Supertramp : band of the century (9/15)

09/01/2009 23:55
1.735 lectures
1985 : Brother Where you Bound
Si vous êtes de ceux qui pensent que Supertramp a perdu toute son aura depuis le départ de Roger Hodgson, passez votre chemin ! Si je peux accorder à ces « détracteurs » que les derniers albums du groupe sont d'une moindre qualité, je vous en prie, ne passez pas à côté des quelques merveilles que nous apporte cet album.

Bien entendu, le groupe gardera des séquelles du départ de l'un de ses deux leaders, mais surtout il saura muer pour retrouver un style collant mieux aux intentions de Rick Davies. Pas de rythmes parkinsoniens si caractéristiques, pas de voix tutoyant les cieux, ici on est dans l'opéra rock pur et dur, avec ses pièces longues et fournies et ses accents graves et sombres.


http://www.rock-pop-tipps.de/images/supertramp-brother-where-you-...


Des sonorités un peu plus électriques et surtout expérimentales pour cet album. A l'instar d'un Peter Gabriel ou d'Alan Parsons Project, Supertramp expérimente à fond les possibilités des nouveaux outils de création artistique et des nouveaux sons qu'ils apportent.

Un album plutôt court, mais la chanson la plus longue et la plus fournie de leur répertoire. Pour moi, Rick Davies atteint largement, seul, le niveau du l'ancien Supertramp et de leur pièce maîtresse fool's overture. Un tout autre genre mais tout aussi prenant.


6 titres seulement pour cet opus :

CANNONBALL : premier single de l'album, cannonball présente bien, je pense, la teneur expérimentale de cet album. Des sonorités et un clip un peu hermétiques, dans le sens où il faut être dans l'esprit du créateur pour comprendre. Mais pourtant, une certaine démocratisation puisque l'« entité cannonball » est résolument taillée pour la radio.

STILL IN LOVE : assez en inadéquation avec le reste de l'album, il annonce plutôt les sonorités des prochains albums au lieu de confirmer la dimension opéra de l'album. C'est bien joli tout de même.

NO INBETWEEN : le titre commence comme une berceuse pour tout de suite laisser la place à des échos plus sombres. S'en suit un certain mal-être de l'auditeur, Rick Davies nous traîne dans la direction qu'il veut et réussit son coup.

BETTER DAYS : superbe pamphlet anti-totalitariste, cette piste est introduite par des scènes de liesses qui précèdent une musique un peu « automatique » très prenante. La critique est acerbe, les instruments rappellent la joyeuse ignorance des embrigadés de tous poils. Encore une fois, on se sent superbement mal à l'aise devant la vérité nue et l'ignominie humaine.

BROTHER WHERE YOU BOUND : chef d'oeuvre incontestable signé Rick Davies, ou comment rendre mon roman préféré encore plus beau grâce à une chanson. Fan de contre-utopies, j'ai forcément voué une certaine admiration pour George Orwell et son magnifique 1984. Un an après cette date, Supertramp devait sortir une véritable fresque de plus de seize minutes sur le même thème. Des paroles intenses au saxophone plaintif, des tableaux discordants à la partition piano ahurissante, tout est réunis pour faire de cette piste un chef d'oeuvre. J'ai bien dit tout ! La voix rauque de Rick Davies est incontestable de justesse. Certains remarquerons le superbe accompagnement de guitare électrique des trois dernières minutes ? L'explication est dans le nom de l'invité surprise : David Gilmour.

EVER OPEN DOOR : une fin plus traditionnelle et moins dense avec un titre agréable. Plus lent que le reste de l'album, il montre un Rick Davies à la voix plus « populaire ». Ca ressemble un peu à du Elton John et ça se marie très bien au reste de l'album même si ça n'y colle pas exactement.

Simon_

Commentaires (2)

Flux RSS 2 messages · 172 lectures · Premier message par Patrick · Dernier message par garkham

  • Je ne sais pas qui tu es, mais je te dis un immense bravo. Je viens de trouver ton blog en cherchant (par google) des commentaires sur le magnifique et méconnu "Words unspoken". Et... wow !
    Tes analyses sont excellentes. Et bravo pour ta persévérance, puisque toutes les chansons y passent, album après album, jour après jour.
    Rick et Roger seraient fiers de te lire !...
  • Merci beaucoup pour ton commentaire, ça me fait très plaisir. N'hésite pas à m'envoyer un mail si tu veux faire une critique plus poussée de mes billets et qu'on échange nos avis. "Words Unspoken" est en effet un des plus beaux slows du groupe, même si je lui préfère "Two of Us". Ma série sur Supertramp va continuer jusqu'à sa fin, le 3 Janvier, même si mes critiques deviennent beaucoup plus acerbes à partir de l'album suivant !

Commenter

Flux RSS garkham_250.JPG

garkham

Voir son profil complet

Archives

2009

2007

2006

2005