Lamine Koné, être et armoire

Note
5.0 / 5 (10 notes)
Date
Catégorie
Transferts
Lectures
Lu 2.566 fois
Auteur(s)
Par louky
Commentaires
3 comm.
kone.JPG
© rachmaninov

Une armoire à glace en chasse une autre. Après le départ de Kader Mangane, le Racing s'est adjoint les services d'un international ivoirien en la personne de Lamine Koné. Un robuste défenseur qui a peaufiné son jeu avec un certain Christian Gourcuff.

Il n'a pas mis longtemps à se mettre les supporters de Sunderland dans la poche. Il aura suffi d'un arrêt buffet à Lamine Koné sur son compatriote Yaya Touré pour se mettre le Stadium of Light dans la poche. C'était en février 2016. Une éternité.

Depuis, le défenseur international ivoirien est descendu d'un étage. De deux même, en deux saisons. Deux relégations de suite qui ternissent un peu la carrière jusque-là linéaire du natif de Paris. Mais Lamine Koné en a connu d'autres, des accrocs. Le 5 mars 2008, alors qu'il évolue en pro à Châteauroux, son club formateur, il est victime d'un accident de voiture dans lequel il est à deux doigts de perdre la vie. Un coup d'arrêt brutal pour le jeune joueur de 19 ans qu'il est alors, et surtout un miracle puisqu'il s'en sort vivant après avoir été éjecté du véhicule pour se retrouver sur la route une trentaine de mètres plus loin.

Mais il en faudra plus pour stopper le roc qu'est Lamine Koné (1,89 m). Après avoir repris le fil de sa carrière avec La Berrichone, où il jouera 26 matchs en équipe première (dont la plupart comme arrière droit), il part à Lorient en 2010, où il alterne rencontres en réserve et apparition en équipe première sous les ordres d'un certain Christian Gourcuff, apôtre d'un jeu léché. Là-bas, il devient incontournable dans l'axe des Merlus, s'imposant notamment aux côtés de Bruno Ecuelé Manga puis de Wesley Lautoa. En Bretagne, il démontre de belles qualités balle au pied, ne se privant pas de montées ernestsekestres et autres percées samytraoresques, inscrivant même quelques buts. Une belle palette pour un joueur bien plus fin techniquement que son physique ne le présage.

En janvier 2016, il décide de franchir la Manche, acheté par Sunderland pour la coquette somme de 6,5 millions d'euros. Une aubaine pour son physique de déménageur, taillé pour l'élite anglaise où il s'impose d'entrée. Il inscrit d'ailleurs un but d'une tête rageuse qui permet à sa nouvelle équipe de l'emporter contre Manchester United, deux semaines après son arrivée. Des performances qui ne passent pas inaperçues en Angleterre. Six mois après son arrivée, Everton pose jusqu'à 26 millions d'euros (!) pour l'enrôler durant le mercato estival. Une offre refusée par son club, qui le prolonge deux mois plus tard.

Las, malgré une relance d'Everton au dernier mercato hivernal, l'aventure anglaise de Lamine Koné se termine en eau-de-boudin, mais nous l'avons déjà évoqué plus haut. L'an passé, dans une division à 24 équipes, il joue 24 matchs sur 46 et n'entre plus totalement dans les plans des entraîneurs qui se succèdent sur le banc des Black Cats (quatre en une saison). Son club finit 24e et bon dernier, à six points du premier non-relégable

Pas franchement emballé par la perspective de ferrailler dans les tréfonds du foot anglais, l'international ivoirien (9 sélections) souhaite changer d'air et le fait savoir à son coach. Ça tombe bien, Thierry Laurey et son staff cherchent à recomposer totalement une défense strasbourgeoise qui n'a pas franchement donné satisfaction - doux euphémisme - la saison passée. Un mariage de raison en somme pour un joueur à la relance, habitué à jouer le maintien avec Lorient et fort de son expérience anglaise pour apporter une densité physique mais aussi technique. Là où son homonyme et Kader Mangane s'échinaient à balancer des parpaings plutôt que de consolider l'ensemble.

Bref, Lamine Koné présente un profil bien bâti de nettoyeur des surfaces et de déménageur au duel. En espérant qu'il ne traîne pas trop dans les cartons, car la Meinau n'attend qu'une chose : redevenir une forteresse.

louky

Commentaires (3)

Flux RSS 3 messages · 2.452 lectures · Premier message par vincenzo · Dernier message par strohteam

Commenter