le soldat rose


Let love rule...

C'est une première, ce soir je vais seule à un concert... Et pourtant... The Rakes, enfin... partager, encore, à distance... Il fait bon... Mon esprit vagabonde, mon regard fixe les lointains nuages...

Cette endive hallucinée d'Alan Donohoe (pas étonnant pour un végétarien vous allez me dire :D) fait enfin son apparition.

Le concert débute avec "We danced together", immédiatement un sourire vient illuminer mon visage. Beaucoup de morceaux du 2ème album, mais l'énergie est là, le son est excellent. Je me sens un peu perdue parmi cette foule réticente venue applaudir Mika, mais ils ne gâcheront pas mon plaisir. Avant d'entamer leur fameuse reprise de Gainsbourg "Le poinçonneur des lilas", le chanteur enjoint le public à fredonner avec lui le refrain "en françois" (:D). Mais le public de Mika ne parle pas anglais, et en plus ne connait probablement pas Gainsbourg. (Je sais c'est gratuit, mais je m'en fous, z'ont vraiment des têtes de cons à côté de moi :p).

Tous, sauf un dis-donc ! Le hasard a voulu que le beau V. (grrr...) serveur dans un bar colmarien, a eu la même envie que moi, il est seul aussi. Nous voilà donc tous deux à savourer ce concert, à reparler de celui des Chemical, de l'album de Radiohead en préparation...

A l'entame de " 22 Grand Job", vite un coup de fil à passer (j'avais promis ;) ).

Et puis le tube, que tout le monde connaît, "Open Book", le public se réveille enfin et chante, pendant que l'autre sosie de Lagaffe-latex s'aperge d'eau.

Excellent mais hélas trop court (1h chrono), ce set s'achève sur "Strasbourg", me laissant sur ma faim... Encore :((

Pas question de rester, on file rapidement s'enfiler (jusqu'à plus soif), des hectolitres de bières.

Et puis pour ne pas être en reste d'émotions, une autre gifle m'attend, là, à 1 mètre de moi... 15 ans... 15 ans qu'on ne s'étaient vus. La surprise fait rapidement place au trouble. Les banalités à l'évocation des souvenirs... Il se souvient de tout. Des mots. Du titre de ce livre que je voulais qu'il lise. De cette cassette de Kravitz qu'il m'avait envoyée alors que je l'ignorais vertement (connasse). De l'incompréhension. Trop jeunes. Trop fort. Bordel il est encore plus beau qu'avant... Et comme d'habitude je fuis, je pars sans me retourner. Fuir plutôt que d'affronter encore...

Je marche seule sous le ciel étoilé, grisée par la musique, par cette rencontre... J'enlève mes chaussures, j'ai besoin de sentir le bitume me brûler...

Il est 5 heures, je ne dors pas... Un appel, c'est lui... "Bonne nuit Maud, je pars quelques jours, je te rappelle à mon retour..."

AAAAAAARRRRRGGGGGGHHHHHHHHH !!!!

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 5DJXCZML2GI via l'API


matteo je t'en veux...

27/06/2007 19:12
1.351 lectures
... de me rappeler jour après jour ce que je vais rater samedi :((

Avec, entre autres, ça :



et ça :



ou encore ça :

Impossible d'afficher la vidéo Youtube c0HxMos3cNI via l'API



et puis y'a eux aussi :

Impossible d'afficher la vidéo Youtube blP9LWyKqzI via l'API



und diese : (bah oui sont deutsch :D)

Impossible d'afficher la vidéo Youtube dc8yWDbCWew via l'API



ça se refroidit de plus en plus :



on se réchauffe un peu géographiquement :



and last but not least...



Vivement dimanche ! ;)

Mardi grave...

En hommage à toutes ces accoutumances dont on ne peut se défaire...

Déshabituez-moi
Oui mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez me désintoxiquer, me désenchanter, me libérer
Mais ne soyez pas comme tous les hommes, trop pressés
Et d'abord le regard
Tout le temps du prélude
Ne doit pas être rude
Lâchez-moi des yeux
Mais avec retenue
Pour que je me déshabitue, peu à peu

Déshabituez-moi
Oui mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez me désensorceler, me décourager, me désaccoutumer
Déshabituez-moi
Avec délicatesse, en souplesse et doigté
Choisissez bien les mots
Dirigez bien vos gestes
Ni trop lents, ni trop lestes, sur mon dos
Voilà ça y est, je suis
Obéissante et découverte
De votre main experte, allez-y...

Déshabituez-moi
Maintenant tout de suite, allez vite
Sachez me déposséder, m'exorciser, me décérébrer
Déshabituez-moi
Conduisez-vous en homme
Soyez l'homme, agissez !
Déshabituez-moi
Et vous... débinez-vous !

(Détournement du "Déshabillez-moi" de Juliette Greco par Maudzinor)

http://www.drug-addiction-centers.org/images/drug_rehab_assistance.jpg
  • 1 (current)
Flux RSS Le stublog de playlikebeckham : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
playlikebeckham1399669215.jpg

playlikebeckham

Voir son profil complet

Archives

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006