Supertramp : band of the century (11/15)

12/01/2009 23:55
615 lectures
1988 : Live '88 (LIVE)
Un an après le fiasco Free as a Bird, le groupe décide de reprendre la route pour se rattraper et tenter d'offrir un meilleur spectacle à nos oreilles. Le résultat est mi-figue mi-raisin puisque ce live, s'il n'est pas indispensable, apporte quand même son lot de nouveauté et de bonnes surprises.

Mais bon, on ne pouvait pas s'attendre non plus à un miracle. En effet, le groupe doit jongler dans sa playlist entre nous réasséner les maudites pistes de l'album précédent, ce qui serait fort mal connaître les attentes de leurs spectateurs, et reprendre les vieux classiques, ce qui aurait tout de suite un mauvais goût de réchauffer... à moins que !


http://www.stoneplace.de/Musik/Supertramp/Supertramp_Alben_1982_-...


L'album étant l'un des plus longs du groupe en terme de nombre de pistes, il arrive clairement à rattraper quelques pots casser, notamment en reprenant à merveille le prometteur free as a bird de l'album éponyme, ou en nous resservant comme à chaque concert crime of the century, mais cette fois-ci avec des variations bienvenues.

Enfin, deux pistes inédites, bien que largement perfectibles, apportent la sensation que le groupe s'est quand même remis en cause pour nous apporter un peu de plaisir. Malheureusement, après sa tournée, le groupe devait se séparer pour une dizaine d'années...


13 titres pour cet album en demi-teinte :

YOU STARTED LAUGHING : le groupe reprend son « inédit » du concert Paris, en éludant cette fois-ci la partie chantée, pour introduire son concert. Mauvais choix étant donné que ladite partie représentait le seul intérêt du titre, et surtout à cause du ralentissement abominable effectué sur la partie musicale.

IT'S ALRIGHT : titre catastrophique en studio, qui le reste malheureusement en concert. Un bien mauvais début pour cette album, même si on peut noter la belle performance piano de Rick Davies.

NOT A MOMENT : ici John Helliwell donne toute sa classe à un titre prometteur mais néanmoins mauvais de l'album dernier. Finalement, le tout en devient assez agréable.

BLOODY WELL RIGHT : impérissable succès du groupe, très bien exécuté une fois encore, en apportant même quelques nouveautés sur la fin. Dommage que, à l'image de tous le reste de l'album, le début de la chanson soit brouiller sous les cris stridents de la foule. Sans doute l'enregistrement s'est effectué un peu trop loin de la scène.

BREAKFAST IN AMERICA : jeu très prétentieux auquel se livre Mark Hart le nouveau chanteur du groupe, « remplaçant » du créateur du titre Roger Hodsgon et qui essaye ici de jouer sur le terrain de son prédécesseur. C'est logiquement d'une qualité bien moindre, même si notre nouvel interprète réussi tout de même à chanter juste (c'est déjà pas mal). Les réponses plus graves et couvertes des autres membres du groupe surprennent et sonne plutôt bien.

FROM NOW ON : chant ralenti pour l'occasion, Rick Davies nous gratifie d'une bonne interprétation de son succès. Les différents solos sont bien exécutés, rien à redire.

FREE AS A BIRD : magistrale reprise du titre phare de l'album précédent, ce titre vaut à lui tout seul d'acheter l'album. Rick Davies chante d'une façon encore inouïe (comprenez, jamais entendue auparavant) et très maîtrisée qui m'a même fait croire à la première écoute qu'il ne s'agissait pas de lui. Quand Mark Hart intervient, leurs voix se marient à ravir, c'est vraiment très bon.

OH DARLING : belle intuition que de ressortir du placard ce joli titre de l'album Breakfast in America. Rick Davies se fait encore une fois plaisir en déformant joliment sa voix. C'est très joli et ça fait oublier le début catastrophique de cet album.

JUST ANOTHER NERVOUS WRECK : exactement la même critique que pour la piste précédente, même si cette reprise-ci présente un peu moins de génie. Rick Davies semble ici manquer d'air dans ses accès. Dommage.

THE LOGICAL SONG : revoilà Mark Hart tentant d'imiter Roger Hodgson. Cette fois-ci c'est complètement raté puisqu'il dérape dans les longues phrases et surtout chante faux quand la voix monte. Ce n'est pas du tout le même acabit, il a sans doute manqué de temps.

I'M YOUR HOOCHIE GOOCHE MAN : première inédit de cet album, le thème reprend une célèbre musique rappelant une boite de strip-tease. Mais rassurez-vous, rien de bien plus émoustillant que cela, le reste est assez sans consistance et le chant colle assez mal à l'instrumentation.

DON'T YOU LIE TO ME : deuxième inédit de l'album, cette fois-ci avec un bon potentiel. Ce titre laisse aux instrumentistes les moyens de s'exprimer et ils le font assez bien. Le texte, bien que répétitif et un peu trop crié, est entraînant.

CRIME OF THE CENTURY : traditionnelle et sempiternelle reprise de fin de concert. Agréable et fraîche de quelques nouveautés instrumentales, elle garde tout son charme et la magie opère toujours autant. Très belle performance guitare. Un « au revoir » semblable à un « adieu » quand on connaît l'histoire du groupe.

Simon_

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter

Flux RSS garkham_250.JPG

garkham

Voir son profil complet

Archives

2009

2007

2006

2005