Que l'ivresse continue

01/08/2017 19:37
73 lectures
C’est encore la tête en vrac et les yeux scintillants que l’aube nous dévoile ce que nous nous désespérions de retrouver il y a près d’une décennie.
Mais parce que l’ivresse que nous vivons depuis quelques mois s’est construite dans une lutte contre le désespoir de voir le Racing s’éteindre, nous nous devons de ne pas aborder cette saison de ligue 1 comme « le retour d’un grand », mais comme « l’arrivée d’un club unique ».
Notre descente aux enfers n’est pas seulement dû aux magouilles d’escrocs mégalomanes ou transparents, mais d’un dédain de la réalité.
Non, le Racing n’était en rien un grand club avec un grand public. Tout juste avions nous un palmarès respectable par la conquête de tous les titres nationaux glanés dans un stade qui sonnait creux, voir même qui sifflait creux. Trop souvent nous généralisions des affluences ou des périodes plus ou moins glorieuses.
Nous étions un grand club pour la ligue 2, et un club moyen pour la ligue 1. N’en déplaise à certains.
Mais ce temps est révolu. La chute et l’angoisse de voir les grilles de la Meinau se refermer a réveillé une ferveur que l’on soupçonnait sans l’avoir vraiment vécue.
Une nouvelle génération de supporters est venue étouffer les sifflets des anciennes, et a ramené un vent de fraicheur et un dynamisme qui a permis d’écrire sans nul doute une des plus belles histoires du foot de club. J’ai pu lire des articles de presse Anglaise, Allemande et même américaine sur notre histoire, preuve que ce vécu fait de notre club, un club devenu unique.
De grâce montrons l’exemple, montrons que le foot est une fête, où ce qui compte c’est de se retrouver entre amoureux d’un club autour d’une (presque) bière, d’un sandwich merguez à simplement profiter de cette odeur de pelouse fraiche entourée d’un stade plein de passions.
Ne tombons pas dans la critique constante, acerbe que l’on puise dans nos frustrations personnelles, et gardons notre attitude constructive de supporters tolérants dans les performances mais exigeants dans les comportements.
Sans doute on prendra des taules cette saison,
Mais n’oublions pas qu’il est beaucoup plus sympa de prendre un sac contre le PSG des hommes du Golfe que de mettre une taule à notre voisin Steinseltz.
Sans doute on se frustrera de voir des footix parisiens ou marseillais ravir des places à des supporters du Racing qui eux, étaient présents dans les abysses du foot hexagonal.
Mais n’oublions pas que nous, on a vécu une émotion en mai dernier que eux ne vivrons jamais
Sans doute on s’énervera devant la presse nationale qui nous considérera de nouveau comme un club moyen,
Mais n’oublions pas que notre déchéance pourrait se produire dans chaque club, fût-il financé par un émir ou un oligarque.
…sauf que nous, on a su nous transformer en un club unique, par une ivresse que nous désirons tous prolonger au-delà du jour !

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter

Flux RSS Le stublog de slash : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
slash1288441794.jpg

slash

  • 29 ans
  • Inscrit(e) le 30/10/2010
  • GENEVE

Voir son profil complet

Archives

2017