Alexandre Adler m'a dit

14/01/2007 20:00
296 lectures
L'année 2007 n'a pas commencé depuis quinze jours qu'Alexandre Adler, le traducteur en France de The economist, toujours aussi bien informé, chronique à tout va.
Que nous professe-t-il dans le coin de l'oreille sur l'oreiller? (8h15 sur le 88.8, je vous le rappelle)
Le Moyen-orient, Irak et Iran, les Etats-unis ont bien évidemment attiré son attention. Suite à l'exécution de Saddam Hussein et l'exposition de la nouvelle stratégie de Bush, Alexandre Adler est revenu sur la situation calamiteuse de l'Irak, où il faut faire le deuil d'une oasis démocratique et pacifiée au coeur du Moyen-Orient, il cite à ce propos Richard Haass, alors que l'Iran et l'Arabie Saoudite avancent leurs pions confessionnels autour de l'avenir du pays. ( Ici et )

L'Europe l'a bien sûr occupée, puisque nous l'avons évoqué, l'Espagne s'est vu tirer le portrait, puis la France, l'Allemagne et la Biélorussie ont eu les honneurs.

Enfin, la chronique modèle, celle qui serait en lice pour le prix Adler (que je créerais après sa mort) pour la plus adlérienne des chroniques, c'est-à-dire, ramassés en cinq minutes, dix ans d´histoire, deux révélations, dix noms de sous-fifres oeuvrant dans l'ombre, trois expressions salvaciennes, de la psychologie et pour finir deux prédictions fausses est certainement réservée à ceux qui surent se lever tôt le 8 janvier pour entendre du nouveau à Téhéran.

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter