Une der pleine de promesses

Note
4.3 / 5 (6 notes)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 1.586 fois
Auteur(s)
Par remetter
Commentaires
3 comm.
rcsvittel - 49.jpg
© schillou

Pour son dernier match de préparation avant le grand saut lyonnais, le Racing affrontait hier à Illkirch une sélection de l’UNFP qui a déjà battu Amiens et Troyes au cours de l’été. Moins de vingt-quatre heures après le match à Dijon, c’était l’occasion pour les titulaires du jour de se montrer.

Après une mise en place en 4-4-2 losange à Dijon, Thierry Laurey avait choisi hier d’aligner son équipe en 4-2-3-1. À noter la présence de Cédric Matukungu au poste de latéral gauche, joueur de l’équipe réserve qui a signé en mai en provenance de Lille.

Equipe


Première mi-temps :

La rencontre part sur les chapeaux de roues et dès la 5ème minute, Makutungu lance en profondeur Bahoken qui trompe tranquillement le gardien d’un fin piqué du pied droit. Les deux équipes mettent du rythme et plusieurs frappes extérieures surfaces se succèdent, mais Zohi notamment ne parvient pas à accrocher le cadre sur une belle frappe enroulée. Le Racing enfonce tout de même le clou à la 22ème. Bien lancé par Sacko, Bahoken prend son vis-à-vis de vitesse et trompe le gardien d’un plat du pied plein d’assurance. Dans la foulée, Zohi lance Blayac en profondeur, mais le numéro 13 est repris in extremis dans la surface par un tacle d’Inez, le ballon revient néanmoins sur Sacko mais sa frappe extérieure pied droit passe au dessus. Le Racing continue de mettre du rythme et de maîtriser les débats. Aaneba a l’occasion d’inscrire son premier but en bleu sur une passe en retrait de Blayac, mais sa frappe de l’intérieur du droit fuit le cadre. Puis viens le chef d’œuvre du match: après un bon mouvement initié à droite, Sacko récupère côté gauche un centre trop long de Gonçalves, puis trouve Zohi à l’angle de la surface qui d’une passe aveugle entre deux défenseurs lui remet le ballon en pleine course dans la surface. L’ancien Valenciennois fusille Bertrand à bout portant, ça fait trois 3-0 après 33 minutes.

Piquée dans son orgueil, la sélection UNFP accélère et vient presser plus haut un Racing qui a lui besoin de souffler. Les visiteurs sont immédiatement payés : Malfleury hérite d’un ballon à l’entrée de la surface et d’une frappe lourde et déviée par Caci trouve la lucarne d’Oukidja (40ème). Deux minutes plus tard, Bahoken veut jouer en retrait sur Caci mais lobe son coéquipier et lance l’attaquant adverse vers le but. La boulette est sans conséquence, Oukidja réalise une magnifique parade main droite à bout portant. L’UNFP ne relâche pas la pression, mais Sawodogo ouvre trop son pied et rate un nouveau face-à-face avec Oukidja, qui s’en va crier à ses coéquipiers « Oh les gars on remonte, on se relâche là ! ». Cette mi-temps enlevée s’achève finalement sur une frappe de Gonçalves sur le haut de la barre transversale. Le Racing domine son sujet malgré cinq dernières minutes de flottement.

Deuxième mi-temps 

L’UNFP entame le second acte avec huit nouveaux joueurs, dont les anciens Strasbourgeois Quentin Othon et Ladislas Douniama. Pas de changement côté Racing, les absents à Dijon doivent accumuler les minutes. On repart sur le même rythme côté visiteur, et Gamboa contraint Oukidja à un nouvel arrêt après avoir gagné son duel à la course avec Jérémy Grimm (50ème). Très actif, Gamboa décale un coéquipier côté droit qui le retrouve d’un centre en retrait, mais sa reprise au point de penalty s’envole. Plutôt dominé dans cette seconde période, le Racing va pourtant alourdir la marque en contre. Depuis le milieu de terrain, Gonçalves lance Zohi dans le dos de la défense…le ballon est un peu long et le gardien adverse, sorti de surface, tente de dégager au pied mais manque le cuir sur sa reprise. Kévin Zohi peut tranquillement aller marquer son premier but en équipe première (65ème).
Cette mi-temps est tout de même plus heurtée que la première, les joueurs strasbourgeois manquant de plus en plus de jus. Pour soulager les plus usés, Thierry Laurey procède à trois changements en un quart d’heure : Matondo, Sylla, et Segura remplacent respectivement Zohi, Makutungu et Bahoken. Ce sont pourtant les visiteurs qui continuent d’attaquer et à se procurer les meilleures situations, comme ce coup franc à l’entrée de la surface de Gamboa claqué par Oukidja. Il faut attendre les dix dernières minutes pour voir le Racing se procurer de nouvelles occasions mais Blayac manque de jus et de justesse pour conclure (81 et 88èmes). Le match s’achève finalement sur ce score un peu flatteur de 4-1, même si le Racing a globalement maîtrisé l’opposition. Au delà du résultat, Thierry Laurey a certainement noté les nombreux enseignements positifs de ce match.

Les bonnes nouvelles 

Une animation offensive efficace : Bahoken, Zohi et Sacko ont tous les trois été bons et à l’aise dans ce schéma, avec mention spéciale pour les deux premiers. Un jeu direct et rapide a permis de mettre en évidence la vitesse de la paire Bahoken-Sacko qui a très souvent permuté sans mettre en danger l’équilibre de l’équipe. Dans un rôle axial, Zohi a quant à lui pu montrer sa capacité à jouer simple et juste, à donner le rythme en alternant à bon escient la conservation et le jeu en une ou deux touches.

Gonçalves efficace dans un rôle plus axial : aligné dans l’axe aux côtés de Nogueira, l’ancien Lavallois a été omniprésent dans cette position plus reculée qu’à l’habitude. Partant de plus bas, il a pu mettre en avant ses qualités au pressing et dans les duels. L’intensité du match et notre jeu direct et rapide favorisent également son rendement. À revoir face à une meilleure opposition.

Le super match d’Alexandre Oukidja : Il a réalisé deux beaux arrêts, dont un de grande classe, et ne peut absolument rien faire sur le but encaissé. Il a beaucoup et bien dirigé sa défense et a été propre dans ses relances. A été peu sollicité dans les airs néanmoins. Quoi qu’il en soit, la mise en concurrence et son nouveau statut semblent le libérer.

Le bon match des jeunes : Makutungu et Aaneba ont été tout les deux au niveau. Le premier a réussi une passe décisive et a été intelligent dans son placement. Aaneba aurait pu marquer et a encore une fois montré ses qualités de relance. Ce dernier aura peut-être une carte à jouer dès cette saison.

Les moins bonnes

Le match de Nogueira et Blayac : Nogueira a fait un match à l’image de sa seconde partie de saison dernière, peu d’impact dans le duel et une prise de décision trop lente pour faire la décision. À sa décharge, si le style de jeu adopté favorise Gonçalves, il dessert clairement un joueur du profil de Nogueira. Blayac a quant à lui beaucoup bougé pour les autres, ouvrant des portes aux joueurs de couloirs (cf premier but), mais a été maladroit balle au pied. Épuisé en fin de match, il n’a pas eu la justesse pour convertir deux très belles opportunités.

Conclusion

Le bilan de ce dernier match amical est globalement très positif. Le schéma en 4-2-3-1 resserré avec recherche d’un jeu direct et rapide à la récupération semble correspondre à nos joueurs, et beaucoup d’entre eux ont marqué des points hier et pourraient faire réfléchir Laurey d’ici l’ouverture du championnat à Lyon.

remetter

Commentaires (3)

Flux RSS 3 messages · 1.454 lectures · Premier message par doubleponey · Dernier message par zidane.cz

Commenter