dscn3126.jpg

Stade de la Meinau Strasbourg

5.0 / 5 (3 notes)
Année de construction
1914
Capacité
27.000 places, dont 25.000 assises

Histoire

Du Jardin Haemmerlé à l’actuel Stade de la Meinau

Stade de la Meinau L’histoire du stade de la Meinau, éponyme du quartier où il est implanté, remonte au début du siècle. A l’origine, le site, le « Jardin Haemmerlé » est occupé par une association sportive : le FC Franconia, mieux connu aujourd’hui sous le nom de Red Star Strasbourg.

En 1914, l’aire de jeu est mise à la disposition du Fussball Club Neudorf, qui allait devenir en 1919 le RCS Neudorf, puis, enfin, le Racing Club de Strasbourg. Ceci n’alla d’ailleurs pas sans difficultés, puisqu’il fallut une décision judiciaire pour confirmer le nouveau locataire dans ses droits. La Première Guerre mondiale retardera les aménagements prévus. Il faut ainsi attendre les années 1920 pour qu’une première tribune en bois comportant de places assises soit édifiée. Elle restera en place jusque dans les années 1950, année d’une première rénovation. Plus tard, elle sera démontée et transportée jusqu’à Schirmeck. Ce n’est que vers 1930 que sera réalisée une tribune avec des places « debout ». En 1938, lors de la troisième Coupe du Monde organisée en France, le stade accueillit le seul match de cette compétition de son histoire. Et la rencontre ne fut pas des moindres avec un 8ème de finale opposant la Pologne au Brésil ! Une rencontre palpitante restée gravée dans la mémoire du public alsacien venu, nombreux pour l’occasion, assister à la naissance, aux yeux d’un monde ébahi, de la légende de la Seleceao qui l’emporta finalement sur le score fleuve de 6 buts à 5 après prolongations !

Stade de la Meinau En 1950, le Conseil Municipal décide d’entreprendre une rénovation globale du stade avec la création de gradins en béton et la construction d’une nouvelle tribune. Cette réalisation dont la maîtrise d’ouvrage fut confiée au RCS, fut unanimement reconnue, à l’époque, comme un chef d’œuvre en la matière. Elle comprenait alors 2 500 places assises. Ces travaux permirent en outre de doter le stade d’une salle d’éducation physique et sportive. La première tribune de presse fit également son apparition. Outre les équipements nécessaires aux sportifs (vestiaires, douches, infirmerie...), sept logements furent construits en raison de la crise du logement sévissant à Strasbourg à cette époque. Par la suite, la capacité du stade fut portée à quelques 30 000 places grâce à l’édification d’immenses gradins. Ceux-ci faisaient le tour du stade et présentaient une forme sensiblement circulaire avec deux paliers, le premier comportant 6 rangées, le second 13. Le terrain de football aux dimensions de 104 mètres sur 65 mètres se voit alors doter d’une piste d’athlétisme de 400 mètres comportant 6 couloirs. L’inauguration de ces nouvelles installations eu lieu le 11 novembre 1951.

Stade de la MeinauEn 1978, face à l’ampleur du phénomène football et pour répondre aux besoins de plus en plus pressants de confort des spectateurs, le Conseil Municipal décide de procéder à la restructuration et la modernisation du stade par la démolition progressive de la totalité des ouvrages réalisés en 1950. C’est dans ce stade réalisé pour accueillir des matchs du championnat d’Europe des Nations 1984, organisé en France, que joue aujourd’hui l’équipe professionnelle du RCS.

Au début des années 1980, ce stade était considéré comme l’un des plus beaux et des plus sûrs d’Europe. Sa première grande affiche se déroula en février 1984, lors de la rencontre internationale préparatoire à l'Euro 84 qui opposait la France à la RFA un an et demi après la mythique demi-finale de Seville. La France l'emporta 1-0 sur un but de Didier Six. Par la suite, deux rencontres de l'Euro 84 eurent pour théâtre le stade de la Meinau: RFA-Portugal et Belgique-Danemark, ce fut un énorme succès populaire. En 1988, le Stade de la Meinau accueillit même la finale de la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe, opposant les Néerlandais de l’Ajax Amsterdam aux Belges du FC Malines. Outre ces évènements sportifs majeurs, la Meinau fut l’hôte d’évènements musicaux tels que le Zooeuropa tour de U2 en 1993, le concert de Pink Floyd en 1994 ou encore celui de Johnny Hallyday en 2003.

A la fin des années 1990, notamment en réaction aux drames du Heysel et de Sheffield, l’UEFA impose la présence de places assises dans chaque stade. Le stade de la Meinau, sans doute le plus moderne des stades de l'ancienne génération, paraît alors dépassé avec plus de 25 000 places ne répondant plus aux nouveaux critères de sécurité. Si personne ne s'en souciait vraiment en raison des résultats moyens du club vers la fin des années 80, le stade prit véritablement un coup de vieux en octobre 1995, lorsque le Racing européen dû recevoir en raison des nouvelles normes UEFA le mythique Milan AC devant 26 000 personnes dans un stade de 40 000 places! C'est également à cette époque que notre stade accueillit son dernier match international, un France-Finlande préparatoire à l'Euro 96 anglais.

Dès l’annonce de l’organisation de la Coupe du Monde 1998 par la France, Strasbourg est considérée comme un candidat solide à l’accueil de certains matchs de la compétition. La Ville refuse toutefois de prendre en charge le coût des travaux de rénovation du Stade de la Meinau malgré les promesses d’une aide substantielle de l’Etat et du Comité d’Organisation de la Coupe du Monde. La tournure des évènements donnera finalement tort à la municipalité de l’époque qui n’avait pas imaginé l’ampleur l’engouement autour du Football qu’allait créer la victoire de l’Equipe de France.

Stade de la MeinauDès son arrivée à la présidence du Racing en 1997, Patrick Proisy annonce la rénovation du stade en prenant pour exemple les plus grands stades européens. Cinéma, centre commercial figuraient dans les plans du représentant d’IMG Mac Cormack. C’est finalement en 2000 que la Meinau connaît un nouveau lifting. Loin du bijou futuriste annoncé par Patrick Proisy, le Stade comprend aujourd’hui 24 000 places assises et 5000 places « debout ». A la fin de l’année 2003, la municipalité, toujours propriétaire de l’enceinte, accepte, devant les appels des dirigeants du Racing, de prendre en charge la réparation des panneaux d’affichage et du système sonore.

Les bons résultats de l’équipe au début de la saison 2003-2004 ont montré que les Strasbourgeois pouvaient répondre présent à l’appel de leur équipe. Même si les 27 000 places actuelles semblent encore suffisantes, il sera peut être nécessaire, dans un proche avenir, de revoir à la hausse la capacité d’accueil du Stade de la Meinau. Du moins, on l’espère !

Photos: Il était une fois le Racing, DNA