July 2006


Accro...polie...

14/07/2006 11:23
430 lectures
On dit qu'il y fait toujours beau
C'est là que migrent les oiseaux
On dit ça
De l'autre bout du monde

J'avance seule dans le brouillard
C'est décidé ça y est, je pars
Je m'en vais
À l'autre bout du monde

L'autre bout du monde

J'arrive sur les berges d'une rivière
Une voix m'appelle puis se perd
C'est ta voix
À l'autre bout du monde

Ta voix qui me dit mon trésor
Tout ce temps, je n'étais pas mort
Je vivais
À l'autre bout du monde

L'autre bout du monde

Sur la rivière il pleut de l'or
Entre mes bras je serre ton corps
Tu es là
À l'autre bout du monde

Je te rejoins quand je m'endors
Mais je veux te revoir encore
Où est il
L'autre bout du monde ?

L'autre bout du monde

Emilie LOIZEAU, "L'autre bout du monde"

http://www.jockanddeb.com/images/greece/Greece%20100.jpg

Vacances j'oublie tout...

Quand arrive le mois de juin
Des qu'on a r'çu les carnets de notes
On passe en CE1 c'est bien
Mais une bonne paire de calottes
De la part d'un papa furieux
Parc'qu'on est pas l'premier d'la classe
Moi je trouve que c'est dégueulasse
A chaque trimestre il faut faire mieux

Mais après tout j'm'en fous j'me dis
Voilà deux mois et d'mi d'vacances
Pendant lesquelles on s'dit : « finis
Les punitions, l'histoire de France
Les règles de grammaire les dictées,
Les interros et le piquet »
En plus le dernier jour on peut
En classe ramener des jeux !

Des vacances comme ça j'te jure
C'est vraiment pas une sinécure
Moi je préfère l'école
Et ne crois pas que je rigole

Quand arrive le mois de juillet
On s'dit « super j'fais qu'il me plaît ! »
Mais maman me donne plein d'boulot
En m'faisant un drôle de cadeau
Ce satané cahier d'vacances
Deux heures par jour ça c'est pas d'chance
Mais après je peux aller jouer
Avec mes copains d'à côté

A 7 heures faut déjà rentrer
Parce que c'est l'heure d'aller manger
Sur la terrasse ce qui implique
Qu'on s'fasse bouffer par les moustiques
Les voisins presque tous les soirs
Font un barbecue et du bruit
Nous asphyxient et font la foire
Se calment rarement avant minuit

Des vacances comme ça j'te jure
C'est vraiment pas une sinécure
Moi je préfère l'école
Et ne crois pas que je rigole

Et quand arrive le mois d'août
On doit partir en colonie
On fait les valises et en route
On prend le car pour l'Italie
Déjà là, ça commence très fort
On a tous le mal des transports
On dégueule pendant tout l'voyage
Au détour du moindre virage

A l'arrivée, on oublie tout
La monitrice est vachement bonne
Mais la cantine c'est pas l'Pérou
J'dirais même qu'on nous empoisonne
Des randonnées pendant trois s'maines
Et les pieds parsemés d'ampoules
Les courbatures les coups d'soleils
Les sandwitchs aux fourmis c'est cool

Des vacances comme ça j'te jure
C'est vraiment pas une sinécure
Moi je préfère l'école
Et ne crois pas que je rigole

Quand arrive le mois d'septembre
C'est à c'moment qu'il faut se rendre
Avec maman pour la rentrée
Au supermarché pour acheter
Toutes les fournitures prescrites
Par la maîtresse, notre instit'
Pour pouvoir en bonne et due forme
Reprendre le chemin d'l'école

A moi les stylos, les cahiers
Des feutres de toutes les couleurs
Un compas, une ardoise des craies
Un beau tube de colle des classeurs
Une trousse et un agenda
Un maillot d'bain pour la piscine
J'suis sûr qu'avec mon beau cartable
J'vais faire craquer toutes mes copines

Des vacances comme ça j'te jure
C'est vraiment pas une sinécure
Moi je préfère l'école
Et ne crois pas que je rigole

http://www.longpassages.org/images/Mykonos%20alleyway.jpg

Clap your hands say yeahhhhhhhhhhh !

02/07/2006 15:09
197 lectures
Week-end chargé d'émotions diverses...

On commence par vendredi, youpi youpi, l'évènement musical de l'année : les Eurockéennes de Belfort. Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est un festival de musiques actuelles qui se déroule tous les ans sur la presqu'île de Malsaucy, dans le territoire de Belfort. Cinq scènes, en plein air, sur un site magnifique où la végétation luxuriante et le lac enchantent les visiteurs.

Cette année, une programmation de haut-vol pour un festival qui joue à guichets fermés pour la 1ère fois de son histoire, avec 32 000 visiteurs par jour. (line-up complet des artistes présents)

Anaïs, seule sur scène avec sa loop pedal, fait sa coquine, simule un trou de mémoire : " Putain chui émue, j'ai l'impression d'avoir 12 millions de personnes devant moi !!!". Faut dire que la foule est impressionnante, La Grande Scène pouvant accueillir plus de 13 000 personnes.

On change d'atmosphère, direction La Plage (oui oui, une vraie plage avec du sable et tout, au bord du lac, les pieds nus c'est le rêve) pour un concert de pop aérienne avec les Malajube, un groupe québequois que je découvre.

Entre 2 concerts, on va s'allonger dans l'herbe, sous les arbres, l'odeur de marie-jeanne chatouille les narines... L'impatience me gagne, tandis que les techniciens installent le matos sous Le Chapiteau avant d'accueillir les Arctic Monkeys. La vache ! Quel concert ! Et ils n'ont que 19 ans ! Puis sont beaux en plus ces p'tits cons... Tiens si on allait se faire un coucher de soleil sur la plage ? Les pieds dans le sable, mon esprit vagabonde... Il manque quelqu'un, ici, avec moi...

Allez, on retourne, vers la grande scène. Dyonisos nous attend. Grande première, ils jouent accompagnés par l'Orchestre Symphonique de Belfort. Le concert démarre, et là c'est la cata : coupure de son !!! " Tes fils sont débrannnnchés, t'as maaaaaarché dessuuuus !!". Les sifflets pendant 15 minutes ne suffiront pas à rétablir le son, même si le concert reprend, tant bien que mal. Heureusement que Mathias, le chanteur, est là pour faire le show : il traverse cette foule gigantesque de bout en bout, porté par les mains de centaines de fans (les images seront disponibles sur leur prochain DVD live, prévu en octobre). D'ailleurs il est complètement barge celui-là, il a réussi à se péter une jambe en sautant d'un balcon à l'Olympia !! Et merde, on repart frustré par cet incident technique, on se rue sur les buvettes et autres friandises fast-foodiennes, on croise des potes, des stubistes (hihi !), des élèves.
Le temps de se rafraïchir, d'aller jeter un coup d'oeil (enfin une oreille) à Damian Marley (oui oui, le fils de Bob), et puis on revient pour THE concert : The Strokes. Alors là c'est la claque, je pourrais dire " j'y étais..."

Samedi matin. Courbatue, de la musique encore pleins les oreilles, je me fais une journée piscine. Et puis c'est l'heure : THE MATCH ! On passe la 1ère mi-temps à pester contre Thierry Henry et à s'extasier devant les prouesses techniques de notre magicien, j'ai nommé Zizou. "Eh toi, avec ton t-shirt Brasil, tu sors du bar !! " (hihi !). Et puis la libération, la liesse, on peut enfin danser la samba ! "Et ils sont où, et ils sont où les brésiliens lalalalala !!"

Pour des week-end comme ça, je resigne de suite... Manquait qu'un truc...

http://mifa.nikohk.com/Images/Album/PhotoAgr28.jpg
  • 1 (current)
Flux RSS Le stublog de playlikebeckham : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
playlikebeckham1399669215.jpg

playlikebeckham

Voir son profil complet

Archives

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006