bellaid


Messins, messins, nous enculent !

Bon bah, on l'a prise notre raclée. Cette semaine à l'entrainement, c'est profil bas. Le petit Kevin vient sans sa crête et Wason ne fait plus de Ric-Rac. Les claquettes d'Elvis Paisley sont oubliées depuis belle l'urêtre. Apparemment, il s'est mis à la capoiera. Il a même essayé d'en faire avec des supporters en colère après le match mais c'était pas pour du rire et les gros monsieurs sécurité en veste orange lui ont tiré les oreilles pour le calmer. Yac' et son papa Cheikh Yacine se sont fâchés tout rouge et ont essayé de faire une démonstration de karaté et bizarrement ça n'a pas plus aux supporters. Ils sont compliqués ces pauvres ! Y en a même qui criaient "Mercedes ! ", un truc comme ça. Elvis a rétorqué qu'il roulait en BMW. Stéph' nous a expliqué plus tard que les pauvres parlaient de "mercenaires" en fait. " C'est des mecs qui se battent pour l'argent dans n'importe quelle armée " qu'il nous a expliqué. Elvis, il a pas trop compris. Il a répondu : " L'argent, je sais ce que c'est.... Mais c'est quoi se battre ?!"

Heureusement, Habib a calmé le jeu, toujours zen. Comme pendant le match. D'ailleurs, Monsieur Furlan lui a dit après le match, devant toute l'équipe : " Il ne te manquait plus que le verre de Ricard avé les olives pour être aussi peinard que mon Tonton de Bègles, le 15 aout après les boules ". Les boules, c'est Habib qui les avait et personne n'a bougé. Pas même Stéph' qui tirait la tronche, mais personne n'a osé lui reprocher de pas avoir été décisif ce soir.

http://bavard.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/ricard-76a25.jpg

Voilà, c'est pas la fête, et Edgare n'est plus là pour nous faire rigoler. Edgare, on ne sait même pas où il est parti. Pourtant on a cherché partout : Amoxis, Fun Factory, Era, Komplex, Seven, l'Addict, etc... Toujours la même réponse au téléphone : " Un joueur du Racing ? Ah oui, ça, on en voit souvent... Mais non, le père Edgare, on ne l'a pas vu depuis belle l'urêtre. La profession est la première à en souffrir... Prévenez nous s'il revient ! Merci !"

Le kiné et le doc eux non plus, ils ont pas la pêche. C'est depuis que "Monsieur 10 000 Voltarène" est parti. C'est comme ça qu'ils appelaient Emile, ça les faisait rigoler, même si, nous, on comprenait pas trop... Du coup, ils disent qu'ils sont presque au "chômage tactique" ou un truc comme ça. Mais depuis que Pagalou a balancé que Monsieur Furlan, c'est la tactique du chômage, les toubibs ne blaguent même plus là dessus. Je me demande si c'est pas l'équipe qui aurait besoin d'un toubib maintenant...

Lacour des miracles.

31/08/2007 13:50
771 lectures
En rentrant de Saint-Etienne, l'ambiance était un peu plombée par la défaite. Monsieur Furlan il tentait de sourire malgré tout, en nous disant que c'était pas de nôtre faute qu'on avait perdu, mais que c'était un concours de cire-constance. En même temps il nous avait pas dit avant le match qu'on s'était inscrits à un concours, donc on pouvait pas savoir! Monsieur Poncherello il a quand même été vachement sévère avec Guillaume, qui du coup était tout triste. C'est Pagalou qui s'est assis à côté de lui pour le consoler en lui racontant toutes ses histoires de cartons, et comment il faut râler sur l'arbitre pour que ce soit bien fait.

L'autre qui boudait, c'était Yacine, surtout que Coco arrêtait pas de le charrier. Coco c'est le surnom qu'on donne à Renaud Cohade, parce que Renaud c'est déjà des voitures et un chanteur, comme ça on est sûrs de qui on parle. Bref Coco il a pris deux allumettes et les a croisé sous le nez de Yacine en faisant avec une grosse voix : "Deroff, sors de ce corps!". On s'est bien marré quand même, sauf Yacine qui était vexé, et qui a dit que plus jamais il jouerait arrière droit. Ce que lui a confirmé Monsieur Furlan, en rigolant pas. C'est parce qu'il y a un nouveau qui devrait jouer samedi contre Lorient, c'est un Hongrois avec un nom amusant, mais je sais pas le dire, alors on l'appelle "Le Hongrois". Puis après on s'est tous couchés pour dormir, personne n'avait le coeur de sortir rejoindre Edgare en ville. On a fermé les yeux et on a arreté de penser.

http://www.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/lacour-biker2-d7b...

Le lendemain on était tous assis dans le vestiaire pour nous regarder à la télé avec le coach qui arrêtait toute les deux minutes la vidéos, en nous expliquant des trucs qu'on avait raté. On s'inquiétait quand même un peu, parce que Guillaume était en retard et que c'est vraiment pas son genre, d'habitude il est même en avance et il ramène les petits pains. C'est alors qu'on a entendu un gros bruit sur le parking, comme un avion. On est sortit pour voir, et on a vu Guillaume tout habillé en cuir sur une grosse moto. Il nous a regardé et il a dit "Ouais les mecs, maintenant je suis un badeboy!" puis il a froncé les sourcils pour faire méchant et là on a pas pu se retenir de rigoler, parce que ça lui faisait une tête bizarre. Monsieur Furlan il a levé les yeux au ciel puis les bras, puis il s'est mis a hurler qu'on avait intérêt a retourner nous assoir en vitesse sinon ça allait mal se passer. Quand Guillaume est entré, il l'a fusillé du regard, et Guillaume est devenu tout rouge, puis il a demandé pardon d'une petite voix avec des sanglots dans la gorge et est allé s'asseoir.

Après quand on est allé jouer sur l'herbe, y'en avait un qui faisait des sauts de cabris tellement il était content, c'était Elvis, parce que son meilleur copain allait venir pour jouer avec nous. Il s'appelle Ducros, comme les légumes, son copain, et ils ont grandi ensemble au PSG. Forcément ça rapproche. Habib il lui a dit qu'il préfèrerait que son copain nous regarde juste jouer, comme Emile. Elvis lui a répondu "C'est pas parce que t'es le meilleur qu'il faut te croire le plus fort!", et Habib il a commencé a regarder méchant. Lui c'est pas comme Guillaume, il fait vraiment peur quand il fait ça, le petit Romain s'est d'ailleurs directement caché les yeux avec les mains pour pas voir, mais Steph' est venu les calmer. De toute façon c'est Steph' le plus fort, c'est même écrit dans le journal tellement c'est vrai.
  • 1 (current)