eichesel

0.0 / 5 (0 note)
Inscription
Connexions
492
Dernière connexion
Date de naissance
Habite à
ninus, Monde

Fiche

Amis
9
Badges
3
Matchs vus
0

Timeline

Voir toutes ses actions

Dernier badge

badge01-lev1.png

Voir tous ses badges

Dernières photos et vidéos personnelles RSS

Aucune photo

Bloghttps://racingstub.com/blogs/eichesel

Dernier article du blog « Le stublog de eichesel » :

Ma découverte du Racing, saison 1951

10/11/2005 12:00
254 lectures
0.0 / 5 (0 note)
Ma découverte du Racing

Découverte du Racing

C'était pendant la saison 1951 / 52 que j'ai attrapé le virus (Racing). Mon père, qui avec ses amis (des soirées belote) allait le dimanche au stade la Meinau (car en ce temps-là, les matchs se disputaient le dimanche après-midi à 15 heures) me demanda un jour si je voulais l'accompagner voir un match du Racing; j'étais fou de joie, et je n'hésitais pas un seul instant à dire oui.

Nous partîmes vers 13 heures à pied de la rue de Wasselonne à Strasbourg vers la Meinau en passant par le pont de l'Ill, direction l'Elsau, ensuite vers l'usine des produits « Ancel » et puis enfin la longue rue vers le stade. Nous y arrivâmes vers les 14 heures 30, les billets d'entrée en poche, car nous les avions achetés auparavant au restaurant « la Taverne Royale » dans la rue du 22 novembre.
Arrivés au stade, nous prenions un rafraîchissement aux buvettes qui se trouvaient un peu partout sous les gradins, sous la tribune assise il y avait une grande buvette couverte et chauffée en hiver.
Puis nous nous dirigions vers nos emplacements pour suivre le match.

Il y avait en rentrant par le côté ouest, à gauche la tribune assise et à droite la tribune debout, c'est sur cette dernière que nous nous installions. Moi j'étais tout tremblant de joie et d'impatience, et enfin les deux équipes rentraient sur le stade. Il y avait dans les buts Angel, un gardien qui ne pouvait pas bloquer la balle, il la boxait souvent dans les pieds des adversaires, je vous laisse imaginer les dégâts !

Heureusement vint Schaeffer un super gardien qui lui au moins rassurait sa défense. Il y avait le tout jeune Kaelbel, Haan, auxquels la carrière internationale souriait plus tard. D'autre bons joueurs, Vanags, Gangloff, Deckert, Krug... et j'en passe en tout cas une sacrée équipe qui me donnait du bonheur dans la victoire comme dans la défaite.

En ce temps-là les résultats du Racing à l'extérieur ne venaient pas à nos oreilles comme aujourd'hui par la radio, j'allais vers une petite ruelle près des Grandes Arcades dans la rue du Seigle, où se trouvait le magasin « Sport Est » qui affichait les résultats du championnat du Dimanche après-midi... le retour à la maison était soit joyeux soit morose, tout dépendait du résultat .

Une petite histoire de cette époque; le retour de la Meinau ne se faisant plus à pied mais en tramway, les wagons étaient tellement remplis que le préposé aux tickets avait un mal fou à faire son boulot car il ne pouvait se déplacer que difficilement et ainsi beaucoup d'entre nous, descendirent place Corbeau et avec l'argent ainsi économisé nous achetions quelques éclairs aux chocolats que nous partagions avec maman une fois rentrés...je sais ce n'était pas moral, mais que c'était bon.

Le temps passé pour arriver à la Meinau était approximativement 1h 15 à pied, air pur en prime, tout ceci sans aucun stress. Et aujourd'hui, toujours (très) approximativement 1h 15 en voiture n'habitant pas à Strasbourg, sans compter l'énervement, les embouteillages, place de parking.....

Allez Racing.