RCS - Haïfa, côté tribunes

Note
5.0 / 5 (4 notes)
Date
Catégorie
Côté tribunes
Lectures
Lu 4.655 fois
Auteur(s)
Par guigues
Commentaires
3 comm.
IMG_20190725_204401.jpg
© david

Du CFA à l'Europa, les Strasbourgeois sont toujours là.

C’est donc le Maccabi qui aura l’honneur de répondre à Forbach. Le message déployé avant le coup d’envoi prend tout son sens lorsqu’on relit celui du stade du Schlossberg 8 ans plus tôt:
http://ub90.free.fr/_FILES/photos/2011-2012/gr/aforbach2.jpg

Ce retour en Coupe d’Europe est un moment important dans l’histoire du club et dans la fournaise de ce mois de juillet, les Strasbourgeois ont répondu présents. Plus de 20 000 spectateurs dont 600 fans du Maccabi. Ces derniers arriveront de manière remarquée devant le stade, mais se feront remarquer également en parcage par leurs drapeaux et leurs chants. Surtout avant le coup d’envoi pour les chants mais ils se paieront le luxe d’allumer plusieurs fumigènes en cours de première mi-temps. Bref tout ce que l’on aime voir dans le quart de virage Sud-Ouest.
https://racingstub.com/uploads/cache/big500/uploads/media/5d3b3a83ab092/img-1342.jpg

C’est donc une affluence estivale bien supérieure à la dernière campagne de 2005/06 où seul le match face à Graz à domicile avait réuni plus de 10 000 spectateurs en septembre. L’attente est réelle et l’engouement est bien là, beaucoup de fans du Racing profitant d’une billetterie accessible pour profiter de la Meinau. Ils auront eux aussi remarqué les tourniquets prêtés par Roland Garros, qui ont été temporairement installés derrière les grilles d’entrée. Scanner son eBillet n’est pas des plus aisé mais le flux des supporteurs est fluide. Autre nouveauté une nouvelle mascotte, encore plus défoncée aux acides que la précédente, aurait fait son apparition pour s’occuper de la jeune garde des supporteurs du Racing.

La tribune Ouest est comme à son habitude pleine comme un œuf, un œuf au plat avec cette chaleur suffocante qui rendra ce match européen encore plus mythique dans quelques années. Une animation chaude est prévue puisqu’il s’agit d’un tifo à la sud-américaine : bandes plastiques, papelitos, rouleaux de PQ, drapeaux, etc... Un joyeux bordel qui est explicité par une banderole sur toute la longueur « L’Europe sur le terrain, l’Argentine dans les gradins ». Un clin d’œil déjà vu ailleurs mais qui fait le taf pour accueillir les joueurs et les mettre tout de suite dans l’ambiance. Ce soir le 12ème homme va jouer son rôle à fond. « Ce soir c’est la coupe d’Europe » entonne-t-on déjà en Ouest !
https://racingstub.com/uploads/cache/big500/uploads/media/5d3b3a666d8a1/img-1339.jpg

Les chants partent bien et l’on sent que tout le monde est heureux de retrouver « sa maison » après de courtes vacances. Cela vaut aussi pour les joueurs qui sont appliqués et prennent doucement le match en main. L’arbitrage énerve un tant soit peu les gradins et quelques huées accompagnent les décisions litigieuses de M. Blom. Malheureusement le Racing se fait piéger par les Israéliens effacés mais toujours dangereux. Après avoir frôlé la correctionnelle et le poteau de Matz Sels, ce sont les visiteurs qui ouvrent le score. Le public lui continue d’y croire et de pousser ses protégés. Ils sont récompensés juste avant la mi-temps par un penalty provoqué par Da Costa qui permettait de lancer le premier « auf wiedersehen » de la saison ! Ajorque transforme le peno, ouf on peut souffler et s’hydrater bien sûr.

En seconde période, le Racing comme le kop déroule, en supériorité numérique dans tous les compartiments rien ne peut les arrêter. Les capos demandent à la tribune de se retourner et de sauter en regardant les fesses de leurs voisins / voisines pour ce que l’on nomme dans le jargon ultra « une grecque ». Plus tard ils entonneront également le très de circonstances « nous sommes les strasbourgeois, toujours présents pour toi-même en CFA » et évidement le score aidant la tribune exécutera un très sympathique « no limit ». C’est aussi l’occasion de perfectionner « laisse-moi kiffer l’Europe avec mes potes » sur un air de Diams, chant né dans l’euphorie du parcours en Coupe de la Ligue la saison dernière et qui avait été étrenné au stade Louis II. On notera même une poussée l’air de « vive le vent » que certains associeront à une volonté de rafraîchir l’atmosphère.

Les joueurs se créent beaucoup d’occasions mais le match s’installe sur un faux rythme dont Haïfa n’hésite pas à profiter, manquant de réduire le score. En tribune aussi ça ralentit, il faut dire que certains sont aussi cuits que les joueurs. Le chant « aux armes » va quelque peu réveiller le stade mais c’est la magnifique Marseillaise lancée dans les arrêts de jeu car « c’est la Coupe d’Europe » qui clôturera de la plus belle des manières cette superbe soirée. Du spectacle, des buts, des poteaux, une exclusion dans une Meinau des grands soirs, que demander de plus ? La qualification pardi !!! Pour ça, rendez-vous dans un semaine à Haïfa.

guigues

Commentaires (3)

Flux RSS 3 messages · 4.015 lectures · Premier message par backhoe · Dernier message par sigur

Commenter