Un travail à mi-temps

Note
0.0 / 5 (0 note)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 1.233 fois
Auteur(s)
Par lawknight
Commentaires
0 comm.
compo stuttgart.jpg

Après un début de saison raté qui fait suite à une préparation tronquée, le Racing se déplaçait ce samedi à Stuttgart disputer une rencontre amicale afin de retrouver du rythme d'abord et de la confiance ensuite. Faute de pouvoir imprimer son rythme sur l'intégralité de la rencontre, il est reparti avec une défaite (4-2) et des doutes.

Composition


Thierry Laurey remanie son onze et laisse le 4-2-3-1 au profit du 4-4-2 losange. Bingourou Kamara reprend possession des cages, Dimitri Liénard et Majeed Waris débutent la partie. Le jeune milieu réserviste Léo Keller fait son apparition sur le banc.

Equipe


Des débuts encourageants...


La rencontre démarre tambour battant et Majeed Waris, sur un centre le long de la ligne de touche de Ludovic Ajorque, se heurte au sens propre du terme au portier allemand. Heureusement, le choc est sans gravité (2e). Il rendra la pareille à son binôme quelques minutes plus tard par un une-deux que le réunionnais conclut d'un extérieur du gauche au ras du poteau (0-1, 8e).
La réaction allemande ne se fait pas attendre et sur un cafouillage strasbourgeois et un mauvais contrôle d'Anthony Caci qui perd le ballon, un blanc s'en va dans l'axe, crochète Lamine Koné qui laisse traîner le pied et stoppe son opposant. Le penalty est transformé sur un contre-pied parfait (1-1, 10e).
Le Racing ne se laisse pas abattre et réagit par Adrien Thomasson. Sur une incursion à droite, le savoyard redonne l'avantage d'un plat du pied gauche après un une-deux avec Majeed Waris qui lui remet avec une talonnade (1-2, 14e). Le Racing manque de faire le break sur cette double occasion : Jean-Ricner Bellegarde trouve le poteau et Ludovic Ajorque, à la reprise, butte sur le gardien. Le corner qui suit ne donnera rien, la tête piquée de Sanjin Prcic à une dizaine de mètres ne présente aucun danger (16e).
Un centre d'Adrien Thomasson côté droit sera dévié dans les pieds de Majeed Waris, dos au but, mais qui ne parvient pas à se retourner (22e). La rencontre est rythmée, les équipes utilisent le terrain sur toute sa longueur et sa largueur, mais c'est le Racing qui domine.

Sur un centre fuyant d'Anthony Caci côté gauche, Ludovic Ajorque sera trop court. Un défenseur dévie en corner. Stuttgart renvoie et contre-attaque, sans succès puisque la défense alsacienne revient vite (27e). Une nouvelle occasion sera avortée sur ce centre d'Adrien Thomasson à droite que laisse filer Ludovic Ajorque pour Dimitri Liénard. Le franc-comtois reprend instantanément, mais trouve le gardien à la parade (31e).
Suite à un choc entre Kenny Lala et un adversaire, l'arbitre décrète la « pause fraîcheur ». Les deux joueurs cèdent leur place. Malgré un bandage, le latéral est remplacé par Lionel Carole, qui va prendre le couloir gauche et Anthony Caci se replace à droite (33e).
Le VfB va égaliser sur une percée de Gonzalez à gauche, qui repique au centre, dribble Dimitri Liénard, Alexander Djiku et Lamine Koné, est crocheté par ce dernier, mais voit le ballon repris par Didavi d'une frappe en pleine lucarne (2-2, 38e).
Les dernières occasions seront à l'actif du Racing : sur une perte de balle allemande, Majeed Waris dribble son vis-à-vis et prend la profondeur avec Adrien Thomasson. Le 26 reçoit la passe, mais, à défaut d'un but, obtient un corner. Corner sur lequel la tête de Ludovic Ajorque passe au-dessus (43e), tout comme la frappe côté droit de Majeed Waris (45e+1).

Mi-temps


Le Racing montre un visage séduisant. Stuttgart subit, mais a du répondant au point de ne pas céder de terrain. La partie est animée, ce qui laisse craindre une baisse de régime au vu des précédents matches.

… et une suite aux antipodes...


Stuttgart prend le jeu à son compte en cette seconde période. Sur un décalage à gauche, Silas perd son face-à-face contre Bingourou Kamara (47e). Le coup-franc de Didavi à 25m dans l'axe après une faute d'Anthony Caci se heurte au mur strasbourgeois (49e). Le même Didavi enverra son coup de tête à côté sur ce centre côté droit (50e).
Les allemands sont récompensés de leurs efforts sur cette action d'Endo qui, dans l'axe, joue le une-deux avec Didavi à gauche et trouve une faille dans l'axe qui lui permet d'aller au duel, et de le gagner, face à Bingourou Kamara (3-2, 52e).

Le VfB enfonce le clou sur une action litigieuse : Didavi réceptionne une passe dans l'axe et, alors que la défense strasbourgeoise croit au hors jeu, part seul au but, évite la sortie du gardien alsacien par une passe à son coéquipier Kalajdzic, qui a suivi l'action et marque dans le but vide (4-2, 55e).
Thierry Laurey décide alors d'apporter du sang neuf : Idriss Saadi et Kévin Zohi remplacent Ludovic Ajorque et Dimitri Liénard (58e). Le jeu se tasse, la fatigue s'installe et les équipes manquent de lucidité dans les derniers mètres. Il n'y a aucune action à noter, les joueurs échouant souvent dans l'avant-dernier geste. Ismael Aaneba et Mehdi Chahiri rentrent à la place d'Alexander Djiku et Majeed Waris (71e).
Un corner obtenu par Idriss Saadi sera renvoyé par la défense, malgré la tête de Lamine Koné. Trop court sur le coup de pied de Sanjin Prcic, le capitaine ivoirien ne peut ajuster son tir et la défense renvoie l'action (73e).

Le franco-bosnien aura également l'occasion de revenir au score, mais il ne trouve pas le cadre sur cette remise d'Idriss Saadi (80e). Bingourou Kamara empêchera son équipe de sombrer à deux reprise, d'abord sur ce duel remporté face à Silas lancé côté gauche suite à une transversale d'un coéquipier, ensuite sur le corner dévié sur un attaquant qui lui permet de s'illustrer par un sauvetage sur sa ligne (82e).
La fin de rencontre est marquée par la fatigue et les errements du Racing sur le plan défensif qui obligent son gardien à sauver les meubles. A noter que le jeune Léo Keller fera ses débuts sous le maillot bleu, à la place de Sanjin Prcic (84e).
Le coup-franc de Mehdi Chahiri dans l'axe est tiré directement sur le gardien, et le contre allemand sera encore une fois annihilé par un sauvetage du gardien strasbourgeois qui remporte son face-à-face contre l'attaquant et voit la reprise d'un coéquipier filer au-dessus de ses buts (87e).
La dernière action sera strasbourgeoise avec cette frappe de Kévin Zohi captée en deux temps (88e).

… pour une défaite logique


Malgré une fraîcheur et une dynamique séduisantes en première période, le Racing s'est tiré une balle dans le pied à la reprise et n'a jamais su revenir sur une équipe allemande qui a fait preuve d'orgueil. Il reste du travail en vue du championnat.

lawknight

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter