C'est bon pour le moral

Note
4.8 / 5 (4 notes)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 1.915 fois
Auteur(s)
Par gassi67
Commentaires
4 comm.
montpellier.png

Dans un match contre Montpellier comme à son habitude assez terne (pour ne pas dire plus), les hommes de Thierry Laurey ont réussi à arracher l'égalisation dans les dernières secondes. On retiendra principalement la force mentale et l'abnégation des joueurs. Le chantier reste en cours mais les circonstances du match font que ce nul fait du bien au moral.

Le retour à la compétition du Racing après la trêve internationale était attendu des suiveurs. Et cette 5ème journée a démarré avec plusieurs surprises dans la composition. Thierry Laurey a offert la chance à Grimm de prouver qu'il a une carte à jouer dans l'effectif strasbourgeois cette saison. Bien que le natif d'Ostheim n'ait pas encore joué une seule minute en match officiel cette année, il sort de deux matchs à 90 minutes en N3 et amical contre Dudelange.
L'entrée dans le 11 de départ de Grimm est exigée par le passage en 3-5-2 avec Caci en 3ème défenseur central:
Equipe

Côté pailladin, Der Zakarian reste fidèle à son 3-5-2 en béton armé :
Equipe


Grimm s'illustre dès la 2ème minute en renvoyant le (la?) cher Dolly à ses études. Un contact qui pourrait être anodin et voilà que ce dernier est immédiatement remplacé. Réorganisation tactique avec l'entrée de Damien Le Tallec, frangin de l'éponyme Anthony, qui se positionne en sentinelle, faisant remonter Skhiri et Lasne d'un cran.
Le match débute vraiment à la 8ème minute avec une perte de balle de Lala, qui offre une possibilité de contre à Lasne. Cela ne mène finalement à rien.
13ème tout s'agite. Centre de Carole et Ajorque tente de reprendre, Lecomte à la parade. On passe à deux doigts de l'ouverture du score. Sur la récupération de balle, Delort est lancée en profondeur et centre. Une intervention de Caci devant Laborde coupe net l’action.

Jusqu'à la 20ème on sent le Racing à son avantage, la balle circule bien, les joueurs arrivent à créer les décalages, sans toutefois arriver à se montrer dangereux.
Les débats s'équilibrent, Montpellier ayant réussi à se mettre au niveau, les héraultais se montrent notamment plus présents dans les duels.
Passons rapidement sur quelques évènements (Martinez fait du Martinez face à Lasne dans la surface, heureusement Willy Delajod siffle faute pour le franco-espagnol, Martin prend un carton jaune sévère, …).
A noter qu'en l'absence de Liénard, les coups de pieds arrêtés sont tirés à tour de rôle par Lala et Martin, avec une réussite toute relative.
40ème, le remplaçant de Roussillon décide de sprinter tout droit avec le ballon et arrive jusqu'à la ligne de but. Oyongo arrive à centrer pour une tête finalement anodine d’un héraultais.
Une minute plus tard, c’est Delort qui s'essaie à 25m, c'est dévié par Martinez en corner. Cela ne donnera rien.
La fin de la 1ère mi-temps est dominée par les Montpelliérains mais malgré les bonnes intentions de Delort et Laborde, aucune action dangereuse n'est à signaler. Cet acte ne restera pas dans les annales avec ses 0 frappes cadrées et ses maigres occasions. Les deux équipes avaient pour objectif d'être solides et de ne pas concéder trop d'occasions. Pari réussi après 45 minutes pour les coachs.

Les acteurs reviennent en seconde période avec semble-t-il les mêmes velléités. Le match bascule sur une montée de Mendes à la 49ème. A la manière d’Oyongo en première période, Mendes n’est pas pressé et arrive jusqu’au 20 mètres. Après un léger cafouillage le ballon arrive dans les pieds de Laborde qui longe la ligne de but et frappe fort au premier poteau. Sels détourne en corner.
Sur le corner, Sambia s'élance et envoie le ballon au premier poteau. Aux 10 mètres, Le Tallec parvient à reprendre de la tête et à placer la gonfle au 2ème poteau, Sels – qui venait de se décaller vers le premier poteau – est battu. Sur cette action, il est possible de qualifier le marquage de laxiste, Le Tallec se trouvant démarqué dès le début de l'action. Cela ressemble au match de rêve pour Der Zakarian et les observateurs se disent que ça sent la fin de série pour le MHSC.
Thierry Laurey décide de modifier se ligne d’attaque à la 53ème avec l’entrée de Mothiba à la place d'un Ajorque déçu de sa prestation. Mothiba se montre très vite disponible et son entrée correspond à un regain de forme des strasbourgeois (ou un sursaut d’orgueil suite à l’égalisation).
A la 57ème, une énième montée de Lala aboutit à un centre au premier poteau. Da Costa tente (et réussit) un superbe contrôle orienté. Malheureusement sa frappe est contrée. Quelques instants plus tard, Lala dépose à nouveau Oyongo, qui ne le stoppe qu’au prix d’un vilain tacle. La biscotte est sortie.
Au cœur du temps fort strasbourgeois, Caci se signale par une belle frappe suite à un coup-franc. Les ciels et blanc trouvent plus facilement les décalages, notamment côté droit avec Lala et Da Costa. Ils pêchent cependant dans l'avant-dernière et dernière passe.

La physionomie du match change à nouveau après 20 minutes de jeu dans ce second acte, les montpelliérains se montrant à nouveau plus entreprenants. A la 68ème, l’ex-futur racingman Laborde s’écroule dans la surface sur une intervention de Caci. L'arbitre - bien placé - ne bronche pas, contre l’avis de la Butte Paillade..
Les minutes s’écoulent voyant les strasbourgeois tenter de passer par le flanc gauche. Carole a le mérite de s’arracher et de tenter quelques centres qui sont tour à tour contrés, dégagés par la défense ou mal conclus par Mothiba.
Les Strasbourgeois entrent dans les dernières cinq minutes de la partie et ne se montrent pas menaçant malgré les entrées de Corgnet (70ème à la place de Grimm) et de Zohi (Pour Caci à la 85ème pour ce qui ressemble à un tout pour le tout)
Ce qui devait arriver arriva, le MHSC a une occasion de contre. L’arrière-garde meinauvienne en profite pour réaliser un festival de fautes. Cela aboutit à l'avertissement de Martinez et un coup franc à 28m dont se charge Sambia. La frappe est puissante mais est sur Sels, le portier belge écarte des deux poings.
La fin du match est plus emballante que le reste de la partie, les strasbourgeois tentant d’arracher le nul. Sur un mouvement côté gauche, Carole est bousculé dans la surface dans un modèle de sandwich. L'arbitre considère que cela ne mérite pas sanction.
La minute d’après, Lala et Corgnet combinent côté droit. Ce dernier centre fort devant le but. Le ballon passe dans les 5,5 m sans qu'aucun ciel et blanc ne puisse pousser la chique au fond.
90+2ème: Dernière action des strasbourgeois. Combinaison entre Lala et Zohi sur le côté droit, ce dernier arrive à centrer en rupture pour le sauveur du soir, le digne successeur de Mphela, la nouvelle idole de la Meinau, j’ai nommé Lebo Mothiba qui vient battre Lecomte de la tête.
L’arbitre sifflera la fin du match sur l’engagement.

Le Racing s'en sort finalement bien après une rencontre terne qui aura vu le MHSC être fidèle à ce qui était sa philosophie en 2017-2018 à savoir une équipe difficile à manier, procédant principalement par contres et représentant une menace sur coups de pieds arrêtés.
Le Racing aura fait preuve d'une relative solidité. Les problématiques offensives face à des blocs bas et regroupés n'ont pas toujours pas été résolues.

Les leçons à retenir du match :
  • C'est toujours chiant de jouer Montpellier
  • Le RCS repart avec ce que le coach était venu chercher le nul
  • L'animation offensive face à des blocs bas reste un point faible. Il manque un joueur capable de faire la dernière passe
  • C'est bon pour le moral d'arracher l'égalisation dans les derniers instants.
  • La principale recrue offensive ouvre son compteur

Le 3-5-2 vu ce soir sera probablement réutilisé cette année du fait de la solidité affichée (même si ce n'est que Montpellier) et de l'apport offensif intéressant des latéraux. Quelques points restent à régler dans ce dispositif et notamment les apport des deux milieux défensifs. Dans ce dispositif, ces milieux doivent se projeter, ce qui a été trop peu souvent le cas ce soir. Il est possible de revoir ce dispositif mais probablement pas avec une association Grimm Sissoko. De même, les stoppeurs sont supposés participer activement à la construction du jeu, ce qui a été trop peu le cas.

gassi67

Commentaires (4)

Flux RSS 4 messages · 1.499 lectures · Premier message par rage · Dernier message par mick6

Commenter