L'absence de l'Accompagnaman

12/07/2006 10:30
786 lectures
Un jeune fou est parti en expédition, sans son Accompagnateur, au cinéma.
J'avais décidé sur un coup de tête de me rendre dans une salle de cinématographie sans en avertir mon accompagnateur, en douce, en quelque sorte. Je me suis rendu rue du 22 Novembre et j'ai déboursé 6 euros 10 (tarif étudiant)à un guichet. Six euros dix correspond environ à 45 francs, dans mon lointain souvenir, j'aurais fait un scandale si on m'eut contraint à débourser pareille somme, mais c'est, je crois, la magie de la nouvelle monnaie. Un peu déboussolé par l'absence de mon Accompagnateur, j'arrivais en retard, je pensais également qu'une vingtaine de minute de publicités nous serait servies, gratinées, comme à la télévision. Il n'en fut rien. L'extrait cinématographique est japonais, et j'ai trouvé l'idée excellente de mettre des phrases en blanc au bas de l'écran, qui était grand, soit dit en passant. Toutefois, les sous-titres, puisque c'est comme cela que le vulgaire les nomme, peuvent nous dire des choses que l'on n'ira pas vérifier. Combien de niponophone parmi l'assistance, hum? Pour avoir peu compris le sens de l'histoire, je soupçonne qu'ils se soient trompés dans les sous-titres ou alors par goût de la malice ont confondu les sous-titres d'autres films. Je ne suis pas hélas un spécialiste de la lecture labiale, comme il se pratique chez les afficionados de Marco Materrazzi. Je dois reconnaître que mon accompagnateur m'a manqué à ce moment précis, car comme il a des rudiments de japonais, (c'est pour cela que l'ai choisi), il m'aurait aidé. Aussi à un moment, j'ai crié très courtoisement: "j'ai soif.", mais personne n'est venu. J'ai toujours pensé qu'un accompagnateur occasionnel se cachait sous les sièges et venait à la rescousse de l'égaré. Mais non. Les gens, autour, ont été discret, alors que je pensais qu'ils allaient faire les impolis, converser avec leur téléphone cellulaire, sorte d'accompagnateur technologique (du pauvre). Hormis le fait que l'acteur principal qui avait deux rôles semblaient être la version japonaise du père espagnol de Tatiana, je suis resté sur ma curiosité et je me suis imaginé tout ce que j'aurais dit à accompagnaman pour tuer le temps et optimiser mes quarante-cinq francs.

http://ticket.excite.co.jp/images/ee/vol3/takeshi_main.jpg
Imitation du père de Tatiana en version vedette de films mondialement connu qui ne se foule pas pour des sous-titres exportables


http://www.cinefile.biz/takeshi3.jpg
Le père de Tatiana qui s'amuse à être menaçant tout le temps.

Commentaires (6)

Flux RSS 6 messages · 124 lectures · Premier message par Elle · Dernier message par un spectateur pas content

Commenter