Vincenzo Arena


Repos, soldats!

10/04/2005 18:30
1.466 lectures
Le bataillon de Joinville a beau avoir été dissout, il reste un petit côté militaire dans chacun de nous...

Les voilà qui entrent sur le champ de bataille, en ordre serré. Le général les suit de près, les surveille et donne ses derniers ordres. Avant le combat, les guerriers posent pour une photo souvenir, arborant fièrement un uniforme impeccable qui sera dans quelques instants couvert de sang et de boue.

Autour d'eux se presse une foule déjà dense que l'humeur changeante peut rendre tantôt hostile, tantôt bienveillante. Les 22 soldats sont prêts à lancer leurs offensives, les visages fermés par l'enjeu ; ils n'attendent que le consentement d'une autorité supposée neutre pour ouvrir le feu.

Cette fois-ci, nous y sommes bien. Dans chaque équipe, le joueur le plus gradé (le capitaine) transmet les consignes du général : il replace ses soldats, les harangue ou les calme pour certains. Au début, c'est la cavalerie qui se met en évidence, feintant, accélérant, redoublant d'effort pour déborder l'infanterie adverse. Celle-ci résiste, et chaque attaque avortée enfonce davantage l'opposition dans une guerre de tranchées. La Blietzkrieg a échoué.

Ce sont de violents combats qui ont maintenant lieu, aucune équipe ne voulant se résigner à sonner le repli dans le deshonneur. Parfois, un soldat outrepasse ses prérogatives et se voit punir par le juge présent sur le terrain. Et quand aveuglé par sa rage, un défenseur enfonce ses crampons dans les jambes de son adversaire pour le mettre à bas, c'est le service médical qui est chargé d'évacuer la victime.
Dans ce genre d'opposition, l'artillerie fait souvent la différence. Si une des deux armées vient à perdre son sang-froid et sa concentration, le maître artilleur adverse vient les châtier. Au mortier ou au canon, la Défense est alors impuissante. 1-0.
Après un cessez-le-feu bien mérité, mis à profit pour soigner les plaies, les soldats se relancent dans des attaques désordonnées, soutenus ou chahutés part une population locale au parti-pris. Dans ce chaos, quelques acteurs sont transparents : certains perdent leurs moyens, d'autres se camouflent... pour mieux surprendre ! Tel ce sniper qui en fin de match trouvera enfin l'ouverture dans un angle impossible, récompensant ainsi les efforts de ses camarades. 1-1.

Le combat est à présent terminé, les deux armées s'éloignent dos-à-dos, laissant leurs soldats usés et meurtris faire leurs paquetages puis regagner leurs doux foyers. Car à la guerre comme en sport, il n'y a pas toujours de vainqueur.

Marek Heinz

06/07/2004 08:33
1.107 lectures
Voici une fiche que j'avais faite du fameux joueur d'Ostrava avant que l'Euro ne commence et que j'ai réactualisée. Attaquant technique et décisif, son prix a doublé (triplé?) avec ses récents matchs en équipe nationale.

http://imgs.idnes.cz/fotbal/A040601_BER_MAREK_HEINZ_G.JPG
Attaquant (joue aussi milieu offensif droit avec la sélection tchèque)
26 ans
1m87 pour 76kg
club: Ostrava (rep tchèque)
prix estimé en avril 2004: 1 million d'euros
prix estimé en juillet 2004: 3 millions d'euros

Equipe



Les +:
1- Il finit meilleur buteur du championnat tchèque avec 19 buts en 30 matchs cette saison, soit 4 buts de plus que son dauphin.
2- Il vient d'être sacré champion de République Tchèque avec Ostrava.
3- Sélectionné pour l'Euro aux côtés de Baros et Koller, il a brillé dans les matchs de poule en marquant le but décisif contre la Lettonie, en étant à l'origine du but victorieux contre les Pays-Bas, et en marquant un somptueux coup-franc à Oliver Kahn qui remétait la république tchèque sur de bons rails. Il a joué la fin du match contre le Danemark (victoire 3-0) en 1/4 de finale, et n'a pas participé à la défaite tchèque contre la Grèce en 1/2.
4- Il ne lui reste qu'un an de contrat, et le Ostrava est une sorte de RC Lens à la sauce tchèque (up). Le prix d'un éventuel transfert à néanmoins explosé avec son euro, en passant de 1 à 3 millions d'euros en quelques mois...
5- Certes, il pourrait jouer la Champions' league, mais les problèmes de corruption dans le championnat tchèque rendent cette participation incertaine; et le climat qui tourne autour des suspiscions de magouille doit inciter les joueurs à regarder un peu ailleurs...
6- Il est plutôt grand (1m87), ce qui tend à me laisser croire qu'il pourrait être bénéfique à l'attaque du racing en étant complémentaire de Niang. Très technique, il sait se défaire de son marquage et attirer les défenses vers lui. Ce qui ne l'empeche pas d'être efficace!
7- Il a 26 ans, il est dans la force de l'âge, et pourrait construire quelque chose dans la durée à Strasbourg!!

Les -:
1- Il est suivi par de nombreux clubs en Angleterre (Portsmouth), en France (PSG, OM), au Portugal (Sporting), en Autriche, en Espagne, etc.
2- Il a bien tenté une expérience en Allemagne (Hambourg, , mais il n'a pas vraiment réussi à s'adapter avant de revenir encore plus fort en république tchèque.
3- Il risque de jouer la Champions League l'an prochain (en même temps, si c'est pour se faire éliminer en poule... ).
4- L'intégration des tchèques au racing n'est pas une réussite ces dernières années...

Miroslav Matusovic

06/07/2004 08:15
848 lectures
Attaquant ou milieu offensif tchèque, jeune et talentueux, Matusovic devrait rapidement intégrer l'équipe nationale. Ce serait dommage de s'en priver!

Le racing est donc reparti à la recherche d'un attaquant. Marek Heinz étant devenu trop cher pour nous (prix estimé à un peu plus de 2 millions d'euros depuis ses 2 buts décisifs à l'Euro), voici une nouvelle proposition de ma part.

Miroslav Matusovic
http://imgs.idnes.cz/fotbal/A040322_BER_MATUSOVIC1_G.JPGhttp://imgs.idnes.cz/fotbal/A031125_CIG_MATUS_P_G.JPGhttp://imgs.idnes.cz/fotbal/A040601_BER_MIROSLAV_MATUSOVIC_G.JPG
Milieu offensif ou attaquant
23 ans (né le 2 novembre 1980)
Club: Ostrava (République tchèque)
1m76, 72kg
Gaucher
Estimation de prix: 700.000 euros.

Equipe



Les +:
1- Il est devenu titulaire indiscutable à Ostrava depuis la 10ième journée cette année, et a donc pleinement participé au titre de champion du club.
2- Il a permis avec Heinz de donner à Ostrava la meilleure attaque du championnat (60 buts contre 48 au Sparta). Ses stats lui donnent 10 buts en 27 matchs (dont 20 comme titulaires).
3- Il était le 24ième homme de la sélection tchèque. Sachant que ceux avec qui il était en concurrence s'appelaient Baros, Koller, Heinz et Lokvenc... Brückner, le coach tchèque, disait à l'époque: "Ce n'est pas le 24e joueur, mais l'un des 24"
4- Selon les notations d'un site spécialisé, c'est le joueur le mieux noté d'Ostrava sur l'année, devant son partenaire Marek Heinz (2,05 contre 2,32 sur 5 sachant que + les notes sont basses, meilleur c'est).
5- Cela fait 4 saisons (autrement dit depuis toujours) que Matusovic joue à Ostrava (16 buts en 89 matchs, dont une soixantaine comme milieu gauche). Il a surement envie de changer d'air.
6- Il va sur ses 24 ans, il a encore de belles années devant lui et c'est le bon moment de bouger pour lui s'il veut franchir un pallier.

Voici ce qu'en dit un des rares sites tchèques où on peut trouver une info en anglais:
"very high quality offensive left midfielder or forward, very agile light footed, very fast, explosive with good crossfield passes-good passer, always takes good positions, good timing, gets easy into the chances"


Les -:
1- Comme Marek Heinz, je ne l'ai jamais vraiment vu jouer. Je ne peux donc pas dire si c'est un teigneux, mais son duo efficace avec Heinz me laisse penser que c'est plutôt un joueur rapide...
2- L'intégration n'est pas garantie
3- Il a des chances de jouer la Champions' League l'an prochain. Pour y briller avant de partir dans un grand club?
4- C'est un joueur de petite taille, or il semblerait que le racing recherche un grand tout mou... à moins que ce soit Niang que Keller cherche à remplacer!

Quel racing pour viser l'Europe?

15/03/2004 18:47
1.647 lectures
Voici mes voeux pour l'équipe du racing de l'année prochaine, avec les lacunes et les qualités qu'on a pu voir cette année.

Je voulais faire le point sur les joueurs qui seraient là l'an prochain, sur ceux qui pourraient partir, sur ceux qui pourraient arriver... Cet avis n'est que mon avis personnel, celui que je choisirai si j'étais à la fois Marc Keller et Kombouaré.

Voici les joueurs qui resteraient l'an prochain:

Gardiens:
- Dutruel (de mauvaises performances, mais un contrat très longue durée... et une expérience qui va bien finir par payer!)
- Bonis (en troisième gardien)

Défenseurs:
- Drobny (bien sur)
- Kanté (évidemment)
- Devaux (bon esprit, il s'est aussi parfaitement adapté à la défense en zone et sera compététif dès le début de saison l'an prochain)

Milieux:
- Bassila (indispensable)
- Lacour (polyvalent, il a beaucoup dépanné le racing lors des blessures de Pontus ou des suspensions de Bassila)
- Le Pen (inévitable)
- Martins (c'est notre Baggio à nous...)
- Abdessadki (pour dépanner, et à 23 ans il a encore du potentiel à exploiter)
- Arrache

Attaquants:
- Niang
- Mouloungui
- Alexander Farnerud

J'en conclus (et toi avec moi, cher lecteur), que les joueurs dont les contrats ne seront pas reconduits ou qui seront vendus sont:
- Fernandez (vente)
- Ehret (demandé ailleurs et mal aimé au racing -à juste titre?-)
- Pontus Farnerud (trop cher pour nos 2,5 millions de budget)
- Dorsin (repart en Suède après une saison très décevante)
- Camadini
- Kobylic (prêt non reconduit)
- Moukouri (prêté à un club de L2? de national? de CFA? CFA2? :-p )
- Deroff (je reste indécis sur ce point...)

Les jeunes qui devraient concurrencer progressivement les "anciens":
- Carlier (Attaquant)
- Sam (latéral droit)
- Bellaid (Défense centrale)
- Faty (Milieu défensif)
- Keita (Milieu)

Les recrues:
- 1 jeune gardien remplaçant qui serait mis en concurrence avec Dutruel
- 2 défenseurs latéraux à gauche: le jeune égyptien Moslim aurait signé un pré-contrat, plus un autre joueur plus expérimenté, comme les nantais Gillet, Delhommeau un temps suivi par Marc Keller ou Savinaud. Quant à Momha, je ne sais plus quoi en penser...
- 1 défenseur latéral droit (Deflandre?) au cas où Deroff partirait, et il serait mis en concurrence avec Sam.
- 2 milieux de terrain expérimentés polyvalent, comme Meriem, Barbosa ou Sablé , à trouver éventuellement à l'étranger (Svensson, Sionko étant des pistes abandonnées).


Avec ça on rentre parfaitement dans les frais, et on aura bien renforcé l'équipe. Regardez un peu:

----------------------- Dutruel -------------------------
Deflandre ------ Drobny -- Kanté ------------- Gillet
-------------------- Sablé-- Bassila -------------------
Martins ---------------------------------------- Le Pen
------------------- Niang -- Alex Farnerud -----------

Remplaçants: 1 gardien, Devaux, Lacour, Mouloungui, Barbosa
Entraineur: kombouaré, bien sur!

Qu'est-ce que la DNCG?

29/12/2003 03:08
2.436 lectures
La DNCG est issue d'une convention entre la FFF et la LFP. Cet organisme un peu obscur punit certains clubs qui n'ont pas eu une gestion rigoureuse: rétrogadation, interdiction de recrutements...

1- Objectifs
La Direction Nationale du Contrôle de Gestion a 2 objectifs:
- assurer le contrôle juridique et financier des clubs affiliés
- s'assurer que les clubs affiliés répondent aux conditions fixées par les réglements nationaux et de l'UEFA pour prendre part aux compétitions.



2- Structure de la DNCG
La DNCG se décompose en trois commissions distinctes:

a) Commission Fédérale de contrôle des clubs
Cette commission compte 14 membres dont au moins 3 experts comptable. Ils sont désignés par la FFF (5 membres), la LFFA (foot amateur, 4 membres), la LFP (2), l'UNFP (1), l'UNECATEF (éducateurs et cadres techniques, 1 membre) et la SNAAF (assimilés du football, 1 membre). Au moins 7 membres sont nécessaires pour délibérer.
Elle a autorité sur les clubs de national et ceux de CFA sans joueur professionel. Le racing n'est donc pas concerné par cette commission.

A noter qu'en CFA2 et dans certaines ligues de région, des commissions régionales de contrôle des clubs sont mises en place.

b) Commission de Contrôle des clubs professionnels
Cette commission est composée de 18 membres dont 4 experts comptables au moins: 5 désignés par la LFP, 5 par la FFF, 2 par l'UCPF, 2 par l'UNFP, 2 par l'UNECATEF et 2 par la SNAAF. Au moins 7 membres sont nécessaires pour délibérer.
Elle a autorité sur les clubs possédant dans leur effectif des joueurs pro.


c) Commission d'appel
Les demandes de 'jugement' en commission d'appel sont possibles que ce soit après la commission fédérale de contrôle des clubs, ou que ce soit après la commission de contrôle des clubs pro.
Cette commission est composée de 12 membres, dont au moins 4 experts comptables: 5 désignés par la FFF, 5 par la LFP et 2 par la LFFA. 5 membres au minimum sont nécessaires pour rendre un jugement.

Remarque: tout conflit d'intérêt des membres de ces commissions doit être évité.


3- Les sanctions
Il existe une dizaine de mesures dont disposent les commissions pour agir sur la direction des clubs dont la situation est analysée. Les plus courantes sont les suivantes:
- Interdiction de recruter de nouveaux joueurs (totale ou partielle)
- Recrutement contrôlé dans le cadre d'un budget prévisionnel (accord de la DNCG au préalable)
- Rétrogradation sportive
- Interdiction d'accession sportive
- Exclusion des championnats nationaux


Voilà donc dans les grandes lignes les différents organes de la DNCG. A noter que les critères de bonne santé financière d'un club ne sont pas indiquées sur le site de la LFP. Les principaux critères sont :
- une trésorerie positive.
- capitaux propres positifs (en gros il faut que les actifs du club soient supérieurs aux dettes, je crois... mais il faudrait que je me replonge dans mes cours de finance).

Dans le cas récent de St Etienne, la trésorerie avait été remise à 0 par les promesses d'apport financier des nouveaux dirigeants, mais il manquait un engagement d'apport des comptes courants au capital social du club d'ici au 30 juin. D'où la sanction vexatoire d'interdiction de recrutement et de possible rétrogradation en fin de saison.


Source : site de la LFP

Coupe du Monde 98: Argentine vs Pays-Bas

23/12/2003 20:41
4.205 lectures
Le 4 juillet 1998, l'Argentine et les Pays-Bas s'affrontent au stade vélodrome pour une place contre le brésil en demi-finale, dans une ambiance de folie!

Le match avait commencé bien avant le coup d'envoi dans la cité phocéenne! Les douces mélodies de l'accent provençal avait laissé place au sympathique espagnol, et dans les verres des bars du vieux port, la bière avait remplacé le pastis traditionnel. Dans le métro qui nous amenait au match, les maillots argentins se mélangeaint avec les étranges chapeaux oranges des supporters néerlandais qui ne semblaient pas craindre la chaleur. L'ambiance est conviviale, la pression monte lentement, mais surement...

Nous prenons place dans ce stade flambant neuf et plein à craquer. On se retrouve dans le virage Nord, à côté des supporters argentins (spéciale dédicace aux argentines, elles cartonnent!!); on se fond dans le décors, on avait prévu les écharpes bleues et blanches pour l'occasion (celle de Strasbourg et celle de Marseille). Le virage Nord s'était habillé de bleu et blanc, c'était magnifique!! Mais la palme revient assurément aux hollandais, qui ont recouvert le virage Sud de leur orange si caractéristique. Ca chantait dans tous les sens, et les vagues faites par les supporters néerlandais en sautant au cours du match étaient carrément impressionantes!

Le match était à la hauteur de l'ambiance dans les tribunes. Sous la canicule provençale, les hollandais lançaient le match grâce à Kluivert sur une passe d'un Bergkamp au sommet de son talent dans ce match. Il n'en fallait pas moins pour déchaîner plus encore les supporters hollandais qui entonnaient dans le Vélodrome des chants gutturaux peu habituels pour les lieux. Les argentins, avec dans leurs rangs de talentueux et fantasques joueurs (Batistuta, Veron, Ortega, Simeone, ...) ne tardaient pas à égaliser par l'intermédiaire de Lopez, bien lancé dans la profondeur. Le virage Nord explosait à son tour, tout le monde se sautait dessus (hmmmmm, les argentines! ;-) ), c'était fou!!
Le match faillit basculer ensuite d'un côté comme de l'autre. Une frappe d'Ortéga trouvait le poteau en fin de première mi-temps, Overmars centrait parfaitement sur la tête de Kluivert que Roa sauvait d'une brillante claquette. Et sur une frappe sèche et soudaine du gauche de Batistuta, le stade s'est tû. Ce silence ne fut rompu que par le choc du ballon sur poteau de Van der Sar, que j'entends toujours résonner dans ma tête.
Le match bascula alors dans la tension, avec un carton rouge de chaque côté, notamment pour "l'artiste" Ortéga qui répondait aux provocations de Van der Sar par un célèbre coup de boule (il doit bien y avoir 20cm de différence entre les 2 joueurs!). Puis à la dernière minute du match, Bergkamp mit un but magnifique dont lui seul a le secret: il contrôle acrobatiquement une ouverture de 50m de De Boer, puis fusille en pleine lucarne le portier argentin devant une tribune orange virevoltante.

Quel match! Avec la victoire de la France 10 jours plus tard, je crois bien qu'il s'agit de mon meilleur souvenir en tant que spectateur/supporter d'un match de football.
  • 1 (current)
Flux RSS Mon stublog : articles et brêves de racingstub.com, quelques infos persos, mon livre d'or...

vincenzo

Voir son profil complet

Archives

2005

2004

2003