Brest - RCS, côté tribunes

Note
5.0 / 5 (5 notes)
Date
Catégorie
Côté tribunes
Lectures
Lu 3.644 fois
Auteur(s)
Par guigues
Commentaires
6 comm.
ElLlpsPXEAUGUBa.jpg
© guigues

Brest si loin et pourtant si proche. Ce déplacement à plus de 1000 kilomètres était peut-être le dernier match avant longtemps pour la poignée de supporteurs du Racing ayant tenté l’aventure.

Astronaute d'eau douce



Quittant l’Alsace qui entre en état d’alerte sanitaire avec ces restrictions difficilement compatibles avec le football, le fan du Racing débarque dans un Finistère ou le port du masque vient à peine d’être rendu obligatoire et encore, uniquement dans la métropole brestoise. Les bars et restaurants sont encore ouverts jusqu’à minuit et il n’y a donc aucune menace sur la tenue de la rencontre de dimanche.

Le temps lui aussi est parfait pour le football même si une averse typiquement locale rincera les supporteurs arrivés tôt au stade. Ils en sont quittes pour se réfugier au Pénalty, institution tout aussi locale qui propose des rafraichissements juste en face du stade. Francis le Blé présente la particularité d’être situé en pleine ville, entouré d’habitations et de commerces. Cela lui donne un charme britannique des années 80, à mille lieues des arenas posées dans les zones commerciales. Le service de sécurité veille au respect des gestes barrières dans la rue qui mène au stade, bloquée pour l’occasion, à savoir port du masque et distanciation. Le tout dans l’ambiance bon enfant de la partie de balle dominicale.

Bulldozer à réaction



La jauge est située comme partout à 5000 mais il s’agit ici du tiers de la contenance. Les ultras locaux sont fidèles au poste dans leur tribune route de Quimper et ils sortent une petite animation bâche plastique « Brest Starter Pack » au coup d’envoi. Après une fouille légère, nous prenons place dans la tribune latérale grâce aux précieux sésames récupérés auprès de contacts locaux. Un siège sur 2 est condamné mais comme à la Meinau on a l’impression qu’il y a du monde et de la vie au stade.

Le Racing dans une configuration offensive avec Ajorque et Diallo, prend le match à bras le corps et nous sommes les premiers à exulter quand le second inscrit son deuxième but en deux matchs. Notre discrétion n’est pas de mise et certains voisins de tribune sont surpris voire agacés de voir des Strasbourgeois dans l’enceinte. Au Stade brestois, les abonnés sont environ deux fois plus nombreux que les places mises en vente et chacun a grosso modo donc le droit d’assister à une rencontre sur deux. Ce qui crée malgré tout de la frustration parmi les détenteurs de ticket à l’année.

Cyclone ambulant



Le pénalty et l’application de la VAR nous voit encore réagir de manière démonstrative. Les supporteurs brestois eux sont passablement énervés par l’arbitrage et nous en profitons pour partager leur surprise tant cette décision ressemble pour nous à un miracle, dont nous sommes plutôt habitués à être les victimes plutôt que les bénéficiaires. Pour eux, le match est plié mais nous restons prudents en les prévenant qu’avec le Racing tout est possible.

L’ambiance de la seconde mi-temps décline chez les Bretons qui sont crucifiés par Ajorque à la 67ème. Nous savourons plus discrètement ce dernier but alors que l’homme en noir est clairement le coupable aux yeux du public. La partie se finit alors que certains ont quitté le stade, et se retrouvent déjà au Penalty à noyer la défaite alors que nous apprêtons à fêter la victoire.

Difficile de dire si la saison du Racing est lancé, difficile de dire quand nous retournerons au stade, mais ces trois points sont assurément un rayon de soleil dans la grisaille actuelle.

guigues

Commentaires (6)

Flux RSS 6 messages · 3.423 lectures · Premier message par gohelforever · Dernier message par ross3

Commenter