Freddy vs Jason

25/06/2007 12:29
2.606 lectures
Ils ont osé. Un cross-over entre deux des tueurs psychopathes les plus célèbres de l'horreur façon eighties. Quand Freddy Krueger rencontre Jason Vorhees, ça donne quoi ? Hé ben ça donne un gros tas de n'importe quoi.
L'histoire est visiblement destinée aux fans de la série Freddy et de Vendredi 13, parce que sinon, sans avoir la moitié de votre non-intelligence, on risque de rien capter du tout à Freddy vs Jason. Je vais donc essayer un pré-pitch pour les ignares.
Freddy Krueger, c'est le tueur des cauchemars. Né du viol de sa mère par une centaine d'aliénés mentaux, puis brûlé dans sa chaudière par les parents d'une petite bourgade US parce qu'il torturait leurs rejetons, il revient se venger en massacrant dans leurs rêves les ados qui résident à Elm Street. Il est laid (comme vous), sadique (comme vous), et porte une main acérée de griffes d'acier (peut-être pas comme vous). Le premier de la série (et le meilleur) a été réalisé par Wes Craven, et offrait un de ses premiers rôles à Johnny Depp qui y connaîtra une mort amusante, absorbé par son lit qui le régurgite sur le plafond sous forme de steack haché. Si la suite des Freddy est de moins en moins bonne, voire de plus en plus mauvaise, elle a l'avantage d'être servie par un excellent acteur, Robert Englund, qui prend visiblement un pied fou à torturer de mille manières ses victimes au fur et à mesure des opus.
Vendredi 13 est l'autre série de films à mettre en place un tueur devenu légendaire (avec Michael Myers de Halloween), à savoir Jason. Contrairement aux Freddy, les scénarios de Vendredi 13, aussi épais et fournis que la liste des personnes qui vous recommanderaient pour une soirée romantique, sont totalement dénués de deuxième degré.
Jason Vorhees, ex-enfant trisomique et déformé du visage, qu'il cache désormais derrière un masque de hockey (j'étais en train de me dire : vous-mêmes, lecteurs chéris, avez-vous déjà pensé à porter un masque de hockey ? Je suis sûr que ça vous irait à merveille), apparaît pour la première fois dans le deuxième épisode, pour venger sa môman qui elle aussi était une psychopathe. Jason meurt pour de faux une fois, deux fois, trois fois, pis meurt vraiment. A partir du sixième flim, pour expliquer pourquoi il revient toujours buter plein de jeunes ados dont les hormones sont en ébullition, les scénaristes ne s'emmerdent pas et nous expliquent qu'il est devenu un mort-vivant à tendance immortelle. Tout bêtement. Et pis ils feront en tout une dizaine de flims avec Jason. Jason, entre parenthèses, c'est le genre de rôles pour lequel il n'est pas vraiment utile d'avoir fait l'Actor Studio : je ne sais pas s'il a prononcé une seule phrase en dix métrages. Bref, c'est un gros bourrin qui massacre à tour de bras, et qui a peur de l'eau parce qu'il s'est noyé gamin. Et pis il est invincible, comme Terminator, ou Freddy. Pour Vendredi 13, série slasher de base, c'est plus la quantité que la qualité des films qui a installé Jason dans la légende.

Ourf !
Passons maintenant à l'oeuvre du jour.
Sur un ponton, une gourgandine se dénude (vous notez que ça part très fort dans le nanar). Elle a d'horribles seins siliconés qui font la laideur des jeunes Américaines, et elle se baigne par une nuit sans lune dans une eau noirâtre. Finalement elle a peur et s'enfuit dans la forêt, où elle se fait transpercer le ventre par une machette. En fait, c'est Jason, dans son cercueil, qui rêve. Jason, il rêve de meurtres comme vous rêvez de pouvoir faire l'amour sans payer, c'est un peu ses pollutions nocturnes à lui.
Freddy, de son côté, a un gros problème. Les autorités de Springwood ont tout fait pour cacher son existence, du coup les ados ne se rappellent pas de lui, et du coup ils ne rêvent plus de lui, et du coup il ne peut plus venir les torturer dans leurs cauchemars. Alors Freddy il est malheureux comme tout, mais il a une idée géniale : il s'immisce dans les rêves de Jason, en se faisant passer pour sa mère (et oui, comme vous, Freddy aime se déguiser en femme ! Étonnant non ?), et lui ordonne de se réveiller et d'aller massacrer quelques ados à Elm Street, Springwood. Parce que Freddy espère que les gens vont penser qu'il est revenu, que les ados vont se rappeler de lui, et qu'ils vont se remettre à rêver de lui. Limpide comme de l'eau de mer après un dégazage sauvage d'un cargo dont le capitaine, si ça ne tenait qu'à moi, mériterait de se faire enfourner des hamsters vivants dans l'anus.

Et donc Jason débarque dans une petite soirée conviviale à Elm Street, où il fait plutôt dans la discrétion. Il transperce de sa machette un type dans un clic-clac, avant de plier le type en deux en repliant le clic-clac puis de disparaître. Tout ça pendant que la petite amie de la victime prenait une douche pour savonner ses immondes glandes mammaire siliconées sans rien remarquer, après s'être fait zigounipiloupiler dans les règles de l'art des flims US : c'est-à-dire de dos, pendant 5 secondes (d'ailleurs les personnages de films US préfèrent faire l'amour habillés, je ne sais pas pourquoi).

Et donc un des flics dit à son collègue : « je suis sûr que Freddy Krueger est revenu ». Et paf, la gourgandine décervelée qui vit dans la baraque entend ça, rêve de Freddy, et en parle au lycée. Freddy va pouvoir recommencer ses meurtres sadiques. Problème, Jason est toujours dans les parages, et continue son carnage, notamment en débarquant dans une fête en plein champ où il déboîte une bonne dizaine de futurs électeurs républicains. Et ça prive Freddy d'une quantité non-négligeable de victimes potentielles. Grrrrr.
On a compris dès la lecture du titre, le scénario lamentable et le développement poussif de l'histoire ne sont que prétexte à répondre enfin à la question : qui c'est le plus fort entre Freddy et Jason ? Donc à la fin ils se mettent sur la gueule pour régler leurs comptes. Au début, Freddy a l'avantage parce que ça se passe dans le monde des rêves, et qu'il s'aperçoit que Jason déteste l'eau. La bande de tocards dépravés qu'est la jeunesse de Springwood décide alors d'aider Jason et de le ramener endormi sur ses terres, à Crystal Lake pour qu'il ait l'avantage du terrain, qu'il joue à domicile en quelque sorte (alors que Freddy n'a encore tué personne, contre une dizaine de victimes pour Jason). Oui, c'est complètement con, mais c'est véridique.
Une gourgandine lui fait même du bouche-à-bouche lorsqu'il se noie dans son cauchemar. Moralité : ne perdez pas espoir, même avec le physique de Jason, il peut arriver sur un malentendu qu'une bougresse vous roule une galoche. Pis une autre se laisse endormir pour ramener Freddy dans la réalité, pour qu'il soit plus vulnérable. La baston entre les deux monstres se poursuit pendant 20 bonnes minutes, et je ne vous en révélerai pas l'issue. Allez, un indice quand même : comme on pouvait s'en douter, la question de qui c'est le plus fort n'est pas résolue, des fois qu'ils veuillent en faire un n°2. Mais je n'en dirai pas plus, vous me connaissez.

Les plus :
- de la gourgandine dénudée en veux-tu en voilà.
- Une chenille-freddy qui fume la beuh au narguilé, c'est toujours de bon goût.
- Des jeunes qui se droguent, boivent et forniquent, et donc qui méritent de mourir.
- il y a l'une ou l'autre scène jubilatoire, notamment quand Jason débarque à la rave.
- excepté Robert Englund, qu'est-ce que les acteurs sont mauvais !
- Le flim vaut vraiment le coup en VF, grâce aux formidables doublages.

Les moins :
- trop de silicone, vraiment trop. Berk.
- qu'est-ce qu'ils sont cons ces jeunes Américains. Ils vous feraient presque passer pour des personnes fréquentables.
- pourquoi c'est toujours les fornicateurs qui se font éventrer et jamais les saintes-nitouches ?

Dans la salle de réunion du producteur Mr Johnson, deux scénaristes s'engueulent :
« - J'ai une super idée, on pourrait faire un film événement entre deux personnages cultes ! Genre Tarzan vs Godzilla
- Ou Zorro contre Spoke ?
- Terminator vs Predator ?
- Non, les licences sont trop chères. On a qu'à dire Freddy vs Jason.
- Faut trouver un prétexte pour qu'ils se mettent sur la gueule.
- T'inquiète on trouvera toujours un moyen de justifier. Donc ils se mettent sur la gueule et à la fin Jason gagne parce qu'il est immortel.
- N'importe quoi. Freddy aussi il est immortel, ça fait huit films qu'il se fait buter et il revient toujours. En plus il est plus intelligent.
- Oui mais Jason il a plus de cadavres à son palmarès.
- Oui mais tu le défends parce que ta mère ressemble à la sienne ! »
Le producteur : « allons allons mes zenfants. On a qu'à dire qu'à la fin personne ne perd, comme ça on laisse planer le mystère et ça nous laissera la porte ouverte pour faire un n°2. D'accord ? »
Les deux scénaristes : « Ben non, pas d'accord. En y réfléchissant bien ça a l'air complètement pourri comme scénario. »
Mr Johnson : « Au contraire c'est génial. J'achète. »


Bonne nuit les zenfants,

Le nanaconda.


http://www.filmlinc.com/fcm/online/jpegs/freddy.jpg

Commentaires (5)

Flux RSS 5 messages · 516 lectures · Premier message par guigues · Dernier message par anaconda

Commenter