Music


Coups de coeur...

10/02/2010 23:15
559 lectures
Non Mathilde n'est pas encore revenue... pas de récit crapuleux ni d'histoire d'amour sanglante... même si... juste des histoires de musiques...

null

Impossible d'afficher la vidéo Youtube WAnS--Rf6QE via l'API


Tabernac' !

16/01/2008 23:06
957 lectures
Le Canada nous gratifie depuis nombre d'années de chanteuses à voix, mais les meilleures (auteures, compositeuses, interprètes) sont bien plus discrètes...

Faut dire que la vigne et la mauricette parlent davantage à nos coeurs d'alsacien.... et que les humps d'Alanis sont bien plus sexys que les hips ou les oups de Britney...



Impossible d'afficher la vidéo Youtube nLXULfN77TQ via l'API





Impossible d'afficher la vidéo Youtube KpXktLsrb0o via l'API




maiheu....

17/12/2007 00:20
678 lectures
Je sais pas si c'est rapport à l'âge avancé de mon ordi, mais depuis des semaines, pas moyen de poster sur les 2 topics qui me tiennent le plus à coeur, à savoir "chanson de la semaine " et "pop indie".

Qu'à cela ne tienne, je vais pourrir mon stublog de zic.

Je commence par des vidéos d'un groupe que j'écoute en boucle depuis 15 jours, et qui me fait tressauter (qui utilise ce mot, hein, qui ?), dans ma Twingo'matic.

Après ça, je vais faire péter les listes radioblog (ce truc déchire)

Edit : depuis plus d'un an, suite aux différents bugs de mon PC (tous les matin je dois taper "Q, Q, enter enter enter enter enter enter" -j'me lève à 3h50 pour que l'ordi soit opétationnel à 7h00), j'ai le son en accéléré sur mon ordi, j'vous dis pas le courant alternatif qui traverse mes esgourdes...






Emotional landscape...

05/09/2007 00:21
423 lectures
Résumé de Rock en Seine.

Franchement ? Festival hyper parisien, limite branchouille, truffé de pouffes en talons venues s'exposer, ça n'a rien d'un festival rock, si ce n'est la rencontre impromptue avec Mister Lenoir (Docteur es Indie sur France Inter) près des mictionneuses puantes, le sol jonché de bâches préservatrices (de quoi je vous le demande), le Château de St Cloud ayant été détruit sans notre autorisation par des rois obsolètes et dépourvus de rayonnement.

Aucun effort n'est fait pour permettre aux auditeurs de profiter du son (à part la grande scène), chaque scène étant d'un même nivellement (pour les novices, il faut savoir que pour l'appréciation d'un concert, l'effet amphithéâtrique est des plus appréciable, tant au niveau du son que de la vue.)

Bref, très jolie surprise avec "Just Jack" (le nouveau Jamiroquaï est né, lui manque plus que l'assurance et la venue de percus et de cuivres sur scène). 'Nous a mis un beau feu, et ce n'est pas peu dire vue la fréquentation du site...

J'étais venue pour Björk ("ouais t'es con, le vendredi c'est mieux" ! "rhooo tagueule... "). Avis mitigés, certes, quand on connaît les ressources de la demoiselle. Toujours-est-il-il qu''elle a réusssi à me faire chialer, c'était le but... Et ces larmes-là, vous pouvez me croire, valent la puanteur du métro, l'encadrement des CRS (oui oui, merci Nico), 3.000 sms pr trouver hyrka "putain t'es où ?", des moules-frites dégueu, des heures d'errance dans Paris, des cris sous le pont de St Cloud (c'est la tradition y paraît), se salir pieds nus avenue des Gobelins, et autres mésaventures...

Y'a des gens qui partent en vacances sous la pluie, moi j'ai choisi les rafales de décibels...

Avoir les yeux embués de larmes, sans que la pluie ne s'en mêle, est plaisir sans nom....

You don't have to speak

Björk - Joga (live)
envoyé par Twilight
...

Let love rule...

C'est une première, ce soir je vais seule à un concert... Et pourtant... The Rakes, enfin... partager, encore, à distance... Il fait bon... Mon esprit vagabonde, mon regard fixe les lointains nuages...

Cette endive hallucinée d'Alan Donohoe (pas étonnant pour un végétarien vous allez me dire :D) fait enfin son apparition.

Le concert débute avec "We danced together", immédiatement un sourire vient illuminer mon visage. Beaucoup de morceaux du 2ème album, mais l'énergie est là, le son est excellent. Je me sens un peu perdue parmi cette foule réticente venue applaudir Mika, mais ils ne gâcheront pas mon plaisir. Avant d'entamer leur fameuse reprise de Gainsbourg "Le poinçonneur des lilas", le chanteur enjoint le public à fredonner avec lui le refrain "en françois" (:D). Mais le public de Mika ne parle pas anglais, et en plus ne connait probablement pas Gainsbourg. (Je sais c'est gratuit, mais je m'en fous, z'ont vraiment des têtes de cons à côté de moi :p).

Tous, sauf un dis-donc ! Le hasard a voulu que le beau V. (grrr...) serveur dans un bar colmarien, a eu la même envie que moi, il est seul aussi. Nous voilà donc tous deux à savourer ce concert, à reparler de celui des Chemical, de l'album de Radiohead en préparation...

A l'entame de " 22 Grand Job", vite un coup de fil à passer (j'avais promis ;) ).

Et puis le tube, que tout le monde connaît, "Open Book", le public se réveille enfin et chante, pendant que l'autre sosie de Lagaffe-latex s'aperge d'eau.

Excellent mais hélas trop court (1h chrono), ce set s'achève sur "Strasbourg", me laissant sur ma faim... Encore :((

Pas question de rester, on file rapidement s'enfiler (jusqu'à plus soif), des hectolitres de bières.

Et puis pour ne pas être en reste d'émotions, une autre gifle m'attend, là, à 1 mètre de moi... 15 ans... 15 ans qu'on ne s'étaient vus. La surprise fait rapidement place au trouble. Les banalités à l'évocation des souvenirs... Il se souvient de tout. Des mots. Du titre de ce livre que je voulais qu'il lise. De cette cassette de Kravitz qu'il m'avait envoyée alors que je l'ignorais vertement (connasse). De l'incompréhension. Trop jeunes. Trop fort. Bordel il est encore plus beau qu'avant... Et comme d'habitude je fuis, je pars sans me retourner. Fuir plutôt que d'affronter encore...

Je marche seule sous le ciel étoilé, grisée par la musique, par cette rencontre... J'enlève mes chaussures, j'ai besoin de sentir le bitume me brûler...

Il est 5 heures, je ne dors pas... Un appel, c'est lui... "Bonne nuit Maud, je pars quelques jours, je te rappelle à mon retour..."

AAAAAAARRRRRGGGGGGHHHHHHHHH !!!!

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 5DJXCZML2GI via l'API


Out of control...

13/08/2007 16:03
457 lectures
Il est des instants plus punks que d'autres de temps en temps... Et croiser par hasard mini-moi lors d'un concert des Chemical en est un...

A part ça, j'en ai pris plein les mirettes et les esgourdes, le set a quasiment duré 2 heures.

J'ai également croisé un stubiste qui se met des bouchons pour aller écouter de l'électro (quel loser ce puerto :D)

Et tout ça sans dépenser une thune... (merci copine qui bosse chez un viticulteur qui fait pas payer ses bouteilles, et qui nous file son passe pour aller au concert gratos, même que je remets ça demain pour les Rakes)


Alors j'ai galéré ma race pour trouver une vidéo des Chemical en Live, mais j'ai trouvé un truc qui reflète bien ce que ça donne sur scène...

Chemical Brothers - Out Of Control(live)
envoyé par hushhush112

Eurock is not dead !

05/07/2007 14:03
1.577 lectures
Date incontournable dans MON planning, les Eurockéennes de Belfort. Dans le précédent billet (que vous avez tous dévoré, je le sais - ahem), je maudissais matteo de me faire manquer une affiche du tonnerre le samedi (grrrr, je te hais !)

Rendez-vous est donc donné dimanche à 14h30. Le temps de paumer le chat ('tain, va pas me gâcher mon plaisir non ?! déjà qu'il est pas à moi !), d'éviter 2 accidents de voiture, de déposer Zoé chez sa mère-grand, on a le K-way, le gilet, les bottes, des clopes, c'est bon, on peut y aller ?

Ils (mes amis, enfin ceux qui font office de :D) sont là à m'attendre, déjà j'me fais enguirlander parce qu'il pleut. Visiblement ils ont convoqué une réunion avant mon arrivée, et décidé que je m'en prendrais (gentiment) plein la tronche toute la journée. A moi donc les 'tites claques, les taquets, les prises de kung-fu, les giclées de sable, les quolibets et j'en passe. "Bon Maud cet aprèm tu gardes les sacs ?" :))

Apanage indispensable du festivalier belfortain, j'exhibe fièrement mon t-shirt wak-and-woll, une bière la main, un bédo dans l'autre, sans oublier d'arborer la cooly attitude...

Bon, on entame cette après-midi avec les Bikini Machine, de joyeux drilles en costard, frenchy et adeptes d'un rock psyché à la Philippe Katerine, et qui auront le mérite de nous filer une bonne patate. (A noter une excellente reprise de Dutronc, "La fille du Père Noël").

Dernier jour oblige, le site ressemble à une marée humaine géante crapahutant sur un tas de détritus plus ou moins descriptibles, dont les déplacements sont bercés par le doux parfum des cabines de toilettes mobiles. Histoire d'en rajouter, les jeunes hommes exhibent leurs appendices dès qu'une haie s'offre à eux, n'omettant pas d'accompagner leur geste d'un déhanchement provoqué par la mélopée émanant de l'enceinte voisine...

Sur la Plage nous attendent les Loney, Dear qui, comme tout groupe de pop qui se respecte, nous rappelle que le "la-la-la" est de rigueur :D ('commence à venir du bon son de Suède ces derniers temps (+) )

On fera l'impasse sur TV on the radio, qui s'annonce mou...

Direction la Grande Scène, pour écouter "The Good, The Bad & The Queen", enfin ce sera plutôt "The Bad, The Bad & The Depressive", tellement Damon Albarn nous apparaît aviné, bouffi, une bouteille de sky sur le piano, et un show mollasson berk.

Pas grave, on se magne, y'a les pouet-pouet a.k.a "The Klaxons" qui se préparent sous le chapiteau. Même claque que l'année précédente avec les Arctic Monkeys, même scène, même horaire, mêmes jeunes et beaux protagonistes qui nous offrent un set festif et maîtrisé. Coup de coeur pour James Righton, qui en plus d'être terriblement séduisant, passe des claviers au chant ou à la guitare avec une aisance impressionnante pour son jeune âge... rrrr...

(pendant ce temps, je continue à subir les taquineries de mes potes qui me miment quand je danse - oui je danse -, se foutent de ma poire, "Maud va chercher des bières, rends-toi utile au moins !" :p)

Un coup d'oeil sur le programme, y'a quoi là ? Laurent Garnier ou Tryo ? Ah par pitié, pas Tryo !!! Bon ben on va danser un peu, faut pas oublier que ça fait de 15 ans qu'il sévit le petit frenchy, et il arrive encore à mettre le feu. Chapeau. Franchement.

Un dernier 'ti tour à la plage pour découvrir "Chin Chin", un truc bizarre avec des chinois (sur le flyer y'a écrit : US - disco funk). mouais...

Demi-tour, on retourne au Chapiteau, y'a AIR qui brasse du vent :D

(Entre temps, les averses fines mais nombreuses seront parvenues à pourrir le sol, la vision "Woodstock" se précise, et atteindra son apogée en fin de soirée, au point de faire réagir le chanteur d'Arcade Fire : "Shitty rain !!")

On refait demi-tour, pour aller écouter Goose, qui nous abreuvera d'une électro à la sauce belge comme on l'aime. Et pour paraphraser kellermann, "qui n'saute pas n'aime pas l'électro !"

Je commence à avoir sérieusement mal aux pieds, mais il n'est pas question que je pose mon cul dans la boue. J'suis roots, mais y'a des limites hein...

A noter cette année que les groupes sont ponctuels, quasiment aucune attente, ce qui avait le don les années précédentes de me rendre PARTICULIEREMENT AGRESSIVE !! (et sinon, pour patienter, on nous diffuse le trailer de "Control", film retraçant le destin tragique d'Ian Curtis, leader de Joy Division... ben voyons, un pti coup de rappel hein ;) )


Apogée donc, avec Arcade Fire qui clôt cette prog 2007 de main de maître. Le son est parfait, les 11 membres (enfin je crois, mais il était tard et j'avais largement abusé de tout) passent tous d'un instrument à l'autre avec une dextérité étonnante. Merci à eux pour ce grand moment...

01h00 : les Eurockéennes ferment leurs portes, nous laissant éreintés, mais éblouis... J'ai froid, je veux rentrer, vite, il me faut un sourire...

(L'année prochaine je vous ferai un compte-rendu chiffré : kilomètres parcourus, litres absorbés, légalité enfreinte, argent dépensé, fous-rires, beaux gosses croisés - qui n'ont pas manqué cette année, rrr... - décibels, tabac ingurgité, etc... )

Petit panel de ce qui m'a vraiment plu...

Bikini Machine, Bum Bum Boogie


Loney, Dear, I am John


The Klaxons, Two receivers

Impossible d'afficher la vidéo Youtube AJ6a3GJUnk0 via l'API



Goose, British Mode


Arcade Fire, Rebellion (on s'y croirait là...)

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 6V41qkhU-98 via l'API


matteo je t'en veux...

27/06/2007 19:12
1.343 lectures
... de me rappeler jour après jour ce que je vais rater samedi :((

Avec, entre autres, ça :



et ça :



ou encore ça :

Impossible d'afficher la vidéo Youtube c0HxMos3cNI via l'API



et puis y'a eux aussi :

Impossible d'afficher la vidéo Youtube blP9LWyKqzI via l'API



und diese : (bah oui sont deutsch :D)

Impossible d'afficher la vidéo Youtube dc8yWDbCWew via l'API



ça se refroidit de plus en plus :



on se réchauffe un peu géographiquement :



and last but not least...



Vivement dimanche ! ;)

Planète pub #2

28/05/2007 17:13
522 lectures
La saga Levi's

Parce que la musique est bonne...

signée Gondry...



c'est beau la jeunesse...



shake youy booty...

Impossible d'afficher la vidéo Youtube Pc4gwCVT4F4 via l'API



quelle idée de s'appeler Nick... :p

Impossible d'afficher la vidéo Youtube S-QLjlYvhWw via l'API



musique pourrie, mais celle-ci me fait penser à takl et anaconda, je sais pas pourquoi :D

Impossible d'afficher la vidéo Youtube DFdc3wg_OSM via l'API



allez, cadeau, tous les titres Levi's

Madchester, I'm your knighthead !

19/05/2007 14:14
2.163 lectures
A l'instar de matteo, je vais moi aussi faire un billet qui ne va intéresser que moi, et en angliche par dessus l'marché ! :D

The term Madchester was coined for an alternative music scene that developed in Manchester, England, at the end of the 1980s and the beginning of the 1990s.
The scene mixed indie rock and dance music. Artists associated with the scene included The Stone Roses, the Happy Mondays, the Inspiral Carpets, 808 State, James, A Guy Called Gerald and more. At that time, The Haçienda nightclub was a major catalyst for the distinctive musical ethos in the city.

The music scene in Manchester immediately before the Madchester era had been dominated by indie bands such as The Smiths, New Order and A Certain Ratio. These bands were to become a major influence on the Madchester scene, but just as important was the Haçienda nightclub.

Although the Madchester scene cannot really be said to have started before the autumn of 1988 (the term "Madchester" would not be coined until a year after that), many of its most significant bands and artists were around on the local scene before then :

The Stone Roses (formed in 1984)
Happy Mondays (formed in Salford in 1985)
The Inspiral Carpets (formed in Oldham in 1986)
James (formed in 1981)
808 State (formed in 1988)

In the autumn of 1988, a series of record releases came together as the first rumblings of a serious new music scene in Manchester. The Stone Roses released "Elephant Stone", Happy Mondays "Wrote for luck" and A guy called Gerald released "Voodoo Ray".

In May 1989, the Happy Mondays released the single "Lazyitis" and the Inspiral Carpets put out their first single with new singer Tom Hingley, "Joe". Like the Stone Roses, the Inspiral Carpets were producing sixties - inspired indie music. All three of the main players in the emerging scene took a dance influence, particularly from 70s funk, with disco basslines and wah-wah guitar being added to their indie jingle-jangle. The Inspiral Carpets added the distinctive sound of the Farfisa organ. (hyrka, what's that ???)

This sound, which was to become known as "baggy", generally includes a combination of funk, psychedelia, guitar rock and house music.

Alongside the music, a way of dressing emerged that gave baggy its name. Baggy jeans (often flared) alongside brightly coloured or tie-dye casual tops and general sixties style became the standard uniform of young people first in Manchester and then across the country - frequently topped off with a fishing hat in the style sported by the Stone Roses drummer Reni. The fashion, like the music, was somewhere between rave and retro.

The majority of bands on the Madchester scene would produce music that could be described as "baggy", including James, The Charlatans and The Mock Turtles. However, in the early 1990s the sound spread across the country, with bands such as The Farm, Flowered Up, Candy Flip and (early on) Blur treading where mancunians had gone before.

Madchester's role as an industry bandwagon from this time on is hard to deny. James were amongst the first beneficiaries of this. The local success of their self-financed singles "Come Home" and "Sit Down" (the latter becoming something of a Manchester anthem during 1989, with clubs full of people ritually sitting on the floor to it) led to a deal with Fontana (Major), and they were to score chart hits with "How Was it For You" and a re-recorded version of "Come Home" (sounding distinctly baggier) in the summer of 1990.

A number of other bands joined the fray during 1990, including World of Twist, New Fast Automatic Daffodils, The High, Northside, Paris Angels, and Intastella.

The peak of Madchester was in the summer of 1990. A rapid succession of chart hits followed during the summer, including "One Love" by the Stone Roses, "This Is How It Feels" by the Inspiral Carpets, "The Only One I Know" by The Charlatans and "Kinky Afro" by the Happy Mondays.
After this, however, Madchester's recorded output slowed. The end of the year saw triumphal concerts by James and a double-header with the Happy Mondays and 808 State, both at Manchester G-Mex, which seem, in retrospect, to mark the end of the era.
The Stone Roses cancelled their June 1990 tour of the US, issuing a press statement saying: "America doesn't deserve us yet". The real reasons are probably more complicated - the Roses also cancelled a gig in Spain and an appearance on the UK chat show Wogan. They would not face the public again until the end of 1994, spending the intervening time in and out of studios in Wales (where they recorded at leisure a second album, Second Coming) and fighting in court to release themselves from their contract with Silvertone Records.
The making of the next Happy Mondays album, "Yes Please!" was also problematic, and it would not be released until October 1992. The band flew to Barbados to record it, making repeated requests of Factory Records for extra time and additional funds (almost certainly in part to fuel growing drug habits). This is reputed to have been the major factor in the bankruptcy of the label in November 1992.
With the two bands seen as the most central to the scene out of action, media fascination with Madchester dwindled. James, Inspiral Carpets, The Charlatans and 808 State continued to record, with varying degrees of success, during the 1990s, but ceased to be seen as part of a localised scene.
Local bands catching the tail-end of Madchester, such as The Mock Turtles, became part of a wider baggy scene. The music press in the UK began to place more focus on shoegazing bands from the south of England and bands emerging through US grunge.

The immediate influence of Madchester was in inspiring the wider baggy movement in the UK, with bands from various parts of the country producing music in the early 1990s heavily influenced by the main Madchester players. These bands included Flowered Up (from London), The Farm (from Liverpool), the Soup Dragons (from Glasgow) and Ocean Colour Scene (from Birmingham). Blur, from Colchester, certainly adopted a baggy style in their early career, although in an interview with Select Magazine in 1991 they claimed, rather implausibly, to have "killed" the genre.

Subsequently, the influence of Madchester on Britpop in the mid-1990s was fairly clear, depending on which bands are discussed. Oasis are a clear example, and their guitarist Noel Gallagher worked as a roadie for the Inspiral Carpets during the Madchester era and vocalist Liam Gallagher had been a long time fan of Ian Brown. Both Gallagher brothers are self-professed fans of The Stone Roses.

The "big beat" dance music movement of the late 1990s also owed much to Madchester's eclectic approach to clubbing, with the Manchester DJ-ing duos the Chemical Brothers and Mint Royale being heavily inspired by their experiences in the Manchester clubland of the early 1990s.

Since a few years, such bands as Kasabian, The Rapture and The Music jumped on the bandwagon, in order to revive Madchester's flame...

There's also the film "24 Hour Party People" by Michael Winterbottom (and to an extent the documentary "Shadow Players") accurately and amusingly semi-fictionalises both the Madchester period (second half of the film focussing on Happy Mondays) as well as giving an overview of the Manchester scene through a depiction of the rise and fall of Factory Records (especially Joy Division) and the Hacienda. With an appealing and amazing soundtrack !!

The following videos are part of a non-exhaustive list of all the hits Madchester's era counts... Listen up !

The Stone Roses, Waterfall

Impossible d'afficher la vidéo Youtube dQUxCQxu9og via l'API



James, Sit Down


The Farm, All together now

Impossible d'afficher la vidéo Youtube mz-6Ta_b6YI via l'API



Happy Mondays, Step On

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 0xKaq-SNeEc via l'API



The Charlatans, The only one I know


The Inspiral Carpets, Saturn 5



Northside, Take 5


World of twist, The storm



Que celui qui a tout lu se dénonce ! :p

Et contrairement à d'autres, moi je ne donne pas mes sources...

Rated X...

07/04/2007 18:16
740 lectures
"Tes lèvres ont le tanin
Que les papillons laissent
Dans le creu d'une main
Lorsque la mort les bercent
Tes lèvres ...

Tes lèvres ont le parfum
Roublard des maisons closes
Que des oiseau taulards
Ont barbelées de roses

Ton sourire salé
Est une vague tirée
Un bas que l'on enfile
Quand la nuit se défile
Qui glisse lentement
Lorsqu'une larme éclate
Comme un bourgeon de sang

Sur tes lèvres se hâtent
Les matins capricieu
La rosée maquerelle
Les premiers adieu
Des étoiles pucelles
Le hurlement gracieu
D'une feuille d'automne
Qui crevant sous les cieu
Voudrait qu'on lui pardonne
Les soleils brûlés
Ceu -là des saisons noires
Qui prennent au filet
Tes lèvres pour bougeoir
Les cigarettes mauves
Fumant de souvenirs

Ce gamin qui se sauve
Dont tu connais le rire
L'écume des silences
Où tu es si légère
Quand sur tes lèvres dansent
Les silences de la mer
Cette fleur adolescente
Comme un bouquet jeté
Cette fleur qui sent la menthe
Et le goudron mouillé..."

BABX, "Tes lèvres"

Vous aurez sans doute pu constater qu'il manque une lettre dans ses
te(x)tes...

http://ivansainzpardo.blogia.com/upload/20060622011733-escondite-...

Kasser la voix...

04/04/2007 10:42
1.373 lectures
J'ai la voix komme elle ce moment, rauke à souhait, c'est seksy à mort !

M'faudrait une guitare là, j'ai envie de hurler... (kand on a envie de chialer c'est une pédale whoin-whoin k'il faut :p)

Sachez ke j'entre en transe à la 2ème minute et la 47ème seconde de cette chanson, à l'entame du solo de guitare. Et kelle fin rock'n'roll, putain j'adore ce geste...

Mademoiselle K, ça me vexe

Impossible d'afficher la vidéo Youtube y1ld1f5kqn8 via l'API


Mister K's choice...

13/03/2007 00:03
515 lectures
Outside it's raining, still you shine
How I've missed your trembling hands inside of mine
I've been away for ages, still you care
Do you count the Sundays when I'm there

Teach me how to watch this game
The way you see it through your magical frame
Time is ticking, try to see
That I am you and you are me

Don't deny that you're afraid to go
Don't deny that you want to cry
Look around and watch your children grow
I feel love in every sigh
If you're not scared, then why am I

Tell me stories, tell me more
Make me feel guilty for being bored
Tell me how to pick up things I've dropped
Please keep talking, never stop

Don't deny that you're afraid to go
Don't deny that you want to cry
Look around and watch your children grow
I feel love in every sigh
Pray for eternity to fly
Don't understand but how I try
If you're not scared, then why am I I feel love in every sigh
Pray for eternity to fly
Don't understand but how I try
If you're not scared, then why am I...

K's Choice, "If you're not scared"

(A pas trouvé le clip, :(()

Impossible d'afficher la vidéo Youtube 6ehpdhMgHyE via l'API


  • 1 (current)
Flux RSS Le stublog de playlikebeckham : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...
playlikebeckham1399669215.jpg

playlikebeckham

Voir son profil complet

Archives

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006