Le Racing en pince pour Sels

Note
5.0 / 5 (11 notes)
Date
Catégorie
Transferts
Lectures
Lu 5.464 fois
Auteur(s)
Par athor
Commentaires
11 comm.
sels2.JPG
© rachmaninov

En quête d'un gardien numéro 1 depuis le début du mercato, le Racing a cassé sa tirelire pour s'offrir les services du Belge Matz Sels.

Après avoir débuté son mercato tambour battant, avec quatre recrues enregistrées durant la première quinzaine de juin, le Racing a pris son temps pour engager la seconde phase de la construction de son effectif. Entretemps, il a même laissé partir d'autres éléments. Cette longue période, qui a parfois suscité des cris d'orfraie chez certains stubistes, n'en a pas moins contrarié Thierry Laurey, contraint d'effectuer la préparation avec un groupe réduit, avec plusieurs jeunes joueurs. Le transfert de Jean-Eudes Aholou vers Monaco, pour une somme record de près de 14 millions d'euros, a évidemment offert plus de latitudes financières au club, qui peut désormais débloquer un certains nombre de pistes en stand-by. La première d'entre elles menait à un des postes défini comme prioritaire, celle de gardien de but, que va occuper le Belge Matz Sels. Avec les départs combinés d'Oukidja et de Bonnefoi, seuls Bingourou Kamara et le tout jeune Louis Pelletier (encore sous contrat stagiaire) pouvaient occuper la cage. Le premier sort d'une saison décevante, et malgré des matchs amicaux plutôt convaincants jusque là, Thierry Laurey souhaitait engager un vrai numéro 1.

Dévoilés dimanche dernier par la presse britannique, les contacts entre le RCS et Sels datent d'il y a plusieurs semaines, et le gardien a été supervisé à plusieurs reprises par les recruteurs alsaciens la saison dernière. Le montant du transfert, aux alentours des 4 millions d'euros, est loin d'être anodin, mais il démontre d'une part le fort intérêt du Racing et d'autre part, les qualités et le potentiel du garçon.

Originaire de la région d'Anvers, Matz Sels arrive au club de Lierse dès l'âge de 7 ans, après avoir débuté juste à côté, à Kontich. Talentueux, il appartient à la génération 1992 des gardiens belges, avec Koen Casteels et Thibaut Courtois, avec qui il sera en concurrence dans les sélections de jeunes. Dès l'âge de seize ans, Sels intègre le groupe professionnel pour participer aux entraînements, et s'assoit sur un banc en match officiel en coupe de Belgique à l'automne 2009. Numéro 2 derrière Eiji Kawashima lors de la saison 2011/2012, il profite du départ de ce dernier au Standard de Liège pour s'imposer comme titulaire, à 20 ans. Un petit exploit dans un club, à la gestion folklorique, présidé par l'homme d'affaires égyptien Maged Samy. L'effectif est alors constitué de joueurs de seize nationalités différentes, et a enregistré près d'une vingtaine d'arrivées lors de cet été 2012. De plus, plusieurs affaires extra-sportives secouent le club, notamment de gros problèmes de racisme dans les tribunes. Dans ce contexte, le jeune gardien parvient tout de même à s'illustrer, malgré la spirale négative de Lierse, qui flirte avec la zone de relégation, et devient même international espoir. Au mois de mars, alors que le club s’apprête à jouer les playoffs de maintien, il ne donne pas suite à une proposition de prolongation de contrat : « je n'ai pas l'intention de quitter le club. Le club veut simplement une réponse rapide, mais je ne peux pas en donner car je veux d'abord savoir qui sera le nouvel entraîneur et à quoi ressemblera l'équipe l'année prochaine. Je veux juste une sécurité sportive après notre saison difficile. » Il faut dire que le poste d'entraîneur est toujours vacant à ce moment là, et des rumeurs de mauvaise santé financière planent. Le président Samy ne l'entend pas de cette oreille et décide d'envoyer son gardien avec l'équipe réserve, tout en le menaçant par SMS. Déterminé, Sels s'impose des séances d'entraînement individuel supplémentaires, tout en rongeant son frein.

Toujours mis à l'écart durant la première moitié de saison 2013/2014, il bénéficie d'un coup de pouce de Trond Sollied, son ancien entraîneur à Lierse qui le recommande à La Gantoise, à la recherche d'un second gardien après le départ de Frank Boeckx. Transféré contre 150K€, il s'impose immédiatement comme numéro 1, reléguant Sergio Padt, le titulaire, sur le banc. A l'été 2014, le nouvel entraîneur des Buffalos Hein Vanhaezebrouck le maintient comme numéro 1, et Matz Sels prend une part active dans l'excellent parcours de la Gantoise, deuxième de la saison régulière, mais qui est parvenu à arracher le titre de champion lors des playoffs. Déjà surveillé par des clubs allemands, le gardien de 23 ans préfère découvrir la Ligue des Champions avec son club. Et dès le premier match, face à Lyon, il sauve le point du match nul en arrêtant un penalty d'Alexandre Lacazette en toute fin de match. A la surprise général, Gent et son jeu hyper offensif parvient à se hisser en huitième de finale, échouant face à Wolfsbourg, tout en luttant pour le titre en championnat. Qualifié de meilleur portier de Jupiler League, Sels est même convoqué pour la première fois en équipe nationale par Marc Wilmots, sans toutefois entrer en jeu. Avec une telle cote, de nombreux clubs se mettent sur les rangs, mais c'est finalement Newcastle, tout juste relégué en Championship qui obtient sa signature, pour un transfert d'un montant de 6,6M€, soit la plus grosse vente de l'histoire de la Gantoise à ce moment-là (record effacé quelques semaines plus tard par Sven Kums, parti à Watford).

Malgré la présence de quatre autres gardiens professionnels à la reprise de l'entrainement, Matz Sels est présenté comme le nouveau numéro 1, au grand dam des supporters qui attendaient la titularisation de Karl Darlow. Et la Toon Army ne manque pas de le faire savoir. Après le second match amical de l'été, durant lequel Sels intercepte mal une passe en retrait et provoque un penalty, les fans le prennent à partie, l'insultent, le contraignant à fermer son compte twitter. Rafael Benitez continue toutefois de l'aligner, mais un but encaissé en toute fin de match à Aston Villa (1-1), lors de la 9ème journée de championnat, va achever d'alimenter le climat délétère autour du gardien belge. Celui-ci ne jouera plus une minute, disparaissant même du banc des remplaçants à partir du mois de février.

A la relance, il est prêté l'été dernier à Anderlecht, champion de Belgique en titre, pour retrouver du temps de jeu et surtout, pour prétendre à une place en équipe nationale : « j'ai joué quinze matches à Newcastle. Ce n'est pas beaucoup. J'aurais pu rester et tenter de gagner ma place, mais j'ai estimé que mes opportunités de jeu à Anderlecht étaient plus élevées. Il est vrai que je voulais garder mes chances de Coupe du Monde en venant ici. C'est ce que Roberto Martínez m'avait dit: que je devais absolument jouer et qu'il ne voyait pas cela se produire à Newcastle. » Recruté pour concurrencer Frank Boeckx, Matz Sels sait pourtant qu'il part avec un léger handicap par rapport à l'autre gardien, apprécié des supporters. Titulaire en début de saison, l'ancien de Lierse prend place sur le banc au moment du retour de Boeckx dans le groupe, mais joue tout de même trois matchs de Ligue des Champions. L'arrivée de Vanhaezebrouck sur le banc rebat les cartes, et Sels s'impose progressivement, tout en montant en puissance au fil des matchs. Si Anderlecht est loin de réaliser une bonne saison, son gardien retrouve ses sensations, et réapparait en sélection nationale au printemps. Retenu dans la pré-liste pour la coupe du monde, il est finalement écarté au profit de Casteels.

Matz Sels sort de cette saison avec Anderlecht avec une forme retrouvée, mais, dans une impasse à Newcastle, qui a définitivement recruté l'international slovaque Martin Dubravka, il se devait de trouver un autre club pour poursuivre sa carrière. Les Mauves ont bien tenté le coup, mais ce sont heurtés aux exigences financières des Magpies. C'est donc finalement dans la cage du Racing que le portier de 26 ans poursuivra sa progression.

athor

Commentaires (11)

Flux RSS 11 messages · 3.551 lectures · Premier message par franck-67 · Dernier message par Schaal

Commenter