Le saviez vous..?

19/05/2010 19:55
397 lectures
Foot: les impôts des joueurs

Les footballeurs professionnels gagnent des millions, mais quels impôts paient-ils? Pour les garder sur le territoire national, les politiques acceptent des allègements fiscaux...
L'argent du foot, voilà un bon sujet... Des éxonérations fiscales des joueurs, en passant par les subventions aux clubs, les places pour les matchs offerts aux élus ou encore les stades que s'offrent les villes, sachez que ... c'est nous qui payons!

Exonération de cotisations sociales: 100 millions d'euros
Depuis une loi du 15 décembre 2004, baptisée «droit à l'image collective», 650 footballeurs professionnels sont exonérés de cotisations sociales sur 30% de leur salaire, et leurs clubs ne paient pas les charges patronales correspondantes.

Pour indemniser les organismes de Sécurité sociale du manque à gagner, c'est l'Etat, via le ministère des Sports, qui règle l'addition. De 2005 à 2008, sur quatre ans, ce dispositif a coûté la bagatelle de... 100 millions d'euros!
Dans son rapport annuel, la Cour des comptes souligne ainsi que «cette aide accordée aux sportifs professionnels les mieux rémunérés est donc désormais supérieure, à elle seule, à l'ensemble des crédits budgétaires destinés au sport amateur, ou bien à la somme des crédits consacrés à la lutte contre le dopage et à la reconversion professionnelle des sportifs de haut niveau».

L'impatriation, une exonération fiscale très avantageuse
Si tous les joueurs voient leurs cotisations sociales alléger de 30%, certains ont droit à une exonération fiscale en bonus! Depuis janvier 2009, le fisc applique en effet «l'impatriation». Une mesure qui stipule que «les salariés appelés de l'étranger à occuper un emploi dans une entreprise établie en France pendant une période limitée (six ans), ne sont pas soumis à l'impôt à raison des éléments de leur rémunération directement liés à cette situation, à hauteur de 30% de leur rémunération».
Condition: ne pas avoir résidé en France les cinq années précédentes. Cette disposition avait pour but principal de faire revenir en France des dirigeants d'entreprises, des ingénieurs ou des scientifiques en exil fiscal, ou d'attirer des étrangers très qualifiés. Dans les faits, les footballeurs en ont profité!
Le 2 juillet 2009, Le Parisien a évalué que grâce à ce dispositif, Claude Makelele (joueur du Paris-Saint-Germain revenu en France en août 2008 après avoir évolué dix ans à l'étranger), dont le salaire brut annuel est de 3420000€, réalise grâce à l'«impatriation» une économie fiscale annuelle de 564300€!

Des footballeurs taxés comme à l'étranger
Pour justifier cette exonération, le ministère des Sports affirme que c'est le prix à payer pour que nos joueurs ne fuient pas, car en France ils paieraient plus de cotisations salariales et plus d'impôts sur le revenu.
C'est faux! Ils paient plus de cotisations, mais moins d'impôt. Une étude de l'Union financière de France, citée dans un rapport de la commission des finances du Sénat en avril 2008, montre qu'en France, à salaire égal, les joueurs ne sont pas plus taxés qu'à l'étranger, à l'exception de l'Angleterre.
Conclusion: si les meilleurs joueurs partent, c'est que les clubs étrangers, plus riches, les paient plus grassement. En France, le salaire moyen net est de 45700€, en Angleterre il est de 150000€.

Salaire brut, salaire net
Pour 100000€ bruts gagnés, voici ce que le joueur touche en net, cotisations et impôts déduits:
Angleterre: 55650€
France: 55700€
Espagne: 55600€
Allemagne: 55450€
Italie: 48800€

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter

Flux RSS Le stublog de katzo68 : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
Bayern.jpg

katzo68

Voir son profil complet

Archives

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006