une caution de 2 millions d'euros (l'argen t du Racing ? :p ). Il n'est pas pour autant exonéré des charges qui pèsent contre lui. Il passera en jugement fin février.

    source : l'Alsace
  • Gindorf « Le RCS était en bonne santé »

    Egon Gindorf, le président Philippe Ginestet annonce un déficit de 2,2 millions pour 2005-2006. Ce chiffre était-il déjà programmé sous votre présidence ?
    Oui, en tenant compte de l'affaire Garay qui nous a obligés à verser 1,4 million à Nancy. Pour équilibrer, nous savions qu'il nous faudrait vendre un joueur. La cession d'Alexander Farnerud à Stuttgart, pour 1,9 million, y suffit pratiquement.

    En auriez-vous vendu autant ?
    Peut-être pas la totalité. Parce qu'une fois qu'on a vendu l'effectif, le tout n'est pas de remonter en L 1, mais de trouver ensuite une enveloppe pour construire une équipe capable d'y tenir son rang. Quand on garde certains joueurs, on les a déjà sous la main.

    Avec la relégation en L2, vendre était une nécessité, non ?
    Absolument. Philippe Ginestet a agi en commercial. Il ne voulait pas injecter ses propres deniers. Il a donc faire ce qu'il fallait pour ne pas y être contraint. Mais il a surtout fait ce qu'il fallait pour être sûr de passer la saison de L 2 avec une situation financière stable sans laquelle on ne peut rien construire. Il gère le club à sa façon. Mais il sait que s'il voulait repartir sur des bases saines, il ne pouvait pas agir autrement. Sans compter que certains joueurs ne voulaient pas rester.

    Seuls Lyon, Monaco et Rennes ont plus vendu cet été. Que cela vous inspire-t-il ?
    Que le Racing possédait un actif joueurs de 20 millions et que le travail de recrutement de ces dernières années avait été judicieux. Le club était en bonne santé. Il n'a eu qu'un seul malheur : descendre pour n'avoir pas su créer une osmose entre de bons joueurs. S'ils ne l'avaient pas été, ils ne seraient pas tous partis dans de grands clubs.

    Que répondez-vous à ceux qui disent qu'en vendant vos actions à Philippe Ginestet, Marc Keller, Patrick Adler, Pierre Schmitt et vous-mêmes avez réalisé une forte plus-value ?
    Le prix a été fixé par Philippe lui-même. Je rappelle qu'au départ, nous devions lui racheter 31 % des actions d'Eurinvest pour 1,5 million. Finalement, il s'est produit l'inverse. En investissant, tout le monde avait pris un risque. La plus-value n'est qu'un simple retour des choses dans un club que nous avions valorisé.

    source : l'Alsace
  • D'apres Gindorf: "Le club était en bonne santé. Il n'a eu qu'un seul malheur : descendre pour n'avoir pas su créer une osmose entre de bons joueurs. S'ils ne l'avaient pas été, ils ne seraient pas tous partis dans de grands clubs."

    C'est marrant, moi je pense surtout que s'ils avaient tous ete de si bons joueurs que ca, ils ne seraient pas... descendus,cqfd!! :D

    puis quand on voit les prestations de farnerud a stuttgart ou de diane au psg...
  • J'ai toujours pas digéré ces 1,4 millions d'euros versé à Nancy... :-w
  • Ce message est une brève publiée sur le portail.
    Egon Gindorf a démissionné du Conseil d'administration de la SASP RCS-Football pour raison de santé.
    Source: Site officiel
  • Ben merde alors.....en tout cas je lui souhaite de tout coeur un prompt rétablissement....et je garderais en tête quelques souvenirs mythique avec lui comme président, et ceux malgré cette descente catastrophique.

    Egon (+)
  • Je crains le pire pour notre cher Egon, il me semble bien que depuis la saison 2005/2006 il a une mine bien pale et malade! :|s :-s
  • J'espère qu'il va vite se retaper Egon. Les fans du Racing sont avec toi!
  • Et si ce n'était qu'un prétexte pour commencer à retirer ses billes ? :-/
  • Gindorf démissionne

    L'ex-président du Racing, Egon Gindorf, qui a cédé son fauteul présidentiel en 2005, vient de démissionner de son poste d'Administrateur du RCS. A la fois pour raisons de santé et en raison de son éloignement. L'ancien industriel allemand jouit en effet de sa retraite sur la Côte d'Azur et n'est plus que rarement présent à Strasbourg. Egon Gindorf reste cependant actionnaire minioritaire (à 16,31% via sa société Eurodirect) d'EuroRacing, la holding qui contrôle le club à 78% et dont Philippe Ginestet est l'actionnaire majoritaire à 70%. A la demande de son successeur, il s'apprête d'ailleurs à injecter 391 440 euros en compte courant pour le club. Pour cette avance de trésorerie récupérable le 31 octobre, il a exigé de P. Ginestet une garantie personnelle. Une requête sur laquelle ce dernier reste discret. "C'est une chose que nous avons vu ensemble", se borne-t-il à déclarer."Je souhaite surtout à Egon un prompt rétablissement et, au nom du club, le remercie pour la sagesse et les precieux conseils qu'il a su mettre au service Racing, notamment lors de sa présidence."

    L'Alsace
  • Une quasi-interview d'Egon Gindorf

    Parce que nous l'aimons, parce qu'il vient de se retirer pour prendre soin de sa santé et qu'on lui souhaite un prompt rétablissement, nous avons eu envie de lui donner la parole, malgré lui. Pour le plaisir, une fausse interview !

    Cliquez ici pour lire la suite de cet article
  • 77362570_10220813328506556_2462227016183709696_n.jpg
    Modifié par jamal ·
    jamal
    Il n'y va pas par 4 chemins lui ! :O
  • Ben moi je trouve qu'il a raison a 100 % (+)
  • guiltyx1184847958.jpg
    Modifié par guiltyx ·
    guiltyx • 27 ans
    c''est quoi ce fake?
  • Je pense que vous n'avez pas lu l'article en entier...
  • pourtant c'est bien précisé. :-w
  • J'ai précisé noir sur blanc dans le chapeau -comme si le titre n'était pas assez clair, et comme s'il y avait le moindre doute à la lecture du texte- qu'il s'agissait d'une interview 100% pipologique, c'est bien du texte de mon cru, Egon et moi on ne s'est jamais rencontré à moins d'un bout à l'autre du stade de la Meinau.

    Je m'étonne d'avoir besoin de faire cette précision...

    Après, l'article peut être jugé médiocre, mais c'est un autre problème.
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.