kaniber68

3.0 / 5 (2 notes)
Inscription
Connexions
513
Dernière connexion
Date de naissance
Habite à
68300, Saint-Louis, France

Fiche

Amis
1
Badges
0
Matchs vus
0

Timeline

Voir toutes ses actions

Clubs supportés

Dernières photos et vidéos personnelles RSS

  • Sans titre.png
      294 vues · 0 comm.
    kaniber68
  • Sans titre.png
      221 vues · 0 comm.
    kaniber68

Voir toutes ses photos et vidéos

Bloghttps://racingstub.com/blogs/kaniber68

Dernier article du blog « Le stublog de kaniber68 » :

Racines Racing

20/05/2014 23:55
868 lectures
0.0 / 5 (0 note)
Salut le Stub,

Bon, ça fait un moment que j'vous lis. Et j'me suis dis que j'pourrais bien faire partie de votre communauté, vu qu'ça fait un bail que j'me tape le Racing. Mon premier Racing, c'était en 1969. C'était contre Nîmes, et j'crois bien que l'Racing avait gagné. En ce temps-là, y'avait Johnny Schuth dans les cages, Philippe Piat en défense, Dieter Schurr au milieu et surtout Wolfgang Kaniber devant. Entre autres. Kaniber, c'était un molosse. Et beau gosse, en plus. Le "bombardier" du Racing, qu'on disait alors. Un mec qui s'posait pas de questions et qui claquait des buts, vu qu'il était payé pour ça. Et moi, trou du Q de 13 ans, je n'voyais que lui. Même qu'un jour, j'me souviens c'était à Ittenheim où y'avait un match de promo contre les gars du coin, j'ai pu l'prendre en photo. Et cette photo, je l'ai toujours, avec celles de Schuth et de Piat.
Evidemment, le temps a passé. Dev'nu plus grand, j'suis dev'nu un habitué de la Tribune Debout, aujourd'hui la Tribune Sud. Quand j'me retournais et que j'matais la tribune, y'avait toujours dans l'tas un mec que j'connaissais. Un mec de mon pat'lin, de mon lycée, de ma fac. C'était un peu une grande famille, une famille d'Alsacs, du genre "Le Racing, c'est ici qu'on se sent le mieux Alsacons!"
Mon plus grand fait de guerre concernant le Racing, c'est qu'j'étais au match du Titre à Lyon en 1979. A c't'époque, j'étais chasse bite à Grenoble, à l'armée si tu veux, et dans la casbah, j'avais un pote de Haguenau qui avait une Ami 8. Bon, elle roulait à 40 à l'heure, mais on y est quand même arrivé et à l'heure. Dans l'quart de virage des Ultras Alsacs, fallait montrer patte blanche pour y pénétrer. Tu disais juste "Gopverdami", ou un truc dans ce genre, et t'étais accepté. J'me souviens qu'on était fier, mais alors à un point, surtout au retour à la casbah où tous les Savoyards nous regardaient de travers, vu qu'ils nous prenaient pour des Teutons, vu qu'on parlait alsac entre-nous et qu'on les conchiait menu menu. Bon, on s'est ramassé en finale de la Coupe de France et j'ai vu le match au Foyer de la casbah. Putain de Savoyards! Nous z'en ont foutu plein la gueule!
J'me souviens aussi que les meilleurs sandwichs de la Meinau, on les trouvait au pied de la Tribune Nord. Y'avait là une tapée de mamies qui sciaient les baguettes, avec du vrai pain avec de la farine, et avec mes potes, on y commençait toujours nos matchs. J'me souviens aussi de Domenech qui venait toujours avec sa deux ch'vaux. De Wagner qui s'est excusé un soir de défaite. De Dropsy qui saluait toujours le public après que celui-ci ait hurlé "Dominique, Dominique!!!" De Tanter qui nous décoiffait toujours, du temps où on avait encore des ch'veux...
Putain, c'était bien! Quels souvenirs, mon vieux Racing!
Et puis un jour, les investisseurs se sont ramenés dans leurs grosses bagnoles. Et ça n'a plus arrêté. Des jeunes, des vieux, des oiseaux, mais alors! Z'ont pris le Racing pour une danseuse. Lui ont payé des bijoux et surtout une paire de rames. Et vogue la galère. Merci, de rien!
Alors, j'me suis endormi. Avec une paupière ouverte. Et puis, mon filslou est dev'nu fan du Racing. C'était dans l'sang. Et il m'a réveillé. Et depuis, du fin fond du trou du cul du 68, j'me ramène régulièrement à la Meinau. Une heure trente de route! A mon âge! Est-ce vraiment sérieux?
Ben oui! C'est l'Racing, Et l'Racing, c'est l'Histoire de toute une région. Et pour le piger, faut être un Alsac.
Faudrait juste le faire comprendre aux mecs qui veulent porter notre maillot.
Sinon, i z'ont qu'à aller jouer au Red Star. Ou à Raon l'Etape.
Sanlut bisama!