Héroïques !

Note
0.0 / 5 (0 note)
Date
Catégorie
Souvenir/anecdote
Lectures
Lu 2.006 fois
Auteur(s)
Par marc
Commentaires
0 comm.

Après sa victoire 3-0 au match aller face à Liverpool, le Racing obtient son billet pour les 8ème de finale de la Coupe UEFA en conservant un avantage suffisant à Anfield après 90 minutes de souffrance. Retour sur ce grand moment de l'histoire du Rac

On leur avait promis l'enfer, ils ont pu y goûter ! C'est à Anfield que le Racing inscrit certainement la plus belle page de son histoire. Une qualification qui restera longtemps dans les mémoires tant la détermination des Strasbourgeois était forte. C'est la solidarité et le collectif qui avaient permis au Racing de l'emporter 3-0 au match aller et de quelle façon ! C'est cette même solidarité qui a permis au RCS de maintenir un petit but d'avance au terme d'une double confrontation de toute beauté.
Mais cette qualification n'a pas été une mince affaire.

Fort de son avantage de trois buts, le Racing affiche dès l'entame du match ses intentions : subir le jeu et tenter le coup en contre attaque. La partie est agréable et les Anglais poussent pour marquer rapidement le premier but. Le football pratiqué par les « Reds » est offensif à souhaits, ce qui ne manque pas de satisfaire le public anglais en proie au doute en cette période de vaches maigres pour leur club. Les Strasbourgeois sont, eux, complètement recroquevillés et repoussent tant bien que mal les assauts de Liverpool.

En cette première période, les Strasbourgeois tiennent bon. Le public mythique d'Anfield est de plus en plus inquiet. Les chants des 300 supporters alsaciens ayant fait le déplacement résonnent dans le chaudron qu'est Anfield, stade plus calme qu'à son habitude malgré les 38000 spectateurs présents. Dans ce climat, le Racing souffre mais tient le score nul jusqu'à la mi-temps.

C'est en deuxième période que les choses se corsent. Au fur et à mesure que le match se rapproche de son terme, le dispositif tactique mis en place par Roy Evans évolue. Le coach anglais abat toutes ses cartes en lançant trois nouveaux attaquants dans le bain. Les occasions de but se multiplient et Gérald Baticle ne manquera pas de la souligner à la fin du match : « C'était vraiment dur d'avorter chacune des attaques anglaises tant elles étaient nombreuses ».

Contrairement à Roy Evans, Jacky Duguépéroux a, au fur et à mesure que les minutes avançaient, fait évolué son dispositif pour une tactique de plus en plus défensive. Le Racing a clairement accepté de subir. Ainsi, les remplaçants qui entrent en jeu sont tous des défenseurs qui prennent la place de joueurs à vocation offensive. Yannick Rott et Aziz Rabbah viennent donc renforcer le secteur défensif et le Racing terminé le match plus en 6-3-1 qu'autre chose !

La marée rouge noie totalement les Strasbourgeois mais en vain... jusqu'à la 64 ème minute : Olivier Dacourt tombe littéralement sur Karl Heinz Riedle dans la surface de réparation; le penalty est logique. Robbie Fowler le transforme, prenant Vencel à contre pied. Il reste moins d'une demi heure et Liverpool doit encore marquer au moins deux fois pour revenir à hauteur du Racing sur l'ensemble du match. Paul Ince ou encore Steve McManaman manquent l'immanquable de la tête devant le portier slovaque, mais à la 83ème minute, Riedle, à la suite d'une série de têtes, inscrit le deuxième but anglais. Il reste alors 7 minutes, 7 minutes qui vont paraître comme 7 heures pour les joueurs et les supporters. Les Anglais se ruent sur les buts français mais le Racing tient le choc et décroche sa qualification au bout du suspense !

Strasbourg a vécu 90 minutes de souffrance mais pour un résultat légendaire : une qualification en 8eme de finale de la coupe d'Europe UEFA ! Un grand merci peut être adressé à Alexander Vencel; auteur de nombreux arrêts « miracles » il a sauvé a plusieurs reprises les siens et a permis de retarder l'échéance. A la fin de la première mi temps, un lob de 45 mètres de Robbie Fowler le pousse à s'étendre et à sortir une parade dont seul lui connaît le secret. Son arrêt de l'année probablement. C'est lorsque l'on perd 2-0 au retour qu'on est content d'avoir gagner 3-0 à l'aller ! Heureusement que le Racing n'avait pas fermé le jeu à la Meinau, permettant à Conteh d'inscrire le 3ème but sans quoi tout ne serait peut être pas pareil...

Merci les Bleus, en l'espace d'une soirée vous êtes devenus des « grands » d'Europe. A vous de continuer sur cette voie et pourquoi pas de continuer plus loin dans cet exercice...

marc

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter