Damien Ott

Flux RSS 27 messages · 7.312 lectures · Premier message par guigues · Dernier message par chrisneudorf

  • Deux mois après avoir été démis de ses fonctions aux SR Colmar, Damien Ott s’est engagé mercredi avec l’US Avranches, autre club de National. L’entraîneur haut-rhinois livre ici les raisons de son choix.

    Source l'Alsace.

    C'est passé un peu inaperçu, mais on aimerait tous ne pas le recroiser l'an prochain, sans rancune :)
  • Ta source ne marche pas kneckes.
  • L'article sur foot-national de sa nomination à Avranches

    http://www.foot-national.com/foot-avranches-le-nouvel-entraineur-nomme-70947.html
  • 1 nouvelle(s) photo(s) et/ou vidéo(s) sur racingstub.com :
    /uploads/cache/small/uploads/media/54e4947bb295b.jpeg
  • 1 nouvelle(s) photo(s) et/ou vidéo(s) sur racingstub.com :
    /uploads/cache/small/uploads/media/53a936809546f.jpeg
  • avant Avranches – SR Colmar,
    « Une cicatrice à vie »

    Démis de ses fonctions d’entraîneur des SRC en avril dernier, Damien Ott se reconstruit à Avranches, sous l’œil bienveillant du président Gilbert Guérin. L’homme fort du club normand a découvert un coach « sur ses gardes », très marqué par sa « séparation » avec Colmar.
    L’heure des retrouvailles a déjà sonné. Vendredi, à la veille de ses 50 ans, Damien Ott aura sans doute un peu de mal à contenir son émotion, au moment d’affronter Colmar, le club qui l’a débarqué il y a à peine cinq mois, après sept saisons de bons et loyaux services.

    L’ex-entraîneur des SRC, désormais installé pour deux ans sur le banc d’Avranches, a choisi de rester dans sa bulle tout au long de la semaine, expliquant par SMS ne pas vouloir s’ouvrir aux médias alsaciens avant la venue de son ancienne équipe.
    Pour en savoir un peu plus sur l’état d’esprit de Damien Ott, il faut se tourner vers son président, Gilbert Guérin, qui livre un témoignage d’une grande authenticité.

    – Quels rapports entretenez-vous avec Damien Ott ?
    – Pour être honnête, je n’ai pas encore fini de découvrir l’homme. C’est quelqu’un de secret, qui a visiblement beaucoup souffert de sa séparation avec Colmar. Il n’a pas compris ce qui s’était passé. Voilà ce qu’il m’a confié : « J’ai eu de mauvais résultats pendant deux mois et tout a été jeté. »

    Il s’est fait renvoyer, alors qu’il pensait avoir la confiance de ses dirigeants. Ça l’a marqué… Désormais, il est sur ses gardes vis-à-vis du monde présidentiel. Il se méfie, à juste titre. Mais à l’inverse, moi aussi je me méfie. On s’observe…
    – Que voulez-vous dire ?

    – J’ai vécu une expérience similaire avec Richard Déziré, l’entraîneur dont je me suis séparé à l’intersaison.

    Je lui ai donné ma confiance et je m’en mords les doigts aujourd’hui encore. Il avait construit une secte autour des joueurs et critiquait constamment les dirigeants.
    « Il s’est senti trahi par des gens en qui il avait confiance »
    Vous savez, mon métier, c’est entrepreneur. Je me lève tous les matins à 6h pour aller travailler. Je ne me suis pas lancé dans le football pour prendre des coups ou être mis sur le banc des accusés. Je suis là pour prendre ma part de bonheur moi aussi.

    – Damien Ott vous parle-t-il souvent de son éviction de Colmar ?
    – Il en parle, oui. Mais parler, c’est une bonne thérapie. Il s’est senti trahi par des gens en qui il avait confiance. Je pense qu’il gardera une cicatrice à vie. C’est notre point commun : nous sommes tous les deux des personnes meurtries, cabossées par les relations entraîneur-président.

    Pour l’anecdote, je le vouvoie, alors que je n’ai jamais vouvoyé aucun coach. Mais la situation est saine.
    – Êtes-vous satisfait de son investissement depuis son arrivée à Avranches ?
    – Je n’ai aucun souci avec lui. C’est un garçon bien, honnête, intelligent, bosseur… Je me suis juste un peu inquiété au début, parce qu’il faisait travailler les joueurs très dur.

    En 28 ans de présidence, je n’ai jamais vu une équipe travailler autant… Les mecs en ont bavé sous la chaleur et se sont un peu plaints, mais aujourd’hui, ils se rendent compte que c’était pour leur bien.

    Ce qui m’a également surpris avec Damien, c’est qu’il ne paraît sûr de rien. C’est à la fois une qualité et un défaut. Mais à la limite, je préfère ça plutôt que d’avoir affaire à un personnage rempli de certitudes.

    Ce coach est dans l’échange, il a besoin de se rassurer. Lundi, il s’est par exemple entretenu avec l’entraîneur de Rennes, Philippe Montanier. C’est une preuve d’intelligence. Il va chercher ailleurs les certitudes qu’il n’a pas.
    « Virer quelqu’un, c’est faire soi-même l’aveu qu’on s’est trompé »

    – Quels objectifs lui avez-vous fixé pour cette saison ?

    – Je me suis démené pour qu’on possède le 12e budget du National (1,6 million d’euros, ndlr). J’entends donc qu’on termine 12e. En dessous, je serais déçu… C’est ce que j’ai dit à Damien : « Si vous finissez 15e , je ne suis pas d’accord, ça signifie que vous courez moins vite que moi. » On ne joue pas le maintien à proprement parler. Après, je ne peux pas non plus demander une deuxième place…

    – Comment Damien Ott aborde-t-il ses retrouvailles avec Colmar, vendredi ?
    – C’est un taiseux, comme on dit chez nous. Il ne parle pas beaucoup, il agit. Il veut faire en sorte que ce soit un match comme les autres pour ses joueurs. Il ne veut pas transposer ses rancœurs sur l’équipe.

    Mais il sera forcément motivé. Et moi, j’irai dans le sens de mon entraîneur que j’aime bien. Le hasard veut qu’il fête ses 50 ans le lendemain de la rencontre. C’est un petit clin d’œil de la vie…

    Si on pouvait gagner face à Colmar, ce serait un grand bonheur pour moi. Une revanche sur une injustice.
    – Vous estimez que Damien Ott a subi une injustice en Alsace ?
    – Oui, je le pense. Dans le foot, ce n’est pas parce qu’on traverse une tempête qu’on doit tout jeter par-dessus bord. Moi, en 28 ans de présidence, je n’ai jamais viré un entraîneur.

    On est toujours allé au bout des contrats et on s’est serré la main à la fin. Virer quelqu’un, c’est faire soi-même l’aveu qu’on s’est trompé, qu’on a commis une erreur…

    Pour notre part, on ne s’est pas trompé en engageant Damien Ott.

    DNA
  • Visiblement, Damien n'a pas tout raconté à son nouveau président, celui ci oubli aussi de dire que c'est l'entraineur le moins cher du national....rien non plus sur son incapacité à s'entendre avec des joueurs passés par le monde pro. Il dit qu'ils ont énormément bossé à l'intersaison, que le président se penche sur les blessures apparues à Colmar ces dernières années...
  • jamais facile les divorces :-s
  • Il pourra se consoler en songeant à Mourinho. Les réseaux sociaux ne se paluchent pas sur le décolleté plongeant de la fille de Damien Ott.
  • 2 nouvelle(s) photo(s) et/ou vidéo(s) sur racingstub.com :
    /uploads/cache/small/uploads/media/565dfbd2c21ea.jpeg /uploads/cache/small/uploads/media/565dfccf74bce.jpeg
  • L an prochain il va passer son DEPF et à terme rêve de revenir dans la region pour y entraîner une équipe professionnelle
    DNA
  • serpa.png
    Modifié par mediasoc ·
    mediasoc • 33 ans
    Toujours cette histoire d'amour entre les journaleux de l'Alsace et ce cher entraîneur. En tout cas, d'après la photo de l'article, il semble préférer entraîner des moutons que des chèvres...

    Ott successeur de Duguépéroux ? Je ne suis pas fan du prof d'EPS mais ça me semble un bon mélange entre gniac et qualités tactiques...
  • Damien Ott quittera Avranches à la fin de la saison pour revenir en Alsace. La saison prochaine il passera son DEPF et il souhaiterait entraîner un club professionnel d'Alsace avec une préférence pour les SR Colmar où il souhaiterait finir ce qu'il a commencé.

    Source : Il l'a annoncé lors d'une interwiew pour les DNA (version papier) d'aujourd'hui.
  • conan a écrit, le 11/09/2015 10:03 :
    Il pourra se consoler en songeant à Mourinho. Les réseaux sociaux ne se paluchent pas sur le décolleté plongeant de la fille de Damien Ott.


    La fille de Damien Ott, une bombe, au passage, mon cher @conan :) Je t'assure, cela vaudrait bien une bonne baignoire !
  • La bombe ce n'est pas sa fille, c'est sa déclaration : pas très classe vis-à-vis de Didier Ollé-Nicolle.
  • Tempête dans un verre d'eau mélangé au pastis. Il a dit qu'il voudrait achever ce qu'il n'a pas pu en Alsace à savoir :
    - passer son DEPF effectivement l'an prochain
    - entrainer un club pro
    - revenir à Colmar

    Il n'a jamais dit quand et dans quel ordre.
  • Chouette interview du bonhomme dans l'Alsace de ce jour, avec notamment un passage consacré au Racing::

    https://www.lalsace.fr/sport/2018/05/16/damien-ott-je-pars-la-tete-haute
  • Rendez-vous à Haguenau cet été ?
  • Je pense qu'il vise la Ligue 2...
  • Est-ce que la Ligue 2 le vise ?
  • Pas sûr du tout.

    A noter que l'interview publié sur la version en ligne de l'Alsace lui fait dire :"Le RCSA fait partie du patrimoine alsacien, point barre."

    Tandis que dans les DNA du jour, Ott déclare :"Le RCS fait partie du patrimoine alsacien, point barre."

    Qui croire ?
  • La première phrase m'a également piqué les yeux.

    Etant originaire du mauvais côté du Giessen, Ott peut être assez fourbe pour avoir volontairement évoqué le RCSA et se venger ainsi du Grand Bas-Rhin.

    Sinon, il y a une place à prendre au FCN (ou FCNA ?).
  • Je penche pour une réécriture en salle de rédaction. Quel Alsacien dit "RCS"?
    's esch d'r Racing, Punkt Schluss!
  • D'après l'équipe il serait en pole pour entrainer Bourg Peronnas la saison prochaine.
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.