athor Equipier matches & joueurs

4.2 / 5 (59 notes)
Inscription
Connexions
48.489
Dernière connexion
Date de naissance
Habite à
Osthouse - Strasbourg

Fiche

Amis
43
Badges
14
Matchs vus
567

Timeline

Voir toutes ses actions

Dernier badge

badge16-lev3.png

Voir tous ses badges

Clubs supportés

Dernières photos et vidéos personnelles RSS

  • Sans titre.png
      363 vues · 0 comm.
    athor
  • Image 4.png
      720 vues · 0 comm.
    athor
  • Image 3.png
      641 vues · 0 comm.
    athor
  • Image 2.png
      644 vues · 0 comm.
    athor
  • Image 4.png
      669 vues · 0 comm.
    athor
  • Image 3.png
      579 vues · 0 comm.
    athor
  • Image 2.png
      675 vues · 0 comm.
    athor
  • Image 1.png
      628 vues · 0 comm.
    athor
  • bastia.png
      691 vues · 0 comm.
    athor
  • IMG_20150729_0001.jpg
      685 vues · 0 comm.
    athor

Voir toutes ses photos et vidéos

Bloghttps://racingstub.com/blogs/athor

Dernier article du blog « Le stublog de athor » :

Présentation de Yassine Meriah

09/02/2018 17:20
275 lectures
0.0 / 5 (0 note)
Vis ma vie d'équipier du stub: annoncé avec insistance par les médias tunisiens, la venue de Yassine Meriah au RCS semblait imminente début janvier, d'autant qu'une de mes sources habituelles me l'avait confirmé. J'avais donc rédigé son article de présentation, en vain puisque le joueur est toujours en Tunisie. Plutôt que de l'effacer, le voici sur mon stublog.
Largement dans les clous pour tenir son objectif de début de saison, à savoir le maintien, le Racing n'est pas dans l'obligation de corriger les contours de son effectif à l'occasion du mercato hivernal, afin d'y trouver l'homme providentiel, comme cela a déjà le cas dans un passé récent. L'infirmerie bien garnie va également progressivement se vider, et des joueurs comme Abdallah N'Dour, Dimitri Foulquier ou Benjamin Corgnet vont peu à peu reprendre leur place. Ce mois de janvier s'annonce donc très calme au niveau des transferts, même si le club ne cache pas sa volonté de tenter quelques coups, grâce à une cellule de recrutement qui continue à prendre de l'ampleur, et un réseau qui se développe. Ainsi, si depuis le retour dans le monde professionnel, les arrivées ont, dans l'immense majorité des cas, le même profil de joueurs francophones, habitués des championnats français, d'autres horizons sont explorés. Au cours du mois de décembre, la très volubile presse sportive tunisienne s'est fait l'écho d'un intérêt strasbourgeois pour le défenseur de Sfax Yassine Meriah. L'international figurait aussi sur les tablettes de nombreuses formations, de Tunisie (Espérance de Tunis, Club Africain), de Turquie (Antalyaspor), de Belgique, et de France (Dijon, Nice, Rennes, Caen...). Après l'avoir supervisé plusieurs fois, les dirigeants alsaciens ont entamés des discussions avec le CS Sfax (oui, l'ancien club d'Haykel Gmamdia), discussions qui ont assez rapidement abouties autour d'un montant de transfert de l'ordre de 1,5 millions d'euros. Une somme assez conséquente pour le RCS, surtout pour un joueur relativement inconnu, même si sa trajectoire est assez fulgurante et sa réputation flatteuse dans son pays.

Yassine Meriah débute sa carrière dans le club de l'AS Ariana, club de la grande banlieue de Tunis, qui navigue dans les divisions inférieures du championnat local. Formé au poste de milieu défensif, il participe à la montée du club de troisième en deuxième division à l'issue de la saison 2012/2013. En Ligue II, le joueur de 20 ans est repéré dès les premiers mois par des formations de l'élite. Au mois de décembre, plutôt que de céder aux sirènes des grands clubs qui l'ont déjà sur leurs tablettes, il s'engage avec l'Etoile Sportive de Métlaoui, formation promue en Ligue I qui réalise un début de saison honorable. Rapidement installé au milieu de terrain, il prend part à 13 des 20 matchs restants, ne manquant la fin de saison que sur blessure. A l'été 2014, Meriah entame le championnat avec un rôle de cadre, et sera titulaire à 14 reprises sur 15 lors de la phase aller, sa seule absence étant due à une suspension.

Métlaoui semble déjà trop petit pour lui, et en janvier 2015, le vice-champion en titre, le Club Sportif Sfaxien, le recrute. Pour Yassine Meriah, outre une plus grande exposition, la perspective de disputer une compétition continentale a pesé dans la balance. Engagé en Ligue des Champions de la CAF, il dispute l'intégralité des quatre rencontres du CSS, éliminé prématurément au second tour par les Algériens d'El Eulma. Sur le terrain, le milieu défensif se mue progressivement en défenseur central, avec succès, puisqu'il s'impose assez naturellement dans le onze de départ. C'est avec ce statut qu'il débute la saison 2015/2016, qui sera celle de son explosion définitive. Au mois d'octobre, alors qu'il n'a disputé qu'une quarantaine de matchs de première division, il est appelé en équipe nationale par le sélectionneur Henryk Kasperczak, pour un match amical face au Gabon, qu'il joue dans son intégralité. Un mois plus tard, il est à nouveau titulaire en Mauritanie, pour un match de qualification à la coupe du monde. Avec le maillot des Aigles de Carthage, il prend ensuite part à la CAN U23 au Sénégal, où il est titulaire lors des trois matchs de poule (la Tunisie sera éliminé à ce stade), ainsi qu'au Championnat d'Afrique des Nations, compétition réservées aux joueurs évoluant sur le continent.

Indiscutable et adoré des supporters de Sfax, Meriah s'est donc rapidement imposé comme l'une des références à son poste en Tunisie. En sélection, il a su progressivement pousser Aymen Abdennour vers le banc pour s'installer comme un vrai titulaire, encore plus depuis son match très solide contre l'Egypte en juin dernier, pour un match de qualification à la prochaine CAN.

Les suiveurs du football tunisien sont assez unanimes pour souligner les qualités du joueur. Pour Nizar Jelassi (Total Foot TN), Yassine Meriah est « un joueur très sérieux et professionnel, discret et peu bavard dans les médias. » Sur le terrain, il fait preuve « d'une maîtrise technique au dessus de la moyenne, une relance propre sans jamais se débarrasser du ballon. Ses points forts sont l'anticipation, et son potentiel athlétique important qui lui permet de rassurer tout le monde dans le domaine aérien et l’impact physique. » En revanche, le défenseur « manque un peu de vivacité sur ses appuis, ce qui pourrait lui poser problème face aux attaquants agiles et rapides. » Surtout, l'une des interrogations concerne sa polyvalence. En effet, toujours selon Nizar Jelassi, « ses différents entraîneurs l’ont souvent utilisés à plusieurs postes, ce qui fait qu’il n’a encore jamais effectué une saison complète à un seul poste afin de s’affirmer réellement comme un taulier. »

Une impression que confirme Farouk Abou (contributeur du site lucarne-opposée.fr), pour qui « c’est néanmoins dans l’axe central qu’il est le plus à l’aise, là où ses qualités (athlétiques, mais aussi un bon sens de l’anticipation et des déplacements rapides) s’expriment le mieux. » La polyvalence de Meriah s'est encore vue cette année, avec « de nombreux matchs à fort enjeu -en club ou en sélection- où il a été amené à jouer à deux postes différents au cours d’un même match:
Les deux chocs de Ligue 1 tunisienne contre les deux clubs de Tunis (Espérance et Club Africain), au cours desquels il a joué défenseur central et arrière gauche. Preuve de sa polyvalence, son apport offensif dans le couloir a été remarqué sur ces deux matchs, avec de multiples débordements et un but digne d’un ailier qui repique dans l’axe (https://www.youtube.com/watch?v=zlkvOCRFsa8)
Le match décisif de qualification au Mondial 2018 RD Congo-Tunisie, au cours duquel il a été alternativement troisième défenseur central (défense à 5) ou milieu défensif. 

Sa polyvalence pourrait néanmoins lui jouer des tours, suivant comment Strasbourg va l’utiliser. Si la Tunisie joue à quatre derrière au Mondial, il y a un duel à distance entre Meriah, Ben Youssef et Abdennour pour les deux places dans l’axe, il faut donc pour Meriah jouer au maximum en défense centrale. »


Durant la première moitié de saison de championnat tunisien, les prestations de Yassine Meriah est donc été très remarquées. Sur le plan statistique, le joueur fait preuve d'une grande efficacité sur le plan défensif, en témoigne sa belle réussite dans les duels aériens : 74% de duels gagnés par match (sur 4,1 duels en moyenne). Les qualités d'anticipation décrites précédemment se retrouvent également dans le nombre d'interception, 6 par match en moyenne. Lorsqu'il est en un contre un avec un adversaire (1,9 situations de ce type par match), il remporte ce duel dans 56% des cas, une valeur assez élevée pour un défenseur central. Outre l'aspect purement défensif, le Tunisien s'illustre aussi par ses qualités techniques. Si le chiffre est sans doute gonflée par ses rencontres disputées au milieu de terrain ou sur le côté gauche, il effectue en moyenne 48,4 passes par match, avec une réussite de 92%. Dans ces passes, on retrouve 6,6 relances longues vers l'avant, réussies dans 59% des cas.

Si la comparaison avec les défenseurs centrales du Racing est à prendre avec des pincettes, eu égard à la différence de compétitivité entre les championnats français et tunisien, Meriah se distingue par des pourcentages de réussite plus élevés dans les duels aériens et les situations de un contre un. Sur les passes et les relances, il est comparable à Bakary Koné, mais avec un volume plus élevé (30,3 passes/match et 5,1 relances/match pour le Burkinabè, contre 48,4 et 6,6 pour le Tunisien).

http://oi64.tinypic.com/14ncjkh.jpg

Si le transfert de Yassine Meriah au Racing apparaît comme un pari sur l'avenir, le défenseur est sur une trajectoire montante et régulière.