August 2010


Le saviez-vous?

28/08/2010 18:39
460 lectures
Comment est rémunéré un contrat fédéral ?

Au sujet de la rémunération de base, plusieurs cas de figure (valeur du point pour 2010/2011 : 13,60 euros):

-Pour un joueur qui était la saison précédente professionnel ou Elite la rémunération est de 250 pts minimum ;

-Pour un joueur, qui, dans son cursus, a été professionnel ou Elite, et pour ceux venant de l'étranger : 180 pts ;

-Pour tous les autres (amateur ou stagiaire), 130 pts en National, 120 en CFA, 110 en CFA2 et 100 en DH.

Souvenirs...

13/08/2010 07:51
1.305 lectures
Saint-Etienne - Bayern Münich 1976 :
les fameux poteaux carrés !

Qui ne connaît pas la fameuse histoire des poteaux carrés ? "Si... les poteaux avaient été ronds à Glasgow ce jour-là..." Vous savez ce que dit le dicton : "avec des si, on mettrait Paris en bouteille". Mais la référence aux montants des cages écossaises revient quand même régulièrement dans les conversations des amateurs de football.

Coupe d'Europe des clubs champions 1976. Les Stéphanois ont fait tomber le Dinamo de Kiev en 1/4 de finale et le PSV Eindhoven en 1/2. Le 12 mai 1976, les Verts se rendent à Glasgow pour la finale de la compétition, ancêtre de la Ligue des champions, qui se déroule à Hampden Park contre le Bayern Münich.

Malgré l'absence de 3 joueurs cadres de l'équipe (le défenseur Gérard Farison est suspendu, le milieu de terrain Christian Synaeghel est blessé, et “l'ange vert” Dominique Rocheteau est sur le banc), Saint-Etienne tient tête aux Allemands lors de la première période.
A deux reprises, sur un tir fracassant de Bathenay et une tête de Jacques Santini, le ballon heurte le poteau et la barre transversale du gardien allemand Sepp Maier. Mais les montants des cages du vieux stade d'Hampden Park sont carrés (et non ronds comme aujourd'hui). Pas de "poteau rentrant", le ballon est remis en jeu. Ils ne le savent pas encore mais les Stéphanois seront "hantés" par ces deux tirs pendant de nombreuses années.
Finalement, à la 57e minute, le Stéphanois Oswaldo Piazza commet une faute sur Gerd Müller. Coup franc : les Verts sont menés 1 à 0 sur un but de Franz Roth.


Au cours des 7 dernières minutes, Dominique Rocheteau, entré en jeu en 2e mi-temps, déborde sans cesse sur son aile et rend fous les défenseurs allemands, et notamment le grand Beckenbauer. Mais rien n'y fait. L'arbitre siffle la fin du match. Grosse déception pour les joueurs, les 40 000 spectateurs venus encourager les Verts et les milliers de téléspectateurs devant leur écran.


Malgré la défaite, les Stéphanois défileront le lendemain sur les Champs Elysées !




L'équipe de l'ASSE en finale :
Ivan Curkovic, Pierre Repellini, Oswaldo Piazza, Christian Lopez, Gérard Janvion, Dominique Bathenay, Jacques Santini, Jean-Michel Larqué, Patrick Revelli, Hervé Revelli, Christian Sarramagna (remplacé par Dominique Rocheteau). Entraineur : Robert Herbin

Coupe de France 1951

12/08/2010 08:03
672 lectures
https://racingstub.com/blogs/k/katzo68/photos/055/51strasbourg-32...

La logique a été respectée en finale, où Strasbourg a largement pris la mesure de son adversaire valenciennois.
Après deux tentatives avortées, la Coupe de France s'envole enfin vers l'Alsace !
Les cigognes retrouvent le sourire.
Fondé en 1907, le Racing Club de Strasbourg est l'un des plus anciens clubs hexagonaux, mais, avant ce dimanche 6 mai 1951, le palmarès de l'équipe fanion est encore désespérément vierge.
En Coupe de France, les Alsaciens ont déjà échoué aux portes du bonheur en 1937 puis en 1947.


https://racingstub.com/blogs/k/katzo68/photos/055/51strasbourgnan...

Cette saison, l'histoire aurait pu s'arrêter dès les trente-deuxièmes de finale : malmenés 0-3 par Nîmes, les Strasbourgeois, en état de grâce, inversèrent complètement la tendance après la pause (5-3). Libérés, les équipiers du capitaine Michel Vavriniac vont ensuite réaliser un parcours sans faute.
Après avoir battu Thaon (2-1), Annecy (3-0), Nice (5-3) puis Nancy (3-1), les "Bleu et Blanc" retrouvent sur leur route l'Union Sportive Valenciennes-Anzin.
Alors pensionnaires de Deuxième Série, les Nordistes accèdent pour la première fois à la finale.
Auparavant, Valenciennes n'avait jamais franchi le cap des huitièmes.


https://racingstub.com/blogs/k/katzo68/photos/055/51strasbourgva3...

Trop insuffisant pour les protégés de "Bimbin le Géant des Flandres", la célèbre mascotte de l'U.S.V.A..
La messe est définitivement dite à deux minutes de la fin du temps réglementaire : Nagy, lex-Marseillais clôturant la marque tout en finesse (3-0).
Vincent Auriol, le Président de la République Française, peut remettre aux vainqueurs le trophée.
Les arrières latéraux René Hauss et René Demaret portent en triomphe René Bihel, auteur d'une brillante prestation.
Après s'être imposé avec Lille (1946), "Bibi" récidive donc avec le Racing Club de Strasbourg.

https://racingstub.com/blogs/k/katzo68/photos/055/51strasbourgva2...


Mais devant les 62.000 spectateurs du Stade de Colombes, le rêve va rapidement tourner au cauchemar.
Dès la première période, les techniciens de l'Est prennent un net avantage (2-0).
Par deux fois, René Bihel (24ème) et Raymond Krug (34ème) trompent l'attention de Félix Wittowski, le dernier rempart adverse. Les dés sont jetés !
En seconde période, les Strasbourgeois gèrent tranquillement leur avance.
La maîtrise du cuir, grâce au quatuor du milieu de terrain Krug-Vanags-Bihel-Nagy, reste alsacienne.
Les Valenciennois subissent et ne réagissent que par intermittence.



https://racingstub.com/blogs/k/katzo68/photos/055/51haan-32a4b_th...

  • 1 (current)
Flux RSS Le stublog de katzo68 : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
Bayern.jpg

katzo68

Voir son profil complet

Archives

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006