La Cité Interdite

Note
0.0 / 5 (0 note)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 1.320 fois
Auteur(s)
Par mediasoc
Commentaires
0 comm.
dsc04933.jpg
© fejinho

Le Racing Club de Strasbourg n'a pu arrêter sa série de défaites consécutives dans l'antre de l'AS Nancy Lorraine. Le Stade Marcel-Picot reste ainsi le seul stade de France où les locaux sont invaincus.

Comme souvent, on pourra dire que Nancy ne produit pas un jeu très passionnant, et comme souvent, on pourra admirer l'efficacité prodigieuse de cette équipe toujours à la lutte pour la troisième place du championnat.

Pablo Correa propose au début de match une équipe solide en dépit de nombreuses absences. Monsieur Z comme Zerka tournait autour de Fortuné pour conclure les occasions. Jean-Marc Furlan plaçait Mouloungui devant, chargé de reproduire les bonnes premières minutes vues contre l'ogre Lyonnais avant de voir rouge.

La vitesse, la technique et le jeu de tête de Mouloungui permettent au RCS de s'approcher du but de Brascigliano. Bah et Lacour peuvent tirer de loin, généralement de 25 mètres. De l'autre côté, les coups-francs à 25 mètres se succèdent. Zerka à 21ème minute avertit les Strasbourgeois de l'imminence du danger en reprenant de la tête un centre de Chrétien, qui passe quelques mètres au-dessus du but.

Sur un corner, la défense de Strasbourg n'arrive pas à se dégager correctement. Brison récupère la balle à 45 mètres du but, sur son côté gauche et envoie une longue transversale sur Bérenguer, resté aux avant-postes sur le côté droit de la surface de réparation : reprise directe du droit dans le petit filet gauche de Cassard qui ne peut rien. 1-0 à la 38ème. Il en profite pour saluer les femmes de sa vie (sa mère disparue et sa femme).

Deux tirs de Mouloungui et Bah tentent de redonner rythme et espoirs aux bleus. Sur un contre de Nancy, on aperçoit Fortuné obtenant le ballon 20 mètres derrière la défense, sprintant sur le côté gauche du terrain et repiquant dans l'axe, achevant Cassard d'une spéciale Henry. 2-0 à la mi-temps.

Après avoir tenté de s'approcher du but de manière assez inoffensive en deuxième mi-temps, une relance de Nancy sur Paisley provoque la maladresse du défenseur et le rouleur compresseur du duo Fortuné-Zerka permet au deuxième de marquer en faisant une pichenette au-dessus de Cassard. 3-0 à la 58'.

La dernière demi-heure s'avère anecdotique. Abdessadki se blesse, Bérenguer obtient dans la foulée le prix du fair-play en rendant le ballon aux bleus. Fanchone surnage sur deux actions : une tête repoussée par le gardien nancéein et une percée au sein de la défense. Nancy peut mettre le 4ème but à la 72ème mais Szelesi sauve sur sa ligne. Mulenga, rentré en jeu à la place d'Abdessadki, met une tête juste à côté sur un centre de Mouloungui, ce qui aurait pu constituer le but le plus imprononçable de l'année pour les commentateurs.

Le Racing repart la tête basse après n'avoir pu démontrer quelque charme à Miss Nancy 2008 qui avait donné le coup d'envoi, certainement l'action la plus sexy du match.

mediasoc

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter