xaviyeah

2.5 / 5 (4 notes)
Inscription
Connexions
1.650
Dernière connexion
Habite à
Strasbourg

Fiche

Amis
0
Badges
0
Matchs vus
90
Présentation
Chez nous, on dit Jetzt geht's los.

Timeline

Voir toutes ses actions

Clubs supportés

Dernières photos et vidéos personnelles RSS

  • IMG_1887.JPG
      223 vues · 0 comm.
    xaviyeah

Voir toutes ses photos et vidéos

Bloghttps://racingstub.com/blogs/xaviyeah

Dernier article du blog « Le stublog de xaviyeah » :

It's coming home, it's coming !

13/03/2019 20:22
32 lectures
0.0 / 5 (0 note)
Trop simple que de faire référence à notre musique d'entrée, le titre anglais fait référence au cliché du rêve du football de la Premier League. Cliché, car nous n'avons rien à leur envier, à notre niveau.
Qui dit deuxième année dans le monde professionnel, dit deuxième figuration dans le rapport financier de la DNCG.
Les rapports cumulés et individuels sont une véritable mine d'or d'information, si tant est que l'on s'y intéresse. Cependant, concentrons-nous uniquement sur notre RC Strasbourg, car pour ce qui est des autres clubs, nul doute que la presse sportive spécialisée (ou pas) fera moultes analyses et commentaires.

Top départ pour la saison 2017-2018


Posons d'abord les bases générales de la Ligue 1 et 2, prises dans leur ensemble. De manière cumulée, contrairement à ce que se félicite la LFP, elles ont vu leur résultat net général fondre de 74% en comparaison avec la saison d'avant, malgré ses 3% d'augmentation de recettes générales. A noter que la Ligue 1 édition 2017-2018 enregistre une augmentation de 15 % du nombre de spectateurs moyen (23 019) avec une augmentation du nombre d’abonnés de 21 % (12 783)...coïncidence ?

Three millions on a shirt


Je tue de suite toute forme de suspense : les comptes sont excellents.
De manière purement indicative, le résultat global du Racing a été multiplié par 4,8 par rapport à celui de la Ligue 2. Oui, 4,8 !

Comparons le comparable : la source principale de revenus - les droits TV évidemment - s'est vue tout simplement être multipliée par 3. Nous avons perçu près de 19 millions d'euros de Bein et Canal principalement, contre (seulement) 6 en Ligue 2.
Ça peut sembler énorme par rapport à l'an dernier. Et pourtant, malgré notre belle 15e place, nous sommes barragiste des droits TV, avec une 18e place. L'Amiens SC, promu avec nous et n'ayant pas été dans l'élite a perçu 2 millions d'euros supplémentaires.

Mais cela ne s'arrête pas là, la part des recettes liées au sponsoring et à la publicité a quasiment doublé, pour atteindre les 9 millions d'euros. Comment doubler un sponsoring déjà au taquet en Ligue 2 ? En nouant un partenariat avec une marque qui organise des croisières, avec une chaine de restauration rapide ou encore un groupe allemand. Cela nous offre une belle 11e place au classement !

Une autre source de revenus qui a plus que doublée entre la Ligue 1 et 2 - et c'est là que nous entrons en scène - est la partie "match Day". Nos billets et autres achats en boissons gazeuses avec alcool ont généré sept millions d'euros. 7 millions et une belle 7e place en Ligue 1 au niveau revenus matchs. Chapeau !

Nous sommes en fin de classement pour le niveau de droits TV perçus et pourtant, nous sommes 12e au classement des recettes totales, ce qui signifie que le Racing parvient à trouver d'autres sources de produits que la télévision. De quoi être fier, les deux autres promus terminent respectivement dernier et avant-dernier du classement des recettes.

Thirty years of hurt never stopped me dreamin'


Maintenant que l'on a encaissé 39 millions...comment les avons-nous dépensés ?
Je ne fais pas dans l'originalité ni dans la surprise...les salaires (ça reste du football).
Nous passons d'une charge salariale globale (salaires et cotisations) de 8 millions à 18 millions (+10 quoi). Sans avoir plus de détails sur les salaires, la part des salaires des joueurs professionnels représentent 75 % de la rémunération en moyenne en Ligue 1.

Ensuite, l'autre gros poste majeur de dépenses d'un club de football professionnel constitue les dépenses courantes : organisation des matchs, achats des marchandises à vendre, nettoyage et entretien, achats divers de fournitures...bref, tout ce qui attrait à la bonne marche du club. Nous n'avons guère besoins de détails à ce niveau. Les dépenses sont restées "relativement" stables compte tenu de toutes les augmentations (tant en recettes que masse salariale) puisque nous avons dépensé que 5 millions de plus que la saison précédente.

Enfin, la dernière partie de dépenses considérée comme "naturelle" constitue la commission des agents de joueurs (pour rappel, nous avons vu les transferts de Lala, Martinez, Da Costa, Corgnet, Kamara, Saadi et Martin se faire durant l'intersaison estivale) pour 822 000 euros. Les informations communiquées par la LFP concernant les indemnités de transfert ne permettent pas de remonter au taux de commission des agents (oui, je lis dans vos pensées).

Par ailleurs, un mécanisme purement comptable permet de ne pas faire peser toute la charge des transferts payés directement dans les comptes d'une même saison. Cet étalement de la charge (un amortissement) est réparti selon la durée de signature des contrats. Et donc, plus un joueur signe longtemps, moins il coûte au Racing. Vu la durée des contrats signés, cela représente une charge d'environ 2 millions d'euros pour tous nos transferts payants. Ou comment équilibrer la balance...

Comme en Ligue 2, toujours aussi peu d'originalité, si nous sommes 15e en termes de recettes "naturelles" comme aime à le dire notre Président, nous avons un train de vie de barragiste. Mieux vaut ce sens là que l'inverse. La partie ci-dessus concerne donc l'exploitation. Cette notion est élémentaire, car si l'activité du club génère du surplus, nous n'avons pas besoin de vendre de joueur pour équilibrer les comptes.
Nous gagnons, le Racing gagne, sept millions de par sa gestion et sa vie courante. Contre 2 millions en Ligue 2 ! J'ai passé pour vous en revue tous les clubs.......le Racing Club de Strasbourg est le club français qui gagne le plus d'argent par son activité seule.

Notre simple fait de jouer des matchs suffit à créer et donner de la valeur au club. En complément, seuls deux autres clubs parviennent à gagner de l'argent, mais dans des proportions bien moindres que nos presque 7 millions d'excédent. Bravo nous !

So many jokes, so many sneers


On peut vite passer la partie "transferts". Nous avons perçu pour la première fois depuis bien longtemps une indemnité de transfert. Notre jeune aiglon nous a généreusement rapporté deux millions d'euros. Le club a investi pour 9 millions d'euros de transferts, qui sont donc étalés - comme tout autre investissement - sur la durée des contrats. Par ailleurs, des investissements supplémentaires ont été réalisés pour plus d'un million d'euros, ce qui est non négligeable.
La trésorerie au 30 juin 2018 a peu d'importance également, mais elle était de 12 millions d'euros frais qui attendent d'être dépensés - et ils l'ont été dans la foulée - contre 5 seulement à fin juin 2017.
Nous ne dépendons pas des banques (seul un emprunt d'un million d'euros a été conclu) ni de nos actionnaires, dont la SAS RCSA n'a plus de dettes envers eux.
Cette bonne santé financière a permis de réaliser les transferts que l'on connait entre temps, et ceci permet peut être de rassurer certains et calmer les ardeurs d'autres, qui ont peur de revoir un Jafar aux manettes.

FOOTBALL's com'Meinau


Comment conclure (déjà) autrement que par une note d'espoir et de satisfaction.
Le bilan et le compte de résultat de notre grand, de notre mastodonte Racing sont à la hauteur du dernier match de la saison...RCS-OL, où à la 87e minute, en 2011, tout était mal embarqué, pour qu'à la 90e+4, en 2018, les rêves les plus fous soient devenus réalité : nous sommes maintenus en Ligue 1, nous avons de la réserve, du cash, un modèle économique parmi les plus performants de France - si ce n'est LE meilleur, mais gardons notre humilité. Notre structure ne peut que progresser, rien que par les droits TV, et prochainement un nouveau stade. Notre évolution n'est pas achevée, au contraire, nous ne sommes qu'au commencement de quelque chose de financièrement grand. Comment ne pas remercier le seul et unique signataire des comptes présentés ci-dessus, notre Président ?