Lake Placid - (T'as le look croco ! )

08/01/2007 14:50
799 lectures
Un crocodile géant d'Asie mange deux personnes, une vache et un ours dans un lac du Maine. Et pis c'est tout ...
J'aurais pu limiter ma fiche à ce descriptif, tellement Lake Placid est insipide. Je vais faire l'effort tout de même de développer, rien que pour le plaisir de vous insulter un petit peu.

Un plongeur se fait dévorer dans un nid de castors par une créature sans doute monstrueuse, sous les yeux du shérif qui ne voit pourtant rien à cause des eaux boueuses du Black Lake. C'est le point de départ de Lake Placid, qui ressemble au point de départ de n'importe quel flim de monstre aquatique. Une caméra subjective, une musique qui fait plus ou moins « tin ta tin ta tin ta tin ta » de plus en plus vite, un mec se fait couper en deux. Classique. Plaisant. Le reste le sera beaucoup moins.

Les questions qui me passionnent dans ce genre de nanar, c'est : comment ils vont justifier la présence du monstre ? Comment ils vont le buter ?
Ils, c'est le shérif, son adjoint, un type des eaux et forêts, une gourdasse du musée de paléontologie de New York aussi à l'aise pour chier dans la forêt que vous pour prendre un air inspiré et intelligent, et un riche excentrique qui adore nager avec les crocos dans tous les pays du monde. A noter que malgré un minou qui selon toute vraisemblance crie famine, la gourgandine muséologue ne se fera ni dénuder ni culbuter d'ici la fin du flim. Navrant.

Donc cette fine équipe cherche, cherche dans le lac. L'adjoint se fait croquer la tête pendant que les autres ont le dos tourné. La radasse a peur. Ils font des jeux de mots laids, parfois.
Ils se demandent « mais comment un monstre pareil a pu arriver ici ??? ». Ils ne trouveront pas la réponse. Ils n'atomisent pas le crocodile à la fin, ils l'endorment puis le capturent après qu'il soit passé à travers un hélicoptère. Le saurien ne fait pas de carnage, même pas dans la bataille finale. Il y a un mini coup de théâtre, puisqu'il y a un deuxième croco qui apparaît 3 secondes le temps de se faire grenader les ratiches et le rectum par le shérif.

Evidemment, n'importe qui d'à peine plus malin que vous aurait pu s'en douter, qui dit deux crocodiles dit fornication, dit reproduction et dit progéniture. Le flim se termine donc par un plan sur une vieille folle qui habite seule la maison isolée du lac, en train de jeter des croquettes aux bébés crocos comme votre mère jette des miettes aux pigeons en parlant toute seule. Fin.

Pas de scientifique responsable de la mutation monstrueuse du croco, pas de vomi sélectif de ses victimes ou de triple axel façon « Crocodile » de Tobe Hooper (voir ici), pas de gourgandine dénudée, le monstre ne tue personne à part deux figurants et un ours. Décevant. Donc pour les questions qui me passionnent habituellement, que je vous ai rappelées en début de fiche, gros tas d'analphabètes, je peux vous mettre les réponses dans vos fondements (pas dans le mien, j'ai trop de respect pour ma personne).

Le nanaconda se trouva fort dépourvu une fois le générique de fin venu. Je ne dirais pas que c'était nul. J'ai déjà vu largement pire en termes d'effets spéciaux ou de jeu d'acteurs. Mais que c'était chiant ! Il ne se passe rien. On a même pas envie qu'ils tuent le croco tellement il est inoffensif par rapport aux standards des flims du genre. Voilà. Petite déception quand même. Ce n'est pas un nanar, juste une série B insipide avec un peu de budget. D'ailleurs il était seulement déconseillé aux moins de 10 ans, c'est vous dire le caractère presque végétarien du crocodile.

Projetons-nous dans la salle de réunion de Mr Johnson, le producteur estampillé nanar. Un scénariste lui explique :
« une idée ? boarf.... Non pas vraiment... Je me disais, on pourrait faire un film avec un monstre... heuuuu.... Un monstre aquatique... Vous savez, un plagiat traditionnel des Dents de la Mer... On n'a qu'à remplacer le requin par un crocodile, et pis pour changer un peu et surprendre le spectateur à la fin il est pas tué mais capturé pour un zoo... Non ? C'est nul comme idée non ? »
Et le producteur : « non non, pas du tout, c'est génial ! J'achète ! »


Bonne nuit les zenfants

Le nanaconda

Commentaires (6)

Flux RSS 6 messages · 190 lectures · Premier message par arbo · Dernier message par anaconda

Commenter