portrait




Interview Gennaro Gattuso

12/05/2007 22:52
1.105 lectures
"Ma carrière et ma vie sont à Milan"

Après un début de saison médiocre, le club Rossonero est revenu sur le devant de la scène. A l'image de son infatiguable pilier, Gennaro Gattuso. Nous l'avons rencontré à la veille de la demi-finale de Champion's League Milan-Manchester United.

Une fois de plus le Milan AC aura reussi une grande Champion's League. Quel est le secret de cette équipe?

-Depuis cinq ans, on affiche une régularité fantastique. Atteindre systématiquement les quarts de finale, c'est un véritable exploit. Je crois que cela tient à notre mental. A ce niveau, la différence se fait sur l'envie et la motivation, plus que sur la technique.

Toi justement d'ou te vient ce caractère si combattif?

-Il est en moi. Je suis sur le terrain comme dans la vie: je ne calcule pas, je ne compte jamais mes efforts, je ne prête pas attention aux déclarations de la presse. Il m'arrive même parfois de me brouiller avec mezs partenaires pour le bien de l'équipe. Pour moi, gagner ma vie en jouant au foot, c'est un rêve qui s'est réalisé. J'y mets toujours un enthousiasme incroyable.

Comment expliques-tu le départ catastrophique du Milan AC en championnat, puis ce retour canon?

-Les huit points de pénalité que nous ont infligés la fédération noius ont fait très mal. Peu d'équipes auraient pu s'en remettre. On a traversé des moments difficiles. On a été parfois à la ramasse, mais on a gardé confiance. Les joueurs ont le respeect du maillot, ici plus qu'ailleurs. Si le groupe n'était pas resté uni et solidaire, on aurait peut-être fait moins bien qu'en 1995 et 1997 (le Milan AC avait terminé 11e puis 10e de Série A). Finalement le vent a tourné en notre faveur.

Le Milan AC n'est-il pas meilleur lorsque personne ne l'attend?

-Un match se gagne sur le rectangle vert, pas dans les colonnes d'un quotidien.

Malgré vos bons résultats, on évoque le départ de Carlo Ancelotti à la fin de la saison...

-Je ne pense pas qu'il partira. Les journalistes spéculent sur son avenir car on a eu une entame difficile. Mais il a encore fait du bon boulot cette année. Rester six ans de suite à la tête du Milan, c'est rare. Ici, l'instabilité est chronique par tradition.

Une nouvelle expérience à l'étranger te tente-t-elle?

-Inutile d'en parler. Je suis en contrat avec Milan jusqu'en 2011 et je vais le respecter. Ma carrière et ma vie sont ici. Je n'ai aucune raison d'aller voir ailleurs. Si un jour je n'arrive plus à enchaîner trois rencontres par semaine, je songerai peut-être à un départ vers un club qui ne dispute pas la Coupe d'Europe. Pour l'instant, je ne suis pas dans cet état d'esprit.

Pourtant, on te prête souvent des envies de championnat d'Angleterre...

-J'aime beaucoup le championnat anglais. J'ai eu quelques contacts a une époque, mais ce n'est plus d'actualité.

Comment expliques-tu la présence de trois clubs anglais en demi-finale de la Champion's League?

-La Premier League est incontestablement le championnat ou circule le plus d'argent, et on sait bien que ce facteur joue un grand rôle. Grâce à cela, les clubs anglais attirent aujourd'hui des joueurs qui ne seraient jamais venus en Angleterre, il y a quelques années.

"Je me brouille parfois avec mes partenaires pour le bien de l'équipe"

Les clubs sont propriétaires de leur stade, touchent des droits télévisés comme nulle part ailleurs et leurs managers sont d'excellents gestionnaires. Et puis, il y a une telle ferveur dans les stades. Dans ces conditions, on peut penser que les équipes anglaises vont dominer encore longtemps.

Repenses-tu parfois à la finale perdue face à Liverpool en 2005?

-J'ai longtemps été traumatisé par ce match. La remontée de Liverpool (menés 0-3 à la pause, les Reds l'ont finalement emporté aux tirs au but) m'a vraiment marqué...Les images revenaient en boucle dans ma tête. J'étais meurtri. J'ai même envisagé de changer de club pour tourner la page. Ce soir-là, j'ai pris conscience de l'aspect psychologique dans le football. Aujourd'hui, c'est du passé. La Coupe du monde est passée par là.

Gennaro Yvan Gattuso

Nationalité: Italienne

Né le:

9 janvier 1978 à Corigliano, Calabre (Italie)

Taille: 1,77m; Poids: 77kg; Poste: Milieu de terrain

Cubs successifs:

Pérugia (Italie, 1994-97); Glasgow Rangers (Ecosse, 1997, oct 1998); Salernitana (Italie, 1998-1999); Milan AC (Italie, depuis 1999)

Palmarès:

Champion d'Ecosse et vainqueur de la Coupe d'Ecosse en 1999; vainqueur de la Coupe d'Italie, de la Champion's League et de la Supercoupe d'Europe en 2003; champion d'Italie en 2004; vainqueur de la Coupe du Monde en 2006.

Sélections:

A (51; 1 but)

Source: Onze Mondial Mai 2007

Fabien Barthez

16/10/2006 07:04
904 lectures
Barthez, l'as des as.

Fabien Barthez. 87 Sélections de 1994 à 2006. Les clubs qu'il a marqués: Marseille (1992-1995 et 2004-2006) et Monaco (1995-2000). Sa marque de fabrique, qui l'aura accompagné tout au long de sa carrière? Une formidable présence dans les duels et dans la surface qui offrait toujours un minimum de solutions à l'attaquant adverse, une qualité de prise de balle, une explosivité, une lecture des trajectoires aériennes et une vitesse de relance exceptionnelles, un jeu au pied ultra efficace, une capacité de concentration incroyable dans les instants décisifs, un redoutable esprit de compétiteur et, par dessus tout, une force mentale incomparable qui le rendait imperméable à la pression et transmettait de la confiance à tout le reste de l'équipe. Un vrai monstre, en somme, au palmarès inégalé.

Source: France Football du 03 Octobre 2006.
  • 1 (current)
Flux RSS Le stublog de katzo68 : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
Bayern.jpg

katzo68

Voir son profil complet

Archives

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006