«Même la femme de Furlan n'y pourrait rien»

Note
0.0 / 5 (0 note)
Date
Catégorie
Avant-match
Lectures
Lu 3.397 fois
Auteur(s)
Par bluefever67
Commentaires
6 comm.
p1000456.jpg
© zero-zero

A l'aube de l'importante réception nantaise, notre correspondant Canari en profite pour nous décrypter la situation apocalyptique de son club, où même Mme Furlan serait une solution sans issue... Pour kauchemarder avec le FCK en un klik, c'est par ici

(Racingstub.com) Le FC Nantes vient d'être humilié par Brest (1-4) sur sa pelouse, n'a plus connu la victoire depuis mi-décembre et pointe désormais à trois points du pemier reléguable. De qui ou de quoi peut jaillir la lueur d'espoir ?
Le Canari sans collier : Il n'y a que le score de ce match qui soit humiliant. Il y avait pourtant du mieux sur le terrain. Ce qui est plus inquiétant ce sont les deux derniers matchs à l'extérieur perdus à Clermont et à Istres. Là c'était vraiment la cata... Dans ce genre de situation, pour un coach, il faut dégager un groupe restreint avec quelques leaders forts. Mais il faudrait surtout couper tout contact avec la direction du club, les contraindre de demeurer capitonnés dans les locaux de FCK Plus à Paris. Filtrer certains numéros sur les portables, etc... Le mal ne vient pas des joueurs ou de l'entraîneur. C'est tout simplement impossible de travailler quand, directement ou pas, un président fout le bordel, sape l'autorité de tous les entraîneurs qui passent et créé des inégalités entre les joueurs.

Pourtant, sur le plan sportif en début de saison, tout allait plutôt bien pour un club qui avait squatté le podium à neuf reprises. Comment expliques-tu cette chute aussi brutale ?
Lorsque vous m'aviez sollicité au match aller, j'avais insisté sur le facteur chance. Il n'expliquait pas tout pour autant. Seulement dans le contenu des matchs, il n'y avait pas eu grand chose de valable. C'était parfois très pauvre. On avait pourtant fait une très belle demi-heure face au Racing, avec des débuts prometteurs de Zerka et Darcheville. Dès qu'il y a eu un coup de mou, ça s'est délité. Darcheville a pointé l'attitude de certains de ses coéquipiers devant les caméras après le nul heureux concédé à domicile face à Laval. Abdoun qui était le meilleur joueur et l'unique passeur décisif depuis le début de la saison, en a pris ombrage. Et comme il n'est pas très finaud, c'est un euphémisme, c'est parti en vrille. Il y avait une fragilité latente. Et quand, comme Rohr, tu t'appuies essentiellement sur la solidarité, « le combat » (cf. le nombre d'avertissements et de suspensions), au lieu de construire sur la durée parce que tu as enfin un semblant de qualité pour ça, tout s'écroule. Des détails sans importance deviennent essentiels. Il y a davantage de blessés. Il faut du temps et de la sérénité pour recoller les morceaux.

Quel est ton point de vue sur le fait de virer un entraîneur qui pointe aux portes de la Ligue 1 (Rohr) pour en prendre un qui amène le club aux portes du National (Furlan) ?
Les entraîneurs passent, les présidents et directeurs gravement incompétents restent... Dans l'esprit de Kita, c'est impossible de confier tant de capital investi à un type en survêtement. Donc l'entraîneur doit être aux ordres et il est interchangeable. Le problème des résultats n'est que la conséquence d'une manière de fonctionner complètement inadaptée au sport collectif. Ensuite si vous voulez me faire dire que Rohr c'est mieux que Furlan, eh bien non... J'ai beaucoup plus de respect pour Furlan, capable de dégager Kita de son vestiaire, que pour Rohr, capable de dire à son fils de brandir une grande banderole à sa propre gloire face aux caméras tout le long d'un match... et d'accéder ainsi à la politique de com' de ses dirigeants qui jouaient à l'époque les « bons supporters » contre les « mauvais ».

Il y a quelques jours, Jean-Jacques Pierre faisait une déclaration fracassante envers Furlan. Les joueurs l'auraient-il déjà lâché ? Plus généralement, y'a-t-il un fracture entre les joueurs dans le vestiaire ?
Les dirigeants voulaient se séparer de certains joueurs lors du mercato d'hiver. Cela visait essentiellement les joueurs susceptibles d'avoir un semblant de valeur marchande. Pierre en fait partie. Dès lors, on a recruté dans l'axe central des remplaçants effectivement moins forts et moins expérimentés. Cet épisode sera oublié quand Pierre sera à nouveau aligné par Furlan, si Furlan est encore là. Au niveau du vestiaire, des détails négatifs remontent toujours quand les résultats ne sont pas là. Ceux qui ne jouent pas font la gueule. Certains joueurs en ont assez du fonctionnement du club. C'est à Furlan de dégager un groupe fort autour de certains joueurs, maintenant que l'infirmerie est moins garnie. La nomination de De Freitas en tant que capitaine était déjà une évidence. De Freitas était pourtant sur la liste noire des dirigeants. Furlan a montré par ce geste qu'il savait voir quel joueur était important et qu'il ne comptait pas se laisser dicter une conduite par des gens dont l'incompétence confine à la malveillance..

Comment a réagi le grand patron à la chute libre de « son » club ?
Mal. Dans tous les sens du terme. Il suffit de lire sa récente interview dans l'Equipe (vendredi 5 février), alors que la presse dit enfin les choses telles qu'elles sont depuis longtemps. Là il dit, je ne suis plus le patron chez moi, je suis « tout nu » face à des gens comme ça (il fait allusion à Furlan). Pauvre chou va... Sur le site footnantais.com, dès le départ et après une vraie enquête en Suisse (dirigeants, presse), chez Corneal, Allergan, le problème avait été synthétisé : la personnalité particulière de celui dont on ne peut plus prononcer le nom... Tout vient de là. On est dans le domaine des dérèglements d'ordre psychologique... C'est tellement prononcé que même la femme de Furlan n'y pourrait rien...

Les supporters nantais sont à juste titre complètement « désemparés », ont-ils déjà ou vont-ils lancer des opérations « coup de poing » ?
A Nantes, il n'y a qu'un seul groupe susceptible d'animer une tribune populaire. C'est La Brigade Loire. Cette saison leur opération « coup de poing », c'est d'avoir rendu leur carte d'abonnés et de ne plus être présents en tribune Loire. C'est fort et c'était risqué pour la survie d'un groupe Ultra comme le leur. Il y a aussi un mouvement d'indépendants pacifistes qui a réagi contre la direction du club très tôt, dans la continuité de ce que le site Footnantais.com pouvait encore publier. L'année dernière, l'axe fort fut de prévenir contre le démantèlement du centre de formation. Bingo.
La BL, les indépendants pacifistes, etc... c'est ce qui a été nommé la « Contestation » ou « le mouvement contestataire ». Une seule cible : la direction coupable de démanteler le club et de saccager son identité.
Évidemment, il y a des gens qui vont se réveiller et trouver dans les mauvais résultats et le risque d'une descente en National, l'occasion de manifester leur frustration. On sait les débordements et les exactions que ça implique parfois. Dans ces conditions, parler d' « opérations coup de poings », c'est très dangereux. A mon sens, il vaut mieux continuer à toujours avoir un temps d'avance : arrêter la contestation, revenir en Loire, reprendre les « tifos » et soutenir l'équipe, car aujourd'hui le péril c'est le National ou un redressement judiciaire. C'est extrêmement grave ! Les dirigeants sont mauvais, c'est un fait détaillé dans la presse désormais (Kita comparé au Villeret-Pignon du « dîner de cons » par les dirigeants des clubs de L1). Ils ne valent plus toute l'énergie dépensée à leur encontre par le mouvement de contestation. Tout le monde a compris.

Malgré un effectif déjà pléthorique, le FCN a recruté 4 nouveaux joueurs lors du Mercato (Pereira, El Adoua, Lejeune et Camara). Les retombées d'un recrutement estival manqué ?
Tant que le FCK ou le FCK+ ne comptera pas 60, 80, 100 contrats pros, on ne peut pas s'en sortir... Nous avons tant de blessés... Recruter un joueur blessé plus trois joueurs qui ne jouent plus depuis des lustres, c'est le côté visionnaire, le « + » du FCK. Il se murmure d'ailleurs que, toujours à la pointe en matière de marketing, le FCK+ aura prochainement un stand au salon de l'agriculture dans deux semaines. Dans les box quelques présidents et directeurs bouffeurs d'oseille. On y espère le grand retour de l'Olymparien Cricri. Leur spécialité délocalisée ? Rendre les joueurs chèvres.

Le FCN possède l'avant-dernière défense du championnat et on a remarqué que, depuis l'arrivée de Furlan, on a jamais gardé la même charnière centrale où de nombreux joueurs se sont succédés. Personne n'a les épaules assez solides pour se stabiliser à ce poste-là ?
Il a composé avec les aléas du direct. Essentiellement les blessés. Contre Brest, la charnière bricolée avec Djilobodji et El Adoua est impliquée sur les 4 buts. En fait, c'est tout le secteur défensif, milieux compris, qui est à la peine. Les joueurs les plus solides au niveau expérience et mental sont sans doute Pierre et Jarjat.

L'ancien Strasbourgeois, Harlington Shereni, semble être de moins en moins indiscutable au sein du onze nantais. Pourquoi ?
Un Shereni indiscutable, c'est synonyme d'une grande pauvreté d'idées et de jeu... Furlan le connaît. Normal qu'il souhaite s'appuyer sur lui. Dans le contexte actuel, c'est même sans doute important. Cependant, s'il avait un discours tout à fait en phase avec ses actes, il imposerait le jeune Olivier Bonnes. Si vous avez Bonnes, Vainqueur, De Freitas et Darbion au milieu, vous n'avez plus besoin de balancer des parpaings devant...

Lundi, c'est un déplacement à Strasbourg qui attend les Canaris, une équipe qui pointe juste derrière le FCN au classement. A quitte ou double, c'est un peu ça, non ? Une défaite sonnerait-elle le glas de Furlan ?
Pour le quitte ou double, eh bien non. Il reste beaucoup de matchs. De préférence avec Furlan. Car pour virer Furlan, ils seraient bien capables de finir de zigouiller le centre de formation pour s'éviter de nouvelles dépenses. Vous ne voulez tout de même pas qu'on se retrouve avec Bonnevay (directeur du centre de formation en remplacement de Guyot) à la tête de l'équipe première. Autant déclarer forfait pour le reste de la saison...
Certes, ça réjouirait les jeunes du centre et de la réserve, mais le jeu des chaises musicales risque de sonner le glas du peu qui reste encore viable dans ce club.

Le Racing connaît lui aussi, une saison assez difficile sur de nombreux points, mais semble sortir petit à petit la tête de l'eau. Quel regard portes-tu sur la saison alsacienne ?
Hormis les imbroglios d'achat et de vente, côté sportif, je n'ai plus trop suivi. Ce qui vous arrive en coulisses nous intéresse davantage, car on va bientôt connaître ce genre de choses. Je me demande bien à quoi vous sert Luc Dayan désormais. Il avait fait du bon boulot à Nantes. Les salariés l'avaient adoubé. La Meinau semble bien vide en tout cas. Vous n'avez donc personne à inviter en Alsace ?

Comment vois-tu le déroulement du match et quel est ton pronostic ?
Alors là, c'est la colle. Match nul. Mais je n'espère qu'une chose, c'est que Nantes gagne !

Petit extra, comme on aiM. Bien Furlan, peux-tu, exclusivement pour Racingstub.com, imaginer sa réaction à la sortie d'une éventuelle défaite nantaise ?
Il y a des spécialistes sur le forum footnantais.com pour ça. C'est devenu systématique et ça avait débuté avec Rohr. Le lien : Les excuses !

Un grand merci à notre collaborateur nantais pour ses réponses ! Vous pouvez le retrouver illico sur le très bon site FootNantais.com !

bluefever67

Commentaires (6)

Flux RSS 6 messages · 574 lectures · Premier message par slade · Dernier message par racing67400

Commenter


RCS - Nantes 1-0

· Stade de la Meinau (Strasbourg) · 24e journée · Ligue 2 2009/2010

Racing_Club_de_Strasbourg_Alsace_logo_2016.png Nantes.png

Confrontations (44)

Dernières confrontations

Dernières confrontations

Buts marqués

Par RCS
71
Par Nantes
56

Derniers résultats

RCS
D, V, N, V, N
Nantes
D, D, N, D, D

Pronostics racingstub.com

Voir tous les pronostics