schilless.jpg

Gilbert Gress

3.6 / 5 (5 notes)
Né le
(75 ans) à Strasbourg (Bas-Rhin)
Nationalité
française France suisse Suisse
Taille
1.73 m
Poids
68 kg
Poste
Milieu offensif

Au Racing

Premier match officiel pro.
RCS - Bordeaux 2-1 le (18 ans)
Dernier match officiel pro.
RCS - Marseille 3-2 le (33 ans)
Contrats
  • De juin 1959 à juin 1960 : Stagiaire
  • De juin 1960 à juin 1966 : Pro
  • De juin 1973 à juin 1975 : Pro
  • De juin 1977 à septembre 1980 : Entraîneur
  • De juin 1991 à juin 1994 : Entraîneur
  • De juin 2009 à août 2009 : Entraîneur
Statistiques de Gilbert Gress au RC Strasbourg en équipe Une
Compétition Matchs Buts Passes
Ligue 1 199 20 2
Ligue 2 26 6 0
Coupe de France 20 1 0
Ligue Europa 12 1 1
Coupe Charles Drago 2 0 0
Amical 1 0 0

Sélections nationales

Matchs
3
Buts
0
Premier match
RFA - France (5-1), le 27/09/1967

Ligue 1

Matchs
289
Buts
28
Premier match
RCS - Bordeaux 2-1 le (18 ans)

Palmarès

Légende

Vainqueur de la Coupe de France comme joueur et du titre de champion comme entraîneur, il est un personnage central de l'histoire du Racing.

Lire l'article

Carrière

Carrière de Gilbert Gress en tant que joueur
Club Saison Championnat Coupe d'Europe Autres (off.) Autres (amic.) Sélection
Compét.M.B.P. Compét.M.B. M.B. M.B. M.B.
logo_losange_bleu_w350.png RC Strasbourg 1959/1960 Division 1
2
0

logo_cathe_w350.png RC Strasbourg 1960/1961 Division 2
26
6

logo_cathe_w350.png RC Strasbourg 1961/1962 Division 1
2
0

logo_cathe_w350.png RC Strasbourg 1962/1963 Division 1
23
5

logo_cathe_w350.png RC Strasbourg 1963/1964 Division 1
33
3

2
0
logo_cathe_w350.png RC Strasbourg 1964/1965 Division 1
34
3
0
Coupe des villes de foire
9
1
2
0
logo_cathe_w350.png RC Strasbourg 1965/1966 Division 1
36
3
0
Coupe des villes de foire
3
0
6
0
stuttgart_vfb.gif Stuttgart VfB 1966/1967 1. Bundesliga
34
3

Coupe des villes de foire
1
0
stuttgart_vfb.gif Stuttgart VfB 1967/1968 1. Bundesliga
33
9

1
0
stuttgart_vfb.gif Stuttgart VfB 1968/1969 1. Bundesliga
31
6

1
0
stuttgart_vfb.gif Stuttgart VfB 1969/1970 1. Bundesliga
34
5

Coupe des villes de foire
2
0
stuttgart_vfb.gif Stuttgart VfB 1970/1971 1. Bundesliga
17
2

marseille5.gif Marseille 1970/1971 (janvier) Division 1
19
4

1
0
marseille5.gif Marseille 1971/1972 Division 1
37
3

Coupe des clubs champions
4
1
olympique_de_marseille_3.gif Marseille 1972/1973 Division 1
34
1

Coupe des clubs champions
2
0
logo_rpsm_w350.png RC Strasbourg 1973/1974 Division 1
31
1
1
5
0
1
0
logo_rpsm_w350.png RC Strasbourg 1974/1975 Division 1
38
5
1
7
1
neuchatel_xamax_fc_2.gif Neuchâtel 1975/1976 Ligue Nationale A
neuchatel_xamax_fc_2.gif Neuchâtel 1976/1977 Ligue Nationale A
Carrière de Gilbert Gress en tant que dirigeant
Club Saison Championnat Poste
neuchatel_xamax_fc_2.gif Neuchâtel 1975/1976 Ligue Nationale A
Entraîneur
neuchatel_xamax_fc_2.gif Neuchâtel 1976/1977 Ligue Nationale A
Entraîneur
logo_70s_w350.png RC Strasbourg 1977/1978 Division 1
Entraîneur
logo_70s_w350.png RC Strasbourg 1978/1979 Division 1
Entraîneur
logo_70s_w350.png RC Strasbourg 1979/1980 Division 1
Entraîneur
logo_70s_w350.png RC Strasbourg 1980/1981 Division 1
Entraîneur
club_brugge_kv_2.gif FC Bruges 1980/1981 (octobre) Division 1
Entraîneur
neuchatel_xamax_fc_2.gif Neuchâtel 1981/1982 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1982/1983 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1983/1984 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1984/1985 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1985/1986 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1986/1987 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1987/1988 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1988/1989 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1989/1990 Ligue Nationale A
Entraîneur
servette_fc_1.gif Genève 1990/1991 Ligue Nationale A
Entraîneur
logo_70s_w350.png RC Strasbourg 1991/1992 Division 2 (B)
Entraîneur
logo_70s_w350.png RC Strasbourg 1992/1993 Division 1
Entraîneur
logo_70s_w350.png RC Strasbourg 1993/1994 Division 1
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1994/1995 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1995/1996 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1996/1997 Ligue Nationale A
Entraîneur
xamax.gif Neuchâtel 1997/1998 Ligue Nationale A
Entraîneur
federationSuisse.png Equipe de Suisse 1997/1998 (mars)
Sélectionneur
federationSuisse.png Equipe de Suisse 1998/1999
Sélectionneur
federationSuisse.png Equipe de Suisse 1999/2000
Sélectionneur
Sans club 1999/2000 (octobre)
zurich_fc.gif Zurich FC 1999/2000 (avril) Ligue Nationale A
Entraîneur
zurich_fc.gif Zurich FC 2000/2001 Ligue Nationale A
Entraîneur
Sans club 2001/2002
metz3.png Metz 2001/2002 (janvier) Division 1
Entraîneur
Sans club 2002/2003
sturm-graz.png Graz Sturm 2003/2004 Bundesliga
Entraîneur
Sans club 2003/2004 (septembre)
fc_sion.png Sion 2004/2005 (août) Challenge League
Entraîneur
Sans club 2005/2006
Sans club 2006/2007
fc_aarau.gif Aarau 2006/2007 (avril) Super League
Entraîneur
Sans club 2007/2008
Sans club 2008/2009
logo_2006_w350.png RC Strasbourg 2009/2010 (juin) Ligue 2
Entraîneur
Sans club 2009/2010 (août)

Voir la carrière et la carte de ses clubs

Le saviez-vous ?

Très jeune, Gilbert Gress se fait remarquer pour son tempérament à la fois rebelle et ambitieux. Entraîneur dans l'âme, il distribuait déjà à ses petits camarades des papiers les convoquant pour aller jouer des matches. Cadet au Racing, il fut souvent snobé par les sélectionneurs régionaux, dont Paul Frantz, en raison de son physique plutôt chétif et de sa myopie. Les médecins lui déconseillèrent même un temps d'arrêter de jouer en raison de ce qu'ils croyaient être une anomalie cardiaque.

Il débute en équipe première en 1960, lancé comme d'autres juniors par les nouveaux dirigeants du Racing, qui souhaitent miser sur les jeunes, et gagne très vite le surnom d'"ange de la Meinau" donné par le journaliste Max Urbini. Après une période difficile marquée, entre autres, par son service militaire en Algérie, il devient un titulaire inamovible des équipes de Robert Jonquet puis Paul Frantz, au poste d'ailier droit. Avec cette belle équipe du Racing des années 1960, il remporte la coupe de France (1966) et vit l'ivresse des soirs de coupe d'Europe. Déception en revanche avec l'équipe de France, puisqu'il manque le Mondial en Angleterre pour avoir, dit-on, refusé de se couper les cheveux.

C'est en cette même année 1966 qu'il est cédé au VfB Stuttgart pour 300.000 francs, somme très importante pour l'époque. Il est à cette occasion le premier Français à évoluer dans la toute jeune Bundesliga. Il devient une vedette outre-Rhin tout en s'affirmant comme un des patrons du club souabe et gagne également ses galons d'international.

Durant l'hiver 1970/71, Gilbert Gress rejoint l'Olympique de Marseille de l'ambitieux Marcel Leclerc et remporte deux championnats et une coupe. Deux ans plus tard c'est le retour au Racing où il évolue deux saisons dans un climat difficile marqué par les querelles intestines et un certain désamour du public à son égard.

En 1975, le Racing ne lui propose qu'un an de contrat supplémentaire alors qu'il en souhaite deux. Il rejoint alors Neuchâtel Xamax, comme entraîneur-joueur, avant de revenir au Racing en 1977 à l'appel du nouveau comité présidé par Alain Léopold.

Gilbert Gress reprend l'équipe championne de D2 d'Elek Schwartz et l'emmène à une inattendue troisième place pour son retour en D1. Il bénéficie alors d'une large latitude pour imposer ses idées. Il insiste notamment sur l'importance de la puissance physique, à travers les célèbres stages de pré-saison à Grünberg, et de manière générale sur l'hygiène de vie. En matière de recrutement, il choisit de se passer de stars étrangères, préférant miser sur des joueurs expérimentés de D1 comme Jacky Novi, Raymond Domenech ou Roger Jouve, qui viennent compléter l'ossature en place depuis quelques années. Sur le plan tactique, enfin, il est partisan d'un football "total" où tous les joueurs de champ participent à l'attaque et à la défense et doivent faire preuve de polyvalence, au service de l'équipe.

Ces recettes novatrices jouent un grand rôle dans l'apogée sportive que connaît alors le Racing, qui s'appuie sur une grande force collective pour remporter le titre de champion en 1979 après avoir été en tête quasiment toute la saison. Ce titre unique dans l'histoire du Racing, et de la région, est source de liesse populaire et installe durablement Gilbert Gress comme une personnalité iconique en Alsace.

L'après titre sera vite marqué par ses démêlés avec André Bord, qu'il a pourtant contribué à installer comme président. En septembre 1980, il est limogé le jour d'un match contre Nantes. L'annonce de la nouvelle provoquera des émeutes au stade de la Meinau.

Après un court passage en Belgique, il revient à Xamax qui s'affirme sous sa direction comme l'un des meilleurs clubs suisses, régulièrement qualifié en coupe d'Europe. Son retour au Racing est fréquemment évoqué durant la décennie, mais jamais réalisé. Le départ de Daniel Hechter et l'arrivée d'un nouveau comité présidé par Jacky Kientz ouvrent cependant la porte en 1991, après quelques mois d'atermoiements.

Pour son retour au club, Gilbert Gress hérite d'une équipe de D2 performante mais qui a échoué par deux fois en barrages. Il va la mener à une deuxième place de son groupe, derrière le rival bordelais, pour ensuite triompher en barrage lors d'un match contre Rennes qui est resté dans bien des mémoires. Pour son retour en D1, le Racing enchaîne avec huitième place, classement inégalé depuis. La saison suivante sera moins fameuse, marquée notamment par de nouveaux conflits latents.

Arrivé en fin de contrat en 1994, Gilbert Gress n'est pas prolongé par le nouveau président du Racing, Roland Weller. Il retourne une fois de plus à Neuchâtel avant de prendre en main la sélection suisse, qu'il ne parvient pas à qualifier pour l'Euro 2000.

La carrière d'entraîneur de Gilbert Gress va à partir de ce stade devenir plus hachée. En 2002 il subit avec le FC Metz sa première relégation et en 2003 il ne dure que 91 jours à la tête du Sturm Graz. Il effectue aussi quelques passages en Suisse, où sa cote reste importante, grâce notamment à ses nombreux passages à la télévision.

En 2009, le Racing loupe la montée en L2 et le président Philippe Ginestet choisit de se retirer, tout en restant actionnaire majoritaire. Nommé à sa place, Léonard Specht choisit de rappeler une nouvelle fois Gilbert Gress, sans activité depuis deux ans, à la tête du club. Ne bénéficiant cette fois pas d'une base solide sur laquelle construire une équipe, Gilbert Gress entre très vite en conflit avec une partie de son effectif et diverses composantes du club tout en alignant les matches de préparation peu convaincants. Ses méthodes éprouvées, et si souvent vantées, semblent avoir du mal à fonctionner dans le football des années 2000. Cela se traduit par deux défaites en autant de matches officiels en août 2009.

Suite à ces piètres résultats, Gilbert Gress réagit en mettant violemment en cause Philippe Ginestet coupable, selon lui, d'avoir sapé son travail. Il est limogé dans la foulée.